Position des associations

Communiqué : Le Conseil de l’Ordre veut poursuivre le médecin des Electrosensibles

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

DE ROBIN DES TOITS

 

ENEDIS a saisi le Conseil de l’Ordre des Médecins d’une plainte contre le Pr. BELPOMME en raison de certificats délivrés à des personnes électrosensibles (intolérantes à la pollution électromagnétique) pour leur éviter l’installation de compteurs Linky.      

Robin des Toits qui est à l’origine de la médiatisation de l’électrosensibilité en 2008 et qui souhaite la reconnaissance de cette affection a pu interroger le Pr Belpomme. Il a simplement tenu à confirmer la pleine validité scientifique de tout ce qu’il a fait concernant l’Électro-Hypersensibilité (EHS). Pour le reste, il s’en remet à l’impartialité du Conseil de l’Ordre.


Robin des Toits a souhaité poursuivre son enquête pour en savoir plus.
Nous avons découvert que cette saisie du Conseil de l’Ordre a fuité dans la presse (dépêche APM et article du JIM le 19 décembre 2017), mais par qui ?
Il nous apparaît qu’il ne peut y avoir que deux sources possibles de cette divulgation qui contrevient au secret de l’instruction : soit Enedis, soit le Conseil de l’Ordre lui-même, la dépêche d’APM mentionnant une “source ordinale”…
Nous avons été troublés de découvrir que le président du Conseil de l’Ordre a récemment rejoint l’Académie de Médecine dont les positions – on pourrait presque parler de militantisme – contre la reconnaissance de l’EHS sont bien connues.
Etienne Cendrier porte-parole de Robin des Toits s’interroge : “Le Pr Belpomme n’est-il pas visé parce qu’il était en passe d’établir scientifiquement la causalité de l’Electro-Hypersensibilité” ? 
En effet, le Pr Belpomme a déjà publié sur l’Électro-Hypersensibilité dans une revue scientifique à comité de lecture et d’après nos informations, plusieurs autres articles devraient être publiés par la suite.
 
Etienne Cendrier
Porte-Parole nationa
Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Aussonne : SFR dépose les antennes après 3 ans 8 mois et 11 jours d’occupation illégale

CHATEAU D’EAU D’AUSSONNE : ENFIN, DEPOSE DES ANTENNES SFR le 11 janvier 2018
Un communiqué de l’association Aussonne Environnement

Ce n’est qu’après 3 ans 8 mois et 11 jours d’occupation illégale du domaine public que l’opérateur de téléphonie mobile SFR vient de déposer ses antennes relais. Cela fait plus de quatre ans que l’association Aussonne Environnement épaulée par Robin des Toits et le CRIIREM, s’appuyant sur des expertises et sur une pétition de plus de 500 riverains soutenue par la plupart des médecins généralistes exerçant sur la commune, dénonçait les non conformités du site et attendait avec impatience la dépose des antennes et les travaux de sécurisation. Nous rappelons que la motivation première était l’éloignement des antennes relais des habitations, les mesures officielles ayant conduit à une expertise dénonçant des risques physiopathologiques. Des problèmes de compatibilité électromagnétique, le non respect de la directive européenne 2004/108/CE, des Normes NF-EN61000 et de la circulaire DGS /VS4N°98-05 relative aux recommandations du conseil supérieur d’hygiène publique de France ont fourni de solides arguments. L’association Robin des toits Midi Pyrénées a toujours été à nos côtés. Nous tenons à les remercier pour leur soutien indéfectible.

Nous sommes satisfaits de voir ces antennes s’éloigner de l’école LOUISE Michel et des habitations, sur des sites sécurisés, même si les nouveaux sites de remplacement ne correspondent pas à celui proposé dans la pétition. Celui-ci garantissait pourtant une couverture de qualité sur la commune (avis d’expert à l’appui).

Nous attendons maintenant le démantèlement des antennes ORANGE pour laquelle la date limite de dépose des équipements est fixée au 15 janvier 2018 dans le courrier de mise en demeure de Toulouse Métropole. Nous allons encore devoir faire valoir nos droits vu la proximité de l’échéance.

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Linky : ATTEINTES AUX LIBERTÉS PUBLIQUES !

À Aurillac, le matin du mercredi 20 décembre, distribution de tracts anti Linky (intitulé : “Linky :
dire non est légal”) à l’entrée du marché
La police municipale intervient et interdit cette distribution en menaçant de nous verbaliser.
Cette interdiction nous est signifiée après consultation de la responsable à laquelle la nature
du tract est expliquée. Motif : nous n’avons pas demandé l’autorisation.
Les militants habitués à la distribution de tracts – même ceux qui le font depuis plusieurs décennies-
n’ont jamais vu ça !

Le texte intégral du communiqué

Installation en force des Linky, exactions sur la population

Attention, de très graves événements ont eu lieu aujourd’hui 22 décembre 2017 à PAU

Nous ne devons pas nous laisser faire ! Diffusez ces infos, interpellez votre député ou que vous soyez en France, il faut que la terreur cela cesse !

Avis à la population :
https://twitter.com/StephaneLHOMME/status/944259634700931072

Interpellation de Nicolas Hulot (Ministre) :
https://twitter.com/StephaneLHOMME/status/944254615754887168

Interpellation de François Bayrou (maire de Pau) :
https://twitter.com/StephaneLHOMME/status/944255503777128448

Interpellation d’Emmanuel Macron (responsable général) :
https://twitter.com/StephaneLHOMME/status/944256228104065024

Interpellation de Philippe Monloubou (ir-responsable total) :
https://twitter.com/StephaneLHOMME/status/944257222573469697 

Outre les liens sur twitter, le témoignage intégral de ce jour est en ligne ici : La personne courageuse qui témoigne est Lucie ABADIA <lucie.abadia@orange.fr>, elle souhaite être contactée par les gens de Pau et alentours qui souhaitent se regrouper pour s’entraider. Merci d’avance !

http://www.stop-linky.fr/stoplinky/index.php/8-blog/114-exaction-d-un-installateur-de-solution-30-a-pau

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Linky : Communiqué de Presse de Robin des Toits

Réponse à l’invitation à participer à l’Audition ouverte à la presse sur les
compteurs communicants le 14 décembre 2017 à l’Assemblée nationale

L’association Nationale Robin des Toits a décidé de ne pas répondre à cette invitation.
En effet, les 4 minutes qui lui sont généreusement imparties ne semblent concédées que pour éviter tout questionnement à l’image de ces auditions.
Les décisions sont déjà prises et le rapport de l’OPECST ne servira qu’à toiletter de soi-disant
“démocratie” et d’un petit vernis scientifique (univoque comme toujours avec l’OPECST qui a des antécédents parlant dans le domaine des pollutions électromagnétiques) une technologie dangereuse pour la santé, attentatoire aux libertés publiques, et qui n’a pour but – sous couvert d’écologie, de greenwashing de fait – que de marchandiser ce qui était jusqu’à maintenant un service public.
Robin des Toits ne souhaite pas cautionner une procédure qui va à terme enchérir le prix d’une denrée nécessaire à tous : l’énergie. Ceci dans des conditions anti-démocratiques, anti-écologiques, inégalitaires au plan des fondements de la République et qui porteront atteinte à la santé publique.

En démocratie, le libre choix est incontournable.

Le texte intégral du communiqué

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

4G dans le métro toulousain, des ondes tous azimuts en question – La Dépêche 18-11-2017

Le réseau métro toulousain est le premier de France à être connecté à la 4G. / Photo DDM Frédéric Charmeux. L’introduction de la 4G dans le métro, inédite en France, interroge sur l’exposition aux ondes électromagnétiques. Elle exclut les personnes hypersensibles, selon l’association Robin des Toits. Les utilisateurs les plus assidus du téléphone portable et les surfeurs accros à l’internet se sont félicités de l’introduction de la 4G dans le métro toulousain, inauguré vendredi de la semaine dernière. Une connexion haute technologie qui ne fait… La suite sur le site national
Et sur Occitanie première la radio locale occitane, une émission à écouter sur les antennes relais et les technologies sans fil. Dans la première partie Stéphanie Gibaud parle de son ouvrage “La traque des lanceurs d’alerte” et à partir de la 35′ L’émission ou un représentant de Robin parle des ONDES  les deux sujets sont également intéressants.
Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

TOULOUSE – Linky : la panne électrique qui fâche…

SI CELA VOUS ARRIVE N’ATTENDEZ PAS INFORMEZ NOUS.

C’est dommage qu’une information de cette importance soit resté ignorée pendant 2 mois! Plus ce genre d’information est diffusée et plus vite nos concitoyens comprendrons les risques liés au Linky.

Signalez les pannes, les incendies, les dysfonctionnements en tout genre, les problèmes de facturation, les troubles de santé. Il est important de communiquer ces informations au plus grand nombre ce n’est certainement pas ENEDIS qui va s’en charger !

Robin des Toits Midi-Pyrénées

Linky : la panne électrique qui fâche…

Valérie attend réparation depuis trois mois. Tous ses appareils ménagers ont sauté./ DDM, Sarah Thuault-Nay

Les nouveaux compteurs électriques Linky, dits intelligents, n’ont pas forcément bonne presse et suscitent nombre de réactions négatives chez des usagers qui craignent la pollution des ondes magnétiques. L’incident, qui s’est produit dans un immeuble flambant neuf de la rue de la Charente, la résidence de l’Éveil, dans le quartier Bagatelle, à Toulouse, n’a pas arrangé les choses. Le 29 avril dernier, un technicien mandaté par Enédis (ex-EDF) a tout fait sauter lors de l’installation d’un de ses fameux compteurs. 22 logements sur les 48 de la copropriété ont été touchés par une subite surtension électrique : carte mère de l’ascenseur grillée (5 000 € de facture), chaudière à gaz et cumulus d’eau chaude hors service, sans parler de l’électroménager, lave-linge ou lave-vaisselle en carafe… Vérification faite, ce n’est pas le compteur Linky qui a été directement mis en cause… mais le technicien qui avait bêtement oublié de brancher la phase neutre. À l’arrivée, le problème est le même pour les résidents qui, à ce jour, n’ont toujours pas eu le moindre signe pour le remboursement des dégâts occasionnés. «Enédis a effectivement reconnu sa responsabilité, explique Valérie Joly, une propriétaire, en nous disant que sa police d’assurance allait jouer, mais depuis trois mois, rien n’a avancé». Comme toujours dans ces circonstances, certains résidents ont aussi eu toutes les peines du monde à retrouver les factures justifiant l’achat de leurs appareils d’électroménager endommagés, mais Valérie Joly, elle, n’a pas lâché l’affaire en alertant syndic, assurances et office HLM. «Heureusement que Toulouse Métropole Habitat, est partie prenante, reconnaît-elle. Ce qui n’empêche pas l’expert d’Enédis de traîner des pieds. Il ne s’est même pas déplacé au rendez-vous contradictoire, s’insurge-t-elle. Et le sous-traitant INSIEMA, qui a procédé à l’intervention litigieuse, nous a expliqué, en gros, qu’il s’en lavait les mains». On en est là aujourd’hui, les victimes de cette panne intempestive n’ont toujours pas été dédommagées et le temps passe. «Si cela s’était produit dans les beaux quartiers, j’imagine que ce serait réglé depuis longtemps», peste Valérie Joly. Qui a finalement reçu, hier, ce qui devrait être une bonne nouvelle. «Mon assurance, la BPCE de la Caisse d’Épargne, m’a fait savoir qu’elle allait me rembourser en avançant l’argent et se retourner contre le responsable». Seul petit problème, Valérie attend toujours que les 3 000 € soient versés sur son compte. Vous avez dit patience ?

Gilles-R. Souillés.

http://www.ladepeche.fr/article/2017/07/29/2619868-linky-la-panne-electrique-qui-fache.html

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Les électrosensibles se rebellent contre le wifi dans les trains

Depuis décembre 2016, 19 rames de TGV proposent la connexion internet sur la ligne Paris-Lyon. Mais cette installation est jugée dangereuse par les personnes électrosensibles. Elles revendiquent « le droit de voyager dans des wagons sans wifi et sans ondes ».

Lire la suite de l’article sur Reporterre

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Aussonne (31): les antennes-relais occupent toujours illégalement le château d’eau

A Aussonne (31), deux opérateurs de téléphonie mobile occupent illégalement le château d’eau depuis 2014. Dans un courrier à la mairie d’Aussonne, Toulouse Métropole annonce un démantèlement des antennes-relais en… 2018.

Communiqué de l’association Aussonne Environnement

L’objectif de l’association Aussonne Environnement qui relaie la demande citoyenne, reste le déplacement des antennes relais hors d’une zone urbanisée. Un emplacement a été proposé Chemin de La Planos Loungos, une zone éloignée de 500 m de toute habitation pour réduire le niveau d’exposition et sécaussonne-occupation-illegale-antennes-relais-orange-sfr-24-10-2016uriser le site du château d’eau.

Après un long combat mené par l’association Aussonne Environnement, les conventions autorisant les installations des opérateurs Orange et SFR ont été résiliées depuis le 01/05/2014 pour SFR et depuis le 13/08/2014 pour Orange.

Les problèmes sécuritaires sont toujours à résoudre. Le périmètre clôturé de sécurité obligatoire sur le site des armoires techniques est absent. La circulaire DGS/ VS4 N° 98-05 du 06/01/1998 relative aux recommandations du Conseil Supérieur d’Hygiène Publique de France vis-à-vis de l’installation d’antennes sur les réservoirs aériens n’est pas respectée.

Les opérateurs ne sont pas autorisés à réinstaller les équipements de téléphonie mobile sur le château d’eau.

L’occupation illégale du domaine public se prolonge en toute impunité, malgré l’existence d’un site adapté selon le CRIIREM[1] et une pétition de plus de 500 signatures soutenue par la plupart des médecins de l’agglomération et sans prendre en compte l’ajout récent des antennes Orange Chemin Fourtanier (sur la commune d’Aussonne)!

Les riverains sont exposés à des risques physio-pathologiques croissants et le seuil de compatibilité électromagnétique de 3 V/m est dépassé. La Directive européenne 2004/108/CE [2] et les Normes NF-EN 61000 ne sont pas respectées. Certains appareils (pacemakers, lecteurs de glycémie…) peuvent dysfonctionner.

La dernière lettre de Toulouse Métropole en date du 14/10/2016 annonçant des travaux de sécurisation du château d’eau qui devraient être entrepris en 2018, n’a pas convaincu. Nous ne comprenons pas pourquoi il serait nécessaire d’attendre « cette occasion » pour que les opérateurs démantèlent leurs matériels. D’autant que ces travaux n’auraient pas encore été budgétisés.

La phrase : « Très prochainement, un courrier leur rappelant leurs obligations en les invitant à se relocaliser ailleurs leur sera adressé. » a plutôt inquiété.
En effet, cette lettre ne prévoit, encore une fois, aucune contrainte envers les opérateurs de téléphonie mobile. L’avocat n’y voit aucun engagement juridique. Nous craignons même qu’un blanc seing vienne d’être accordé aux opérateurs (en copie du courrier) pour continuer à occuper illégalement le domaine public pour une durée non définie et trop incertaine.

aussonne-chateau-d-eau-antennes-relais-tagsEnfin il est à noter que le site du château d’eau, comme nous l’avons signalé à plusieurs reprises, est fréquenté régulièrement de manière anarchique. Les tags qui s’additionnent et prennent même de la hauteur ainsi que les déchets déposés sur le site, en témoignent.

Suite à la plainte déposée en avril 2016 auprès du Procureur, une enquête est en cours.
La collectivité se devrait d’agir sans plus tarder.

Devant de telles carences, l’association envisage une action juridique dans cette affaire pour qu’il soit mis fin à cette occupation illégale.

Association Aussonne Environnement
http://www.aussonneadea.org/

[1] Rapport d’expertise référencé du CRIIREM Centre de Recherche et d’Information Indépendantes sur les Rayonnements Electromagnétiques

[2] Décret N° 2006-1278 du 18/10/2006.

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Aussonne (31840) : occupation illégale du domaine public par les opérateurs

L’association agréée Aussonne Environnement communique:

Antennes relais implantées sur le château d’eau

L’objectif de l’association, qui relaie la demande citoyenne, reste le déplacement des antennes-relais hors d’une zone urbanisée. Un emplacement a été proposé Chemin de Las Planos Loungos, une zone éloignée de 500 m de toute habitation pour réduire le niveau d’exposition et sécuriser le site sans effet notable sur la couverture selon le CRIIREM [1] et de plus sans prendre en compte l’ajout récent d’antennes sur un autre site de la commune, Chemin Fourtanier !

Après un long combat mené par l’association Aussonne Environnement, les baux des opérateurs Orange et SFR ont été résiliés depuis le 01/05/2014 pour SFR et depuis le 13/08/2014 pour Orange.  

Depuis, l’occupation illégale du domaine public se prolonge en toute impunité.

Les risques pathologiques et des non conformités perdurent. Les mesures officielles faites en mars 2012 avaient déjà montré de très fortes valeurs d’exposition (3,41 V/m en intérieur  à 120 m de distance) comparées à celles relevées sur d’autres communes proches et au niveau national. (suite…)

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Communiqué de Robin des Toits sur l’électrohypersensibilité !

 

ROBIN DES TOITS
Correspondance : 33 rue d’Amsterdam 75008 Paris

Tél. : 33 1 47 00 96 33

Ondes : une étude établit la causalité pour l’électrohypersensibilité !

Une étude de l’ARTAC (Association pour la Recherche Thérapeutique AntiCancéreuse – www.artac.info) a pu (enfin!) détecter des marqueurs biologiques communs entre électrohypersensibilité et sensibilité chimique multiple pour établir le diagnostic objectif et la caractérisation d’une même pathologie. L’une et l’autre affection ont une origine environnementale, et qu’elles soient liées aux champs électromagnétiques et/ou aux produits chimiques est hautement probable.  
Belpomme D, Campagnac C, Irigaray P. Reliable disease biomarkers characterizing and identifying electrohypersensitivity and Multiple Chemical Sensitivity as two etiopathogenic aspects of a unique pathological disorder. Rev Environ Health. 2015 Dec 1;30(4):251-71

La controverse sur les causes de l’Electrohypersensibilité (EHS) et de la sensibilité aux produits chimiques multiples (MCS) réside dans l’absence de critères diagnostics reconnus en raison du manque de biomarqueurs objectifs. Depuis 2009, l’ARTAC a investigué cliniquement et biologiquement 1216 cas de malades se disant être atteints d’EHS et/ou de MCS.

les données de l’étude révèlent qu’EHS (électrosensibilité) et MCS (chimico -sensibilité) peuvent être objectivement caractérisées et diagnostiquées par des tests simples. Chacune des deux affections implique en effet une hyperhistaminémie et un stress oxydant liés à une inflammation, une réponse auto-immune, une hypoperfusion dans la région capsulotalamique, une ouverture de la BHE (barrière hémato-encéphalique), ainsi qu’un déficit en mélatonine.

L’ensemble de ces éléments démontrent donc que les malades se réclamant d’une électrohypersensibilité et/ou d’une sensibilité multiples aux produits chimiques sont de vrais malades, que leur affection ne relève nullement d’une pathologie psychiatrique ou même psychosomatique.  

En outre ces résultats suggèrent très fortement la possibilité d’un risque augmenté de maladies neurodégénératives chroniques chez ces patients. Ces études se poursuivent dans le cadre de collaborations internationales.

Pour Etienne Cendrier porte-parole de Robin des Toits, L’étude de l’ARTAC a pu mettre en lumière des biomarqueurs objectifs tant pour l’électrosensibilité que pour la chimico-sensibilité. Ceci est de nature à éteindre cette polémique scientifique artificielle qui ne sert que les intérêts économiques de court-terme des industriels au détriment de la santé publique. J’appelle les pouvoirs publics à mettre en place de toute urgence les politiques publiques d’exposition du public que Robin des Toits préconise depuis trop longtemps.”

Etienne CENDRIER
Porte-Parole national
Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Informations LINKY

NEXT-UP fait un gros travail d’information que nous vous invitons a relayer, complétez votre information en allant sur leur site c’est  ICI

Voici le texte qu’il nous demande de diffuser largement, ne vous privez pas

– Linky Questions – Réponses :

– le Linky est-il obligatoire ?
Non le Linky n’est absolument pas obligatoire, à ce jour 0,97 % des foyers l’ont refusé.
Aucune personne propriétaire n’a eu le Linky si elle s’y était opposée explicitement par une lettre recommandée AR à la SA ERDF.

– Pourquoi le Linky n’est-il pas obligatoire ?
L’obligation d’un objet connecté à un citoyen est anticonstitutionnelle, dans le cadre de la Loi sur la Transition Energétique le mot Linky ou obligation de compteur n’apparait pas, donc le Conseil Constitutionnel n’a pas ni validé, ni étudié cette hypothèse.

Dans tous les cas ce qui lie les deux parties, c’est-à-dire le client consommateur à la SA EDF/ERDF ce sont les termes de son contrat de droit commercial, le reste n’est que de l’enfumage (voir les reportages explicites).

Par contre si le client ne manifeste pas d’opposition à l’installation du système de comptage connecté Linky de facto il accepte tacitement tous les termes du nouveau contrat, dont l’essentiel est celui de la facturation de son nouveau type de contrat non plus sur la base du KWh, mais sur la base du KVA (énergie apparente qui engendre une surfacturation pour plus de 10 millions d’abonnés) et de la fourniture non plus d’une seule fréquence de la marchandise, c’est-à-dire de l’énergie électrique en 50 HZ, mais en bi-fréquences Hz et KHz radiative du Courant Porteur en Ligne (CPL) qui génère la Dirty Electricity qui est une nouvelle pollution en champs proches dans tous les appartements, donc nocive pour la santé en l’absence d’installation conforme.

– Comment refuser le Linky ?

C’est très simple, lorsque vous recevrez ou serez informés de l’installation du Linky, vous envoyez en retour une lettre recommandée AR à l’expéditeur ERDF de la lettre type de refus (faire un copier/coller et compléter : nom, prénom, adresses, références et signer). Les lettres sont ICI

– Que va-t-il se passer suite à mon refus du Linky ?
Pour le moment rien, néanmoins face à la montée en charge des refus du Linky une taxe assimilable à un racket est à l’étude par la Commission de Régulation de l’Énergie (CRE), son montant est de 19 euro HT/mois ceci pour compenser les frais engagés par ERDF pour le relevé “à pied” (manuel) du compteur de ceux qui ont refusé le Linky, c’est-à-dire à ce jour 0,93 % des foyers.
– CRE, sic : « Le maintien d’une relève à pied pour quelques clients isolés représente en effet un coût unitaire beaucoup plus élevé que celui de la relève à pied en masse pratiquée aujourd’hui. La CRE a décidé de l’introduction dans les prestations de GRDF d’une prestation de relève à pied facturée environ 19 € HT / mois, correspondant aux coûts induits par la nécessité de continuer à relever ces consommateurs à pied. ».

 

– Merci de diffuser cette News.

– Linky Questions – Réponses : Prochaines News, l’essentiel sur le Linky est ce que vous ne savez pas encore !

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Robin des Toits suspend sa participation au COPIC (Grenelle des Ondes) – 28/01/2013

Association Robin des Toits


Robin des Toits vient de suspendre sa participation au COPIC (Comité d’expérimentation de l’abaissement de l’exposition du public à 0,6 V/m). 

Robin des Toits à été à l’initiative de cette expérimentation en 2009, lors du Grenelle des Ondes. 

Les travaux du Copic – à ce jour – ont montré qu’il était possible d’abaisser l’exposition du public à 0,6 V/m à Paris 14e à condition de multiplier le nombre d’antennes-relais par trois ; à Grenoble en multipliant les antennes par 1,6 ; en revanche, nul besoin d’en rajouter à Kruth (Alsace) ou l’exposition culmine à 0,3 V/m. 

Ces résultats sont embarrassants pour les opérateurs, ils valident ce que nous avons toujours déclaré : sur le plan technique ont peu parfaitement avoir une exposition n’excédant pas 0,6 V/m mais que c’est moins rentable pour les industriels puisqu’il 
faut reconfigurer le réseau d’antennes-relais. 

Or l’ANFR (Agence Nationale des Fréquences) souhaite ajouter de “nouveaux objectifs” à notre expérimentation. En clair, tout va être fait pour “dégommer” le 0,6 V/m et nous ne souhaitons pas cautionner cette instrumentalisation de nos travaux. 

Par ailleurs la proposition de loi de Laurence Abeille (EELV) vient de passer en commission des affaires économiques où elle a été soumise à une cure d’amaigrissement radicale alors que la ministre de l’Ecologie Delphine Batho, a, de son coté l’intention de proposer un Projet de loi en juin qui pourrait être bien plus favorable aux opérateurs et pas du tout à la santé publique. 

Nous pensons que la ministre va s’appuyer sur les travaux biaisés du COPIC qui seront rendus en juin et qui ont pour objet de gonfler le nombres d’antennes nécessaire à l’application du seuil de 0,6 V/m ; sur le rapport de l’ANSES qui sortira lui aussi en juin (quel timing !) et qui aura très probablement des conclusions beaucoup plus rassurantes que celles du rapport Bioinitiative 2012… 

Tout nous laisse penser que son projet de loi préservera les intérêts des industriels, en “abaissant” l’exposition du public à 5 ou 6 V/m en lien avec les objectifs actuels de l’ANFR. 
6 V/m est le seuil minimum acceptable pour les opérateurs, il permet de conserver le réseau d’antennes en l’état. 

Robin des Toits suspend donc sa participation au COPIC et ce faisant nous “figeons” les résultats actuels qui ont été réalisés de manière fiable. 
Nous ne pouvons cautionner un projet à visée exclusivement économique qui se ferait au détriment de la santé publique. 

Bien à vous, 
Etienne Cendrier porte-parole de Robin des Toits

Source : http://www.robindestoits.org/Robin-des-Toits-suspend-sa-participation-au-COPIC-Grenelle-des-Ondes-28-01-2013_a1901.html

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Alerte de l’Académie américaine de pédiatrie

Une information de PRIARTEM

16 janvier 2013 – Thème : Information scientifique :: La gestion des risques

Nouvelle alerte : l’Académie américaine de pédiatrie plaide en faveur d’une meilleure connaissance des risques de l’exposition aux radiofréquences pour les enfants et à une meilleure information du public sur ces risques

Un membre du Congrès américain, Dennis Kucinich a déposé, en août 2012, une proposition de loi intitulée ’Le téléphone portable, le droit de savoir’, qui propose des étiquettes d’avertissement sur les téléphones portables, de créer un nouveau programme national de recherche sur les téléphones portables et la santé et exige de l’Agence de Protection Environnementale (Environmental Protection Agency) de mettre à jour le taux d’Absorption spécifiques (DAS), aujourd’hui obsolète.

Cette proposition de loi vient de recevoir un soutien de poids, celui de l’Académie américaine de pédiatrie qui regroupe pas moins de 60 000 praticiens. Dans une lettre adressée à Dennis Kucinich, le Président de l’AAP, le Dr Thomas K Mc Inerny, affirme ainsi : “L’Académie Américaine de Pédiatrie (la AAP) plaide en faveur du texte H.R. 6358 et soutient particulièrement l’analyse des effets des radiofréquences (RF) sur les populations les plus vulnérables, incluant les enfants et les femmes enceintes. En outre, nous sommes heureux que le projet de loi exige l’examen de ces effets lors de l’élaboration des normes d’exposition maximale. Les enfants sont touchés de manière disproportionnée par les expositions environnementales, y compris par le rayonnement des téléphones portables. Les différences de densité osseuse et de quantité de liquide dans leur cerveau par rapport à un cerveau d’adulte, pourraient permettre aux enfants d’absorber de plus grandes quantités d’énergie RF, plus profondément dans leur cerveau”,

Dennis Kucinich se félicite de ce soutien et souligne :

“Les effets sur la santé des rayonnements des téléphones cellulaires sont potentiellement dangereux pour tous les utilisateurs, mais les enfants sont parmi les plus vulnérables comme le notent les médecins dans la lettre. Je suis honoré que ces professionnels réputés soutiennent le projet de loi ’Le téléphone portable, le droit de savoir. Notre coalition va en s’agrandissant et s’élargissant”.

Pour soutenir son texte, il s’appuie sur la classification des radiofréquences comme “peut-être cancérogène pour l’homme” par l’OMS, au même titre que le plomb et le mercure, sur les données d’Interphone et sur les recherches qui montrent, notamment les effets sur la fertilité masculine.

Il constate que la Commission Fédérale des Communications (Federal Communications Commission) a publié les valeurs limites de ces rayonnements, appelé Débit d’Absorption Spécifique (DAS). « D’après la Commission Fédérale des Communications, écrit-il, le Débit d’Absorption Spécifique est “la quantité d’énergie RF absorbée par le corps lors de l’utilisation d’un téléphone portable”. La limite actuelle du DAS d’un téléphone portable est de 1,6 watts par kilogramme. Cependant, le DAS actuel est obsolète. Il ne tient pas compte de l’usage actuel du téléphone portable et il ne tient pas compte, non plus des populations vulnérables comme les enfants ou les femmes enceintes. Il suppose que a seule’exposition d’une personne est celle de son téléphone en communication, mais avec le WiFi, les “smart phones” et les technologies Bluetooth, l’exposition à un seul périphérique sans fil est plus rare. En outre, le corps des enfants est en développement et leur crâne est plus “souple” que chez l’adulte. Cela signifie que le cerveau des enfants absorbe plus de rayonnement que ceux des adultes, ceux-là même qui ont été étudiés pour déterminer le DAS. »

“Avec environ 300 millions abonnés au téléphone portable aux Etats-Unis et suffisamment de preuves scientifiques pour montrer le lien entre les téléphones portables et les effets sur la santé comme les tumeurs du cerveau ou les effets sur les spermatozoïdes, les consommateurs ont le droit de savoir ce que leurs téléphones émettent. Nous devons l’exiger” , déclare Dennis Kucinich.

Source: http://www.priartem.fr/Alerte-de-l-Academie-americaine-de.html

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Antennes: les médecins de l’ASEF répondent à l’Académie de Médecine

logo asef web

    Écrit par L. Ferrer Créé le jeudi 10 janvier 2013 16:32

Le Dr Patrice Halimi, Secrétaire Général de l'ASEF, et les députés, Jean-David Ciot et François-Michel Lambert, lors de la présentation de la proposition de loi Ciot à la cité HLM de La Pinette à Aix-en-Provence le 22 octobre dernier.

Le Dr Patrice Halimi, Secrétaire Général de l’ASEF, et les députés, Jean-David Ciot et François-Michel Lambert, lors de la présentation de la proposition de loi Ciot à la cité HLM de La Pinette à Aix-en-Provence le 22 octobre dernier.

Hier, l’Académie de médecine réaffirmait l’absence de risque des antennes relais. Une affirmation pour le moins remise en cause par les médecins de l’ASEF, qui ne décolèrent pas de voir les études se multiplier et l’Académie s’embourber dans le déni… Explications.

 

Combler le vide juridique. Dans un communiqué daté d’hier, l’Académie réagit à la proposition de loi sur la réglementation des antennes relais, faite par le député PS d’Aix-en-Provence, Jean-David Ciot. Cette proposition de loi, basée sur les recommandations de l’Association Santé Environnement France, a pour but de garantir l’égalité de chaque citoyen face au risque que représente les antennes relais. « Nous sommes d’accord sur un point avec l’Académie, la nocivité des antennes relais n’a pas encore été confirmée. Mais, il ne s’agit pas pour nous de trancher la question scientifique, ni d’interdire les antennes relais. Cependant, comme elles présentent un risque, il faut qu’il y ait une véritable égalité face à celui-ci. Or, la loi est la seule à pouvoir garantir cette égalité. A la cité HLM de La Pinette à Aix-en-Provence, nous comptons encore et toujours 14 antennes relais sur le même toit ! A Aubagne, 17 ! Peut-on se permettre d’imposer cela à une population en lui expliquant que nous en saurons plus dans 20 ans lorsque la science aura tranché?» explique le Dr Patrice Halimi, Secrétaire Général de l’ASEF, à l’origine d’un appel pour une loi sur l’implantation des antennes relais envoyé à tous les sénateurs et députés de la République. Son appel en septembre dernier avait d’ailleurs été soutenu par 3 000 citoyens.

 

Peut-être cancérigène…. Dans son communiqué, l’Académie évoque le fait que seuls les portables et non les antennes relais seraient reconnus comme des “cancérogènes possibles” par le Centre International de recherche sur le cancer (CIRC). Mais l’Académie n’a pas dû mettre ses fichiers à jour, puisqu’un rapport du CIRC a classé le 31 mai 2011 les champs électromagnétiques de radiofréquences comme «peut être cancérigènes» (http://www.iarc.fr/fr/media-centre/pr/2011/pdfs/pr208_F.pdf). «En début de semaine le rapport Bionitiative, basé sur 1 800 nouvelles études scientifiques, montrait que les ondes électromagnétiques pouvaient altérer la santé des utilisateurs de téléphones portables, des futurs parents, des jeunes enfants ou encore des femmes enceintes. Risque de tumeur maligne du cerveau, risque pour les spermatozoïdes des hommes, risque d’autisme pour les enfants à naître, risque pour le développement cérébral du fœtus : la liste est longue et inquiétante» affirme le Dr Pierre Souvet, Président de l’ASEF.

 

La déni Académie. « Faire comme si les problèmes n’existaient pas ne contribue pas à les résoudre, ni à les faire oublier de la population qui les vit et les subit au quotidien… L’Académie a eu beau affirmer en 1996, que l’amiante n’était pas vraiment problématique si on l’utilisait avec précaution…. Le produit, déjà classé cancérigène depuis 20 ans, a tout de même été interdit en France l’année suivante ….» conclut le Dr Patrice Halimi, qui se bat au quotidien pour que le doute légitime en cas de débat scientifique profite aux patients.

 

Contact presse: Ludivine Ferrer ( ludivine.ferrer@asef-asso.fr) 04 88 05 36 15

source : http://www.asef-asso.fr/presse/1603-antennes-les-medecins-de-l-asef-repondent-a-l-academie-de-medecine

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

VIDEO : "Téléphoner tue ?" – France 3 – 05/12/2012

Association Robin des Toits

Voir l’interview de l’eurodéputée EELV Michèle RIVASI sur la réalité du danger de la téléphonie mobile et du Wi-fi et sur la nécessité d’avertir les utilisateurs de ce dernier, par l’étiquetage des appareils et l’interdiction de l’utilisation par les enfants.


Voir la vidéo sur le site de Robin des toits : http://www.robindestoits.org/VIDEO-Telephoner-tue-France-3-05-12-2012_a1850.html

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Les divers courriers envoyés par Robin des Toits aux ministres et responsables gouvernementaux.

Lettre à Cécile DUFLOT : "Politique du logement et dangers sanitaires d'origine électromagnétique" - Robin des Toits - 25/10/2012

Compteurs LINKY : lettre ouverte à Madame Delphine BATHO – Ministre de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie – 16/11/2012

Copie à Madame Cécile DUFLOT, Ministre de l’égalité des territoires et du logement

Madame la Ministre, 

L’association nationale Robin des Toits pour la sécurité sanitaire dans les technologies sans fil a appris, à la lecture du « Moniteur » du 11 octobre dernier, que vous alliez « reprendre le projet » du déploiement du compteur intelligent dit « Linky » et qu’un groupe de travail allait être mis en place à cet effet. 

Nous espérons que cette reprise d’une opération lancée d’une manière extrêmement critiquable par le gouvernement précédent sera l’occasion d’une amélioration substantielle du projet qui, en l’état actuel, ne laisse pas de nous inquiéter. 

En effet, si, comme de nombreux citoyens et associations, nous nous inquiétons de la richesse et de la finesse des données personnelles collectées par le compteur, si, comme beaucoup, nous trouvons suspectes et obscures les conditions dans lesquelles ce prototype a été choisi, si, comme une partie des observateurs, nous nous demandons si ce compteur va vraiment générer des économies pour les abonnés, notre principal sujet de préoccupation, en lien avec notre objet social, est le surcroît de pollution électromagnétique à laquelle ce nouveau compteur « intelligent » exposera les abonnés, au sein même de leur habitation. 

En effet, en l’état, les informations entre les appareils électriques et le compteur seront transmises par CPL (courant porteur en ligne), c’est-à-dire un signal que le circuit électrique « normal », non blindé, n’est pas fait pour transporter. Il en résulte un rayonnement constant, au moins près des murs, et une pollution de l’ensemble du circuit électrique de l’habitat. 

Arrivé au concentrateur, pour relayer l’information jusqu’à ERDF, nous passons en GSM, soit une technologie sans fil source de champs électromagnétiques importants. 

Voilà donc les citoyens exposés, du seul fait qu’ils utilisent de l’électricité, à une importante pollution électromagnétique qui vient s’ajouter à tout ce dans quoi ils baignent déjà (téléphones portables, antennes relais, DECT, WIFI, WiMAX…), dont l’effet cocktail n’est jamais étudié. 

Cette exposition serait particulièrement néfaste par son caractère subi (l’abonné est obligé d’en posséder un alors qu’il peut choisir de désactiver le WIFI voire de ne pas avoir de téléphone portable), proche (contrairement à une antenne relais qui se trouve sur le toit) et continu (contrairement, par exemple, à un téléphone portable que l’on peut éteindre). 

Or, des recherches indépendantes de plus en plus nombreuses montrent que l’exposition aux champs électromagnétiques peut favoriser cancers, maladies neuro-dégénératives, aggravation de maladies existantes comme le diabète, et chez les enfants, hyperactivité, autismes et troubles de l’attention et du développement. 

Un compteur intelligent c’est bien, que les enfants qui grandissent dans la maison aient une chance de le devenir, c’est encore mieux !! 

En mai 2011, l’OMS, pourtant peu soupçonnable de dureté excessive envers l’industrie, a classé les radiofréquences parmi le groupe des substances « cancérogènes possibles pour l’homme » (catégorie 2B). 

Partant, l’application du principe de précaution devrait conduire à éviter ces procédés partout où ils ne sont pas nécessaires. Or, les installations électriques, comme les compteurs, sont fixes : nul besoin pour eux d’utiliser des radiofréquences !! Des liaisons fixes, solides, comme la fibre optique, pourraient utilement transporter l’information pertinente, sans gaspillage énergétique et sans risque pour la santé. Nous vous remercions par avance de ne pas nous renvoyer, sur ce sujet, à l’ANSES. 

Son dernier rapport sur les radiofréquences date de 2009 et s’appuie sur des travaux beaucoup plus anciens, ce qui fait vraiment très loin vu la vitesse du développement technologique. 

La nouvelle classification de l’OMS rend obsolète tout ce qui s’est fait avant et crée un contexte radicalement nouveau. Un gouvernement n’a pas besoin d’experts pour prendre ses responsabilités et appliquer le principe, constitutionnel, de précaution. 

Les exemples américains et canadiens sont édifiants : dans ces deux pays, les compagnies de gaz, d’eau et d’électricité ont commencé à déployer des compteurs « intelligents ». 

Aux Etats-Unis, elles ont dû faire machine arrière, proposer une solution « d’opting out » aux abonnés, parfois réinstaller les anciens compteurs analogiques. Au Canada, les plaintes se multiplient, notamment à cause de problèmes de santé vécus par des personnes qui n’étaient, à l’origine, pas particulièrement « anti-ondes »… 

Dans notre univers mondialisé, ces exemples doivent être médités pour mettre en place, dans notre pays, des solutions sûres et incontestables. 

Tous les arguments de Robin des Toits contre le nouveau compteur « Linky » sont repris dans le recours que nous avons déposé le 25 Novembre 2011 contre la décision de généralisation en date du 28 Septembre dernier. Vous trouverez ce recours, toujours en cours d’examen devant le Conseil d‘Etat, joint au présent courrier. 

Comptant sur vous pour la prise en compte de ces observations dans l’intérêt de l’ensemble des citoyens, Et nous tenant naturellement à votre disposition pour tout complément d’information, Nous vous prions d’agréer, Madame la Ministre, l’expression de nos sentiments respectueux et dévoués. 

Porte-Parole national 
Etienne CENDRIER 

Source : http://www.robindestoits.org/Compteurs-LINKY-lettre-ouverte-a-Madame-Delphine-BATHO-Ministre-de-l-Ecologie-du-Developpement-durable-et-de-l-Energie_a1830.html


Lettre à Cécile DUFLOT : “Politique du logement et dangers sanitaires d’origine électromagnétique” – Robin des Toits – 25/10/2012

A l’attention de Madame Cécile DUFLOT 
Ministre de l’Egalité des Territoires et du Logement 

Objet : Politique du logement et dangers sanitaires d’origine électromagnétique 

Madame la Ministre, 

L’association nationale Robin des Toits souhaite vous alerter sur le fait qu’en matière de logement le développement continuel des pollutions d’origines électromagnétiques entraîne des dangers et effets nocifs croissants sur la sécurité et la santé[1] des français,compte tenu de l’obsolescence et de l’inadéquation grandissantes des normes en vigueur qui ne garantissent absolument pas l’innocuité. 

Or chaque jour qui passe, les sources de pollution extérieure s’intensifient avec la multiplication des antennes-relais et la 4G (multiplication par un facteur 50 du rayonnement) qui se prépare, n’augurant rien de bon, sinon une nouvelle catastrophe sanitaire, sans équivalent. Pourtant, dans le même temps, les preuves scientifiques s’accumulent au sujet du caractère pathogène ou létal des Champs Electro-Magnétiques (CEM) : cancers, leucémies, AVC, maladies auto-immunes ou neuro-dégénératives, dépressions, suicides, électro-hypersensibilité (EHS) et chimico-sensibilité (MCS), etc.

Or il semble que rien ne vienne arrêter ni même limiter cette fuite en avant technologique et électromagnétique pourtant incompatible avec la biologie de tout le vivant.

Lire la suite sur le site de Robin des toits 


Courrier au directeur des rédactions du Monde Magazine – Robin des Toits – 08/11/2012

A l’attention de Monsieur Erik IZRAELEWICZ – Directeur des rédactions 

Monsieur le Directeur de la rédaction, 

Vous avez fait paraître, dans votre édition du « Monde Magazine » datée du 28 octobre 2012, un article intitulé « la tablette, nouveau doudou numérique ». Cet article, tout en restant ouvert aux innovations technologiques actuelles, est remarquable par son caractère nuancé et non sottement technophile. Il souligne notamment l’absence de recul quant à l’utilisation des tablettes par les enfants et le défaut total de contrôle des applications prétendument pédagogiques. Sur ces points, ce « papier » est véritablement digne d’éloges. 

L’association nationale Robin des Toits, pour la sécurité sanitaire dans les technologies sans fil, souhaite appeler votre attention sur le fait que ces développements omettent cependant un point particulièrement important, de nature à peser sur la décision des parents qui, en cette période d’approche de Noël, songent à offrir, ou à s’offrir, une tablette susceptible d’être utilisée par leurs enfants. Il s’agit de l’exposition aux champs électromagnétiques résultant de l’utilisation d’une tablette.

Lire la suite sur le site de Robin des Toits

Source : http://www.robindestoits.org/SUPER-Wi-fi-lettre-de-Robin-des-Toits-a-Madame-Marisol-TOURAINE-Ministre-des-Affaires-sociales-et-de-la-Sante-18-11_a1832.html


SUPER Wi-fi : lettre de Robin des Toits à Madame Marisol TOURAINE, Ministre des Affaires sociales et de la Santé – 18/11/2012

Madame la Ministre, 

Le lancement de l’expérimentation du Super Wifi a été annoncé récemment. Ce système a pour but de fournir un accès au Haut Débit à des utilisateurs situés dans des zones rurales. L’autorisation a été donnée pour la Seine-Maritime, pour tester la fiabilité technique du système et son absence d’interférence avec la TNT. Ces antennes devraient avoir une portée de 100 km, au moins. 

Vous n’ignorez pas que toutes les technologies sans fil qui sont déployées à grande vitesse depuis quelques années posent question quant à leur innocuité pour les personnes. Dans tous les pays, et dans le nôtre, dans toutes les régions, des voix se font entendre pour dénoncer les effets délétères du bain électromagnétique dans lequel toute la population tend à être immergée. 

Les témoignages de personnes atteintes se multiplient. Elles sont dites électrohypersensibles (EHS). La question est en fait plus complexe et les scientifiques qui y travaillent tendent à dire que le déclenchement d’une EHS est dû à un syndrome d’intolérance aux champs électromagnétiques (SICEM) qui dégénère en EHS pour une catégorie de population dite « susceptible ». L’absence de susceptibilité n’est donc pas une garantie contre la possibilité d’être atteint de SICEM. Car ce risque existe pour toute exposition trop longue ou trop forte à des CEM. Et donc pour une part de la population qui est et sera croissante si la politique actuelle n’est pas revue. Vous savez que les radiofréquences ont été classifiées potentiellement cancérogènes par l’OMS le 31 Mai 2011. Tout ceci est suffisamment alarmant pour que ce gouvernement ne se contente pas d’attendre les résultats de la consultation mise en place par ses prédécesseurs. Son orientation vers une explication psychologique des troubles vécus est très contestable (à Paris, menée par le professeur Choudat).

Lire la suite sur le site de Robin des Toits

Source : 

http://www.robindestoits.org/SUPER-Wi-fi-lettre-de-Robin-des-Toits-a-Madame-Marisol-TOURAINE-Ministre-des-Affaires-sociales-et-de-la-Sante-18-11_a1832.html


SAISIE DU PREFET DE LA REGION DES PAYS DE LA LOIRE – PREFET DE LOIRE ATLANTIQUE – Robin des Toits – 06/11/2012

au sujet du trouble à l’ordre public 
constitué par des émissions électromagnétiques clandestines.

Les émissions électromagnétiques du type LTE 4G ont été lancées à Nantes dans les conditions d’une double absence : 
– absence de toute enquête sanitaire préalable à la mise en service. 
Alors qu’à leur niveau le plus haut en Europe les autorités judiciaires viennent de confirmer que les émissions du groupe téléphonie mobile sont cause de cancer. 
– absence de toute information publique de la population. 

L’association nationale Robin des Toits a demandé à ce sujet une audience au Préfet de la Région des Pays de la Loire, également Préfet de Loire Atlantique. 
S’agissant d’un trouble à l’ordre public, l’autorité à saisir était évidemment celle qui a la charge d’y veiller. 

Au cours de cette audience, tenue dans les locaux de la Préfecture le 30 Octobre 2012, l’association nationale Robin des Toits a présenté au Préfet deux informations sur l’état présent des reconnaissances officielles de l’attaque de la Santé par ce groupe d’émissions. 
Dans les domaines politique, judiciaire et scientifique. 
En précisant que dans la situation actuelle, la responsabilité des autorités en charge des réglementations est pleinement engagée. 
Et que le risque encouru se nomme mise en danger d’autrui. 
L’association a de plus présenté au Préfet trois propositions d’action. 

Pour information, nous vous joignons copie du dossier remis au Préfet. 

Robin des Toits a déclaré qu’il était disponible pour toute coordination d’information et d’action avec les Services Publics. 

Nous vous tiendrons informés des suites données par le Préfet 

— 
Marc CENDRIER 
Chargé de l’Information Scientifique 

Brigitte BOUTEILLER 
Déléguée Régionale 

saisieprefetregionpaysdelaloire_2012_10_31.pdf SaisiePrefetRegionPaysDeLaLoire_2012_10_31.pdf  (134.4 Ko)

Source : http://www.robindestoits.org/SAISIE-DU-PREFET-DE-LA-REGION-DES-PAYS-DE-LA-LOIRE-PREFET-DE-LOIRE-ATLANTIQUE-Robin-des-Toits-06-11-2012_a1823.html



 

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Courrier au directeur des rédactions du Monde Magazine – Robin des Toits – 08/11/2012

Courrier au directeur des rédactions du Monde Magazine - Robin des Toits - 08/11/2012

A l’attention de Monsieur Erik IZRAELEWICZ – Directeur des rédactions 

Monsieur le Directeur de la rédaction, 

Vous avez fait paraître, dans votre édition du « Monde Magazine » datée du 28 octobre 2012, un article intitulé « la tablette, nouveau doudou numérique ». Cet article, tout en restant ouvert aux innovations technologiques actuelles, est remarquable par son caractère nuancé et non sottement technophile. Il souligne notamment l’absence de recul quant à l’utilisation des tablettes par les enfants et le défaut total de contrôle des applications prétendument pédagogiques. Sur ces points, ce « papier » est véritablement digne d’éloges. 

L’association nationale Robin des Toits, pour la sécurité sanitaire dans les technologies sans fil, souhaite appeler votre attention sur le fait que ces développements omettent cependant un point particulièrement important, de nature à peser sur la décision des parents qui, en cette période d’approche de Noël, songent à offrir, ou à s’offrir, une tablette susceptible d’être utilisée par leurs enfants. Il s’agit de l’exposition aux champs électromagnétiques résultant de l’utilisation d’une tablette. 

En effet, ces tablettes sont, et leurs fabricants s’en vantent, connectées en permanence et par défaut à Internet. La possibilité d’opter pour une connexion filaire, qui existe sur l’ordinateur familial comme sur les PC portables, n’existe pas dans le cas des tablettes. Résultat, l’utilisateur est en permanence bombardé de champs électromagnétiques de type 3G et/ou Wifi, dont la nocivité n’est aujourd’hui pas sérieusement contestée. 

C’est ainsi qu’en janvier 2012, l’étude de Conrado Avendano, Ariela Mata et autres (Department of Obstétrics and Gynecology, Eastern Virginia Medical School, Norfolk, Virginia et Nascentis Medicina Reproductiva, Cordoba, Argentine[1]) mettait en évidence son impact sur la fertilité masculine. Les travaux du scientifique américain G.Carlo suggèrent quant à eux le lien entre le Wifi et différents troubles neurologiques chez l’enfant, en particulier l’autisme (qui explose depuis quelques années, l’avez-vous remarqué ?). 
[1] http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22112647 

D’une manière générale, les radiofréquences ont été classées comme « cancérogènes possible » (catégorie 2B) par l’OMS en mai 2011. 

Les parents sont-ils informés de cette réalité ? 
Quel parent offrirait à son enfant un jouet « cancérogène possible » ? 

Comment ne pas voir que quelle que soit la gravité du risque, il est plus élevé pour les enfants, dont les organes sont en développement, dont les tissus sont moins épais, et dont l’exposition sera plus longue au cours de leur vie ? 

Se fondant sur ce constat, le Conseil de l’Europe (27 mai 2011) comme le comité national russe pour la protection contre les rayonnements non ionisants (19 juin 2012) recommandent de préférer la connexion filaire au Wifi dans les écoles. Evidemment, ces recommandations valent aussi pour le lieu de vie des enfants !! 
En France, la fabrication de terminaux radioélectriques spécialement destinée aux moins de 6 ans est prohibée par la loi, comme l’est la publicité pour les téléphones portables en direction des moins de 14 ans (loi n° 2010-788 du 12 juillet 2010 portant engagement national pour l’environnement). Si les tablettes ne sont pas incluses dans le périmètre de l’interdiction de publicité, c’est tout simplement… qu’à l’époque elles n’existaient pas ! Beaucoup de parents hésitent à offrir un téléphone mobile à leurs enfants, mais n’ont pas cette hésitation pour les tablettes, alors que c’est exactement la même chose et que la tablette se porte près d’organes tout aussi vitaux que le cerveau, on ne vous fait pas de dessin… 

Bref, fabriquer, vendre, promouvoir des tablettes pour les enfants, et en offrir aux siens, est gravement irresponsable. Cupidité chez les uns, fascination technologique chez les autres, l’inconscience règne. Pour encore combien de temps ? 

Etienne CENDRIER 
Porte-Parole national 

P.S. : 
En forme de clin d’œil, un article du même numéro du « Monde Magazine » souligne la hausse alarmante de nos factures d’électricité. 
Nos cyber-joujoux, extrêmement gourmands en énergie (qu’ils diffusent ensuite dans l’air, sous forme de radiofréquences), n’y seraient-il pas pour quelque chose ? 

Voir également : 

– Les tablettes numériques junior hors-la-loi ? – Robin des Toits – 10/09/2012

SOURCE : http://www.robindestoits.org/Courrier-au-directeur-des-redactions-du-Monde-Magazine-Robin-des-Toits-08-11-2012_a1827.html

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

"Une coalition américaine contre les radiofréquences des appareils sans fil voit le jour" – Le Devoir – 18/09/2012

Association Robin des Toits

LE DEVOIR

Une coalition nationale vient d’être mise sur pied aux États-Unis pour lutter contre la multiplication des systèmes de transport de données par les appareils sans fil. 

La nouvelle coalition vise tout particulièrement l’installation des compteurs-émetteurs de radiofréquences par les distributeurs d’électricité. La Wireless Radiation Protection Coalition cible aussi les intrusions dans les systèmes informatiques grâce aux technologies sans fil. Elle lance un mot d’ordre de mobilisation continentale le 4 octobre pour élargir à toutes les régions d’Amérique du Nord le mouvement contre l’installation des compteurs-émetteurs, que les experts en marketing ont affublés du titre plus vendeur de « compteurs intelligents », ce qui ne constitue pas une caractéristique exclusive à ces appareils. 

La coalition entend mobiliser le public contre l’exposition croissante de la population aux radiofréquences émises par les wi-fi, les téléphones sans fil ou cellulaires, les ordinateurs portables, les tablettes électroniques, les moniteurs pour bébés et les infrastructures d’une industrie qui multiplie les antennes dans les milieux de vie. Le 4 octobre a été ciblé parce que c’est au cours de cette semaine qu’a lieu à Washington la conférence annuelle de l’industrie, la GridWeek. 

Source : http://www.ledevoir.com/environnement/actualites-sur-l-environnement/359421/une-coalition-americaine-contre-les-radiofrequences-des-appareils-sans-fil-voit-le-jour

Aller sur le site Robin des Toits

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Projection-Débat : le dimanche 7 octobre 2012 à 10 heures au cinéma UTOPIA à Tournefeuille

Projection du film “Les sacrifiés des ondes ” le 7 octobre au matin à Utopia Tournefeuille
Antennes31 vous invite à participer au p’tit déj du dimanche 7 octobre au matin au cinéma Utopia de Tournefeuille.
Le principe : vous arrivez pour  10H au cinéma, vous amenez les croissants, Utopia offre le café, puis projection du film ” Les sacrifiés des ondes ” et débat en présence du réalisateur Jean-Yves Bilien, du docteur Gérard Dieuzaide et du journaliste Maxence Layet .

Merci de diffuser trés largement auprès du maximum de personnes   ; n’oubliez pas vos médecins, vos élus.

Voir l’affiche en pdf


utopia.jpg

 

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

En réponse à l’article de la dépêche du Midi ci-dessous en date du 10/09/2012.

Enfin la première charte signée à Toulouse….. sur l’aquelle on a juste oublié les communes membres de la CUTM (Communauté urbaine de Toulouse Métropole) et notre association départementale.
Les associations présentes le 4/07/2012 étant invitées à ……écouter gentiment sans pouvoir intervenir, c’est une interprétation surprenante de la démocratie participative. Le protocole d’accord ne contient aucune limitation de seuil si ce n’est qu’il se repose sur le décrêt de 2002, (41, 58, et 61 V/m) que toutes les associations et riverains d’antennes souhaitent revoir pour abaisser ces seuils. C’est la seule chose qui peut faire avancer le débat. Mais il vaut mieux ne pas parler des choses qui fâchent c’est beaucoup plus facile.

Nous pensons que les élus préfèrent laisser les populations dans l’ignorance : il est bien connu que lorsqu’on casse le thermomètre on n’a plus de fièvre !

Antennes 31 ne voit plus l’intérêt de participer à toute mise en scène qui permettrait aux élus de laisser penser ou de dire que les accords ont été signés en présence des associations et des représentants des comités de quartier en oubliant de mentionner qu’ils n’ont pas eu leur mot à dire. Pour la plupart d’entre nous le spectacle est terminé.

Sachant que :

– le prochain déploiement de la 4G est en cours.

– le besoin des opérateurs se situe au niveau de 5 V/m pour la 3G et 7 V/m pour la 4G dans les lieux de vie fermés (appartements , maisons),

l’ accord récent entre la Mairie de Paris et les 4 opérateurs en vue de la signature d’une charte correspond à 12 voire 15 V/m à l’extérieur.

Ce niveau d’exposition correspond à une personne qui téléphonerait 24h/24h avec le téléphone porté à l’oreille. La démonstration est facile à faire et incontestable !!. Il suffit de mesurer.

Tapis rouge pour les opérateurs et la 4G partout en France :

– Seuils d’exposition explosifs.

– Moratoires abandonnés sur le domaine public.

– Protocole de mesure modifié.

– Abandon du pouvoir des maires en matière d’implantation des antennes relais.

– Associations et riverains écartés des accords signés avec les opérateurs.

– Seul le  tribunal administratifs peut être saisi …etc.

Pour vous faire une idée sur ce qui se passe dans les autres grandes villes françaises (Paris, Strasbourg, Lyon, Marseille …etc.) et qui se passera assurément à Toulouse cliquer sur les liens suivants:

http://www.lexpress.fr/actualite/societe/les-industriels-des-telecoms-usent-de-methodes-mafieuses_1158531.html

http://www.robindestoits.org/Accord-Paris-operateurs-la-nouvelle-Charte-de-Paris-marque-un-vrai-recul-Communique-Robin-des-Toits-20-09-2012_a1764.html

http://www.01net.com/editorial/573337/la-nouvelle-charte-parisienne-des-antennes-relais-est-deja-contestee/

http://www.clubic.com/telephone-portable/operateur-telephonie-mobile/actualite-511635-antennes-relais-paris-parvient-accord-operateurs.html

http://www.rue89strasbourg.com/index.php/2012/09/19/vigie/reprise-des-installations-dantennes-relais/

http://www.next-up.org/pdf/Delanoe_et_les_operateurs_prennent_ils_les_Parisiens_pour_des_cons_20_09_2012.pdf


L’article de la dépêche.

PUBLIÉ LE 10/09/2012 08:19

La carte des antennes relais en centre ville

La carte des antennes relais en centre ville ()

La carte des antennes-relais en centre ville

Une commission de concertation sur les antennes de téléphonie mobile, mise en place en juillet, doit réguler les implantations d’antennes pour téléphonie mobile à Toulouse . Cette commission présidée par Pierre Cohen comprend des élus et des représentants des quatre opérateurs téléphoniques et des associations de quartiers. Une carte des sites d’implantation accompagne cette création, carte dont nous publions en primeur la partie concernant le centre de la Ville rose.

Le maquis de l’implantation des antennes relais de téléphonie mobile va-t-il enfin s’ordonner à Toulouse ? Depuis plusieurs années, une charte de bonne conduite était dans les tuyaux. Elle a abouti le 4 juillet par la signature d’un protocole d’accord entre le maire et les représentants des quatre opérateurs (Orange, SFR, Bouygues Telecom et Free Mobile) et par la création d’une commission communale de concertation.

Cette commission, présidée par Pierre Cohen, comprend des élus (Élisabeth Belaubre, adjointe à l’environnement et à la santé et les six adjoints de secteur en fonction du site du projet d’implantation : I. Hardy, N. Tissot, J.-M. Fabre, J.-P. Makengo, J.-M. Barès ou R. Godec), des représentants des opérateurs et des associations de quartiers. Elle se réunira «autant de fois que de besoin», au moins une fois par trimestre, et émettra des avis sur le réseau en service et sur les nouvelles installations et projets de modification.

En ce qui concerne les nouvelles implantations ou modifications, l’avis sera consultatif et motivé. Les opérateurs s’engagent à communiquer les dossiers d’information au maire deux mois avant la tenue de la commission, et la déclaration préalable (demande d’autorisation par l’opérateur) sera déposée après l’examen du projet en commission. Les projets suscitant une forte contestation seront examinés plus attentivement, des réunions publiques pouvant être organisées.

Philippe Emery

Source : http://www.ladepeche.fr/article/2012/09/10/1436059-la-carte-des-antennes-relais-en-centre-ville.html

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Montauban : La foire BIO-SYNERGIE se tiendra le dimanche 23 septembre 2012. A cette occasion Antennes 31 donnera une conférence débat sur le thème «Téléphonie mobile et santé» de 14 h à 15h30

bio1montauban.jpg

L’association organisatrice de la foire BIO-SYNERGIE.
En cette année, 34 membres composent l’Association. Néanmoins, même si cela demeure indispensable pour le soutien que représente l’adhésion, une foire ne peut pas se construire sur ses seuls adhérents.
La quinzaine de jours précédant la foire et surtout le jour de l’événement, une vingtaine de bénévoles en plus du bureau de l’association s’activent à l’organisation. Ainsi, en tout, une trentaine de bénévoles issus de milieux sociaux divers dont des producteurs du Tarn et Garonne construisent, peaufinent, ne laissant rien au hasard, s’assurent au mieux de la réussite de cette journée.
Mais dès le mois d’octobre pour en faire le bilan et jusqu’à la foire suivante, une petite dizaine de bénévoles composant le bureau de l’association oeuvrent à la recherche de toujours mieux. Tout au long de l’année dans la convivialité, Bio-Synergie s’organise et s’élabore au rythme de réunions mensuelles. Ne laissons pas croire qu’une foire comme celle-ci se prépare en un jour !
Echo Synergie, c’est une ambiance sympathique certes, mais aussi beaucoup de sérieux. Si vous avez l’envie de
rejoindre l’association, cela est tout à fait possible.

Pour consulter le programme de la foire cliquer ici.

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Manifestation énergique des collectifs le 9 Juin 2012 à Toulouse

 

Ce fut, au dire des participants, une manifestation réussie . Pour une « première » nous nous sommes fait entendre et remarquer, les médias ayant par ailleurs bien couvert le rassemblement.

 

La participation de collectifs venus de loin, Lot, Hautes-Pyrénées, Tarn confirme que le réseau se constitue dans la Région. En fédérant encore plus de collectifs de Midi-Pyrénées, notre représentativité et notre capacité à défendre notre santé seront largement renforcées. La prise de conscience générale des riverains d’antennes semble acquise et nous permet de penser aujourd’hui que dans les prochains mois nos responsables politiques vont devoir enfin traiter le problème plutôt que de l’ignorer comme souvent c’est le cas. Il est vrai que les ondes sont invisibles et inaudibles, il n’en demeure pas moins que les EHS eux souffrent dans leur chair, sont obligés de se retirer de la société et trouver refuge dans des lieux indignes de notre temps. On dit que les oiseaux se cachent pour mourir mais qu’en sera-t’il demain pour les humains si nous continuons comme cela. Il est temps de changer la réglementation à l’heure ou la 4 G est installée avec une cohorte de nouvelles antennes et un électro smog qui ne cesse d’augmenter.

Cette manifestation a permis à tous de refaire le plein d’énergie, en mettant en évidence que nos protestations ne sont pas isolées. Savoir que nous aurions pu être bien plus nombreux, au vu des mobilisations locales, laisse augurer d’actions à venir de plus en plus visibles.

Voir plus de reportages vidéo

http://antennes31.over-blog.com/article-les-collectifs-de-toulouse-midi-pyrenees-manifestaient-ont-manifeste-106731182.html

http://www.citizenside.com/fr/photos/faits-divers/2012-06-09/61828/a-toulouse-le-collectif-antennes-31-alerte-sur-le-danger-des-ondes-electromagnetiques.html

http://pflr31.over-blog.fr/article-technologie-sans-fil-sante-en-peril-localisez-les-antennes-106670762.html

https://www.dailymotion.com/video/xrgrvm_manifestation-antennes31-a-toulouse-samedi-9-juin-2012_news

http://antennes31.over-blog.com/article-toulouse-ils-pointent-les-antennes-relais-106544512.html

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Appel international de plus de 1000 médecins allemands pour la réduction de la pollution électromagnétique – Juin 2012

Association Robin des Toits
Aujourd’hui, dix ans plus tard, nous en tant que médecins nous en appelons à nouveau à la communauté internationale. Nous sommes profondément préoccupés. Malgré tous les avertissements, de plus en plus de nouvelles technologies sans fil sont introduites dans nos vies: les réseaux de téléphones cellulaires, TETRA, LTE, téléphones sans fil, Wi-Fi, les moniteurs pour bébé, les compteurs sans fil, la radio et la télévision numérique et bien d’autres.Toutes ces technologies sans fil surchargent les voies biophysiques de communication cellulaire dans les systèmes vivants avec des couches et des densités croissantes de champs électromagnétiques.

La vie humaine, animale, végétale est contrôlée par des champs électromagnétiques (EMF) et des signaux naturels. Dans ces domaines les techniques et les fréquences peuvent interférer profondément avec les processus biologiques de la communication et du métabolisme cellulaire.

Initialement, le pouvoir d’auto-guérison des êtres vivants sera de compenser les déséquilibres à travers des mécanismes de contrôle finement réglés. Le Stress électromagnétique prolongé, cependant, peut conduire à un manque chronique d’énergie et aux maladies qui en résultent.

Les conséquences de cette déficience fondamentale de l’autorégulation ont maintes fois été démontrée dans des études scientifiques:

– l’agglutination des globules rouges,

– la perméabilité accrue de la protection par la barrière hémato-encéphalique,

– des changements dans l’activité des ondes cérébrales et du rythme cardiaque,

– la libération des déséquilibrée des neurotransmetteurs et des hormones (en particulier l’augmentation des hormones de stress),

– des troubles du système immunitaire,

– des dommages au matériel génétique,

– la baisse de fertilité,

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Communiqué Antennes 31 : Appel à manifester des collectifs de Midi-Pyrénées le samedi 9 juin 10h 30 à Toulouse place du Capitole.

Banderole

9 juin 10h30 à Toulouse
   Manifestation Place du Capitole -> Place du Parlement
   organisée par le Collectif ANTENNES 31

APPEL à tous les collectifs luttant contre l’implantation d’antennes de téléphonie mobile et contre les autres technologies de communication sans fil : venez vous rencontrer ce jour-là dans le cortège, avec votre pancarte/banderole.

APPEL à tous les particuliers, toutes les organisations, venez rencontrer des lanceurs d’alerte qui vous feront découvrir ce problème de santé publique qui se pose à nous tous et tout de suite.

Depuis la nuit des temps, les animaux et les plantes sont soumis au champ magnétique terrestre. 1997-2012 : depuis quinze ans, nous assistons à une augmentation vertigineuse de l’exposition des cellules vivantes aux ondes électromagnétiques pulsées.

Les conséquences sur la santé humaine sont totalement ignorées par le pouvoir, de par sa structure décisionnelle qui est la proie facile des lobbies.
L’absence de réglementation contraignante pour les industriels développeurs les autorise à considérer l’espace public comme leur « far-west ». La population, comme des indiens incrédules devant tant de misanthropie, laisse faire puisque pour la plupart d’entre nous, les effets neurologiques de l’exposition aux ondes sont imperceptibles à court terme.

Voici ce qu’écrivait le médecin Maurice Tubiana pour l’Organisation Mondiale de la Santé en 1957 : “Du point de vue de la santé mentale, la solution la plus satisfaisante pour l’avenir des utilisations pacifiques de l’énergie atomique serait de voir monter une nouvelle génération qui aurait appris à s’accommoder de l’ignorance et de l’incertitude.”
Ceci était formulé pour le nucléaire, le même cynisme semble être appliqué à l’utilisation irraisonnée de champs électromagnétiques artificiels nocifs. Et pourtant les populations financent des agences censées protéger leur santé.

Antennes 31, par cette manifestation, appelle à une prise de conscience de la population devant l’urgence d’une REMISE EN CAUSE du système de décision publique : nous  devons exiger que des mécanismes décisionnels solides soient mis en place pour que la technologie sans fil ne mette pas notre santé en péril.


Contact : Contact@antennes31.org

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Communiqué du collectif "Sans antennes à Villematier"

SFR repart à l’assaut! 

Monsieur le Maire nous informe qu’il a reçu un courrier d’SFR en date du 22 mai 2012 dans le quel l’opérateur fait une “demande de recours gracieux contre l’arrêté d’opposition à la déclaration préalable du Maire de la commune de Villematier su 16 mars 2012”

 

Dans un courrier de 4 pages, SFR explique que l’arrêté pris par le Maire est illégal tant sur la forme que sur le fond et le presse donc de le retirer. 

 

Le collectif SAV se (re)mobilise, mais il faut faire MASSE et aller vite! 

 

– Après saisie du Préfet, le collectif SAV alertera les élus (après la période des élections) 

 

– le collectif SAV devra se transformer en association, pour être plus efficace. Nous sommes en recherche de candidats pour constituer le bureau! N’hésitez pas à nous contacter.

 

Venez nombreux, le 9 juin à 10h30 – Place du Capitole à Toulouse

 

L’implantation des Antennes-Relais s’intensifie sans que la population en soit informée alors que la loi l’impose aux opérateurs. Il est inconcevable que de tels agissements puissent avoir lieu alors qu’il est reconnu que l’exposition aux champs électromagnétiques est dangereuse pour la santé et pour l’environnement. (voir OMS)

Nous ne sommes pas seuls à nous inquiéter et à nous battre contre cette démultiplication anarchique et opaque d’émetteurs d’onde en tout genres. (des collectifs se créent chaque semaine – 

 

Le collectif SAV compte sur votre mobilisation pour la manifestation du 9 JUIN – 10H30 – Place du Capitole à TOULOUSE – organisée par Antenne31.

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Robin des Toits : lettre d’engagement des candidats aux élections législatives – 21/05/2012

robin.jpg  

Vous exposeriez-vous 24h sur 24h à l’amiante, au DDT, à l’éther de Glycol, au vapeurs de diesel ?
Alors pourquoi l’accepteriez-vous de la téléphonie mobile, du Wifi, d’un DECT ? pareillement classés dans le Groupe 2B – potentiellement cancérigène – par l’OMS le 31 Mai 2011.

Signez la pétition en ligne :
http://www.avaaz.org/fr/petition/stopper_le_lobbying_des_operateurs_telephonistes/?cxUNFab

Mesdames, Messieurs, les candidat(e)s aux élections législatives de 2012
 
Nous souhaitons vous interpeller sur les enjeux sanitaires des nouvelles technologies de la communication et particulièrement des émissions du groupe technologique de type téléphonie mobile : GSM –3G – 4G – WIFI – WIMAX – DECT – BLUE TOOTH – RFID – compteurs radio-relevés « intelligents » mouchards de type Linky.

En effet, comme de nombreux médecins et scientifiques, notre association, Robin des Toits, constate qu’en l’état actuel des normes d’exposition du public ces technologies sans-fil sont nocives pour la santé. Et que le principe constitutionnel de précaution inscrit dans la Charte de l’Environnement doit prévaloir avant toute autre considération.

Nombreux électeurs  de notre département, signataires de pétitions, concernant la problématique sanitaire des micro-ondes, vous sollicitent, à travers notre association, à la veille des élections législatives, et souhaitent entendre vos prises de positions à ce sujet afin de pouvoir exprimer leur suffrage en toute connaissance de cause.

Notre association nationale Robin des Toits ne milite pas contre la téléphonie mobile, mais pour la rendre compatible avec la santé. Ses initiatives et mises en garde ne procèdent pas d’une “phobie” ni d’une “inquiétude”, mais au contraire de connaissances éclairées sur la toxicité réelle de la téléphonie mobile dans ses conditions techniques actuelles. Les solutions technologiques existent pour couvrir le territoire sans exposer la santé publique.

Lire la suite sur le site de Robin des Toits

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Téléphonie mobile: 1500 médecins suisses demandent des valeurs limites plus strictes – 22/03/2012

Communiqué de presse des Médecins en faveur de l’environnement (MfE)

Téléphonie mobile: 1500 médecins suisses demandent des valeurs limites plus strictes - 22/03/2012 Par robin-copie-10.jpg

   Bâle, le 22 mars 2012 

Le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) considère les ondes issues de la communication sans fil comme «éventuellement cancérigènes». Selon le CIRC, le risque de cancer pour ce type de rayons est donc similaire à celui de l’insecticide DDT, interdit à juste titre. Les Médecins en faveur de l’environnement (MfE) constatent avec inquiétude que les 
valeurs limites censées protéger la population suisse – et notamment les groupes vulnérables comme les enfants et les femmes enceintes – constituent une protection insuffisante. Dans un courrier envoyé à l’Assemblée fédérale, les MfE demandent donc 
l’application stricte du principe de précaution et – au vu du risque de cancer – des valeurs limites plus basses. 

Chambres d’enfants, logements, trams ou bureaux connaissent une exposition croissante au rayonnement de sources diverses: babyphones, téléphonie mobile, wifi, etc. Pourtant les études sont de plus en plus nombreuses à mettre en garde contre les graves conséquences sanitaires de la pollution électromagnétique pour les êtres humains et les animaux. 

Cataracte des veaux, maladie d’Alzheimer, cancer… 

Dès 2001, le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) considérait que les champs magnétiques issus notamment des lignes de courant pourraient être cancérigènes. Et une étude suisse de 2008 postule un risque plus élevé de contracter la maladie d’Alzheimer pour les riverains des lignes à haute tension. D’autres études portant sur le risque de tumeur cérébrale établissent également un risque plus élevé pour cette pathologie en cas d’usage du téléphone portable. C’est pourquoi le CIRC, rattaché aux Nations Unies, considère en 2011 que les ondes de téléphonie mobile sont «éventuellement cancérigènes». Et l’Université de Zurich établit en 2012 une prévalence dix fois plus élevée de la cécité de naissance (cataracte) des veaux pendant la durée d’exploitation d’une antenne relais installée sur une étable. 

Stricte application du principe de précaution, abaissement de valeurs limites 

«D’un point de vue médical, il est urgent d’imposer le principe de précaution pour la téléphonie mobile, le wifi, les lignes à haute tension, etc.», constate le Dr Peter Kälin, président des Médecins en faveur de l’environnement. La Chambre médicale autrichienne vient d’ailleurs de formuler la même exigence à propos des compteurs intelligents («smart meters»). Dans un courrier du 16 mars 2012 au Conseil fédéral et à l’Assemblée fédérale, les Médecins en faveur de l’environnement demandent de diviser les valeurs limites par dix. Et le Dr Yvonne Gilli, conseillère nationale, a repris les revendications des MfE en demandant au Conseil fédéral s’il est disposé à protéger la population, à appliquer le principe de précaution et à abaisser les valeurs limites. 

Contact: 
Dr Martin Forter, Bâle, directeur MfE 061 691 55 83 Dr en médecine Peter Kälin, Leukerbad, président Mfe 027 470 21 77 
Le courrier à l’Assemblée fédérale et l’intervention parlementaire d’Yvonne Gilli sont disponibles en allemand sur www.aefu.ch.

Fondée il y a 25 ans, l’association des Médecins en faveur de l’environnement (MfE) regroupe environ 1500 médecins en Suisse. 
Médecins en faveur de l’environnement (MfE) case postale 4013 Bâle 061 322 49 49info@aefu.ch www.aefu.ch

SOURCE : http://www.robindestoits.org/Telephonie-mobile-1500-medecins-suisses-demandent-des-valeurs-limites-plus-strictes-22-03-2012_a1610.html

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Présidentielle : 4 ONG interpellent les candidats sur les scandales sanitaires

Présidentielle 2012  TF1 NEWS   Le 10 avril 2012 à 15h38, mis à jour le 10 avril 2012 à 15h42

Médiator, pesticide Gaucho, antennes relais de téléphonie mobile, bisphénol A dans les biberons, autant de scandales sanitaires de ces dernières années sur lesquels quatre ONG ont décidé d’interpeller les candidats à l’Elysée. “Dans les crises sanitaires passées ou à venir, les victimes font toutes le même constat : en tant que citoyen ou consommateur, leur santé a fait figure de variable d’ajustement face à des intérêts ‘supérieurs’ pour développer au plus vite un produit ou une technologie”, affirment Générations Futures, Ecologie sans Frontières, Réseau environnement santé, et Robin des Toits dans un communiqué.

source :  http://lci.tf1.fr/filnews/politique/presidentielle-4-ong-interpellent-les-candidats-sur-les-scandales-7121730.html

 Voir sur le site de Robin des toits

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Forte mobilisation, samedi dernier, pour le déplacement des 25 antennes-relais de Villeneuve de la Raho

Samedi 17 mars,à 14 h 30, plus de cent cinquante personnes ont manifesté devant la Préfecture des Pyrénées-Orientales pour demander le déplacement des antennes-relais de téléphonie mobile de Villeneuve de la Raho…
Les collectifs des communes du département avaient répondu en nombre à l’invitation de l’association villeneuvoise Un Mât Pour les Ondes (UMPLO), qui demande depuis près de quatre ans le démontage et le transfert de ces antennes-relais.
  Le cortège se prépare Place Arago
Son château d’eau, situé dans le centre du vieux village, arbore ostensiblement 25 antennes relais et affiche fièrement sa puissance à émettre et à répandre généreusement des ondes sur une population plutôt « fragile », à savoir constituée de personnes âgées et d’enfants… Par ailleurs, le groupe scolaire Alfred Sauvy, qui a été construit il y a trente ans déjà et qui recense près de 350 élèves, est situé dans le périmètre d’exposition aux ondes électromagnétiques…
Dans cette logique ubuesque, rien d’étonnant à ce qu’on ait enregistré, au cours de ces dix années passées, plusieurs cas de leucémie, de cancer, de maladie d’Alzheimer, de troubles de la mémoire et du sommeil. Des pathologies qui se sont déclarées et développées de manière  anormalement inquiétante depuis 2001…
Mais l’assemblée délibérante de Villeneuve de la Raho est restée sourde durant toute cette décennie, pourvue comme il se doit d’une oreille sélective et focalisée sur des enjeux – et surtout sur des conflits – relevant de la plus pure politique politicienne. Les antennes-relais, tranquilles de ce côté-là du lac, se sont mises à prospérer et sont donc restées dressées, défiant les opinions et la population, et ce jusqu’à l’été dernier.Hélas !… trois fois hélas pour elles !… au début de l’été 2011, à l’issue d’un combat acharné, l’association UMPLO, créée dans un souci de santé publique  et regroupant aujourd’hui plus que jamais des personnes qui oeuvrent depuis près de cinq ans dans l’intérêt sanitaire  des Villeneuvoises et des Villeneuvois  a littéralement remporté  ce qu’on pourrait qualifier de « guerre des ondes ».
Le Jeudi 7 juillet, à 17 h 30, le conseil municipal de Villeneuve de la Raho, convoqué par son maire, s’est prononcé pour la non-reconduction de deux contrats ayant trait au maintien  de 17 antennes-relais de téléphonie mobile, implantées sur le château d’eau de la commune. La dénonciation – dans les délais requis et prescrits – de ces deux contrats, souscrits avec Bouygues Télécom et SFR, doit depuis juillet dernier entraîner – par voie de conséquence – le démontage et le déplacement  de ces 17 antennes-relais, lesquelles sont localisées parmi les 25 qui ornent et hérissent le château d’eau de la commune.  

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

La toute première ville à l’unanimité débarrassée des champs électromagnétiques est espagnole – 2012

Association Robin des Toits

La toute première ville à l'unanimité débarrassée des champs électromagnétiques est espagnole - 2012

Olvera, une magnifique ville de la province de Cadix, Le conseiller à l’environnement Jacobo Camarero a confirmé que le conseil municipal a à l’unanimité décidé de déclarer la ville “Municipalité libre de toute pollution électromagnétique” 

Avec une majorité de l’union des partis de gauche, mais voté par le parti socialiste espagnol et le parti populaire espagnol, il est important de noter que différentes forces politiques ont été motivées, dans le but d’assurer un environnement sain pour les habitants. 

Lire la suite sur le site de Robin des toits

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Antennes relais : interview d’Etienne Cendrier (Robin des Toits)

  

Porte parole de l’association nationale qui lutte contre l’implantation sauvage des antennes relais en France, Etienne Cendrier répond à nos questions.

Les antennes relais et les risques pour la santé… Séance de ratrappage avec Etienne Cendrier, porte parole de l’association nationale Robin des Toits.

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

MARQUEFAVE (Haute-Garonne) SFR Persiste ! malgrés l’opposition des habitants et les procédures judiciaires en cours

ACSNE  communique : Attention date réunion reportéee au 29 février

Bonjour à tous !

La plupart des routes secondaires dans et autour de Marquefave sont encore enneigées et/ou gelées .

LA RÉUNION PRÉVUE CE SOIR A LA SALLE DES FÊTES DE MARQUEFAVE EST REPORTÉ A MERCREDI 29 FÉVRIER 2012, après les vacances scolaires.

Nous voulons nous assurer que le plus grand nombre d’entre vous pourront participer à cette réunion et avoir connaissance des informations les plus récentes concernant l’antenne de Marquefave, les actions de l’ACSNE et l’évolution de la situation en France en général.

Faites circuler l’information autour de vous !

Merci de votre compréhension et de votre soutien.

A bientôt.


Marquefave.jpg

Voir l’historique du proget et de l’association en cliquant ici

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Compteur LINKY, attaqué au Conseil d’Etat par Robin des Toits – 01/12/2011

Compteur LINKY, attaqué au Conseil d’Etat par Robin des Toits - 01/12/2011  

Compteur LINKY

L’association nationale Robin des Toits a déposé au Conseil d’Etat un recours contre la décision du ministre de l’énergie annoncée dans son intervention du 28 septembre 2011 de généralisation du compteur “intelligent” dit “Linky”.

Robin des Toits soulève quatre défauts majeurs dans cette décision :

– le manquement total au Principe de Précaution avec l’absence d’étude d’impact des conséquences en termes d’exposition de la population aux champs électromagnétiques, récemment classés cancérogènes possibles par l’OMS, absence d’étude de l’impact sanitaire, absence de prise en considération des technologies alternatives ;

– la violation de la loi relative à l’informatique et aux libertés (loi du 6 janvier 1978) avec une collecte et un traitement de données présentant un caractère excessif, eu égard à l’atteinte à la vie privée, par rapport à la finalité recherchée ;

– la violation du code des marchés publics, l’élaboration et le choix du prototype, qui va représenter une plus-value considérable pour le concepteur, n’ayant fait l’objet d’aucun appel d’offres ni de mise en concurrence ;

– la violation du droit de propriété des collectivités territoriales et du principe de libre administration, les collectivités étant, dans l’opération, dépossédées des compteurs qui étaient leur propriété ; en outre, une loi était nécessaire pour opérer un tel transfert de propriété.

Le cumul d’infractions et d’illégalités énumérées ci-dessus fonde la légitimité de toute personne à s’opposer à l’installation de ce type de compteur en s’appuyant notamment sur la récente décision du Conseil d’Etat qui rappelle que toute décision publique est soumise au Principe de Précaution.

Or, la violation du Principe de Précaution est manifeste dans le cas de ce type de compteur (électricité, eau et gaz).

Maintenant que le délai est interrompu par son recours déposé, l’association nationale Robin des Toits invite les élu(e)s et Collectivités locales à s’associer à elle dans cette action, et les autres associations et groupements opposés à Linky à intervenir dans le litige afin de présenter leurs propres arguments et augmenter ainsi les chances d’obtenir l’annulation de cette décision qui pêche sur tant de points.

Contact presse :
Etienne CENDRIER
Tél. : 01 40 18 02 81

communique_2011_12_01.pdf Communiqué_2011_12_01.pdf  (112.79 Ko)

source : http://www.robindestoits.org/Compteur-LINKY-attaque-au-Conseil-d-Etat-par-Robin-des-Toits-01-12-2011_a1387.html

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail