Merci pour vos réactions et encouragements

Amies et Amis de Robin,
Robin des Toits remercie ses contacts pour l’élan de solidarité consécutif au Communiqué de Presse de dimanche 4 Novembre 2018, relatif à la commune d’Appelle (81700 – Tarn).

Après examen du contexte local, et en accord avec le Maire, il n’a pas été jugé utile, dans un premier temps, de faire un appel à don au plan national.

Cette action sera circonscrite au département du Tarn.

Toutefois, si cette action juridique requérait ultérieurement des moyens financiers supplémentaires, Robin des Toits relaierait un appel à dons en temps voulu avec toutes les précisions nécessaires.

Encore Merci pour votre spontanéité et générosité.

Bien sincèrement

ROBIN DES TOITS

Correspondance : 55 rue des Orteaux 75020 Paris

Tél. : 33 1 47 00 96 33

Courriel : contact@robindestoits.org

Facebooktwitterlinkedinmail

UNE PETITE COMMUNE TARNAISE SOUS LE ROULEAU COMPRESSEUR D’ENEDIS

Communiqué de presse 05/11/2018

S’attaquer à beaucoup plus petit que soi, c’est se rassurer sur sa force et n’avoir plus qu’à jouer sur la peur quand on se sait illégitime. Le 3 Avril 2017, le Conseil municipal d’Appelle, commune tarnaise de 68 habitants, prend une délibération refusant le déclassement des compteurs d’électricité existants et interdisant leur élimination en vue de leur remplacement par des compteurs de type “Linky”. Un…

https://www.robindestoits.org/UNE-PETITE-COMMUNE-TARNAISE-SOUS-LE-ROULEAU-COMPRESSEUR-D-ENEDIS_a2511.html

Facebooktwitterlinkedinmail

LINKY : la commune de BOVEL (35) résiste, argumente et questionne

Un élu s’adresse à ses pairs et aux députés

Le Maire de la commune de Bovel dans l’Ille et Vilaine et son conseil municipal publient une lettre questionnant les élus ainsi que le texte de l’arrêté qui a été pris pour la commune. Nous vous en souhaitons une bonne lecture.

Transmettez cette lettre à votre Maire : La lettre du Maire de Bovel aux élus

Et ici  Le texte de l’arrêté  de l’arrêté très détaillé qui permet d’argumenter

 

Facebooktwitterlinkedinmail

Rectificatif : Linky : jugement historique pour Blagnac

RECTIFICATIF pour l’information concernant la ville de Blagnac (31)

Comme d’autres, et pour une fois à la suite de la presse, nous nous sommes un peu emballés concernant l’arrêté de la municipalité de Blagnac. Toutes nos excuses.

Vous trouverez ci-dessous l’ordonnance en question . On peut  en retenir, en 3, le rappel du droit existant  et la mention sans pression.
Ci-dessous le lien avec le communiqué du tribunal sur le site national
https://www.robindestoits.org/BLAGNAC-le-tribunal-administratif-de-Toulouse-communique-_a2494.html
Vous trouverez également en pièce jointe le nouvel arrêté de la ville de Blagnac ICI
et l’ordonnance qui a suscité le nouvel arrêté est  LA

– Une émission Enquêtes de région sur le thème des compteurs/capteurs Linky est en cours de montage de devrait , sauf censure , être diffusée sur France 3 le 24 octobre . Vous y retrouverez des “acteurs ” de la résistance en région.

L’ancien article tel qu’il a été publié ci-dessous

Bravo à la municipalité de Blagnac , qui comme au moins 765 autres à ce jour en France, a pris en compte la problématique de ces compteurs/capteurs et a fait le choix d e défendre et protéger ses administrés.

Bravo à l’équipe de bénévoles qui a assuré la diffusion de l’information .

Vous trouverez l’article Sur Actu.fr     Ou bien sur : La dépêche.fr

Le texte de l’arrêté : sur Robin des Toits Midi-Pyrénées

Nous vous invitons à communiquer information et arrêté à votre équipe municipale, s’il elle n’a pas encore  agi.

L’équipe Robin des toits Midi-Pyrénées

 

 

 

 

Facebooktwitterlinkedinmail

Les Communes peuvent refuser les compteurs Linky et Gazpar !

Une compilation d’articles de presse, la liste des communes ayant refusé, des conseils à l’usage des élus et de tous:

C’est ici sur le site de Stéphane Lhomme, conseiller municipal à Saint-Macaire (33), commune qui a refusé les compteurs communicants..

Une mise à jour est disponible : l’argument pour discuter en réunion publique

gaspar.jpg (25584 octets)

Facebooktwitterlinkedinmail

Le maire PCF d’Elne (Pyrénées-Orientales) interdit l’antenne pour mobile du centre-ville

Aller à la page d’accueil

Le maire communiste d’Elne a pris un arrêté municipal, transmis mardi 14 juin 2011 à la préfecture des Pyrénées-Orientales, pour interdire les émissions de l’antenne relais pour téléphonie mobile située au centre-ville tant qu’une “mesure des fréquences et intensités n’aura pas été réalisée”.

Le maire, Nicolas Garcia, a expliqué à une correspondante de l’AFP qu’il voulait « s’appuyer sur le principe de précaution » en prenant cet arrêté « symbolique ».

L’arrêté du 9 juin, dont l’AFP a obtenu copie, précise que l’étude devra être « réalisée par un organisme indépendant aux frais des opérateurs de téléphonie mobile ».
Elle devra « indiquer clairement que les puissances d’entrée ne dépassent pas les 0,6 volt et qu’elles ne se cumulent pas entre elles ».

Le plafond de 0,6 volt par mètre est celui réclamé en général par les associations de riverains qui craignent les rayonnements électro-magnétiques.

L’arrêté reprend par ailleurs une disposition d’un arrêté de novembre 2010 instituant un « moratoire d’un an (…) pour l’installation d’antennes relais (…) situées à moins de 200 m de toute habitation ».

L’antenne concernée « dans le périmètre urbain » par l’interdiction d’émettre est utilisée par Orange et Bouygues. SFR a déjà accepté d’installer ses antennes dans une zone éloignée des habitations.


SOURCE : http://www.lagazettedescommunes.com/67978/le-maire-pcf-delne-pyrenees-orientales-interdit-lantenne-pour-mobile-du-centre-ville/


Le maire d’Hérouville-Saint-Clair refuse l’implantation d’une antenne-relais - Ouest France - 15/06/2011  par Robin des Toits

Le maire d’Hérouville-Saint-Clair refuse l’implantation d’une antenne-relais – Ouest France – 15/06/2011

Le maire d’Hérouville-Saint-Clair, Rodolphe Thomas (Modem) s’est opposé dans un arrêté signé le mardi 14 juin à l’implantation d’une antenne-relais de téléphonie mobile de Bouygues Telecom dans sa commune, « en vertu du principe de précaution ». L’antenne devait être posée sur le toit d’un immeuble d’habitation au 1010, quartier des Belles Portes. Le maire s’appuie notamment sur l’article 5 de la Charte de l’environnement, incluse dans la Constitution et rappelle l’annonce récente de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) : mardi 31 mai, des experts réunis par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) ont classé comme « cancérogènes possibles » les champs électromagnétiques de radiofréquence, y compris ceux de la téléphonie mobile. En 2009, la ville d’Hérouville avait voté un moratoire sur l’installation des antennes-relais et décidé de supprimer l’ensemble des équipements Wi-Fi dans les écoles.

Lire la news sur le site de Robin des toits

SOURCE : http://www.ouest-france.fr/ofdernmin_-Le-maire-d%E2%80%99Herouville-Saint-Clair-refuse-l%E2%80%99implantation-d%E2%80%99une-antenne-relais_40771-1835119-pere-bno_filDMA.Htm

Facebooktwitterlinkedinmail
  • 1
  • 2
Fermer le menu