Revue de presse

Perpignan. Un opposant à l’antenne relais auditionné MONTESQUIEU-DES-ALBÈRES.


   Édition du mardi 24 novembre 2009

Un opposant à l’antenne relais auditionné MONTESQUIEU-DES-ALBÈRES. Hier matin, la mobilisation contre l’installation d’une antenne-relais à proximité de certaines habitations a pris un tour judiciaire.
Il faut dire que depuis mercredi dernier, le Collectif du Château d’eau – qui a adhéré au collectif national Robin des Toits – a entamé un bras de fer avec la municipalité de Montesquieu afin de protester contre les travaux d’installation d’un pylône destiné à recevoir une antenne relais de téléphonie mobile. Les blocages de l’accès au chantier se sont succédé, immédiatement contrés par la gendarmerie, qui a dressé des procès-verbaux le premier jour et fait enlever la voiture de l’un des manifestants, proche voisin de la zone des travaux, qui empêchait le passage des engins de chantiers,

au deuxième jour de la mobilisation (nos éditions précédentes). C’est ce même particulier qui, après avoir récupéré son véhicule dans un garage du Boulou, a été convoqué hier matin à la gendarmerie de Céret pour y être auditionné suite à deux dépôts de plaintes pour “entrave à la circulation”. D’après certains témoins, il en est ressorti aux alentours de midi, sans que l’on sache si des charges avaient été retenues contre lui et quelles suites seraient données à cette affaire… Le parquet, sollicité par nos soins, n’a pas donné suite à nos appels.

M. V. et B. G.

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Gramat. Antenne-relais 3Gau Garroustié : Orange doit revoir sa copie


   Publié le 24/11/2009 03:51 | LaDepeche.fr


Les projections pour le pylône.
Les projections pour le pylône.

La mairie de Rocamadour a étudié le dossier concernant l’implantation d’un pylône au Garroustié. Une déclaration préalable de travaux ayant été déposée par l’opérateur de télécommunication Orange pour l’implantation d’un pylône de 24 mètres de haut, au lieu-dit « le Garroustié », afin de couvrir la commune avec la 3G. Un test avec des ballons gonflés à l’hélium a eu lieu le 3 octobre afin de se rendre compte de l’impact visuel que pourrait avoir ce pylône. Mais la modification de l’emplacement du local technique a été demandée, la réglementation prévoit donc que le projet actuel soit annulé. Orange de redéposer une nouvelle déclaration préalable incluant la modification sollicitée.

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Antennes-relais : les élus locaux mettent l’Etat face à ses responsabilités

Localtis : retour à l'accueil publié le 18 novembre 2009

“Les élus que nous sommes sont pour la plupart des incompétents polyvalents, et donc sur ces questions techniques, à moins d’être à la fois maire et expert des ondes électromagnétiques…”, a plaisanté Daniel Nouaille, maire d’Aix-sur-Vienne (87) et membre du comité directeur de l’Association des maires de France (AMF), au cours d’un point d’information sur les antennes-relais, qu’il a présidé, ce 17 novembre à Paris, dans le cadre du congrès de l’association. Si la quantité d’auditeurs était plutôt réduite (une cinquantaine), la qualité des intervenants, l’attention des participants et la pertinence des témoignages d’élus étaient au rendez-vous.
En Lot-et-Garonne, une petite commune a fait effectuer une campagne de mesure sur un pylône TDF. En Charente, un adjoint au maire est en permanence agressé par une personne hypersensible qui entend des bourdonnements depuis l’installation du Wi-Fi. En Savoie, une nouvelle antenne Wi-Fi a été mise en place sans aucune concertation. A Sainte-Marie-de-Ré, la maire doit faire face, seule, à la mobilisation au sujet d’une antenne SFR/Orange implantée à une quinzaine de mètres de l’école élémentaire. “Plus d’un Français sur deux ne croient pas les scientifiques au sujet des effets des ondes électromagnétiques. C’est la pire situation que puissent connaître aujourd’hui les maires, les opérateurs et les juges”, a reconnu Martin Guespereau, directeur de l’Afsset (Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail), en rappelant notamment les conclusions de son récent rapport. “Nous sommes dans l’incertitude scientifique. Mais des signaux nous conduisent à agir sur les téléphones d’abord puis sur l’abaissement du seuil d’émission sur certains points atypiques de concentration qu’il faut cartographier de manière systématique.” Il est exact que les 17.000 mesures réalisées sont faites “à la demande des élus, des riverains, des associations” et non pas de manière statistique sur tout le territoire, a reconnu Arnaud Miquel pour l’Agence nationale des fréquences. En outre, certains “margoulins” font des mesures qui ne sont pas fiables… Il faut dire que l’exercice est précisément encadré.

Violence dans les réunions publiques locales

 

Rappelant ses guides édités en 2004 puis 2008, cette “bible des relations que les opérateurs devraient avoir sur le terrain avec les élus”, Jean-Marie Danjou, délégué général de l’Association française des opérateurs mobiles (Afom) a reconnu le mauvais climat des séances publiques que les opérateurs qualifient entre eux de “réunions tomates”. Certaines rencontres en arrivent parfois jusqu’aux mains ! Les travaux engagés par le gouvernement dans le cadre du Grenelle des antennes permettraient, selon lui, de sortir du “dialogue de sourd entre opérateurs et associations de riverains”. Mais les opérateurs ne sont pas légitimes pour porter les paroles en terme de santé publique tout en attirant l’attention sur l’écueil d’une baisse du niveau d’émission partout : “Si on baisse la puissance de toutes les antennes, ça ne va plus marcher !”, a-t-il prévenu. Julia Velut, rapporteur du comité opérationnel inauguré en juillet dernier suite au Grenelle, a justement précisé le calendrier des travaux en cours. A l’occasion de sa prochaine réunion fin novembre, le choix sera arrêté pour les expériences d’abaissement des seuils d’émission dans une vingtaine de communes (281 candidatures, soit 238 collectivités locales). Cinq communes expérimenteront, en outre, les nouvelles procédures de concertation et d’information locale. Les tests devraient démarrer début décembre avec un rendu prévu en avril “et au plus tard avant l’été”. L’ensemble des résultats de ces travaux sera diffusé, sur un site portail interministériel consacré aux radiofréquences, déjà en cours d’élaboration. Le rapporteur a aussi rappelé le service d’assistance sur les champs électromagnétiques pour les collectivités, mis en place par le ministère de l’Ecologie et l’Ineris (Institut national de l’environnement industriel et des risques). Ce service en ligne propose des informations, des questions/réponses ainsi qu’une ligne téléphonique. Il permet notamment l’envoi d’un expert dans le cadre des réunions publiques organisées par les élus sur le terrain. “La position de l’AMF est constante sur ce sujet. Si le maire peut avoir un avis en matière d’esthétisme sur les forêts d’antennes qui se déploient de manière anarchique sur le territoire, il n’est pas de sa compétence de juger de leur nocivité ou non. C’est à l’Etat de se prononcer et d’édicter des règles”, a conclu Daniel Nouaille.

Luc Derriano / EVS

Pour lire l’article sur le site cliquer ici

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Rieumes. Antennes relais : le dossier gelé


   Publié le 18/11/2009 03:47 | LaDepeche.fr

Un collectif d’habitants du village s’oppose à l’installation detrois nouvelles antennes relais pour Orange au sommet du château d’eau.

Dans un communiqué le collectif précise «Des habitants de Sainte Foy ont découvert que la mairie avait autorisé, sans concertation préalable, l’installation de trois nouvelles antennes pour Orange alors que le village est déjà couvert pour les trois opérateurs.

«sacrifice de la santé au nom du confort»

Au vu des éléments alarmants du rapport Bio-Initiatives 2007, « le principe de précaution » est invoqué par le collectif qui souhaite s’opposer à l’installation de ces antennes qui seraient installées au centre du village à proximité des habitations et lieux de vie et demande « de ne pas sacrifier la santé au nom du confort ».

Le collectif a exprimé ses inquiétudes, demandé le retrait de cette autorisation de travaux et a formulé des demandes diverses, auprès de la municipalité.

Il demande le retrait des antennes et pour cela des recours administratifs ont été déposés, à titre individuel et collectif. Il sollicite une réunion publique avec la municipalité dans un souci d’information à la population et espère que la mairie pourra retirer son arrêté de non opposition à l’installation de ces antennes.

Le collectif fera circuler une pétition sur la commune.

Adresse internet du « collectif des riverains de Sainte Foy de Peyrolières» antennestefoy@free.fr

La mairie prévoit une réunion publique

Dans un communiqué François Vives le maire précise : «Les membres du conseil municipal et moi-même nous sommes réunis à titre exceptionnel, le mardi 10 novembre. Nous souhaitons prendre en compte les commentaires des riverains et de l’association des parents d’élèves concernant le projet actuel de l’opérateur Orange.

De ce fait, nous demandons au Syndicat Intercommunal des Eaux des Coteaux du Touch, propriétaire du château d’eau, de geler le dossier.

Nous confirmons cependant la nécessité de renforcer la couverture en téléphonie mobile sur le territoire de la commune.Une réunion publique, en présence de l’opérateur, est en préparation. La date sera communiquée ultérieurement par voie d’affichage et par sa mise en ligne sur le site Internet de la commune».

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Pamiers. Les antennes de la colère


   Publié le 18/11/2009 09:43 | S.Polycarpe

Société. Les habitants de la rue des Cheminots ont découvert qu’un relais de téléphonie mobile devrait s’implanter très prochainement sur le quartier.

Les habitants du quartier Fémouras sont furieux depuis qu’un beau matin, il y a une dizaine de jours, alors qu’elle se promenait, Claudette découvre par hasard un panneau de demande de permis de construire flambant neuf, daté du 25 septembre 2009, pour l’installation d’une antenne Bougues Télécom de 33 mètres de haut, sur le terrain de l’imprimerie Polito. Si aucune objection n’est faite d’ici le 25 de ce mois, la délivrance d’autorisation sera effective. Le sang de Claudette ne fait qu’un tour. Elle en avise immédiatement les habitants du quartier qui, tour à tour, viennent contempler l’objet de leur colère.

« Je ne comprends pas comment la mairie a pu donner son accord alors que la puissance de l’émetteur n’est même pas indiquée sur la demande de permis de construire », tempête Marie.

De son côté, le propriétaire du terrain qui recevrait cette plateforme ne pensait pas mettre ainsi en émoi tout un quartier. « Lorsque Bouygues m’a contacté pour louer un emplacement afin d’y installer une antenne relais, précise Michel Polito, je leur ai demandé qu’ils me fournissent tous les papiers attestant la non-nocivité des ondes. Je les ai fait étudier par mon avocat et mon notaire qui m’ont dit qu’il n’y avait de problème ».

Toujours est-il que les riverains de la rue des Cheminots ont pris le taureau par les cornes et ont constitué un collectif. Ils ont contacté « les Robins des Toits » pour s’informer des démarches nécessaires pour arrêter le projet. Une pétition qui a circulé dans le quartier, et obtenu près de 100 signatures, a été déposée à la mairie en guise de recours.

De son côté, la mairie semble surprise de la tournure que prend cette affaire. Elle a reçu un dossier de demande d’implantation d’antennes en bonne et due forme de la part de Bouygues Télécom avec la certification, charte à l’appui, que : « le champ radioélectrique maximum produit par la station serait inférieur à la valeur référence du décret n° 2002.775 du 3 mai 2002 ». Sauf que le terrain de l’imprimerie Polito fait partie de la zone industrielle. Et en ce lieu, le seuil maximal légal de 3V/m pour la téléphonie mobile ne rentre pas en ligne de compte. Le décret stipule également qu’aucun établissement particulier de notoriété public, tel un collège par exemple ne doit être situé dans un rayon de 100 m de l’antenne. Ce sur ce sujet, David est plus réservé : « Le collège Bayle est situé à environ deux cents mètres à vol d’oiseau, or les rayons électromagnétiques se diffusent jusqu’à six cents mètres. Sans compter les salles de sport et les entreprises à risques qu’il y a tout près ».

Bref ,c’est la psychose du côté de la rue des Cheminots. « Nous avons regardé sur internet un rapport descriptif du syndrome d’intolérance aux champs électromagnétiques, poursuit Marie. Il est bien dit que le risque est réel, notamment chez les enfants ». Il est vrai que la lecture de ce rapport, rejeté par certains scientifiques, fait froid dans le dos.

En fait, c’est peut-être la nébulosité qui règne autour de l’implantation de cette antenne qui attise le plus les peurs des riverains qui à l’unisson pensent : « On nous cache quelque chose ».

Affaire à suivre.

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Pradines. Les antennes relais installées


   Publié le 10/11/2009 03:50 | B.-H. S.-P.

Les opposants à l’implantation d’un mât, devant accueillir trois antennes relais de téléphonie mobile à Pech Poutary, s’étaient mobilisés et, début octobre, avaient barré aux camions de travaux l’accès du château d’eau. Délogés par la police, ils s’étaient rendus au tribunal de grande instance afin d’engager une procédure en référé.

« On nous a baladés de tribunal en préfecture, de préfecture en huissier, d’huissier en avocat. Nous avons laissé tomber, surtout que nous sommes une petite association sans argent et que les avocats que nous avons vus n’étaient eux-mêmes pas d’accord sur la meilleure procédure à suivre. Maintenant, seul le recours devant le tribunal administratif, engagé en avril, se poursuit », explique Mme Ousset, présidente de l’association Pech Poutary.

En attendant, les travaux ont été réalisés sur le terrain : le mât et ses antennes relais viennent d’être installés près du château d’eau. Elles devraient être opérationnelles très prochainement. « Nous regardons ces antennes avec beaucoup d’amertume. Elles nous narguent. Nous attendons et espèrons que dans les années qui viennent, des scientifiques intègres et impartiaux montreront qu’on avait raison », conclut Mme Ousset.

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Labège : Gronde anti-ondes


   Mis à jour 08-11-2009 21:08

Un nouveau collectif s’est créé contre l’installation d’un relais téléphonique route de Labège. Les riverains s’opposent au projet envisagé par SFR.

Un soir, l’été dernier, Jean-Claude Carlet découvre par hasard qu’une antenne-relais SFR d’une hauteur de 25 mètres va être prochainement installée route de Labège, sur le terrain d’une entreprise voisine, Illibox. “Nos maisons ne ressembleront plus à rien avec un tel poteau sous nos fenêtres, sans compter les éventuels problèmes de santé”, peste le riverain.

Depuis, avec une cinquan­taine de ses voisins, ils se sont rassemblés au sein d’un collectif afin “d’empêcher l’édification du truc”. Un recours a été déposé à la mairie, mais la demande a été rejetée. “La réglementation actuelle ne nous permet pas d’intervenir dans le domaine privé”, explique Elisabeth Belaubre, adjointe à l’environnement.

Chez Illibox, qui loue une parcelle de 25 m2 à SFR depuis plus d’un an pour un montant tenu secret, on se dit un peu surpris. “Des antennes, il y en a partout dans Toulouse, on ne va pas toutes les retirer”, se défend le directeur, Eric Perino. Chez SFR, qui réalise chaque année une dizaine de nouvelles implantations, on tente de calmer le jeu.

“Conformément aux demandes des services d’urbanisme de la mairie, l’antenne installée route de Labège sera un tripode en bois. Nous avons reçu tou­tes les autorisations. Les travaux sont prévus dé­but 2010”, conclut le “monsieur environnement” de l’opérateur téléphonique, Philippe Cometti. Le nouveau collectif devrait se réunir cette semaine pour décider des actions à mener, mais la tâche s’annonce ardue.

 

Julie Duquenne
Metrofrance.com, à Toulouse

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Antennes relais : l’absence de risque identifié s’oppose au doute raisonnable

Lavoixdunord.fr   vendredi 06.11.2009, 05:03 – La Voix du Nord

 La ville sera-t-elle condamnée. Jugement rendu dans quelques semaines...

La ville sera-t-elle condamnée. Jugement rendu dans quelques semaines…

ON EN PARLE |

Bernard Despierre, l’élu Vert, a suivi, hier matin, l’audience du tribunal administratif sur les antennes relais. Le rapporteur public a demandé la condamnation de la ville à 1 000 E pour chaque opérateur.

Deux dossiers y étaient évoqués. Le premier touchait à la délibération votée à l’unanimité en novembre 2008 instaurant un moratoire d’un an sur l’installation d’antenne de téléphonie, de demande d’étude épidémiologique, etc. à Tourcoing. Les juges ont déjà eu à juger de l’urgence de la délibération et la ville avait perdu en première instance et en appel. Le représentant du ministère public a demandé l’annulation de la délibération sur le fond.

En juillet, juste après l’attaque du préfet contre la délibération municipale, le maire avait, sur les principes de précaution et dans le cadre de son pouvoir de police, pris un arrêté allant dans le même sens. C’est cet arrêté que Bouygues, Orange et SFR, ainsi que le préfet, ont décidé d’attaquer.

« La mairie de Tourcoing a voulu limiter l’exposition de la population pour les protéger », insiste Jean-Louis Brochen, un des deux avocats de la ville. Il explique que le maire, en faisant le choix du moratoire d’un an, attendait le rapport de l’Agence française de sécurité sanitaire, de l’environnement et du travail qui est tombé en octobre dernier.

L’avocat de Bouygues l’a visiblement bien lu mais n’en tire pas les mêmes conclusions que Me Forget, avocat parisien spécialisé dans les risques liés à la téléphonie. « Certes, on y lit qu’il faut réduire dans l’absolu les champs électro magnétiques (…) Le rapport conclut à l’absence de risque sanitaire. » Pour Orange, toutes les procédures engagées par des riverains contre l’installation d’antennes ont abouti des rejets judiciaires. Pour SFR, on parle de cas graves, « de cancers, de choses à faire peur à tout le monde ». « Le rapport conclut qu’il n’y a pas d’effet sanitaire à court terme ou à long terme des radios fréquences et donc pas de risque identifié pour les populations riveraines.(…)Trois ministres ont pris le risque de publier un communiqué dans ce sens ! » Ironiquement, Jean-Louis Brochen admira « les certitudes scientifiques des apprentis sorciers. » S’adressant au juge, Me Forget déclara : « est-ce que vous pensez qu’il existe un risque raisonnable ? L’AFSSET parle de doute mais pas de risque identifié. On n’a pas démontré formellement qu’il y avait un danger, il y a toujours la même incertitude scientifique. » Là encore, c’est un rapporteur public très remonté qui demanda l’annulation de l’arrêté du maire. Ses raisons ? Des erreurs de droit et d’appréciation.

Le pouvoir de police en matière de télécommunication n’appartient pas aux maires mais au ministre. Il n’y a pas eu de risque de trouble à l’ordre public. « On ne peut se contenter d’un simple mécontentement de la population ! » Il demanda aussi condamnation de la ville à 1 000 E pour chaque opérateur.

« Alors que l’État va lancer des tests dans certaines villes pour des émetteurs limités à 6 volts par mètre, être condamné pour avoir pris une délibération dans ce sens serait un peu curieux, non ? » se demande Bernard Despierre. Jugement d’ici quelques semaines. •

CHRISTIANVINCENT

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Foix. Quelle est la puissance des ondes sur la ville ?


   Publié le 03/11/2009 09:19 | E.D

Courant octobre, la ville a demandé au CRIIREM d’analyser la puissance des ondes sur certains secteurs de la ville.

Les résultats de l'étude seront connus fin décembre-début janvier. Photo DDM, Florent Raoul.

Les résultats de l'étude seront connus fin décembre-début janvier. Photo DDM, Florent Raoul.
DDM

Avec toutes ses antennes, la ville de Foix est un lieu où les ondes (diverses et variées) sont très présentes. Mais quel est leur impact sur la santé des Fuxéens ? Pour le savoir, il faut d’abord mesurer leur force.

Depuis longtemps, le groupe des Verts au sein du conseil municipal demandait qu’une étude soit lancée sur le sujet. Comme s’y était engagé le maire, elle a été réalisée le 15 octobre. C’est le Centre de recherche et d’information indépendante sur les rayonnements électromagnétiques (CRIIREM) qui a été chargé du dossier.

Basé au Mans, cet organisme indépendant, qui existe depuis 2005, pratique des analyses sur toute la France. Le bureau du CRIIREM réunit des scientifiques, des experts des pollutions de l’environnement. Il est accompagné d’un conseil scientifique, le « comité des sages », composé de médecins et d’universitaires reconnus, spécialistes de l’électromagnétisme naturel, biologique et artificiel.

Le 15 octobre, un ingénieur d’Angers, accompagné de Danielle Delavergne, adjointe au maire, a effectué plusieurs mesures à différents points de la ville exposés aux champs magnétiques. Une première a été réalisée dans le centre culturel, une seconde sur le site de la future piscine, la troisième aux Bruilhols et la quatrième au Capitany.

Dans un premier temps, l’ingénieur a mesuré la densité des champs magnétiques grâce à une sonde. Puis à l’aide d’un spectre, il a déterminé d’où provenaient ces ondes. Grâce à ces différentes mesures, il sera capable de donner la puissance maximale d’ondes reçues par une personne à un endroit donné et en fonction de l’heure.

Les résultats vont être maintenant analysés par le CRIIREM. Ils seront communiqués à la municipalité fin décembre ou début janvier. Le rapport ne fera aucune préconisation de santé publique. Il se contente de donner la puissance maximale des ondes. « Après, les particuliers ou les mairies en font ce qu’ils veulent », indique le centre.

« Je suis très contente que les mesures aient été effectuées. C’était une priorité pour le groupe des Verts. Depuis très longtemps, on sait que le portable émet des ondes qui ont un impact sur la santé. Pour les antennes, c’est plus compliqué. On avance petit à petit. Mais, il vaut mieux prévenir que guérir », assure l’adjointe au maire.

Reste maintenant à connaître le résultat des analyses et quelle sera la décision de la mairie s’il y a un éventuel impact sur la santé ?

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Antennes-relais : « Le jour où on saura vraiment, il sera trop tard »


  mardi 03.11.2009, 05:02 – La Voix du Nord

 Profiter de son jardin et de ses bêtes ou se poser sur sa terrasse, un plaisir auquel Renée Tassart ne se risque plus.

Profiter de son jardin et de ses bêtes ou se poser sur sa terrasse, un plaisir auquel Renée Tassart ne se risque plus.

 PAR ARIANE DELEPIERRE

 calais@lavoixdunord.fr PHOTO JEAN-PIERRE BRUNET

SANTÉ |

Fin 2006, un couple de Coquellois, comme d’autres riverains de l’avenue De-Gaulle, voyait une antenne sortir de terre au fond du jardin de leur voisin. Trois ans ont passé. Monsieur, décédé des suites d’une tumeur généralisée, n’est plus là pour en parler. Madame, tout juste guérie d’un cancer du sein, n’a pas envie de rester. L’antenne-relais, elle, continue d’émettre ses ondes électromagnétiques.

C’est un joli jardin où broutent paisiblement un poney et des chèvres. Ce qui au premier abord ressemble à un petit paradis s’est transformé en enfer pour Renée Tassart et son compagnon Albert Vandewalle le 11 novembre 2006, quand l’opérateur Orange a érigé un mât de 12 mètres dans le jardin du voisin, à une cinquantaine de mètres de leur maison. « Quelques jours avant l’installation, la mairie nous a demandé notre avis. On a tous dit qu’on était contre ! Mais c’était trop tard », se souvient Renée. Malgré la levée de bouclier, l’antenne voit le jour, au grand désarroi des voisins. « Ils l’ont plantée en catimini. Un jour férié en plus ! » s’indigne une riveraine. D’autant que pour ce type d’installation chez un particulier dont la hauteur ne dépasse pas les 12 mètres de haut, nul besoin de permis de construire. Orange a beau dire qu’il n’y a aucun danger, les habitants ne sont pas rassurés.

De son côté, la mairie, se sentant prise au dépourvu, délivre un arrêté municipal interdisant la pose d’une antenne à moins de 300 mètres d’habitations ou d’un lieu public (lire ci-contre). « Face à l’inquiétude légitime des gens et en raison de l’absence de consensus parmi les experts de la communauté internationale sur les risques sanitaires liés à l’exposition aux ondes magnétiques, cela aurait été une erreur et une faute professionnelle de ne pas réagir », plaide Olivier Desfachelles, directeur général des services.

« Albert passait sa vie dans son jardin torse nu. Avec cette antenne, j’avais peur, je lui disais de mettre un tee-shirt », raconte Renée. Coïncidence ou pas, les soucis de santé d’Albert, qui aurait fêté ses 71 ans dans deux mois, commencent. Des problèmes oculaires, une petite tumeur dans le dos, soignés. Le Coquellois se remet à peine que sa compagne tombe malade en mai 2008. Cancer du sein. Des mois de chimio plus tard, quand Renée semble tirée d’affaire, les médecins diagnostiquent une tumeur au cerveau chez Albert. « C’était en décembre », soupire Renée. Le cancer se généralise à une vitesse fulgurante pour emporter son compagnon en avril. « Je ne sais pas si c’est l’antenne et je n’en aurai peut-être jamais la preuve. Mais c’est surprenant. D’autant qu’on n’est pas les seuls. Les médecins ne se mouillent pas. Ils ont des doutes, jamais de certitudes », déplore-t-elle. « Ces antennes-relais, c’est comme l’amiante. Quand on saura vraiment, il sera trop tard », conclut-elle, avec ce sentiment malsain d’être prise pour un cobaye. • Pensez-vous que les antennes-relais fassent courir un risque à la population ? 

Lire l’article sur la Voix du Nord

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Antennes-relais: moratoire sur de nouvelles installations à Stains

ROMANDIE NEWS

BOBIGNY – La ville de Stains (Seine-Saint-Denis) a pris un “moratoire” suspendant, jusqu’à une date indéterminée, l’implantation d’antennes-relais, dans l’attente des résultats d’expérimentations sur les seuils d’exposition aux ondes électromagnétiques.

“Au nom du principe de précaution, le conseil municipal du 22 octobre a adopté un moratoire sur toute nouvelle implantation d’antennes-relais”, a annoncé la mairie jeudi, dans un communiqué.

Cette mesure durera tant que les résultats d’expérimentation ne seront pas connus et “tant qu’un dialogue constructif avec les opérateurs n’aboutira pas à un engagement écrit de leur part sur des seuils d’émissions beaucoup plus bas”, précise-t-elle.

12 antennes-relais sont installées sur le territoire municipal.

(©AFP / 29 octobre 2009 15h22)

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Périgeux : Un quartier se mobilise contre une antenne-relais

   
                  Jeudi 29 Octobre 2009
Un physicien de l'association Priartem, Daniel Oberhausen, est venu hier pour estimer les nuisances avec son polluomètre. (Photo Jean-Christophe Sounalet)

Un physicien de l’association Priartem, Daniel Oberhausen, est venu hier pour estimer les nuisances avec son polluomètre. (Photo Jean-Christophe Sounalet)

Le sujet, sensible, soulève interrogations et inquiétudes. Les habitants d’un quartier de la périphérie de Périgueux, Gay-Lussac, partent en guerre contre une antenne-relais de téléphonie mobile, implantée juste derrière des immeubles HLM. Ils entreprennent une action pour la faire déplacer.

« Ça dure depuis quatre ans. On a vu monter l’antenne, mais on ne nous a jamais donné d’explication. On ignore toujours qui est l’opérateur. On a envoyé des pétitions à la municipalité précédente, on s’est adressé à la préfecture, mais on n’a pas eu de réponse. On se sentait isolés, on ne savait pas quoi faire », rappelle Lionel Juste, président de l’amicale des locataires.

Le déclic est venu au moment du repas de quartier d’Immeubles en fête, au printemps dernier. Les habitants ont rencontré Olivier Desmesure, conseiller municipal et membre de Périgord Écologie. Les deux associations décident d’unir leurs efforts.

Des troubles du sommeil

Hier après-midi, Daniel Oberhausen, physicien de l’association Priartem (Pour une réglementation des implantations des antennes-relais de téléphonie mobile), s’est rendu sur place. Muni d’un polluomètre, un appareil qui estime l’exposition aux ondes electromagnétiques, il a fait le point de la situation sur le terrain.

« Il y a bien des nuisances », a-t-il constaté. L’appareil a révélé qu’elles étaient plus fortes dans un appartement au cinquième étage, juste en face de l’antenne que dans la cour des immeubles.

« C’est une pollution invisible. » Pour les habitants, cela se traduit par des troubles divers. « Je n’arrive pas à m’endormir. Mais quand je quitte ma chambre, qui est en face de l’antenne, pour aller m’allonger sur le canapé du séjour, de l’autre côté, ça va mieux », poursuit Lionel Juste.

« Mon épouse souffre de migraines. Ma fille a vu ses allergies augmenter ». Il cite aussi le cas d’une voisine qui se réveille toutes les nuits en proie à des maux de tête ou d’un bébé qui pleure beaucoup.

Retirer l’antenne

Une réunion d’information était organisée hier soir. Elle avait pour objectif de mettre en lumière les risques pour la santé que font courir de telles installations : « Des tribunaux donnent désormais raison aux comités de locataires pour faire retirer des antennes, voire annuler l’implantation de celles-ci », ont souligné les animateurs.

L’association des locataires de Gay-Lussac va demander à la Ville de faire réaliser une expertise par un organisme agréé. Puis un contact sera pris avec l’opérateur pour lui demander de retirer l’antenne.

Auteur : Chantal Gibert

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Hérouville bloque l’installation d’antennes-relais

  
       jeudi 29 octobre 2009

Archives Ouest-France

Une dizaine d’antennes-relais sont implantées à Hérouville. : Archives Ouest-France

En application du principe de précaution, la commune s’apprête à geler les implantations de relaisde téléphonie mobile. Et, début 2010, elle organise un colloque sur le danger des ondes.

L’initiative

Hérouville-Saint-Clair a déjà décidé, en avril, de supprimer le Wi-Fi dans ses écoles. Ce devrait être chose faite d’ici la fin de l’année. Mais avec les nouvelles technologies, les ondes sont partout. « Et je ne veux pas qu’on me dise dans quelques années, comme ça a été le cas pour l’amiante : « Si on avait su » », martèle le maire MoDem, Rodolphe Thomas, par ailleurs candidat aux Régionales.

La Ville s’apprête à décréter un moratoire sur toute nouvelle installation d’antennes-relais de téléphonie mobile (GSM et 3G). La décision devrait être prise lors du prochain conseil municipal, le 23 novembre. La municipalité entend appliquer strictement le principe de précaution. Les élus hérouvillais se fondent sur les conclusions du rapport Bio initiative, publié en août 2007 par un collectif de scientifiques indépendants. Il fait état du danger potentiel des ondes électromagnétiques pour la santé.

Candidatepour être « ville pilote »

Tourcoing (Nord) a été l’une des premières communes à décréter un moratoire, le 19 novembre 2008. Le tribunal administratif du Nord l’a fait suspendre en juillet. Le maire PS, Michel-François Delannoy, a fait appel. Autre moratoire à Villefranche-de-Rouergue (Aveyron), le 5 mai. La commune s’appuie sur une décision de la cour d’appel de Versailles, le 4 février : elle a fait déposer une antenne à la suite de la demande d’un riverain, pour « trouble de voisinage ».

Hérouville surfe sur la vague. Mi-octobre, la commune s’est porté candidate auprès du ministère de l’Écologie pour expérimenter les seuils d’exposition réduits : 0,6 V/m (volt par mètre), soit le niveau maximal recommandé par Robin des toits et le Criirem (Centre de recherche et d’information indépendantes sur les rayonnements électromagnétiques). Associations dont Hérouville est partenaire. En France, la norme maximale autorisée est de 41 V/m, conformément aux seuils suggérés par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et la Commission européenne.

La Ville a demandé aux opérateurs de contrôler leurs émissions d’ondes. Elle a aussi missionné Robin des toits et le Criirem pour effectuer des mesures indépendantes du niveau d’exposition auquel sont soumis les Hérouvillais. Elles doivent être faites fin 2009 – début 2010. « On espère susciter un débat, y compris local, poursuit Rodolphe Thomas. Et si notre décision est attaquée, nous nous défendrons. »

La commune compte enfin organiser un colloque sur le danger des ondes, début 2010.

Aurélie LEMAÎTRE.

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

St-Étienne-du-Bois : l’antenne-relais empêche-t-elle les curés de dormir ?


le 29.10.2009 04h00

Ain :Nuits blanches au presbytère. Les prêtres souffrent de graves troubles du sommeil. L’évêque jette l’anathème, ou tout au moins la suspicion, sur le relais de téléphonie mobile installé dans le clocher

Il y a quelque chose qui « cloche » au presbytère de Saint-Etienne-du-Bois. L’abbé Mainaud déjà n’y trouvait pas le repos. Ces trois dernières années, son successeur le père Gilly y a passé lui aussi des nuits blanches. Des insomnies telles qu’elles l’ont conduit à changer de paroisse cet été. « Je sais que le souci de vous tous est de savoir si je dors mieux à Challex » confiait-il dans une lettre adressée début septembre à ses anciennes ouailles. « Depuis lundi, j’ai pu mieux dormir. Mais je ne veux pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué. Voyons ce que réservent les jours à venir ». Dieu soit loué, le père Gilly semble « avoir repris un sommeil normal » comme il l’a confirmé un mois plus tard à l’évêque Mgr Bagnard.

Mais voilà qu’à son tour, le nouveau curé de St-Etienne-du-Bois compte des moutons qui n’ont rien à voir avec des brebis égarées ! « Par nature, je dors bien, j’ai le sommeil facile » confesse le père Samuel Meledi. « Quand j’étais dans le Pays de Gex, puis à Chatenay, aucun problème. Depuis que je suis ici, je cherche le sommeil. Je ne dors plus du tout. J’ai envie de dormir, j’essaie de faire la sieste. Mais ça ne se réalise pas ».

À la fatigue qui l’accable, s’ajoutent d’autres troubles. « Je gratte la tête. Ça ne m’était jamais arrivé avant ». Le médecin lui a prescrit un somnifère. Rien à faire. « Ça a marché le premier jour. Après, plus d’effet. Le médicament est très amer et me fatigue seulement ». Le père Samuel ajoute qu’il ignorait tout des tourments de son prédécesseur à son arrivée en Bresse. Donc, pas de psychose a priori.

En d’autres temps, l’Eglise aurait peut-être accusé le Malin. Aujourd’hui, Mgr Bagnard jette l’anathème, ou tout au moins la suspicion, sur l’antenne de téléphonie mobile érigée dans le clocher. L’Évêque prend l’affaire très au sérieux. Il a écrit une lettre au maire Denis Perron, le priant instamment de faire mesurer les rayonnements et d’agir en conséquence.

Cette prise de position n’a rien de surprenant. Au nom du principe de précaution et du respect des lieux de culte, Monseigneur entend bouter les relais impies hors des églises. Il reprend ainsi la main sur un dossier qui lui avait quelque peu échappé au départ. Aucun contrat ne sera renouvelé.

Ceux en cours pourraient être « rediscutés ».« Je ne suis pas un spécialiste mais voilà les faits » sermonne Mgr Bagnard. « Dès qu’une antenne émet, il y a quelque chose qui bouge. C’est si vrai qu’on en interdit la pose à proximité des écoles. Dès qu’un opérateur entre dans une église, nous ne sommes plus maîtres chez nous. Il va et vient, cache les clés, peut augmenter les intensités comme il veut… Non, il faut que cela cesse ».

Du pain béni pour les anti-antennes. Tempête dans un bénitier rétorquent les pro-portables. Et d’une, le contrat passé entre Bouygues, la municipalité… et l’évêché court jusqu’en 2015. Difficile d’envisager un déménagement avant, à moins que d’ici là, les autorités sanitaires reconnaissent que les relais posent des problèmes de santé. Ce qu’elles ont toujours refusé.

Surtout, l’antenne du clocher de Saint-Etienne-du-Bois ne semble pas troubler le sommeil des autres riverains, comme le montre une petite enquête de voisinage. Il faudra des investigations plus profondes pour percer le mystère des curés insomniaques.

Marc Dazy 

 

QUESTIONS à Denis Perron

Maire de St-Etienne-du-Bois, conseiller général du canton de Treffort

« Prendre cette remarque au sérieux et la traiter en prenant le temps »

Que répondez-vous à la lettre de Mgr Bagnard ?

Je vais y répondre très bientôt. Je me suis engagé à demander des mesures de champs électromagnétiques pour confirmer l’intensité des rayonnements et voir avec Bouygues ce qu’il y a lieu de faire.

Pensez-vous que ces insomnies sont liées directement à l’antenne du clocher ?

Ce serait une coïncidence étonnante. Le fait de connaître les maux dont souffrait son prédécesseur n’a-t-il pas inquiété le nouveau prêtre ? À Saint-Etienne-du-Bois, certaines zones sont bien plus exposées. L’antenne du clocher, de par sa hauteur, rayonne horizontalement et toucherait plus les habitations éloignées que la cure située juste au-dessous.

Il n’y a pas une foule de paroissiens qui se plaignent de troubles du sommeil. En tant que vice-président du conseil général, je suis plutôt assailli par les abonnés qui réclament une desserte correcte en téléphonie mobile !

Pourriez-vous déplacer l’antenne au nom du principe de précaution ?

Pour la mettre où ? En zone d’activités, il y a également des riverains très proches et des gens qui travaillent. Ce n’est pas si simple. Légalement, je ne peux pas mettre Bouygues à la porte. Ensuite, faire pression sur l’opérateur pour qu’il déplace l’antenne, serait reconnaître explicitement qu’elle cause des problèmes de santé.

Et si c’était le cas ?

Ces problèmes n’ont jamais été mis en évidence. Les études de l’AFSSAPS (*) l’ont reconfirmé. Ce qui ne veut pas dire que le risque zéro est avéré. Ce doute, je l’entends. Il faut prendre cette remarque au sérieux et la traiter en prenant le temps. On ne peut pas réagir de façon immédiate et régler un tel problème d’un coup de baguette magique.

Propos recueillis

par Marc Dazy

(*) Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé.

Le sermon de Mgr Bagnard

Dans un courrier en date du 11 octobre, adressé au maire Denis Perron, Mgr Bagnard, rappelle tout d’abord les raisons qui ont conduit le père Gilly à quitter Saint-Etienne-du-Bois : troubles du sommeil dont souffre aujourd’hui son successeur le père Samuel Meledi. « Voilà donc que se pose à nouveau le problème concernant l’antenne de ce clocher » poursuit l’évêque du diocèse de Belley-Ars. « Comment, en effet, expliquer ce qui s’est passé pour le père Gilly et ce qui passe maintenant pour le père Samuel ? Je signale ne lui avoir rien dit pour ne pas provoquer chez lui quelque chose d’ordre psychologique qui aurait téléguidé cette impression de difficulté à dormir. Vous serait-il possible de voir de près le problème de l’antenne, en particulier que soit mesurée l’intensité des émissions. Est-ce que depuis la signature du contrat en 2001, l’intensité a été augmentée et dans quelle proportion ? Il n’y a pas de doute qu’une intensité croissante peut développer des effets qui n’ont pas été ressentis au départ.

Je suis prêt à reparler de ces questions avec vous. Mais vraiment, M. le maire, il faut reprendre aujourd’hui en considération la situation telle qu’elle se présente. Je ne peux pas, étant responsable des prêtres, les laisser demeurer dans un contexte où leur santé est mise en cause ».

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Onet-le-Château. Vent de révolte contre une antenne relais


   Publié le 23/10/2009 09:05 | Denis Slagmulder

Téléphonie mobile. Les habitants du quartier Canaguet protestent contre l’installation d’un émetteur à moins de 200 m de deux établissements scolaires.

« Nos maisons sont là, à moins de deux cents mètres. De l'autre coté il y a l'école. Et malgré le principe de précaution, Orange installe une antenne relais en catimini. C'est inadmissible », disent les habitants de Canaguet, à Onet-le-Château. Photo DDM,

« Nos maisons sont là, à moins de deux cents mètres. De l'autre coté il y a l'école. Et malgré le principe de précaution, Orange installe une antenne relais en catimini. C'est inadmissible », disent les habitants de Canaguet, à Onet-le-Château. Photo DDM,
DDM

Depuis mardi, outre les rafales automnales, c’est un vent de fronde qui souffle sur le quartier de Canaguet, à Onet-le-Château. Les riverains ont vu, « en une paire d’heures », se dresser une antenne relais. Sans, expliquent-ils, avoir été informés de cette installation de téléphonie mobile. Renseignements pris auprès de la mairie, ils ont appris, avec stupeur, qu’ils ne pouvaient rien faire pour empêcher l’érection de ce pylône. Et que la mairie, elle aussi, ne possédait aucun moyen légal d’agir contre cette installation (lire encadré).

Au-delà de cette action menée « en catimini » par l’opérateur Orange, ces Castonétois dénoncent l’installation de ce dispositif dans l’environnement quasi-immédiat de leurs habitations et de deux établissements scolaires privés – l’école Saint-Viateur et le collège du Sacré-Cœur – alors qu’à ce jour, il n’existe aucune étude prouvant avec certitude la non-dangerosité de ces antennes relais. « Même les dernières enquêtes scientifiques invitent à respecter le principe de précaution », rappellent ces habitants.

L’opérateur paraît être dans son droit

Lesquels, dès mercredi matin, ont tenté de trouver une faille qui imposerait à l’entreprise de démonter son appareil. Mais l’antenne mesurant moins de 12 mètres de haut – « Nous avons trouvé 11,70 m avec un appareil laser mais cela reste tout de même à vérifier » – et ne dépassant pas le seuil d’émission d’ondes fixé par la loi, Orange paraît être dans son droit. D’autant que la société loue une partie d’un terrain privé.

Pour autant, ces riverains ne baissent pas les bras. Ce jeudi matin, ils se sont assurés de plusieurs soutiens. Celui, d’une part, d’Onet encore en vie, association opposée à l’installation d’antenne relais et qui, a-t-elle promis par la voix de son « technicien » Jean Barrié, va se saisir du dossier. Et de celui des responsables des deux établissements scolaires. Lesquels ont déjà eu à faire face à la colère de parents. Trois ou quatre familles, selon Brigitte Ginestet, présidente de l’association des parents d’élèves du collège, ont ainsi fait part de leur volonté de scolariser leurs enfants ailleurs si l’antenne restait là.

À quelques mois du lancement des travaux de construction des nouveaux bâtiments pour le Sacré-Cœur, voilà qui ferait mauvais genre.

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

TOULOUSE : Des antennes relais installées à grand bruit


   Publié le 23/10/2009 03:48 | Philippe Rioux

Téléphone mobile. A Toulouse, Béziers et Rennes, SFR a lancé une solide campagne de communication et d’explication.

Intégrer les antennes à l'environnement, une des nouvelles contraintes pour les opérateurs.

Intégrer les antennes à l'environnement, une des nouvelles contraintes pour les opérateurs.
DDM

Si les études scientifiques sur la nocivité des ondes électromagnétiques de la téléphonie mobile restent contradictoires, l’exigence légitime de transparence de la population ne cesse de croître. C’est pour répondre à cette demande, notamment exprimée lors du « Grenelle des ondes » par les associations, que SFR, deuxième opérateur télécoms en France, a décidé d’organiser une opération de communication inédite et unique en France pour l’installation de trois nouvelles antennes à Toulouse, Béziers et Rennes.

« On a souvent reproché aux opérateurs un manque d’informations, un manque de transparence. Nous avons décidé de répondre à cela en faisant mieux alors que rien ne nous y oblige, puisque nous avons bien sûr toutes les autorisations à l’installation de nos antennes », explique Patrick Caméo, chargé de communication de SFR Région Sud-Ouest. À Toulouse justement, dans le quartier Saint-Cyprien, les personnes habitant dans un rayon de 100 mètres autour de l’emplacement de la future antenne ont reçu en début de semaine dans leur boîte à lettres un courrier de Philippe Cometti, responsable environnement de SFR. Un millier de courriers a ainsi été distribué, accompagné d’un dépliant expliquant le fonctionnement d’une antenne. Mieux, un site internet a été réalisé entièrement dédié à l’antenne toulousaine (www.antennerelaisSFR-toulousesaintcyprien.fr). Le dossier de présentation du projet, qui est habituellement consultable en mairie, est téléchargeable sur le site. « Pourquoi une nouvelle antenne ? Comment sera-t-elle intégrée à l’architecture existante ? Quel est son fonctionnement ? Que va-t-elle permettre ? » sont quelques-unes des questions qui seront abordées sur le site. SFR a également ouvert une adresse e-mail (relations-regionales.sudouest@sfr.com) pour recueillir les questions des riverains. Enfin, l’opérateur va tenir deux permanences d’information mardi 27 et mercredi 28 octobre.

« C’est vraiment une première, un test. S’il est concluant, cette méthode de communication sera mise en place pour l’installation de chaque nouvelle antenne », précise Patrick Caméo.

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Mauvaises ondes


 LE MONDE | 17.10.09 | 14h02  •  Mis à jour le 17.10.09 | 14h02

L’usage du téléphone portable est-il dangereux pour la santé ? Des signaux sanitaires préoccupants existent déjà, à défaut de preuves irréfutables. Les antennes-relais de téléphonie mobile provoquent-elles des troubles ? Une cartographie des points noirs où la densité des émissions est préoccupante mériterait en tout cas d’être dressée. Face à ce constat et devant les “incertitudes” qu’ils relèvent, les experts de l’Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail (Afsset) ont opté pour la prudence : ils recommandent de poursuivre les recherches et, dès maintenant, de “réduire les expositions du public” aux radiofréquences.
Les conclusions de ce rapport renvoient à la relation contrariée qu’entretiennent aujourd’hui science et société. Les études mettant en évidence l’existence d’effets des radiofréquences sur la santé ont beau être minoritaires – neuf sur les quatre-vingt-deux passées au crible des experts -, il est nécessaire de les prendre en compte.

Car il est difficile d’éconduire les inquiets quand des milliers d’entre eux sont mobilisés comme ils le sont ; quand l'”électro-hypersensibilité” est reconnue comme maladie invalidante ailleurs, en Suède en particulier ; quand des associations de défense de l’environnement mettent en cause l’objectivité de certains experts ; quand des opérateurs sont accusés de préférer leurs profits à la santé.

Les conséquences pratiques seront plus difficiles à tirer. Pour les 58 millions d’usagers du téléphone mobile en France et pour les millions de personnes dont les habitations voisinent les cinquante mille antennes implantées sur le territoire, qu’attendre d’un message aussi peu tranché ? Quelles leçons pratiques le gouvernement va-t-il en tirer ?

Concernant les portables, l’accent va être mis sur l’information. Les industriels pourraient être contraints d’étiqueter systématiquement les téléphones afin que chacun sache à quoi il s’expose. Pour des téléphones affichant les mêmes performances, les “mauvaises ondes” peuvent varier de 0,2 à 1,8. A chacun de faire ses choix en conséquence.

S’agissant des antennes-relais, la question est nettement plus délicate. Tout en soulignant leur innocuité, l’Afsset assure qu'”il ne faut plus ne rien faire”. Pour sa part, le gouvernement se dit attaché à “la qualité du réseau”, donc à l’existence d’antennes en nombre suffisant. C’est dire si la voie est étroite et le compromis difficile à trouver. Mais il y a fort à parier que le marché devra, in fine, se plier au principe de précaution.
Article paru dans l’édition du 18.10.09

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Ondes électromagnétiques : un rapport prône la réduction des expositions


   Publié le 15/10/2009 08:47 – Modifié le 15/10/2009 à 11:29 | © 2009 AFP

L’Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail se prononce jeudi dans un nouvel avis pour une réduction des expositions, estimant qu'”il n’est plus temps de ne rien faire”, malgré l’absence de preuves formelles sur la nocivité des ondes électromagnétiques.

“N’attendons pas que les signaux deviennent des pathologies pour avancer dans la réduction des expositions”, a déclaré Martin Guespereau, directeur général de l’Afsset, pour qui “il faut se poser les bonnes questions dès aujourd’hui”, sans attendre des certitudes.

Téléphones portables, Wifi, Wimax, téléphones sans fil, radios, micro-ondes, antennes-relais, radars… nous baignons en permanence, à la maison, au bureau et même dans les espaces publics dans les radiofréquences. Il s’agit des technologies utilisant des champs électromagnétiques dont la gamme de fréquences (nombre d’oscillations en une seconde) est comprise entre 9 kHz et 300GHz.

Face au développement de la téléphonie mobile et à la montée des inquiétudes, le gouvernement a demandé en 2007 à l’Afsset une “mise à jour” d’un précédent avis de 2005, qui concluait à l’absence de risque avéré des téléphones mobiles et des antennes-relais. L’Afsset a élargi son expertise à l’ensemble des radiofréquences.

Son nouveau rapport, réalisé par un groupe de travail incluant des experts en sciences humaines et sociales et un observateur représentant les associations, va beaucoup plus loin.

Les experts ont examiné un millier d’études publiées depuis 2005, y compris le rapport BioInitiative souvent cité par les associations. Le groupe de travail a conduit aussi une trentaine d’auditions.

Les experts ont constaté que si une majorité des études ne constataient pas d’effets des ondes, un petit nombre évoquaient tout de même des effets biologiques possibles tels que l’auto-destruction de cellules ou la modification du débit sanguin cérébral.

Martin Guespéreau a fait valoir qu’on avait seulement “dix grosses années de recul” et qu’on ne pouvait donc savoir si les “signaux” qui émergent constituaient un simple “biais statistique” ou une vraie “tendance”.

Dans cette incertitude, l’Afsset a estimé qu’il fallait creuser davantage avec de nouvelles études plus précises et approfondies, et en attendant, prendre des mesures. “Dès lors qu’une exposition environnementale peut être réduite, cette réduction doit être envisagée”, tranche l’avis.

“On est loin de l’idée : +on n’a rien prouvé donc on ne fait rien+”, remarquait-on jeudi à l’Afsset, où l’on évoquait le principe de prudence ALARA (As Low As Reasonnably Achievable, aussi bas que raisonnablement possible) défendu dans le domaine environnemental, notamment en matière de radioactivité.

Pour le téléphone portable, à l’origine des niveaux d’exposition les plus élevés, l’Agence suggère notamment l’utilisation de téléphones mobiles à faible débit d?absorption spécifique (DAS), qui mesure le niveau de radiofréquences émis par le portable.

Pour les antennes-relais, elle demande une cartographie des zones présentant les intensités les plus fortes (où se croisent des faisceaux d’ondes) et une réduction des niveaux d’exposition dans ces zones, ainsi que la mutualisation des émetteurs. En revanche, elle met en doute l’opportunité de réduire le niveau d’émission de toutes les antennes, comme le souhaiteraient les associations.

Et faute de “pouvoir prouver l’inexistence d’un risque”, l’agence suggère aussi, plus globalement, “l’usage modéré des technologies sans fil”.

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

A Villeneuve-de-la-Raho, des antennes-relais accusées de propager des "troubles en pagaille"


LE MONDE | 15.10.09 | 16h28  •  Mis à jour le 15.10.09 | 16h28

Au 6 de la rue Faratjal, Gilbert Camps souffre d’insomnies et de fatigue chronique. Sa voisine du 4 a eu un cancer, tandis que son mari se dit “fatigué comme s’il avait 90 ans”, lui qui n’en a pas soixante. Point commun : leurs maisons se situent à quelques mètres du château d’eau. Planté en plein cœur de Villeneuve-de-la-Raho (Pyrénées-Orientales), un village de près de 4 000 habitants proche de Perpignan, ce château d’eau est hérissé d’antennes-relais de téléphonie mobile.

Vingt-cinq antennes – quatorze, selon l’Agence nationale des fréquences – devenues la bête noire des habitants, qui leur attribuent une augmentation de leurs problèmes de santé. Yasmine Gatonas, une infirmière libérale qui sillonne le village depuis des années, constate “des accidents vasculaires cérébraux (AVC) en pagaille, des troubles du comportement, des céphalées, de la tension qu’on ne peut plus réguler”.

Un des quatre médecins du village, dont le cabinet est situé à proximité du château d’eau et dont la clientèle est constituée de ces mêmes riverains, confirme “formellement”, lui aussi, “une augmentation des cancers, des leucémies et tout un tas d’autres plaintes”, sans pouvoir assurer qu’elles sont liées à une électro-sensibilité ou à une pathologie des ondes.

Pour tous, la conclusion s’impose : il faut éloigner ces antennes, estime l’association Un mât pour les ondes (Umplo). Un sigle qui n’a rien à voir avec la couleur politique de la députée (UMP) et maire de la commune, Jacqueline Irles, accusée de faire le jeu des trois opérateurs, SFR, Bouygues et Orange, en refusant toute solution d’éloignement des “maudites” antennes.

Du coup, la querelle sanitaire se double d’une querelle de personnes, opposant des administrés dont beaucoup ont “voté pour elle” à une élue qui se demande si “le déplacement (des antennes) n’aggraverait pas le problème”. A quoi s’ajoute le fait que le château est sous concession de la communauté d’agglomération.
Des difficultés qui font de Villeneuve-de-la-Raho un cas d’école du casse-tête des antennes.

“On ira jusqu’au bout”

Pour la présidente de l’association Umplo, Maryse Batlle, l’inquiétude a commencé en 1998, année de l’installation des premières antennes. En 2002, elle est atteinte d’un cancer. Entre-temps, elle s’est “documentée sur les ondes électromagnétiques”. Elle dit prendre conscience que les maladies se multiplient dans le quartier. “Sur un plan, j’ai mis un point jaune pour les cancers, vert pour les Alzheimer et rouge pour les AVC.” Aussi, quand, en 2007, on annonce aux habitants que “la rue va être bouchée pour des travaux afin d’installer de nouvelles antennes”, son sang – et celui des riverains alertés – ne fait qu’un tour.

L’association est créée en avril 2008, une pétition recueille la signature de 750 personnes, la vitrine de la boulangerie se couvre de tracts. Le 15 décembre, les membres d’Umplo s’allongent sur la chaussée pour empêcher le stationnement d’un camion-nacelle. Depuis, les événements s’enchaînent, aggravant l’incompréhension entre la mairie et Umplo. C’est mesures (des émissions) contre mesures, spécialiste contre spécialiste. La solution, un temps envisagée, de placer les antennes sur des terrains communaux est abandonnée.

“On nous prend pour des doux dingues, mais on ira jusqu’à bout”, assure Paulette Palau un des membres actifs de l’association. Radicalisés, les (anciens ?) électeurs UMP s’emploient à construire un réseau pour leur combat. Le Déplacement des antennes-relais dangereuses tente de fédérer des associations au niveau départemental. Le Comité régional ondes santé est en gestation. Un procès aussi, des riverains ayant décidé d’assigner les trois opérateurs en justice.

Brigitte Perucca

Article paru dans l’édition du 16.10.09

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

ONDES : Toutes les recommandations de l’Afsset

   NOUVELOBS.COM | 15.10.2009 | 12:00

Voici les principales recommandations sur les ondes électromagnétiques émises par l’Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail (Afsset), publiées jeudi 15 octobre :

TELEPHONES MOBILES :
– “privilégier” les appareils à faible émission (DAS ou débit d’absorption spécifique, qui mesure le niveau de radiofréquences émis par le portable).
– “généraliser la mise à disposition des indicateurs d’exposition maximale pour tous les équipements personnels utilisant la technologie des radiofréquences (téléphones portables, téléphones sans fil, veille-bébé. Développer des “labels intelligibles”).
– “réduire l’exposition des enfants en incitant à un usage modéré du téléphone portable”
– mettre en œuvre des outils simples permettant de réduire les expositions: interrupteurs permettant de désactiver les émetteurs lorsqu’ils ne fonctionnent pas (wi-fi, modem ….), accès filaires multiples sur les modem wifi sans surcoût, recours au kit piéton.

ANTENNES-RELAIS :
– “recourir aux exposimètres portables afin de mieux caractériser les expositions individuelles”.
– “identifier et cartographier les lieux présentant des valeurs sensiblement plus élevées que le niveau ambiant” et “proposer des procédures visant à réduire l’exposition dans ces lieux”.
– “peser avec soin les conséquences, pour la population générale et pour les utilisateurs de téléphone mobile, d’une réduction de la puissance des antennes relais qui pourrait conduire à l’augmentation de l’exposition à la tête aux radiofréquences émises par les téléphones mobiles”.
– “favoriser la concertation et le débat autour des nouvelles implantations ou modifications d’émetteurs radiofréquences (…) en impliquant l’ensemble des acteurs concernés”.
– mutualiser les émetteurs entre opérateurs de téléphonie mobile.

ELECTRO-HYPERSENSIBILITE
(symptômes parfois attribués aux ondes):
– “développer et évaluer un outil de diagnostic clinique”
– “définir des modalités d’une prise en charge globale des sujets hypersensibles”.
– “organiser un suivi des patients”
– “développer des travaux de recherche”.

(Nouvelobs.com avec AFP)

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

CALUIRE : 12 cancers sur 20 logements : la piste des antennes


  le 07.05.2009 06h00

Caluire arriverait en 3e position des villes françaises sur 500 mesures électromagnétiques derrière Lyon 3e et Paris. En médaillon, l'une des antennes / Photos Julie Olagnol


Des habitants de l’avenue Fleming à Montessuy, cernés par les antennes de téléphonie mobile, ont organisé une réunion d’information pour tenter d’évaluer la réalité des risques

Douze cas de cancers divers en huit ans dans un immeuble de l’Opac du Rhône de 20 appartements. C’est le triste constat des locataires du 101 avenue Fleming, touchés par la maladie à tous les étages, excepté au rez-de-chaussée et au dernier. Pure coïncidence ou conséquence sinistre de la présence d’antennes de téléphonie mobile ? C’est la question que se sont posée les habitants de l’avenue Fleming au cours d’une réunion sous l’impulsion de l’Association des locataires des ILN de Montessuy (Alim). « On doit continuer à s’informer. Il ne faut pas qu’on nous fasse le coup de l’amiante », explique son président, Hubert Chapu. « D’abord, chacun cherche des raisons personnelles. La loi du nombre fait réfléchir », poursuit Gabrielle Chefneux, victime d’un cancer du sein. « Autant de coïncidences deviennent un symptôme. Des études à l’étranger indiquent la responsabilité des antennes dans les cancers du tronc », explique Mme Lardon, représentant nationale de Priartem (Pour une réglementation des implantations d’antennes relais de téléphonie mobile). Sur le 101, situé en pignon de la « petite barre », trois antennes ont été dénombrées et les appartements sont directement « arrosés » par les antennes sises sur les HLM SNCF d’en face, au 22 rue Lavoisier. Sur la « grande barre », du 109 au 116 avenue Fleming, quatre antennes sont installées depuis une dizaine d’années, dont celles de la Préfecture.

Fin 2007, il était question d’installer une nouvelle antenne SFR. Une pétition de 296 signatures sur 349 logements et la présence à proximité de la crèche familiale ont permis d’abandonner cette option. « Les installations ont été gelées pour montrer que nous sommes à leur écoute. Même si des scientifiques ont prouvé que les antennes ne présentent aucun danger. Des experts indépendants ont effectué des mesures et nous respectons les seuils autorisés », rappelle l’Opac du Rhône.

Révélation inquiétante de Mme Lardon : Caluire arriverait en 3e position des villes françaises sur 500 mesures électromagnétiques. « Ça fait peur, je ne vais pas dormir ce soir », souffle une dame. Les locataires ont décidé d’alerter la mairie pour une réunion publique et la constitution d’un cadastre électromagnétique. Une enquête sanitaire auprès de la Dass est envisagée. « La tendance du Grenelle est de stopper le déploiement des antennes et de limiter leur puissance. Il est difficile d’en diminuer le nombre, mais les maires peuvent ne pas renouveler les baux. Aujourd’hui, ils risquent le tribunal administratif mais de plus en plus s’opposent aux antennes », a rappelé Mme Lardon.

Julie Olagnol

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

TOULOUSE : le contrôle des émissions laisse les opérateurs sans voix


  Publié le mardi 13 octoble par B. dv.

Toulouse candidate pour limiter les émissions d’ondes électromagnétiques à 0,6 Volts/m.

Toulouse saura fin octobre si elle est élue ville pilote pour le contrôle des émissions radio. Photo DDM archives

Toulouse saura fin octobre si elle est élue ville pilote pour le contrôle des émissions radio. Photo DDM archives
Toulouse saura fin octobre si elle est élue ville pilote pour le contrôle des émissions radio. Photo DDM archives

Toulouse, vient d’officialiser sa candidature au projet de limitation des émissions d’ondes électromagnétiques lancé par le ministère de l’Écologie, de l’Énergie, du développement durable et de la mer. Si son dossier est accepté, la ville deviendra pilote d’un test grandeur nature qui consiste à vérifier si le téléphone portable peut fonctionner dans une cité où le volume des ondes émises par les antennes relais est limité à 0,6 volt par mètre. Pour Élisabeth Belaubre, cette candidature officielle de Toulouse au côté d’une centaine d’autres villes Française est déjà une victoire en soi. Car « elle confirme l’engagement de notre collectivité dans un domaine qui suscite des inquiétudes grandissantes et légitimes chez nos concitoyens », se félicite l’adjointe en charge de l’environnement et de la santé. Celle-ci voit dans ce projet la suite logique du moratoire à l’implantation de nouvelles antennes relais sur le domaine public imposé par le Capitole, et de l’élaboration d’une charte de bonne conduite en concertation avec les opérateurs et les associations concernées actuellement en cours de rédaction. Mais côté opérateurs, la perspective de limiter le volume des émissions crée un profond malaise. Chez Bouygues Télécom, Orange et SFR, le mot d’ordre est rigoureusement le même : on ne communique pas sur ce sujet. Et lorsqu’ils se laissent aller à quelques commentaires sous le sceau de l’anonymat, les opérateurs de téléphonie redéfinissent à leur convenance les termes de l’expérimentation qui aurait pour objectif « de valider la pertinence d’une baisse des seuils d’émission, sans pour autant déterminer des valeurs prédéfinies. » D’ailleurs « cette norme de 0,6 volt par mètre mise en avant par les associations ne repose sur aucune expérience ou bilan scientifique. » Quant à la future charte de bonne conduite « elle doit aboutir à un accord sur le déploiement harmonieux de la téléphonie mobile qui prenne en compte les besoins d’information des riverains et les besoins des consommateurs. » La langue de bois passe aussi par le téléphone.


La Charte a pris du retard

La rédaction de la charte de bonne conduite qui doit être signée entre les opérateurs de téléphonie mobile, les riverains des antennes relais et la mairie de Toulouse a pris du retard.

Après deux réunions de travail qui se sont tenues en début d’été, la troisième rencontre, au cours de laquelle le texte devait être signé, et qui était programmée pour le 7 septembre ne s’est pas encore tenue. Et selon une des parties prenante au débat : « la prochaine réunion n’est pas encore planifiée. »

Lire l’article de la dépêche en PDF:

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Nîmes Antenne relais du Mont Duplan : le directeur régional d’Orange s’explique

accueil midilibre.com  

DR

DR

Jean-Christophe Arguillère, 45 ans, directeur régional d’Orange-France Télécom, a immédiatement accepté notre proposition d’interview. Il faut dire que l’affaire de l’antenne relais du Mont Duplan est un feuilleton nîmois qui illustre parfaitement la grande crainte des Français à l’égard des ondes de téléphonie mobile. Une affaire qui frise même la caricature : l’antenne surplombe trois écoles, une crèche, un jardin d’enfants. Vendredi 16 octobre, le tribunal administratif dira si le principe de précaution doit jouer, oui ou non.

Pourquoi Orange s’accroche-t-elle à ce point au Mont Duplan ?
Quand on met en place de nouveaux relais, c’est que l’on en a besoin. Le coût d’investissement d’un relais est très élevé, plusieurs centaines de milliers

d’euros. Sur la zone de Nîmes, on avait le relais de la Calandreta qui nous permettait d’écouler le trafic aux alentours, mais la mairie a souhaité qu’on l’enlève, à cause de l’école justement (en 2008, après huit ans de fonctionnement, NDLR). On essaye de travailler en bonne intelligence avec les collectivités locales. Du coup, on a demandé à la Ville qu’elle nous conseille pour qu’on puisse s’installer à un autre endroit. La proposition du Mont Duplan, nous l’avons retenue parce qu’elle nous permettait de ne construire qu’un seul pylône de 20 mètres, alors que les autres sites nous obligeaient à installer deux pylônes de 25 mètres. C’est ce que l’on a dit au sénateur-maire.

Ce pylône spectaculaire, quel en est l’intérêt stratégique ?
On a une mauvaise qualité de service, en tout cas pas optimale sur une grande partie de la ville de Nîmes, depuis qu’on a arrêté la Calandreta. On n’arrive pas à écouler notre trafic. Nos clients rencontrent des problèmes d’émission et de réception.

Quelle zone l’antenne doit-elle couvrir ?
Le centre-ville. Il faut regarder cela comme une toile d’araignée. Si l’on enlève un morceau, cela ne fonctionne plus, ou mal. Aujourd’hui, il y a un trou dans la raquette. Cette antenne est indispensable. Pour Orange mais aussi pour SFR, puisque ce pylône va servir aux deux opérateurs.

Mais tout de même, cet emplacement, avec ces écoles, ce terrain de jeux fréquenté par de nombreux enfants… Des parents sont inquiets. Vous-même, vous êtes peut-être père de famille…
Non, mais cela ne change pas le problème. Je ne suis pas un meurtrier (rires). Aux personnes qui disent que les antennes sont nocives, moi, ce que je peux dire, c’est que c’est faux. Il a été donné aux opérateurs des normes à respecter, entre 41 et 61 volts/mètre.

Justement, à la suite du Grenelle des antennes, en avril, l’Etat lance une expérimentation avec des émissions à 0,6 V/m, une norme bien plus basse et adoptée dans d’autres pays…
Ce n’est pas la norme de l’OMS, de l’Union européenne ou de la France. Ce n’est basé sur rien, les opérateurs s’y opposent. Aujourd’hui, il n’y a aucun principe de précaution qui ait été défini, y compris dans le Grenelle des antennes.

Pourtant, depuis le début de l’année, la justice a fait jouer ce principe de précaution et fait démonter plusieurs antennes en France…
Effectivement, des jugements n’ont pas été favorables à des opérateurs. Mais la plupart vont dans leur sens. Maintenant, si vous y retrouvez vos petits, tant mieux. Mais il n’y a aucune réglementation qui dise qu’il faut installer des antennes qui émettent à 0,6 V/m. D’ailleurs, si on reprend la Calandreta, des études de propagation des ondes ont montré que l’on était 500 à 1 000 fois inférieur à la norme. Et 90 % de nos antennes sont inférieures à la norme. Dès que l’antenne sera mise en service au Mont Duplan, on fera des études pour dire publiquement sa puissance.

Le tribunal administratif a décidé de statuer sur le fond avant que l’antenne ne soit branchée. Ce qui convient bien aux opposants. L’audience de vendredi vous inquiète-t-elle ?
Non, je ne vois pas pourquoi je serais inquiet alors que l’on respecte les normes et les règles municipales.

Photos Bruno CAMPELS

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

"Ne pas tenir le téléphone à moins de deux centimètres du corps"


LEMONDE.FR | 08.10.09 | 18h42  •  Mis à jour le 08.10.09 | 20h06

source : http://www.lemonde.fr/societe/article/2009/10/08/ne-pas-tenir-le-telephone-a-moins-de-deux-centimetres-du-corps_1251348_3224_1.html

Armine : Quel est l’impact des ondes sur la santé et pourquoi les études scientifiques ne tranchent-elles pas ?

Pierre Souvet : Les études scientifiques ne peuvent pas trancher car on manque de recul sur les pathologies engendrées par les ondes électromagnétiques, puisque c’est une technologie assez récente. Mais de nombreuses conséquences physiologiques et biologiques sont déjà démontrées : des études soulignent une baisse de la mélatonine, hormone du sommeil qui a aussi des propriétés oncostatiques – qui protègent du cancer. Il y a aussi des effets sur le stress oxydatif, des modifications dans l’expression des gènes, des perturbations de l’électroencéphalogramme.
Une étude égyptienne a également montré la modification du rythme cardiaque d’un foetus exposé 10 minutes à un téléphone portable ou juste après la naissance.

Yoyo : quels sont les effets physiologiques concrets des ondes ?


Entre 3 et 10 % de la population, selon les études de prévalence, présentent des symptômes d’hyper-électrosensibilité :  troubles du sommeil, maux de tête et acouphènes, troubles de concentration et d’attention, dépressions, fatigue chronique.

Sprea : Bonjour, étant musicien et réalisateur freelance, j’ai chez moi beaucoup de matériel électronique (ordinateur, synthés, bafles, écrans, Wi-Fi..) connecté. Je le laisse parfois allumé pendant la nuit, dormant 2 mètres plus loin dans la pièce à côté. Cela joue-t-il sur ma santé ? J’ai par exemple des acouphènes, cela peut-il être lié aux ondes électroniques ?


Je ne pourrais pas vous affirmer que vos acouphènes sont dues aux excès d’ondes électromagnétiques de votre appartement. Mais nous, nous pensons qu’elles ont des effets néfastes pour la santé, que je vous ai décrits précédemment, et qu’il faut réduire ce bain d’ondes électromagnétiques de façon globale. Ce bain comporte le téléphone portable, mais aussi le téléphone sans fil, les rayonnements Wi-Fi, les rayonnements Wimax et les rayonnements des antennes relais.

Nous sommes pour une prise en charge globale et non limitée. De toute façon, nous recommandons d’arrêter le Wi-Fi la nuit, car non seulement vous y êtes soumis, et également à celui de vos voisins.

Sophie : Je connais quelqu’un qui ne supporte plus sa vie à Paris à cause des ondes – Wi-Fi et autres. Est-ce prouvé scientifiquement ?


On entre dans les cas d’hyper-électrosensibilité : des gens qui ont des symptômes exacerbés qu’ils rattachent aux ondes électromagnétiques. Il est actuellement très difficile de démontrer un lien absolu avec ce rayonnement. Il faudrait faire des dosages et savoir à quel rayonnement sont soumis ces patients et faire les prélèvements biologiques sur des données dont certains confrères sont en train d’étudier la problématique (protéines de stress, débit sanguin cérébral) pour démontrer de façon absolue cette relation.

Ces gens souffrent. Le problème de la France, c’est qu’elle ne reconnaît pas ce syndrome, contrairement à des pays, comme la Suède, qui le reconnaissent officiellement.

Elie Arié, cardiologue : Ne pensez-vous pas qu’il faut commencer par désamorcer le sens magique et maléfique des mots tels que “ondes”, rappeler que nous recevons plein d’“ondes” lorsque nous discutons avec quelqu’un (sans téléphone), etc. ?


On entre dans le débat des ondes terrestres qui n’ont rien à voir avec  les ondes électromagnétiques, qui sont des ondes pulsées : vous recevez ces ondes un peu comme une mitraillette.

Lucas : Les émissions électromagnétiques existent depuis toujours (orage, Soleil…) Comment isoler les effets des machines ? Est-ce vraiment possible ?


Pour les ondes électromagnétiques, notre position est claire : nous ne souhaitons pas la fin de ces progrès technologiques. Nous souhaitons que l’exposition aux individus soit la plus raisonnable possible, selon le principe “Alara”, qui veut dire aussi bas que raisonnablement faisable techniquement, puisqu’il y a des effets biologiques démontrés, et ce sur un terme assez court, puisque la téléphonie mobile n’existe que depuis une dizaine d’années.

Steven : Sait-on si les ondes ont une influence sur l’appareil génital, plus précisément sur la qualité du sperme, peuvent-elles rendre stérile ?


Il existe deux études, à ma connaissance : l’étude Agarwald, étude indo-américaine, et l’étude Baste, sur la marine norvégienne, qui montrent une diminution de la mobilité, du nombre et de la viabilité des spermatozoïdes proportionnellement à l’utilisation de la téléphonie mobile. Cela mérite bien sûr de poursuivre les recherches dans ce sens. Un conseil simple : il est recommandé dans les notices d’appareils portables de ne pas tenir le téléphone à moins de 2 centimètres du corps. Donc essayez de ne pas positionner votre téléphone contre votre corps.

Lucasm : Est-il préférable de communiquer par le moyen d’une oreillette bluetooth ? Pourquoi ?


C’est un élément capital pour une bonne utilisation du portable. L’utilisation d’un kit piéton ou d’un bluetooth, à moindre effet sanitaire, devrait être obligatoire. En tout cas, l’éducation, notamment des enfants, qui commencent trop tôt à notre sens à utiliser la téléphonie mobile, est un élément capital. La responsabilité des fabricants est importante, car on trouve trop de kits piéton de mauvaise qualité qui se cassent rapidement et qui ne sont pas à la portée de toutes les bourses.

sprea : Mais le bluetooth ne contient-il pas d’onde nocive lui aussi ? Quand on voit les gens avec ce kit accroché à longueur de temps à leur oreille, n’est-ce pas nocif ?


Je préfère l’utilisation du kit filaire oreillette, mais il semblerait que les émissions générées par le bluetooth soient à peu près dix fois moindre que le téléphone collé à l’oreille.  C’est donc a priori un moindre mal.

Pascalou : les téléphones sans fil à la maison sont-ils aussi dangereux ?


Pour ces téléphones sans fil, selon l’étude de Hardell sur les neurinomes et les gliomes, confirmée par le rapport Bioinitiative, il existe les mêmes effets de sur-risques de tumeur chez les gros utilisateurs (une heure par jour pendant dix ans pour une utilisation toujours du même côté de l’oreille). A titre personnel, j’ai remplacé mon sans-fil par un téléphone filaire.

EwryArt : A quelle échéance peut espérer avoir des résultats scientifiques probants sur la nocivité avérée ou non des ondes ?


Je pense que cela va aller très vite, car la problématique en France était qu’on ne s’y intéressait pas, ce qui n’est plus le cas. En attendant de tout savoir et de mieux savoir, notre position est d’adopter un principe de précaution intelligent pour une bonne utilisation du portable et une action législative pour une réduction de puissance des émissions des antennes-relais.  Dans le même esprit, introduire systématiquement du Wi-Fi dans les établissements scolaires ou dans les lieux publics (on l’a vu dans la problématique des bibliothèques de Paris) n’est à notre sens pas souhaitable si l’on peut maintenir un réseau filaire classique.

Daphné : Y a-t-il eu des dépôts de plainte pour mise en danger de la vie d’autrui envers les opérateurs de téléphonie mobile et constructeurs de téléphones du fait d’un effet nocif des ondes ?


En France, il y a eu une plainte concernant deux enfants qui étaient soumis à un rayonnement d’antenne-relais, plainte civile en cours d’instruction. Par ailleurs, il y a eu un jugement récent concernant le démontage d’une antenne-relais qui était située à moins de 50 mètres d’un appartement, sous l’argument que le principe de précaution n’était pas respecté et que, devant le risque sanitaire possible, les riverains exposés à cette antenne ne pouvaient être assurés de ne courir aucun risque sanitaire.

Vincent_31 : Que pensez-vous du fait que le Grenelle des ondes électromagnétiques ait été voulu par les opérateurs de téléphonies mobiles avec pour unique but de conclure que les antennes GSM n’étaient pas dangereuses pour la santé ?

Il faut tout de même savoir que le fait de baisser à 0.6 V l’émission de ces antennes auraient un coût extrêmement élevé pour les opérateurs.

C’est la sensation, quand j’ai été auditionné, que l’on souhaitait mettre tout sur le compte du téléphone portable. Toutefois, notre sentiment est que c’est l’ensemble des ondes électromagnétiques qu’il faut prendre en compte. A la fois préconiser une bonne utilisation du portable, mais aussi réduire les autres expositions, dont celles des antennes-relais. On est d’ailleurs fortement interpellé par le fait que d’autres pays ont déjà baissé la puissance de ces antennes. Par exemple, la Chine est à 6 volts/mètre et nous à 41.
Le Parlement européen, dans le rapport Ries, demande une modification de ces normes. Sur le plan politique national, près de cinq propositions de loi, dont une il y a quelques années de Mme Kosciusko-Morizet, et en juillet 2009 des députés Lucas et Morel-Lhuissier, avec d’autres, ont proposé la réduction d’émission des antennes à 0,6 volt/m. Pour nous, cette valeur entre dans le cadre “alara”, elle est raisonnable et techniquement faisable.

André : L’Académie de médecine a fait un communiqué qui tentait de désinformer les médecins suite à l’appel des 20. Elle tenait le discours des industriels qui disaient : “Pas de problème, dormez bien, tout vas bien, c’est pas dangereux…” Avez-vous les moyens de diffuser à tout le corps médical l’état actuel des connaissances et le niveau réel du risque ?

Nous avons été choqués de cette intervention de l’Académie de médecine, alors que l’appel des 20, initié par David Servan-Schreiber, voulait simplement communiquer sur une bonne utilisation du portable.

Les mois qui ont passé nous donnent raison, puisque le Parlement européen et les parlementaires français commencent à prendre des mesures pour protéger la population, notamment des enfants.  Il n’est pas question de reproduire la problématique de l’amiante, que nous avons interdit vingt-sept ans après la Grande-Bretagne, ce qui a provoqué 100 000 morts entre 1995 et 2005. Le principe de précaution intelligent doit s’appliquer.

admini : Je suis contre le téléphone à l’école. Et vous ?


Il a été démontré par l’étude Gandhi que la pénétration des ondes électromagnétiques était plus importante sur le cerveau d’un enfant, car ses structures sont plus fines. Ce sont des populations plus exposées. Nous sommes donc d’accord avec l’amendement qu’a voté le Sénat hier. Nous avons même demandé lors du Grenelle des ondes la création de forfaits SMS, uniquement pour les plus jeunes.


Bob : Voyez-vous un danger dans les tables de cuisson à induction qui génèrent un fort champ magnétique ?


Les tables à induction génèrent un fort rayonnement électromagnétique. Il faut éviter de s’y tenir à moins d’un mètre cinquante lors de leur fonctionnement, même si la cuisson est rapide, notamment les femmes enceintes. En ce qui concerne le micro-ondes, s’il ne fuit pas, il n’y a pas de souci. Dans le doute, là aussi, éloignez-vous un peu pendant son fonctionnement.

Lulu : Est-il dangereux de dormir à côté de son portable ?


Là aussi, nous recommandons d’éteindre le portable la nuit, nous supplions les enfants et les ados de ne pas le mettre allumé sous l’oreiller, et au minimum, de le tenir à 50 cm de votre tête si vous ne souhaitez pas l’éteindre.

Malia : L’iPhone avec toutes ses applications est-il plus nocif que les autres téléphones ?


Pour l’iPhone, je ne sais pas. La problématique des 3G, c’est la problématique des rayonnements émis par les antennes pour recevoir la 3G ou la télé sur votre portable, qui est encore plus forte que pour le GSM (61 volts/mètre).

André : Les médecins ne sont pas formés sur le sujet des maladies liées aux champs électromagnétiques. Comment concrètement rattraper au plus vite le retard accumulé ?


Les médecins sont globalement mal informés sur la problématique de santé et d’environnement, que ce soit pour les ondes, les produits chimiques, les pesticides, la pollution de l’air (particules, ozone).
Nous réclamons également une formation continue et une formation universitaire forte pour que les médecins puissent répondre aux attentes des patients et puissent jouer leur rôle sociétal, car ils doivent intervenir dans la vie publique pour faire réduire les éléments toxiques qui nous entourent et protéger la santé de nos patients.

Ramon : Quelle solution avez-vous adoptée d’un point de vue personnel ? Est-ce vous utilisez un mobile ? Est-ce que vous avez des rideaux métalliques chez vous pour vous protéger des antennes ?


A titre personnel, je ne suis pas électrosensible, mais je prends au sérieux les gens qui s’en plaignent.
Le problème des médecins est souvent qu’ils ne croient pas ce qu’ils ne connaissent pas. De mon côté, j’utilise le kit ou le haut-parleur, j’éteins le Wi-Fi la nuit, et j’ai remis un téléphone filaire à mon domicile et à mon bureau.

Vipe : Aujourd’hui, les adolescents ont quasiment tous un téléphone portable et il semble difficile de leur en interdire l’utilisation. Que conseillez-vous pour les protéger de ces ondes ?


On ne pourra les empêcher dans notre société de communication d’utiliser la téléphonie mobile. Mais le rôle des parents, des familles, le rôle de l’éducation nationale, et l’interdiction au collège est un premier pas, la formation des médecins, doit permettre de faire comprendre aux ados que tout cela est fait pour les protéger, que cela doit se faire dans la bonne humeur, et qu’à la fin, c’est le plus intelligent qui gagne !

Laure Belot et Sylvie Chayette

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Antennes relais : les assureurs plus prudents que les tribunaux

AgoraVox le média citoyen

Alors qu’une nouvelle étude vient de pointer les dangers des ondes électromagnétiques dégagées par les téléphones portables, l’application du principe de précaution dépend plus de la cartographie judiciaire que de l’évaluation objective des dangers sanitaires. Les assurances ont pourtant moins de scrupules que les tribunaux.

De nombreuses études concordantes attribuent aux antennes-relais un rôle significatif dans le développement des maux de tête, des cancers de la peau ou des tumeurs du cerveau. Une récente étude israélienne vient même de mettre en avant le danger des ondes sur la santé bucco-dentaire.

Tous ces travaux militent d’ailleurs pour l’application du principe de précaution. Pour autant, on observe que les tribunaux font une application encore incohérente de ce principe, même si les verdicts sont de plus en plus prononcés en défaveur des grands opérateurs.
 
Le tournant pris par les tribunaux date du début du mois de Février 2009, lorsque Bouygues Télécom a été condamné à démonter une antenne-relais par la Cour d’Appel de Versailles (qui confirmait la décision du TGI de Nanterre). Une décision qui a ouvert la voie à de nombreuses autres déconvenues pour les opérateurs, le tribunal ayant jugé que cette antenne pouvait constituer un « risque réel pour la santé ».
 
Dès lors, les verdicts défavorables à Orange, Bouygues Télécom et SFR se sont multipliés.
 
Ainsi en Août dernier, le Tribunal de Grande Instance de Créteil a interdit l’installation d’une antenne relais Orange dans le 13ème arrondissement. Motif : cette antenne se situait à moins de 15 mètres de la chambre à coucher de deux personnes âgées.
 
Pourtant, quelques semaines plus tard, en plein mois de Septembre, le Tribunal de grande instance de Lyon refusait aux plaignants le démontage d’une antenne relais au cœur de Lyon.
 
L’antenne se situait pourtant à une quinzaine de mètres de la Cour de récréation de l’école maternelle Gerson dans le Vème arrondissement.
 
Le tribunal a jugé que cette antenne ne constituait pas un trouble de voisinage anormal.
 
Faute de volonté politique pour légiférer, on assiste donc à l’application d’un principe de précaution à géométrie variable.
 
Les grandes compagnies d’assurance elles ont moins de scrupules que le TGI de Lyon. Depuis 2003, la LLoyds, la Swiss de Ré, Allianz refusent de couvrir les opérateurs mobiles contre les risques sanitaires. En France, Axa, la géant de l’assurance a rajouté un avenant aux contrats signés avec les opérateurs mobiles : il n’assure plus aucune entreprise contre les risques électromagnétiques. Une exclusion qui figure dans les annexes aux côtés des risques liés à l’amiante et au plomb…

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Baisser la puissance des antennes coûterait de 3,5 à 7 milliards d’euros

Publié le 08/10/2009 à 11:30 – Modifié le 08/10/2009 à 12:38 Le Point.fr

L’adaptation des antennes relais pour abaisser les seuils d’exposition aux rayonnements électromagnétiques, comme l’ont réclamé des associations lors du “Grenelle des ondes”, coûterait entre 3,5 et 7 milliards aux opérateurs, selon une étude du cabinet Sia Conseil publiée jeudi. D’après cette enquête, le consommateur devrait voir de son côté sa facture téléphonique “augmenter de l’ordre de 9 à 17 %”.

L’investissement pour les opérateurs mobiles serait de 3,6 milliards si les seuils devaient descendre à 0,6 volt dans la rue et de 7 milliards s’il fallait atteindre cette valeur au niveau de l’antenne, explique le cabinet. “Les coûts opérationnels additionnels de maintenance et d’exploitation sont évalués entre 800 et 1,6 milliard d’euros, selon les scénarios”, ajoute-t-il. Le cabinet précise que “la mise en oeuvre opérationnelle des nouveaux seuils exigerait a minima 3 à 7 ans de chantier” avec des risques de difficultés importantes (faisabilité technique, disponibilité des sites, obtention des autorisations, etc.).

L’abaissement des seuils aurait également un impact sur le fonctionnement des entreprises et le service aux particuliers en raison de la “dégradation nette de la qualité du service rendu (data et voix), la disparition de certains usages en mobilité” ou encore “un accroissement des zones blanches (non couvertes, ndlr) et de la fracture numérique”, poursuit Sia Conseil.

Une telle réglementation remettrait “en cause l’arrivée d’un quatrième opérateur”, a affirmé Stéphane Dubreuil, directeur télécoms de Sia Conseil. “Il faut à peu près trois ans pour installer des antennes. C’est impossible donc qu’en deux ans ce nouvel opérateur puisse déployer 25 % du territoire”, une obligation réglementaire, a-t-il expliqué. “Si on abaisse les seuils, il faudra déployer deux à trois fois plus d’antennes pour la même couverture”. Sia Conseil précise que son étude a pour but d’exposer les enjeux et les “impacts technico-économiques” potentiellement induits par le Grenelle des Antennes, mais “n’a aucune vocation à défendre une opinion scientifique ou une expertise médicale sur les dangers réels des ondes”.

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Ondes électromagnétiques : vers une réglementation

    Publié le 08/10/2009 à 10:40 Le Point.fr

Justice varie, entre principe de précaution et absence de preuve “scientifique”. Les plaignants, eux, ne lâchent pas.

Troubles du sommeil, maux de tête, anxiété, sont autant de dégâts que les associations et communautés de riverains imputent aux antennes relais. Selon l’Association française des opérateurs mobiles, la France compte 50.000 antennes relais sur 130.000 émetteurs d’ondes (télévision, radio, police…). Et les plaintes se multiplient.

La dernière plainte en date émane de 184 résidents vosgiens, pour la plupart parents d’élèves, riverains et fidèles d’une mosquée. L’objectif est de démolir une antenne de “troisième génération” (UMTS) installée en 2007. “Les tentatives de solutions amiables avec la mairie et les représentants d’Orange ayant échoué, nous avons dû nous tourner vers la justice”, explique Gérard Welzer, leur avocat. Ce dernier a mis toutes les chances de son côté en attaquant l’opérateur sur un double terrain : le trouble anormal de voisinage et le principe de précaution, auxquels ont déjà été sensibles certains tribunaux.

En Haute-Loire (Saint-Germain-Laprade), même combat. Le socle en béton d’une future antenne de 25 mètres de haut déplaît fortement aux riverains qui s’étaient battus pour l’éviter et souhaitent à présent le supprimer. Il est en effet trop tard pour attaquer directement le permis d’installation de l’antenne devant le tribunal administratif.

Les tribunaux tâtonnent

Contrairement aux juges administratifs, les tribunaux judiciaires se montrent parfois sensibles aux arguments des plaignants, principe de précaution oblige. Dernièrement, des résidents du 13e arrondissement parisien ont obtenu gain de cause devant le tribunal de Créteil qui a interdit à Orange d’installer une antenne relais à proximité de leurs immeubles. “Même si les connaissances scientifiques actuelles ne permettent pas de déterminer avec certitude l’impact exact des ondes électromagnétiques lorsqu’elles traversent les parties communes de l’immeuble, il existe un risque qui ne peut être négligé de répercussions de ces ondes sur l’état sanitaire des habitants se trouvant à l’intérieur de l’immeuble…”, affirme l’ordonnance de référé rendue en août dernier.

C’est la première fois qu’un tribunal estime que toute la population – et pas seulement les personnes dites “vulnérables” – est exposée à des “risques non négligeables” pour la santé. En effet, la plupart des décisions visant les trois opérateurs ont ordonné le démantèlement d’antennes installées à proximité d’écoles. “Cette décision est d’autant plus novatrice que le juge des référés est le juge de l’évidence”, commente Me Welzer. En mars dernier, le tribunal d’Angers avait empêché l’opérateur Orange de placer ses antennes sur le clocher d’une église. Une “mesure proportionnée visant à prévenir un risque de dommages graves et irréversibles à l’environnement”, soulignait le jugement. Point de vue partagé par la cour d’appel de Versailles qui, en février 2009, soulignait que “rien ne permet d’écarter péremptoirement l’impact sur la santé publique de l’exposition de personnes à des ondes ou champs électromagnétiques”.

À l’inverse, d’autres tribunaux ont refusé le démantèlement d’antennes. Comme celui de Quimper qui, en septembre 2009, rejetait la demande d’interdiction d’une antenne relais Orange à Loctudy (Finistère) déposée par une riveraine portant un implant cérébral sensible aux champs électromagnétiques. “S’il est admis que le risque est avéré pour l’utilisation prolongée du téléphone mobile, dit le jugement, en revanche, l’expertise internationale est convergente sur la question des antennes et conclut qu’en l’état actuel des connaissances scientifiques l’hypothèse d’un risque pour la santé pour les populations vivant à proximité des antennes ne peut être retenue”. La justice n’a pas non plus cédé à la plainte pénale pour “administration de substance nuisible”. Celle-ci vise Bouygues Télécom, dont les antennes auraient, d’après les plaignants et leur médecin, accentué les problèmes cardiaques de deux jumelles de 17 ans. “Le parquet n’a pas fait nommer d’expert et n’a pas non plus renvoyé l’affaire devant le pôle “santé””, déplore Richard Forget, l’avocat des plaignants. Qui, loin de lâcher le morceau, s’apprête à forcer le passage en saisissant directement le juge d’instruction.

“On est au début de la bataille judiciaire et de la recherche scientifique, les certitudes sur la nocivité des antennes n’interviendront pas avant 15 ans, faut-il pour autant attendre les dégâts ?”, redoute Me Welzer.

Réglementer les emplacements des antennes

Actuellement, les maires n’ont pas le pouvoir d’autoriser ou d’interdire les antennes. Ils attendent que le Comité opérationnel chargé des expérimentations (Comop) fasse ses préconisations en vue d’une future réglementation sur les emplacements des antennes. C’est ce que les associations souhaitent, de façon à éviter aux citoyens d’avoir à passer par la case “justice” pour faire valoir leurs droits. Elles demandent par ailleurs que la puissance des antennes soit limitée à 0,6 volt par mètre au lieu des 41 V/m autorisés. “C’est un mythe sans fondement scientifique, rétorque-t-on à l’AFOM (Association française des opérateurs mobiles). Aucune autorité sanitaire française ou étrangère ne recommande ce chiffre et aucun pays ne l’applique. Les seuils recommandés par l’OMS et le conseil de l’Union européenne qui concernent l’ensemble des émissions (radio, TV…, tous les appareils émettent des ondes radio) sont, pour la téléphonie mobile, de 41, 58 ou 61 en fonction des fréquences”. Néanmoins, des expérimentations d’exposition aux ondes à des seuils inférieurs aux normes actuelles seront menées dans plusieurs villes pilotes, entre novembre 2009 et avril 2010, a annoncé récemment le comité opérationnel sur les radiofréquences. Le rapport sur la téléphonie mobile de l’Agence française de sécurité sanitaire, attendu pour l’automne, apportera sa pierre à l’édifice. Il est d’autant plus attendu qu’il n’est pas focalisé sur la téléphonie mobile, mais porte sur l’ensemble des ondes de radiofréquence.

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

TOURCOING Antennes contestées (suite)

  Publié le jeudi 08 octobre 2009 à 06h00

On se souvient que, en juillet dernier, le préfet avait contesté l’arrêté du conseil municipal de Tourcoing concernant les antennes relais de téléphonie mobile. Nouveaux rebondissements.


Premier acte : le conseil municipal de Tourcoing vote à l’unanimité un moratoire interdisant sur le territoire de la commune l’installation de nouvelles antennes relais. On sait que, en France comme en Europe, certaines études laissent entendre que les ondes de ces antennes relayant la téléphonie mobile pourraient avoir des conséquences sur la santé des riverains. Des soupçons que contestent vivement d’autres études. Inutile de dire que les sociétés de téléphonie contestent encore plus vivement ces soupçons. Mais, au nom du principe de précaution, inscrit désormais dans la constitution, le conseil municipal suspend donc pendant un an les autorisations tout en disant qu’il n’est pas contre l’implantation d’antennes de faible voltage.
En juillet dernier, en référés (procédure d’urgence), devant des élus verts et Me Gildas Brochen pour la ville, le préfet obtient l’infirmation de cet arrêté. Appel. La décision tourquennoise est à nouveau cassée. Le maire contre-attaque avec un nouvel arrêté imposant un moratoire d’un an tandis qu’une procédure sur le fond devrait être examinée dans les mois qui viennent. On vient d’apprendre que Bouygues, SFR et France Telecom ont porté plainte contre la municipalité tourquennoise pour ce que les sociétés de téléphonie mobile estiment être de l’obstruction. De nouveaux référés sont à prévoir.

D.S.

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Le principe de précaution prévaut pour les enfants

   Marielle Court
07/10/2009 | Mise à jour : 22:42


Crédits photo : ASSOCIATED PRESS

Depuis des mois, le gouvernement met en garde contre l’utilisation des téléphones mobiles par les enfants.

Depuis des mois, Roselyne Bachelot à la Santé tout comme Chantal Jouanno à l’Écologie ne s’en sont jamais cachées : si l’on doit s’inquiéter, c’est à leurs yeux moins des antennes-relais que des téléphones mobiles, en particulier à destination des enfants.

Alors que l’on attend dans les jours qui viennent les toutes nouvelles recommandations de l’Afsset (Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail) sur le sujet, celle-ci a, dès 2005, «recommandé la mise en œuvre du principe de précaution».

Dans cet avis il est déjà largement question des enfants et des adolescents. L’Afsset conseille ainsi aux parents décidant d’offrir un téléphone mobile à leurs jeunes enfants «de veiller à une utilisation a minima de l’appareil».

Elle suggère par ailleurs «aux opérateurs de la téléphonie mobile, aux fabricants et distributeurs de ne pas cibler les enfants dans les campagnes de promotion». Enfin elle demande «aux fabricants et distributeurs de renoncer à la fabrication et à la distribution d’appareils destinés aux jeunes enfants jusqu’à plus ample connaissance des effets possibles des rayonnements émis par les téléphones». Au cours d’une audition publique à l’Assemblée nationale en juin dernier, Roselyne Bachelot insistait : «J’ai moi-même déconseillé l’achat de téléphones mobiles pour les très jeunes enfants et conseillé un usage modéré pour les enfants et adolescents.»

S’il existe un très grand nombre d’études qui ont été menées sur l’impact des portables, aucune n’est suffisamment convaincante pour faire pencher la balance dans un sens ou dans l’autre. Des études qui doivent faire face en revanche à un scepticisme grandissant dans la population. Une situation extrêmement paradoxale où des personnes sont prêtes à mettre en doute l’innocuité d’un appareil dont elles ne peuvent plus se passer pour la plupart d’entre elles.

Il y a en France plus de 58 millions d’abonnés. L’étude baptisée «Ceffalo» qui concerne enfants et adolescents ou l’étude épidémiologique Interphone, dont les résultats sont promis pour bientôt, sont dès lors très attendues.

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Les sénateurs votent l’interdiction des téléphones portables dans les écoles


LEMONDE.FR avec AFP | 07.10.09 | 17h04  •  Mis à jour le 07.10.09 | 17h42

Le Sénat a interdit, mercredi 7 octobre, l’usage des téléphones portables dans les écoles maternelles, primaires et collèges, dans le cadre du projet de loi sur le Grenelle 2 de l’environnement, par mesure de précaution pour la santé des enfants.

Le Sénat a également relevé à 14 ans le seuil d’interdiction de la publicité pour les portables à destination des enfants, que le projet de loi du gouvernement avait fixé à 12 ans. Il a en outre prévu d’“assurer une plus grande protection des travailleurs amenés à utiliser quotidiennement des téléphones portables”.

Outre ces apports spécifiques du Sénat au Grenelle 2, la Haute Assemblée — qui devrait examiner ce texte jusqu’à jeudi, avant sa transmission à l’Assemblée nationale — a adopté les autres dispositions de l’article 72 du texte, visant à renforcer l’encadrement en matière d’ondes électromagnétiques : l’équipement des portables en kit mains libres ou oreillette, qui limitent l’exposition du cerveaux aux ondes, sera obligatoire ; les résultats des mesures sur les champs électromagnétiques émis par les équipements de télécommunications électroniques seront rendus publics ; les distributeurs d’électricité devront réaliser des mesures des champs induits par les lignes à haute et très haute tension, dont les résultats devront être transmis annuellement à l’Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail (Afsset), qui les rendra publics.
Sur le même sujet

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Pradines. Antenne-relais : un face à face pacifique avec la police


   Publié le 07/10/2009 09:50 | Jean-Michel Fabre.

les négociation entre l'officier de police et les habitants du Pech Poutary. Photo DDM,Marc Salvet

les négociation entre l'officier de police et les habitants du Pech Poutary. Photo DDM,Marc Salvet
les négociation entre l’officier de police et les habitants du Pech Poutary. Photo DDM,Marc Salvet

Hier, au hameau de Pech Poutary, sur les hauteurs de Pradines, les opposants à l’antenne -relais de téléphonie mobile qu’Orange compte ériger à côté du château d’eau étaient sur le pied de guerre dès le début de la matinée. Sur le chemin des Giganties menant au site, une table de camping a été mise en travers, une banderole déroulée au milieu de la route pour faire barrage aux véhicules chargés de transporter le matériel de construction. Souriant mais décidés, les riverains vont t obliger les responsables du chantier à différer l’acheminement du mat d’antenne. « Nous ne bougerons pas « annonçait tranquillement un manifestant en précisant que l’association de défense constituait un nouveau dossier pour ester en justice devant le tribunal administratif.

Une résistance pacifique s’est, donc, organisée sous le regard des policiers. Attendant que la voie soit libre, le semi-remorque transportant le tronc de pin long d’une vingtaine de mètres qui servira d’antenne patientait au bas de la côte. Puis vers 11 heures, la tension a grimpé de quelques degrés lorsque le camion s’est avancé sur le chemin. Les opposants ont répliqué par un sit-in sur la voie de circulation.

Une négociation et un référé d’urgence

Une heure plus tard, des consignes d’évacuation sont données par la préfecture. Le capitaine Calmejane mène la négociation : « En bloquant la circulation vous êtes dans l’illégalité totale, je me dois d’intervenir. la société Orange peut aussi se retourner contre vous ».

La possibilité offerte aux manifestants de déposer un référé au tribunal de Cahors qui suspendrait les travaux convainc les plus réticents à lever le blocus. « À 12 contre 12 policiers on ne va pas quand même aller à l’affrontement ! ».

Quelques minutes de tractations plus tard, la voie est libre, le camion et son chargement plus encombrant que lourd (le mat pèse 900 kg) peuvent accéder à la zone du château d’eau, un mamelon situé à une cinquantaine de mètres environ de la première maison.

Dans l’après-midi, les représentants de l’association Pech Poutary se sont rendus au palais de justice pour déposer le référé. Ils mettent tous leurs espoirs dans le deuxième recours porté devant le tribunal administratif arguant du principe de précaution.


Pradines. Election des commissions permanentes au conseil municipal

Lors du dernier conseil municipal de Pradines du 28 septembre, ont eu lieu les élections des représentants des commissions permanentes à la mairie. Commissions des finances : l’ensemble du conseil. Commissions agenda 21 : Mmes Andraud, Debba, Duppi, Bergougnoux, Couraud, Messieurs Martinez, Brouqui, Couraud. Commissions Urbanisme : l’ensemble du conseil. Commission affaires scolaires : Mes Dalbarade, Andraud, Couderc, Randrianiaina Mac, Messieurs Feraud, Cavalier, Della Nora. Commission Culture – communication : Mesdames Sevrin Cancé, Andraud, Couderc, Duppi, Randrianiaina Mac, Mademoiselle Couraud, Messieurs Royer, Feraud, Cavalier, Couraud, Della Nora, Martinez. Commission ressources humaines : Messieurs Liauzun, Martinez, Feraud, Royer, Cavalier, Alazard, Della Nora, Vignes. Commissions patrimoine, travaux et Voirie : Mesdames Randrianiaina Mac, Andraud, Messieurs Brouqui, Feraud, Alazard, Royer, Garrigues. Commission associations, sports : Mesdames Andraud, Bergougnoux, Couderc, Duppi, Randrianiaina Mac, Messieurs Vignes, Cavalier, Alazard, Couraud, Feraud, Royer, Della Nora. L’ensemble des commissions ont été votées et approuvées par la majorité des votants.

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Manif devant la mairie : « Non aux antennes relais »

 
Publié le 06/10/2009 08:52 | B.-H. Saint-Paul

L’association Pech Poutary a déposé un recours contre une délibération municipale. Orange doit débuter ses travaux aujourd’hui.

Les habitants du hameau du Pech Poutary craignent pour leur santé. Photo DDM, Marc Salvet.

Les habitants du hameau du Pech Poutary craignent pour leur santé. Photo DDM, Marc Salvet.
Les habitants du hameau du Pech Poutary craignent pour leur santé. Photo DDM, Marc Salvet.

« Nous voulons montrer qu’on est toujours là et que le combat continue », martèle Laetitia Ousset, présidente de l’association Pech Poutary. Une quinzaine de membres ont manifesté hier après-midi devant la mairie de Pradines. Leur combat : empêcher l’installation d’un mât de 15 mètres de haut, devant accueillir trois antennes relais GSM et UMTS de la société Orange, près du château d’eau de Pradines. Justement, des travaux de rénovation du château d’eau ont débuté et l’association est bien décidée à empêcher le déroulement du chantier de l’antenne.

Initialement, cette dernière devait être installée sur l’église de Labéraudie, mais suite au déplacement à Cahors de l’antenne de Lamothe sur le toit du conseil général (depuis cet été, pour une durée de deux ans. Le conseil général a fait procéder avant et après l’installation à des mesures d’émission), Orange a souhaité installer son antenne de Pradines sur les hauteurs.

« Nous ne sommes pas contre une antenne, mais contre son installation là. Pourquoi ne la met-on pas avec celle de Bouygues ? Ou entre le château d’eau et le lotissement ? », poursuit Laetitia Ousset, dont l’association reçoit le soutien de l’association nationale Priartem et dénonce un manque de dialogue de la part de la mairie. Elle met aussi en doute les engagements d’Orange sur la puissance d’émission.

Le maire réfute…

Le maire, Didier Mercereau, s’inscrit en faux : « J’ai reçu l’association plusieurs fois, y compris avec Orange. Nous avons proposé qu’il y ait des mesures de puissance d’émission, prises avant et après l’installation. L’association ne m’a jamais répondu.

Toutes les délibérations municipales ont été affichées à la mairie. Orange a par ailleurs, affiché sur le site sa déclaration des travaux, en présence d’un huissier, il y a plusieurs semaines.

Je comprends qu’on ne soit pas d’accord mais on voit que comme souvent, on n’est pas contre les antennes du moment que c’est chez le voisin… Au Pech Poutary on est contre une antenne de téléphonie mobile – alors qu’il y a celles de Cahors juste en face -, et en même temps, au hameau de Flottes, on me demande une antenne wi-fi pour avoir l’ADSL ! ».

Le Lot compte plusieurs dizaines d’antennes relais de téléphonie mobile, dont neuf situées à Cahors. Des oppositions se sont fait jour, notamment à Gindou, Lauresses, et donc Pradines, où le bras de fer s’est engagé.

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

IMMOBILIER – Antennes relais : toutes les questions que vous vous posez

INTERETS PRIVES – Date de parution: 07/2009

Source:http://interetsprives.grouperf.com/article/0667/ms/intprims0667_8289.html?l=123,15;274,55;642,53;928,19;1180,19;1377,83;3779,112;6158,83;6605,47;7303,86;7513,45;9267,51;9464,173;10235,81;10844,142&chk=43076&db=5

Les antennes-relais, nécessaires à la téléphonie mobile, se multiplient sur le territoire. Sont-elles dangereuses pour l’homme ? Peut-on s’en protéger ? Réponses.

Mars 2009. Un coup de tonnerre vient d’ébranler le « petit » monde des opérateurs de téléphonie mobile : trois décisions de justice(voir encadré) ont, coup sur coup, ordonné le démontage d’antennes-relais ! Bouygues Télécom, SFR et Orange, les trois opérateurs nationaux se sont vu opposer le principe de précaution, ajouté en 2005 à la Constitution (dans le cadre de la Charte de l’environnement). Mais de quelle précaution s’agit-il ? Les antennes-relais sont-elles dangereuses pour l’homme ? C’est bien là le noeud du problème, qui ne manque pas de faire débat jusque dans les rangs de l’Assemblée nationale. Propositions de loi, Grenelle des ondes, pétitions, plaintes de riverains… Les antennes-relais ne laissent pas indifférent aujourd’hui. Explications.

Y a-t-il un problème de santé publique ?

50 000 : c’est le nombre d’antennes-relais de téléphonie mobile érigées sur le territoire français. Elles permettent aux 56 millions d’utilisateurs du téléphone portable de converser, d’échanger des SMS et de naviguer sur Internet. Au-delà du préjudice esthétique, pourquoi provoquent-elles tant de débats ? Car ces antennes, culminant à plusieurs mètres de hauteur, émettent des ondes ou champs électromagnétiques (CEM) 24 heures/24 (comme les fours à micro-ondes, le Wi-Fi, etc.). Or, comme l’indique la Commission de sécurité des consommateurs (CSC), il est scientifiquement prouvé qu’une partie de l’énergie émise par les CEM est absorbée par le corps humain. D’ailleurs, il existe, pour les téléphones portables, une unité de mesure qui le quantifie : le DAS, débit d’absorption spécifique.

Doutes. Ce qui n’est pas établi, en revanche, ce sont les éventuels effets sur la santé… D’aucuns se plaignent de migraines, d’anxiété, de fatigue, d’autres craignent la survenance de cancers. Le doute plane et les scientifiques sont loin du consensus : plus de 1 400 études menées à ce jour conduisent à des conclusions différentes. Ce que rappellent les trois décisions de justice…

Et ailleurs en europe ?

Il y a un gouffre entre les seuils d’exposition aux ondes radio en France (de 41 à 61 V/m), qui est la plus mauvaise élève, et dans les autres pays européens… :

– Italie : 20 V/m,

– Pologne : 6,14 V/m,

– Suisse : 4 à 6 V/m,

– Luxembourg : 3 V/m,

– Lichtenstein : 0,6 V/m en 2012.

Source : AFOM, Association française des opérateurs mobiles.
 
Où en est la réglementation  en France ?

Les niveaux d’émission des champs électromagnétiques (CEM) se mesurent en volts par mètre (V/m). Pour la France, les seuils limitatifs réglementaires d’exposition du public aux CEM émis par les antennes-relais sont fixés par le décret 2002-775 du 3 mai 2002. Ils sont de :

– 41 V/m pour le système de fréquences de 900 MHz (mégahertz),

– 58 V/m le système 1 800 MHz,

– 61 V/m pour les UMTS (2 100 MHz ; la technologie 3 G, Wi-Fi, WIMAX).

Seuils à revoir ? Là où le bât blesse, c’est que ces seuils sont calqués sur une recommandation européenne de… 1999 ! « Vu l’évolution technologique, ils sont obsolètes ! », s’inquiète Janine Le Calvez, présidente de l’association Priartem*. Elle et d’autres associations (Robins des toits, Agir pour l’environnement…) demandent un abaissement des seuils à 0,6 V/m (un chiffre tiré d’études autrichiennes). Sans aller jusque-là, le Parlement européen vient de recommander aux États membres de « revoir les limites fixées pour les champs électromagnétiques » (résolution du 23 février 2009).

Quant au DAS (niveau d’énergie absorbé par le corps), il est de 2 W/kg (watts par kilo) maximum et doit être indiqué sur les notices de chaque téléphone mobile (arrêté du 3 octobre 2003).

Qu’est-ce qui va changer ?

Le 23 avril dernier, le ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, et les secrétaires d’État à l’Économie numérique et à l’Écologie, Nathalie Kosciusko-Morizet et Chantal Jouanno, ont organisé dans l’urgence un « Grenelle des ondes ». L’atmosphère électrique qui a entouré ce Grenelle s’est accentuée au sortir de la table ronde. Les dix promesses faites par le ministre de la Santé font pâle figure face aux revendications.

Plus d’informations. L’accent sera mis sur l’information au consommateur : un site Internet, des notices explicatives sur les radiofréquences, l’affichage du DAS sur le descriptif en magasin de chaque téléphone portable… Seule véritable action : l’interdiction pour les enfants d’utiliser leur mobile dans les écoles primaires. Aucune révision des seuils n’a, elle, été annoncée…

Comment agir individuellement ?

Peut-on empêcher, en tant que simple particulier, l’édification d’une antenne-relais près de chez soi ? Depuis les décisions successives de la cour d’appel de Versailles (4 février), du TGI de Carpentras (16 février) et du TGI d’Angers (5 mars), à l’origine du Grenelle des ondes, la réponse est plutôt positive…

Se renseigner en mairie. Tout d’abord, comment savoir si son quartier ou, pire, son immeuble va bientôt être « agrémenté » d’une antenne-relais ? « Il suffit d’aller voir en mairie et sur le lieu d’édification où l’affichage est obligatoire », répond Janine Le Calvez. Dès ce moment, il ne faut pas hésiter à monter un collectif », poursuit la présidente de Priartem. Un avis que partage maître Richard Forget, avocat au barreau de Paris et plaideur face à Bouygues Télécom : « Nous avons voulu recréer une mini ”class action” pour avoir plus de poids. Les plaideurs ont ainsi pu être remboursés de leurs frais d’avocat. »

Trouble du voisinage. Quels arguments juridiques invoquer ? Pas directement le principe de précaution en tout cas. Dans le cas des trois décisions de justice précitées, le démontage des antennes-relais a été obtenu sur le fondement du trouble anormal de voisinage (voir IP suppl. 666). Dans l’affaire Bouygues, les juges ont considéré que les riverains d’antennes-relais peuvent justifier d’une « crainte légitime » constitutive d’un trouble d’ordre sanitaire.

Risque sanitaire. D’une part, le seul fait que l’installation en cause respecte les normes d’exposition françaises (en V/m, voir p. 18) ne prouve pas que cette exposition soit inoffensive pour le corps humain. D’autre part, les études scientifiques et aussi les positions législatives divergentes entre les pays (voir encadré) conduisent à qualifier de sérieuse l’incertitude quant à l’innocuité des CEM… « Exposer son voisin contre son gré à un risque certain constitue un trouble anormal de voisinage », conclut la cour d’appel de Versailles ! Preuve de l’importance du risque aux yeux des juges : la décision d’Angers (5 mars 2009), elle est la première application en référé du principe de précaution…

Préjudice financier. Il est également possible d’invoquer un préjudice esthétique résultant d’une « présence visuelle négative permanente », tel que l’ont invoqué les plaignants contre SFR (TGI Carpentras, 16 février 2009), mais aussi une dépréciation du bien. « Plusieurs experts de Laforêt immobilier, Chevreuse immobilier et Demeures et châteaux de France ont attesté qu’un bien situé à proximité d’antennes perd environ 30 % de sa valeur ! », détaille maître Forget. Dans les deux cas, les juges « accordent plutôt des dommages et intérêts, mais n’ordonnent pas le démontage des antennes », prévient-il.

Que faire dans une copropriété ?

Voici quelques conseils pour contrer la copropriété de son immeuble si elle souhaite donner son accord pour l’installation d’une antenne-relais.

Avant installation. C’est simple, il suffit de voter non à la résolution de l’assemblée ! Depuis un arrêt de la cour d’appel de Paris du 7 avril 2005 (n° 04/12610), l’accord des copropriétaires, pour la mise en place d’une antenne-relais sur le toit de l’immeuble, doit être obtenu à l’unanimité… Une voix contre suffit à faire obstacle.

Après installation. Si l’antenne est déjà installée, il n’y a pas grand chose à faire, sauf à se renseigner sur la date de reconduction du contrat de bail donné à l’opérateur (la durée varie selon les contrats). « Il existe là un vide juridique, déplore maître Forget. Il n’est pas sûr que la règle de l’unanimité s’applique pour la reconduction du bail. » Il ne resterait alors qu’une autre option : en venir aux mains… judiciaires !

*Pour une réglementation des implantations d’antennes-relais de téléphonie mobile.

Trois coups de semonce

Trois décisions de justice rendues contre les opérateurs de téléphonie mobile ont marqué le début d’année. Rappel des faits :

– 4 février : Bouygues Télécom est condamné par la cour d’appel de Versailles à l’enlèvement, sous astreinte de 500 € par jour, de ses antennes-relais à Tassin-la-demi-lune (69). L’opérateur doit verser 7 000 € de dommages et intérêts à chacun des trois couples plaignants. Bouygues s’est pourvu en cassation.

– 16 février : c’est au tour de SFR d’être condamné par le TGI de Carpentras à démonter une antenne de 20 mètres de haut sur la commune de Châteauneuf-du-Pape (84). L’astreinte est, cette fois, de 400 € par jour et les dommages et intérêts de 1 500 € pour les plaignants.

– 5 mars : le TGI d’Angers, statuant en référé, a interdit à Orange d’ériger trois antennes sur le clocher d’une église.
 

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Pradines. Mobilisation contre l’antenne relais lundi


   Publié le 03/10/2009 03:52 | LaDepeche.fr

Une partie des membres de l'association « Pech de Poutary ».

Une partie des membres de l'association « Pech de Poutary ».
Une partie des membres de l’association « Pech de Poutary ».

« Non à l’implantation d’une antenne relais au « Pech Poutary » (château d’eau) à Pradines » : c’est le cri qu’avaient lancé en février dernier, les membres de l’association « Pech de Poutary », très déterminés à s’opposer à cette installation trop près des habitations (50 à 80 mètres) de ce secteur de Pradines. Ce projet n’avait pas fait l’unanimité au sein de l’équipe municipale lors d’un vote qui avait recueilli 9 pour, 7 contre et 7 abstentions.

À l’époque une pétition avait recueilli plus de 500 signatures de riverains et de Pradinois. Ils avaient dénoncé la non-information et avaient demandé à la mairie d’appliquer le principe de précaution, à cause des conséquences néfastes des ondes électromagnétiques. Parmi leurs requêtes également, le choix d’un autre site pour cette antenne, plus éloigné des habitations. L’association avait demandé au maire et à ses conseillers de tenir leurs engagements électoraux.

En février Lætitia Ousset, vice-présidente de l’association, rappelait : « Durant la campagne et sur le bulletin municipal, le maire n’a cessé de dire qu’il souhaitait développer l’écologie, plus de dialogue, de transparence avec la population. Or du dialogue il n’y en a point eu et on nous a mis devant le fait accompli ». Le maire de Pradines les avait ensuite reçus et allait voir ce qui pourrait être fait.

Mais il semble que les travaux de l’antenne vont bientôt débuter. Aussi, l’association « Pech Poutary », n’ayant pas été mise au courant de la suite que donnait la mairie à cette affaire, invite tous les citoyens de la commune à venir les soutenir. Un rassemblement est prévu lundi 5 octobre, sur le parvis de la mairie de Pradines de 16 heures à 18 heures.

Si vous souhaitez soutenir cette action, contactez : Abder Jaballah au 05 65 23 26 30, président de l’association, ou Lætitia Ousset au 05 65 35 33 05, vice-présidente.

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Eaunes. Antennes-relais : des risques pour la santé ?


  Publié le 02/10/2009 03:47 | LaDepeche.fr


Lundi prochain, le débat se penchera sur les antennes-relais.
Lundi prochain, le débat se penchera sur les antennes-relais.

Annoncés au forum des associations, les débats éco citoyens de l’association Eaunes Environnement et Qualité de Vie reprennent leur rythme : le lundi 5 octobre à 20h30, à la salle Damien Guarrigues (à l’abbaye), le public est cordialement invité à échanger et débattre dans une ambiance conviviale autour de la question des risques liés aux antennes-relais et plus largement aux ondes électromagnétiques qui traversent notre quotidien. Il y a 6 mois environ le gouvernement réunissait opérateurs et associations pour un Grenelle des ondes. Qu’est-il sorti de cette rencontre ? Quels principes de précaution retenus vis à vis des effets potentiels des radiofréquences ? Où en sommes-nous ? Questions complexes mais incontournables : des antennes sont déjà implantées dans notre environnement proche, d’autres implantations sont en cours de réalisation. Des membres du Collectif Antennes 31, confrontés à des situations diverses, viendront en débattre lors de ce débat. Le site de l’association actualisé en continu : http://eaunes.environnement.free.fr/

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Antenne relais au centre ville : le débat différé


  Publié le 02/10/2009 03:47 | P.Mz

Environnement. Le référé reporté au 5 novembre.

Le débat n'est pas tranché au sujet de l'implantation d'une antenne sur les toits du centre ville.Photo DDM,

Le débat n'est pas tranché au sujet de l'implantation d'une antenne sur les toits du centre ville.Photo DDM,
Le débat n’est pas tranché au sujet de l’implantation d’une antenne sur les toits du centre ville.Photo DDM,

Caramba, encore raté ! Pour la seconde fois, le référé intenté par Me Morel pour le compte de ses clients commerçants du centre ville contre l’implantation d’une antenne SFR rue de la République, a été reporté. Le débat judiciaire n’a donc pas eu lieu, hier, comme prévu. La raison ? « J’ai reçu de la partie adverse, 53 pages de conclusions et 200 pages contenant des pièces relatives au projet, hier (N.D.L.R. : mercredi) », explique Jean-François Morel. Ce second report, cette fois à la demande des plaignants, offre néanmoins un sursis supplémentaire à ces derniers, l’opérateur s’étant engagé à ne pas installer d’antennes avant la décision de justice. Nouvelle audience le 5 novembre donc !

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Blagnac. La ville est candidate au «Grenelle des ondes»


Publié le 01/10/2009 03:49 | Aurélie Alric

Environnement. Les associations poursuivent le combat contre les antennes. La mairie les écoute.

Les collectifs blagnacais ont rencontré Pascal Boureau mardi soir.Photo DDM, A.A.

Les collectifs blagnacais ont rencontré Pascal Boureau mardi soir.Photo DDM, A.A.
Les collectifs blagnacais ont rencontré Pascal Boureau mardi soir.Photo DDM, A.A.

Les collectifs du quartier de l’Aérogare et de l’avenue du Parc qui dénoncent la présence des antennes-relais, notamment à proximité des écoles, ont rencontré Pascal Boureau, adjoint délégué à l’environnement et au cadre de vie, mardi soir.

Sujet du jour : la candidature de Blagnac au Grenelle des ondes, lancé par le ministère de la Santé. Face aux actions menées par les associations blagnacaises pour alerter la population sur les risques liés à l’exposition aux ondes électromagnétiques, la municipalité a décidé de répondre à l’appel de candidature du gouvernement. Entre 12 et 20 villes témoins seront sélectionnées pour participer à une table ronde avec les opérateurs de téléphonie dans le but de limiter le seuil d’émissions des ondes à 0,6V/m, mesure certifiée sans danger pour la santé publique par les experts indépendants.

La municipalité s’engage

« Le dossier de candidature doit être déposé avant le 31 octobre. D’ici là, nous souhaitons travailler avec les associations pour développer un argumentaire solide qui nous permettra de faire partie des villes sélectionnées », a précisé Pascal Boureau.

De leur côté, les collectifs ont rappelé leurs inquiétudes pour la santé des personnes fragiles.

« Cela fait maintenant trois ans que nous réclamons le redéploiement des antennes », rappelle Dora Pinel, membre du collectif de l’avenue du Parc. Et Caroline Cambon, du collectif de l’Aérogare d’ajouter : « Nous sommes inquiets pour nos enfants. Nous avons organisé des mesures à l’école de l’Aérogare. Les pics atteignent 5,3V/m alors que les mesures entreprises par la municipalité ne dépassent pas le seuil des 1,3V/m. »

« Notre objectif est de mettre en place des mesures régulières qui permettent de déterminer les préjudices subis par la population sur du long terme. Ces éléments nous permettront de négocier un redéploiement des antennes avec les opérateurs », a précisé Pascal Boureau. « En étant sélectionnés pour le Grenelle des ondes, nous obtiendrions des aides matérielles qui faciliteraient nos démarches. Si nous ne sommes pas retenus, la commune prendra à sa charge les mesures à effectuer et la démarche sera entamée dès la fin de l’année ». Les villes choisies pour participer au Grenelle seront connues dès la mi-novembre.

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

La future antenne relais du centre de Montauban en référé


  Publié le 29/09/2009 03:50 | LaDepeche.fr

Justice. Jeudi matin, un juge décidera de la suite à donner à un projet qui fait polémique…

Au départ, seule Danielle Deloche, la libraire de la rue de la République de Montauban, avait déposé plainte. Mais depuis ce dépôt initial, d’autres plaintes sont venues épaissir le dossier. émanant pour la plupart de commerçants avoisinants. Qui s’inquiètent de la future implantation d’une antenne relais de téléphonie, pour le compte des sociétés SFR et Sogetrel, sur le toit d’un immeuble situé dans la rue de la République.

Une première fois repoussé, le dossier de la future antenne relais devrait, normalement, arriver à la barre du tribunal du juge des référés ce jeudi matin. Me Jean-François Morel l’avocat des plaignants s’appuiera, notamment, sur une pétition signée par plusieurs commerçants montalbanais pour dénoncer les dangers encourus par une grande partie du voisinage de ladite antenne. Le principe de précaution sera largement évoqué dans le prétoire ainsi que différents cas qui ont été plaidés dernièrement et qui ont débouché sur le démantèlement d’antennes relais. Le 18 septembre 2008, le tribunal de grande instance de Nanterre avait ordonné notamment que la société Bouygues Télécom démonte ses installations. Décision confirmée dans les mois qui suivirent par la cour d’appel de Versailles. Nouvel épisode de cette opposition dans quelques heures au tribunal de Montauban.Pour commencer…

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

France 3 ne rend pas l’antenne


Vendredi 25 Septembre 2009

Près de 300 enfants sont scolarisés à l’ombre de la tour de France 3. (photo THIERRY DAVID).

Le 27 mai dernier, les parents d’élèves membres du « collectif anti-antennes L’Assomption C3A » n’étaient pas loin de crier victoire. Ce jour-là, ils ne pouvaient qu’interpréter au pied de la lettre les propos tenus par Alain Juppé devant les caméras de France 3 Aquitaine. « Il faut maintenir la règle d’interdiction des antennes de téléphonie mobile dans un périmètre de 100 mètres autour des écoles », avait insisté le maire de Bordeaux, en affichant une tranquille détermination. Cela ne pouvait pas mieux tomber !

Quelques jours plus tôt, le collectif avait alerté les services municipaux sur la présence de trois pylônes dans un quartier proche du centre-ville. Propriété d’Orange et situées à moins de 30 mètres de l’école primaire de L’Assomption, ils émettent depuis le haut d’une tour de… France 3 Aquitaine ! Pas plus la chaîne publique que l’opérateur n’envisagent de les décrocher. Et la mairie de Bordeaux se borne, pour l’instant, à constater que les rayonnements « sont conformes à la réglementation ».

« Près de 300 enfants fréquentent L’Assomption, dont beaucoup ont entre 2 et 3 ans, insistent Anne Bitton et Laurence Piccoly-Lafon, les porte-parole du collectif. On sait que des antennes à proximité immédiate des écoles, cela pose problème. Pour les quelques milliers d’euros que cela peut rapporter chaque année à France 3, peut-on prendre le risque d’inonder d’ondes toute la journée des cerveaux en formation ? »

« Il n’y a pas de danger »

La majorité des scientifiques estime que les émissions des antennes sont trop faibles pour avoir un impact significatif sur la santé. À condition seulement de ne pas vivre en permanence à leur contact. Plusieurs spécialistes réunis à Bordeaux au printemps dernier, à l’initiative d’Alain Juppé, ont, malgré tout, recommandé de bannir ces équipements de l’environnement immédiat des crèches, écoles et résidences pour personnes âgées.

« Cela concerne les installations à venir, précise Jean-Louis David, l’adjoint en charge de ces questions. Pour celles existantes à proximité des sites sensibles, nous avons fait procéder à des mesures. Aucune n’a révélé de dépassement des seuils limites. Les rayonnements sont largement inférieurs aux plafonds autorisés. Il n’y a absolument aucun danger. » Ce qui n’empêche pas François Cros, le directeur général de L’Assomption, de juger la démarche des parents « légitime ».

Mesures contestées

Les enregistrements effectués par la société Aexpertise dans la cour de récréation de l’établissement privé et au deuxième étage d’un bâtiment indiquent 0,88 et 1,6 volt par mètre. Soit des valeurs inférieures de 16 à 31 fois aux maxima. Mais ces chiffres restent supérieurs au 0,6 volt par mètre préconisé aujourd’hui par les associations de défense des riverains comme Robin des toits, à laquelle adhère le collectif bordelais.

« Ces relevés sont sujets à caution, insistent Anne Bitton et Laurence Piccoly-Lafon. Le rapport remis à la mairie indique clairement que le demandeur est Orange. Les opérateurs sont vraisemblablement informés de la venue des techniciens. Comment être sûr que l’intensité n’est pas baissée le jour du contrôle. Seul le recours à des organismes dont nous sommes certains de l’indépendance, comme le Criirem, pourrait garantir la fiabilité des relevés. »

Orange nie tout contact avec les bureaux d’études. « Nous travaillons en étroite collaboration avec la mairie, reconnaît Jean-Maurice Bentolila, le chargé de communication de l’opérateur. Le coût des mesures des champs électromagnétiques est effectivement à notre charge. Mais nous les découvrons lorsque nous recevons la facture. » Propos confirmés par Jean-Louis David, l’adjoint d’Alain Juppé. « Nous faisons appel à une société agréée par l’Agence nationale des fréquences. Lorsque le technicien se présente à la mairie, il ignore où il va aller. »

Silence télé

France 3 Aquitaine n’a pas souhaité s’exprimer sur ce sujet alors que son directeur, Jean-Pierre Bertrand, a, lui aussi, fait procéder à des analyses. Au même moment que celles effectuées à la demande de la municipalité. Le fait que les rayonnements soient largement inférieurs aux normes n’a pas empêché que le sujet soit débattu en interne. Aussi bien à Bordeaux qu’à l’échelon national, la chaîne hébergeant les antennes d’Orange dans plusieurs grandes villes de France.

« Le loyer annuel tourne autour de 5 000 euros par site. France 3 pourrait s’en passer et ne pas exposer son personnel à ces champs magnétiques », lâche, sous couvert d’anonymat, un représentant syndical.

En 2008, à Lyon, deux cas de cancer avaient conduit le maire à faire retirer, par précaution, une antenne d’une école. Le collectif bordelais avance, lui aussi, l’existence de pathologies de cette nature au sein des effectifs de France 3, notamment chez un salarié en poste dans une pièce où le niveau des émissions est le plus important, quoique très loin du seuil maximal.

« Quelle que soit l’intensité, elle est trop forte quand on reste pendant des années huit à dix heures par jour à proximité de ces antennes », s’insurgent les parents d’élèves.

Auteur : Dominique richa

Source : http://www.sudouest.com/accueil/actualite/france/article/716893/mil/5146628.ht

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Ariège. La cité veut diminuer les émissions d’ondes


Publié le 25/09/2009 09:53 | P.-E. Pourquier

Alors que la mairie s’est portée volontaire pour être «ville pilote 0,6v/m», le wifi vient d’être supprimé des écoles primaires.

Le centre culturel est le seul point relais du centre-ville. C'est également le seul point relais appartenant à la municipalité. Photo DDM, Florent Raoul

Le centre culturel est le seul point relais du centre-ville. C'est également le seul point relais appartenant à la municipalité. Photo DDM, Florent Raoul
Le centre culturel est le seul point relais du centre-ville. C’est également le seul point relais appartenant à la municipalité. Photo DDM, Florent Raoul

Le wifi à l’école, c’est fini. Depuis quelques jours, toutes les écoles maternelles et élémentaires de Foix sont câblées. Les travaux ont eu lieu durant l’été. « C’est une problématique de santé, rappelle Jean-Pierre Delorme, membre du collectif Ariège haut débit sans wimax ni wifi. Les enfants sont beaucoup plus sensibles aux ondes. En attente d’éléments scientifiques que l’Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail (Affset) doit nous fournir prochainement, on encourage les écoles à réduire l’utilisation du wifi ou à câbler. » Décision à titre préventif, donc, mais la municipalité semble vouloir poursuivre ce type d’initiatives.

Le 15 juillet dernier, le conseil municipal a entériné l’inscription de la cité en temps que ville pilote 0,6v/m. Selon Danielle Delavergne, maire adjoint en charge de l’environnement, à la suite du Grenelle de l’environnement et de la demande de l’association Robin des toits, « le ministère de la Santé a demandé à des villes d’être pilotes » pour que les opérateurs de téléphonie mobile baissent leurs pics d’émissions, actuellement entre 41 et 61 volts par mètre.

« Donc, on s’est inscrit, raconte l’élue et il y a deux jours, nous avons reçu un questionnaire. »

Enquêtes

Au final, 20 villes seront désignées. Chacune des municipalités inscrites doit désigner un quartier, le nombre d’habitants au mètre carré. D’autres questions restent en suspens : qui paiera ? Quand est-ce que les villes seront désignées ? « C’est très flou, note Danielle Delavergne. En tout cas, l’objectif est de demander aux opérateurs d’émettre au plus bas niveau pour voir si ça marche. »

De son côté, la municipalité a demandé à un organisme indépendant, le Centre de recherche et d’information indépendant sur les rayonnements électromagnétiques non ionisants (Criirem) de faire des mesures dans différents lieux de la ville pour connaître les points les moins nocifs. Une même enquête diligentée par les opérateurs avait déjà été menée par Veritas. « Le contrôle avait eu lieu entre 9 heures et midi, se rappelle Danielle Delavergne. J’ai demandé au technicien si c’était l’heure des pics et il m’a répondu que c’était plutôt entre midi et deux et après 18 heures. »


Huit antennes relais quadrillent la ville

Actuellement, le centre-ville de Foix est épargné par les antennes relais. Trois lieux les accueillent, dont un municipal : le centre culturel, la gare de la SCNF et la tour du Capitany. « La législation ne nous permet pas d’intervenir quand il y a installation d’une antenne, explique Danielle Delavergne, maire adjoint en charge de l’environnement. On peut juste refuser celles qui sont posées sur un bâtiment public. »

Du coup, la municipalité ne sait pas si une antenne a été modifiée. Danielle Delavergne a remarqué, il y a quelques jours, par exemple, en passant devant en voiture, que celle du Capitany était différente. L’une des antennes a effectivement été modifiée, selon le site Internet de l’Agence nationale des fréquences (ANFR) le 17 juillet dernier.

L’agglomération de Foix compte huit points d’antennes dont un à Vernajoul et un autre à Arabaux.

La plus vieille antenne, celle de la tour Capitany, a été implantée en 1999.

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail