En direct du labo

– EN DIRECT DU LABO –

Cette page évolue dès que de nouvelles informations techniques sont disponibles.

MAJ le 31/07/2019

La mise à jour est ICI

LE LABORATOIRE ROBIN DES TOITS MIDI-PYRENEES :

N otre Laboratoire de Recherches de Robin des Toits Midi-Pyrénées regroupe un collectif de scientifiques spécialistes dans leurs domaines – distribution de l’électricité, électronique, mesures physiques, rédaction de rapports, etc.

Depuis le début du déploiement actif du réseau communicant bi-directionnel par adresses IP du système Linky, nous investiguons techniquement sur ce dispositif, en particulier sur le « courant porteur en ligne » CPL utilisé pour les communications entre compteurs Linky et concentrateurs Enedis

Objectifs & résultats :

Après avoir collecté un grand nombre d’informations, nous continuons nos études pour sensibiliser le public aux dangers, invisibles mais réels, de nombreux appareils rayonnant un champ magnétique pulsé jusqu’au mégahertz. Cette page “en direct du labo” vous présente l’ensemble de nos données et compréhension techniques.

Contenu de notre page « EN DIRECT DU LABO » :

1 – Nos comptes rendus techniques de mesures sur site

2 – Nos mesures de filtres CPL du commerce

3 – Nos analyses de documents officiels

4 – Nos études théoriques

5 – Nos vidéos techniques

6 – Nos enregistrements audio du champ magnétique démodulé du CPL

7 – Nos photos techniques

8 – Nos documents de référence

DECOUVREZ LA SUITE EN CLIQUANT ICI

Facebooktwitterlinkedinmail

Le Linky dysfonctionne

C’est reconnu par une expertise officielle que nous a communiqué l’Association des Riverains du Rond Point (ARRP)

Voir le rapport d’expertise démontrant le dysfonctionnement, pas étonnant que certaines factures explosent !

La documentation (en Anglais) de l’organe de comptage

Le document est assorti du commentaire suivant.
“Maintenant nous avons la preuve que ce compteur n’est pas fiable car que dire d’un équipement qui compte entre 66 et 396 % en plus (pour information la tolérance est +/- 4,5 % colonne EMT) !! Enedis est incapable de justifier la raison de ce défaut. De plus, le compteur a été remplacé par un compteur du même fabricant Sagemcom et il a été constaté le même phénomène. Elle devrait remplacer à nouveau le compteur par un Itron toujours Linky !! Le propriétaire a décidé de porter l’affaire en justice et nous sommes autorisés à publier les documents sans modération. “……….”Nous attestons de l’authenticité du document pour avoir eu l’original entre nos mains et ENEDIS ne peut nous accuser de quoique que ce soit.”

Facebooktwitterlinkedinmail

Une réflexion sur un phénomène physique lié au Linky

Suite a une interrogation sur “l’effet de peau” possible nos ingénieurs vous propose les commentaires ci-dessous :

En premier l’exposé des questions et en suivant les réponses.

_________________

Cet “effet de peau” pourrait expliquer 3 problèmes majeurs du Linky :
1- le rayonnement du CPL qui, circulant à la surface des fils non blindés, augmente considérablement les CEM/OEM ;
2- les incendies : la chaleur engendrée par cette circulation à la surface des fils, s’ajoute à l’effet de proximité avec les autres fils, et provoque fonte des isolants et court-circuits.
3- enfin, dernier problème et non des moindres, la surconsommation qui est constatée par les abonnés pourrait en être la conséquence, puisque cet “effet de peau” provoque une perte d’énergie, augmente la résistance des conducteurs, et donc nécessite plus de soutirage électrique.
——————————————
 Oui l’effet de peau existe, mais pour répondre aux trois objections du mail cité ci-dessus :
1 – le rayonnement du CPL n’est à priori pas augmenté par l’effet de peau, ou faiblement. La répartition du courant dans le fil affecte peu son rayonnement à ces fréquences. En revanche, ce qu’une étude du labo RdT souligne, c’est que si par malheur les fils de phase et neutre s’éloignent l’un de l’autre dans la maison, (https://robindestoits-midipy.org/pdf/En-direct-du-labo/Mesure-Rayonnement-magnetiqueCPL-Linky-en-habitat-v3.pdf)  nous avons immédiatement une boucle émissive qui rayonne infiniment plus sur les habitants que si les câbles sont accolés.

2 – le courant de 1 ampère maximum du CPL linky, en mode pulsé et donc non continu il faut le rappeler, concentré à la surface du fil à 100 kHz ne peut pas créer d’échauffement du câble.
En effet, vu la résistivité du cuivre (https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9sistivit%C3%A9) de 17 × 10−9 ohms mètre, nous avons des milliohms par mètre de fil et donc par loi de joule, P=R*i² donnera des milliwatts CPL tout au plus.
En revanche, 30 voire 45 ampères en 50 hz dans le fil chauffent bien plus.

3 – La surconsommation du au linky est une réalité mais pas par l’effet de peau. C’est très certainement plutôt parce que la puissance émissive du linky qui peut atteindre probablement plus d’un watt, est une consommation électrique qui se rajoute à celle de son électronique et c’est le client qui la paye ! Enfin et surtout, le compteur linky facture l’énergie réactive au client, contrairement aux compteurs électromécaniques qui eux ne comptaient que l’énergie active. La surconsommation que l’on peut constater, pourrait à nôtre avis être due également aux harmoniques du signal haché du CPL, qui mettent à mal la compatibilité électromagnétique des appareils domestiques, surtout anciens, cela entraîne leur dysfonctionnement, leur consommation excessive, voire leur destruction.

Facebooktwitterlinkedinmail

Le CPL du Linky est vraiment très bruyant ……..

L’association Robin des Toits a eu l’idée et l’a réalisée, Maud du collectif Touche Pas à Mon Compteur – 09 a filmé , et Jérôme a monté cette vidéo qui est une petite “bombe”…
Nous avons fait l’expérience, un simple transistor peut être utilisé pour mettre en évidence le CPL de façon sonore, montrant que :
– le CPL génère, en plus des champs électriques et magnétiques autour des câbles, des ondes radiofréquences qui se propagent à une grande distance des câbles
– ces radiofréquences sont des harmoniques parasites qui vont au delà des 90 kHz injectés dans les câbles (ici, détectés entre 170 et 200 kHz)

Facebooktwitterlinkedinmail

Qualité du réseau électrique avec Linky: un constat en images

Cette courte vidéo de 18 secondes permet de voir la pollution du courant électrique distribué sur le réseau et les fréquences CPL du Linky. Filmée sur l’écran d’un oscilloscope connecté au réseau électrique dans un quartier urbain toulousain, où les compteurs Linky sont déployés depuis quelques mois.

A l’écran, le plus grand tracé est une ondulation qui représente la tension alternative 220V 50 hertz. C’est ce que l’on nomme habituellement « le secteur ». Pour ce tracé seulement, un carreau vertical vaut 100 volts.

L’onde devrait être une pure sinusoïde, mais on constate qu’elle est très déformée, puisque c’est plutôt un trapèze. La tension 220Volts 50 hertz, qui devrait être purement sinusoïdale comme se doit EDF de le proposer à ses abonnés, est en réalité affectée par une distorsion de plus de 20 volts en crête, soit 10% d’erreur.

Cette qualité du réseau, très limite, réinjecte dans tous les appareils connectés des harmoniques parasites à des fréquences élevées qui provoquent échauffement, vieillissement prématurés, vibrations audibles des transformateurs, etc…

La dégradation de la qualité du secteur est due en partie à la surcharge du réseau électrique (postes de transformations EDF de quartier) qui ne passe plus correctement la demande de courant électrique en constante augmentation, et en partie à cause de réinjections importantes de courant par les onduleurs à découpage électronique des systèmes photovoltaïques privés, de qualité inégale.

Les deux autres tracés montrent les signaux électriques de fréquence élevée (supérieurs à 5000 hertz) superposés par les compteurs EDF Linky sur la phase et le neutre du secteur 220Volt 50hertz. Ces signaux ont une forme par paquet, fréquents, et font environ 1,5 volt d’amplitude. Pour ces deux tracés, un carreau vertical vaut 1 volt, (à ne pas confondre avec l’échelle pour le grand trapèze).

Pour conclure, cette vidéo montre clairement d’une part que
contrairement à ce qu’avance ERDF, ces signaux sont quasi permanents, et non pas 2 fois par jour. Surtout, il est à craindre qu’avec un déploiement progressif du nombre de compteurs devant être interrogés, ces signaux polluant le 50 hertz seront ininterrompus.
– d’autre part, on voit également à quel point la qualité du voltage 220 volts acheminé par ERDF est affectée par une distorsion importante par rapport à la sinusoïde pure, normalement requise pour un bon fonctionnement des équipements électriques domestiques.Facebooktwitterlinkedinmail

Fermer le menu