Les lampadaires de Palaiseau communiquent en lumière

Les lampadaires Palaiseau communiquent lumière

Dans le quartier Camille-Claudel, un consortium mené par EDF va tester des services de communication utilisant le signal lumineux.

Utiliser l’éclairage pour transmettre des informations. C’est le principe de la technologie Lifi (light fidelity), qui permet de transférer tous types de données par le signal lumineux, à l’aide d’un éclairage à diodes (LED), ces ampoules pouvant s’allumer et s’éteindre plusieurs milliers de fois par seconde, à des fréquences non visibles par l’œil humain.

L’article dans Les Echos.fr

Facebooktwitterlinkedinmail

Linky : quand l’enfer se pave de bonnes intentions

Relève des données de consommation Linky : quand l’enfer se pave de bonnes intentions

Le 1er décembre ont été posés les premiers compteurs dits « communicants » Linky, en attendant que 35 millions d’entre eux soient déployés d’ici 2021. Ces compteurs pourront permettre l’accès à des données de consommation très précises relevées à distance. Les modalités de ce procédé sont néanmoins en cours de négociations, certains acteurs politiques, dont Ségolène Royal, s’étant prononcés en faveur d’une collecte par défaut avec comme option l’opt-out, c’est à dire la possibilité pour le consommateur de s’opposer à cette collecte a posteriori. Un mode opératoire réservant selon d’autres un sort un peu expéditif aux libertés individuelles des consommateurs. 
Facebooktwitterlinkedinmail

Toulouse antennes de téléphonie mobile : les riverains disent toujours non

Géraldine et ses trois enfants, habitante de l'avenue Jean Rieux. Deux antennes se trouvent déjà dans la cheminée à l'arrière-plan. Trois autres pourraient être implantées. / Photo DDM Thierry Bordas

Dans les quartiers toulousains, les habitants continuent à s’inquiéter de la multiplication des antennes de téléphonie mobile. Exemple de la mobilisation avenue Jean-Rieux.

«Non aux trois antennes. Danger : deux antennes, ça suffit. 3 + 2 = 5, c’est trop.» Depuis quelques semaines, les banderoles ont refait leur apparition avenue Jean-Rieux, autour du n°213, à l’angle de l’avenue de Savoie. Là, sur un petit immeuble, deux antennes-relais de l’opérateur SFR ont été installées en 2010, occultées dans une fausse cheminée. «À l’époque, on avait déjà manifesté», rappelle Géraldine Castex, une mère de famille et riveraine, porte-parole du Collectif enfants sans antennes

l’article de La Dépèche

Facebooktwitterlinkedinmail

Compteurs Linky : bataille d’ondes à Pau

Un collectif s’est formé à Pau pour s’opposer à l’installation des nouveaux appareils connectés d’ERDF.

Le collectif Posit Yvon s’oppose à l’arrivée des compteurs Linky.

Ils sont environ 130 pour le moment « et ce chiffre est en constante augmentation ». Un collectif de citoyens, au nom amusant de Posit Yvon, s’est monté sur Pau il y a un peu plus d’un mois. Des gens qui ne se connaissaient pas, mais partagent les mêmes inquiétudes quant aux compteurs Linky. Ces compteurs électriques communicants sont installés dans le Béarn depuis décembre. L’objectif pour ERDF est d’en poser plus de 200 000 d’ici 2020, grâce à l’intervention d’une soixantaine de techniciens, dans le département (1).

L’article de Sud-Ouest

Facebooktwitterlinkedinmail

L’Arcep ouvre les bandes 2,6 GHz et 3,5 GHz à l’expérimentation

Comme prévu le Wimax se meurt et on prépare le recyclage du matériel

L’Arcep ouvre les bandes 2,6 GHz TDD et 3,5 GHz à l’expérimentation et lancera prochainement une consultation publique sur leurs usages possibles. Internet des objets, montée en débit fixe et augmentation du débit mobile sont notamment au programme. Pour le régulateur, il s’agit d’élargir les opportunités technologiques sans pour autant créer de nouvelle bulle, comme le fut le Wimax.

L’intégralité de l’article est ICI

Facebooktwitterlinkedinmail

RIGNAC (12) – Les compteurs télérelevés font débat

«Les nouveaux compteurs télérelevés remplacent les modèles actuels pour l’eau, gaz, électricité. Cette opération se fait dans la discrétion, souvent sans information préMichel Mirabel (au centre) invite la population à la conférence du vendredi 8 avril./Photo DDM, C.J.cise. Les associations nationales telle Robin des toits alertent sur leur dangerosité». Michel Mirabel, le président de l’association antenne-relais santé publique de Rignac (ARSPR), monte une nouvelle fois au créneau en précisant que «l’OMS classe les ondes électromagnétiques qu’ils émettent comme potentiellement cancérigènes. Une directive européenne le précise ainsi que de nombreuses études scientifiques internationales».

Pour vous en dire plus et répondre à toutes vos questions, une conférence-débat sera organisée vendredi 8 avril, à 20 h 30, à l’espace culturel face à la mairie. Elle sera animée par l’association nationale Robin des toits. L’entrée sera gratuite et libre à toute personne de Rignac ou d’ailleurs.  L’article de la Dépêche

Facebooktwitterlinkedinmail

Sur TV5 Monde : Portables : raccrochez, c’est une horreur !

Les associations souhaitent abaisser le seuil thermique à 0,6 volt par mètre  au lieu des 41 à 61 volts par mètre.

Et si nous étions à l’aube d’un scandale sanitaire majeur ? Electrosensibilité, cancers, plusieurs travaux scientifiques démontrent la nocivité des radiofréquences sur la santé. Une étude de l’Inserm confirme  le lien entre l’utilisation intensive du téléphone ­portable et apparition  de tumeurs cérébrales.
Inquiétant.

L’intégralité de l’article est ICI

Facebooktwitterlinkedinmail
Fermer le menu