Mauvaises ondes


 LE MONDE | 17.10.09 | 14h02  •  Mis à jour le 17.10.09 | 14h02

L’usage du téléphone portable est-il dangereux pour la santé ? Des signaux sanitaires préoccupants existent déjà, à défaut de preuves irréfutables. Les antennes-relais de téléphonie mobile provoquent-elles des troubles ? Une cartographie des points noirs où la densité des émissions est préoccupante mériterait en tout cas d’être dressée. Face à ce constat et devant les “incertitudes” qu’ils relèvent, les experts de l’Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail (Afsset) ont opté pour la prudence : ils recommandent de poursuivre les recherches et, dès maintenant, de “réduire les expositions du public” aux radiofréquences.
Les conclusions de ce rapport renvoient à la relation contrariée qu’entretiennent aujourd’hui science et société. Les études mettant en évidence l’existence d’effets des radiofréquences sur la santé ont beau être minoritaires – neuf sur les quatre-vingt-deux passées au crible des experts -, il est nécessaire de les prendre en compte.

Car il est difficile d’éconduire les inquiets quand des milliers d’entre eux sont mobilisés comme ils le sont ; quand l'”électro-hypersensibilité” est reconnue comme maladie invalidante ailleurs, en Suède en particulier ; quand des associations de défense de l’environnement mettent en cause l’objectivité de certains experts ; quand des opérateurs sont accusés de préférer leurs profits à la santé.

Les conséquences pratiques seront plus difficiles à tirer. Pour les 58 millions d’usagers du téléphone mobile en France et pour les millions de personnes dont les habitations voisinent les cinquante mille antennes implantées sur le territoire, qu’attendre d’un message aussi peu tranché ? Quelles leçons pratiques le gouvernement va-t-il en tirer ?

Concernant les portables, l’accent va être mis sur l’information. Les industriels pourraient être contraints d’étiqueter systématiquement les téléphones afin que chacun sache à quoi il s’expose. Pour des téléphones affichant les mêmes performances, les “mauvaises ondes” peuvent varier de 0,2 à 1,8. A chacun de faire ses choix en conséquence.

S’agissant des antennes-relais, la question est nettement plus délicate. Tout en soulignant leur innocuité, l’Afsset assure qu'”il ne faut plus ne rien faire”. Pour sa part, le gouvernement se dit attaché à “la qualité du réseau”, donc à l’existence d’antennes en nombre suffisant. C’est dire si la voie est étroite et le compromis difficile à trouver. Mais il y a fort à parier que le marché devra, in fine, se plier au principe de précaution.
Article paru dans l’édition du 18.10.09

Facebooktwitterlinkedinmail

Lettre ouverte à la Ministre de la Santé et à la Secrétaire d’Etat à l’Ecologie

   16 octobre 2009 par Priartem et Agir pour l’Environnement

Avis de l’Afsset sur la téléphonie mobile

RADIOFREQUENCES : Les associations recommandent de réduire les expositions

Madame la Ministre, Madame la Secrétaire d’Etat,

Le 16 octobre 2009 sera sans doute une date importante dans la controverse relative à la téléphonie mobile. Longtemps attendu, l’avis de l’Afsset a le mérite de reconnaître officiellement une certaine incertitude en matière de téléphonie mobile. Mieux, l’Afsset préconise une baisse généralisée des expositions liées aux ondes électromagnétiques, portables, wifi, wimax et antennes relais compris.

Le risque émergeant que constitue désormais la téléphonie mobile doit connaître une traduction réglementaire. Associés au suivi de cette nouvelle expertise en tant qu’observateur et membre du comité de suivi du Grenelle des ondes, nous allons tenter de jouer le rôle de « chainon manquant » entre expertise scientifique et décisions politiques que nous appelons de nos vœux.

Parce que l’Afsset a pris ses responsabilités en reconnaissant enfin la téléphonie mobile comme un risque émergeant, nous n’imaginons pas vous passiez par pertes et profits cet avis qui fera, n’en doutons pas, date.

Nous attendons donc de votre part une réaction forte et vous appelons à la responsabilité et au courage politique. Les résultats du Grenelle des ondes n’ont, pour l’heure, pas été à la hauteur des enjeux, justifiant l’inaction en matière d’antennes relais par l’absence de données scientifiques. L’avis courageux de l’Afsset change en profondeur la donne et rendrait toutes mesures dilatoires particulièrement inacceptables.

La réunion du comité de suivi du Grenelle des ondes vous donne l’occasion d’agir en annonçant une baisse des seuils d’exposition, selon le principe Alara, comme le propose l’Afsset. Au regard des niveaux d’exposition mesurés par l’AnFr, l’application du principe Alara (aussi faiblement que techniquement possible) aboutirait à adopter un seuil d’exposition aux antennes relais très voisin de celui proposé par les associations, à savoir le 0,6 volt/mètre, ceci étant, semble-t-il, techniquement possible selon l’Afsset.

Dans l’attente d’une action forte et rapide de votre part, nous vous prions d’agréer, Madame la Ministre, Madame la Secrétaire d’Etat, l’expression de nos salutations les plus respectueuses.

Janine Le Calvez, Présidente de Priartém

Stéphen Kerckhove, Délégué général d’Agir pour l’Environnement

 

source :http://www.priartem.fr/Lettre-ouverte-a-la-Ministre-de-la.html

Facebooktwitterlinkedinmail

Ondes électromagnétiques : un rapport prône la réduction des expositions


   Publié le 15/10/2009 08:47 – Modifié le 15/10/2009 à 11:29 | © 2009 AFP

L’Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail se prononce jeudi dans un nouvel avis pour une réduction des expositions, estimant qu'”il n’est plus temps de ne rien faire”, malgré l’absence de preuves formelles sur la nocivité des ondes électromagnétiques.

“N’attendons pas que les signaux deviennent des pathologies pour avancer dans la réduction des expositions”, a déclaré Martin Guespereau, directeur général de l’Afsset, pour qui “il faut se poser les bonnes questions dès aujourd’hui”, sans attendre des certitudes.

Téléphones portables, Wifi, Wimax, téléphones sans fil, radios, micro-ondes, antennes-relais, radars… nous baignons en permanence, à la maison, au bureau et même dans les espaces publics dans les radiofréquences. Il s’agit des technologies utilisant des champs électromagnétiques dont la gamme de fréquences (nombre d’oscillations en une seconde) est comprise entre 9 kHz et 300GHz.

Face au développement de la téléphonie mobile et à la montée des inquiétudes, le gouvernement a demandé en 2007 à l’Afsset une “mise à jour” d’un précédent avis de 2005, qui concluait à l’absence de risque avéré des téléphones mobiles et des antennes-relais. L’Afsset a élargi son expertise à l’ensemble des radiofréquences.

Son nouveau rapport, réalisé par un groupe de travail incluant des experts en sciences humaines et sociales et un observateur représentant les associations, va beaucoup plus loin.

Les experts ont examiné un millier d’études publiées depuis 2005, y compris le rapport BioInitiative souvent cité par les associations. Le groupe de travail a conduit aussi une trentaine d’auditions.

Les experts ont constaté que si une majorité des études ne constataient pas d’effets des ondes, un petit nombre évoquaient tout de même des effets biologiques possibles tels que l’auto-destruction de cellules ou la modification du débit sanguin cérébral.

Martin Guespéreau a fait valoir qu’on avait seulement “dix grosses années de recul” et qu’on ne pouvait donc savoir si les “signaux” qui émergent constituaient un simple “biais statistique” ou une vraie “tendance”.

Dans cette incertitude, l’Afsset a estimé qu’il fallait creuser davantage avec de nouvelles études plus précises et approfondies, et en attendant, prendre des mesures. “Dès lors qu’une exposition environnementale peut être réduite, cette réduction doit être envisagée”, tranche l’avis.

“On est loin de l’idée : +on n’a rien prouvé donc on ne fait rien+”, remarquait-on jeudi à l’Afsset, où l’on évoquait le principe de prudence ALARA (As Low As Reasonnably Achievable, aussi bas que raisonnablement possible) défendu dans le domaine environnemental, notamment en matière de radioactivité.

Pour le téléphone portable, à l’origine des niveaux d’exposition les plus élevés, l’Agence suggère notamment l’utilisation de téléphones mobiles à faible débit d?absorption spécifique (DAS), qui mesure le niveau de radiofréquences émis par le portable.

Pour les antennes-relais, elle demande une cartographie des zones présentant les intensités les plus fortes (où se croisent des faisceaux d’ondes) et une réduction des niveaux d’exposition dans ces zones, ainsi que la mutualisation des émetteurs. En revanche, elle met en doute l’opportunité de réduire le niveau d’émission de toutes les antennes, comme le souhaiteraient les associations.

Et faute de “pouvoir prouver l’inexistence d’un risque”, l’agence suggère aussi, plus globalement, “l’usage modéré des technologies sans fil”.

Facebooktwitterlinkedinmail

L’AFSSET préconise de priviligier les téléphones qui ont un DAS (débit d’absorption spécifique) le plus bas possible.

Dans son rapport l’AFSSET préconise de privilégier les appareils à faible émission (DAS ou débit d’absorption spécifique, qui mesure le niveau de radiofréquences émis par le portable).
L’AFSSET préconise également de généraliser l’affichage des indicateurs d’exposition maximale pour tous les équipements personnels utilisant la technologie des radiofréquences (téléphones portables, téléphones sans fil, veille-bébé.

Définition du DAS selon le CRIIREM :

Notion de débit d’absorption spécifique DAS :

Ce dernier nommé SAR chez les anglo-saxons (Spécific absorption rate) est utilisé par certains scientifiques pour évaluer l’énergie absorbée par les organismes vivants exposés à des ondes hyperfréquences ou micro-ondes et exprimée en Watts par kilogramme de tissus vivants (W/kg).

Il relève plus du calcul que de l’expérimentation et de mesures réelles. Il fait l’objet d’étude et de modélisations très complexes et très controversées sur le plan scientifique. On peut se faire une idée de cette notion en utilisant cette formule très simplifiée  :

DAS (Watts/kg) = 6 x Taille (mètres) /gigaHertz x Poids (kilogrammes)

Soit pour un homme pesant 90 kilogrammes et mesurant 1, 80 mètre exposée à une antenne relais de téléphonie mobile de 1800 mégaHertz :

DAS (Watts/kg) = 6x 1,80 / 1,8 x 90 = 0,07 W / kg

Soit pour un rat de laboratoire de 20 centimètres pesant 350 grammes et exposé de façon identique :

DAS (Watts/kg) = 6 x 0,20 / 1,8 x 0,350 = 1,9 W / kg

 

Pour résumer  ces calculs simples montrent bien combien le DAS est influencé par la fréquence de micro-ondes utilisées, mais aussi par la Taille et le Poids de l’organisme exposé. Cependant il ne s’agit que d’une valeur indicative qui ne doit pas servir d’alibi scientifique à certains organismes officiels pour établir des normes sanitaires en se dispensant d’études expérimentales et épidémiologiques pourtant incontournables.

Voir la Liste des DAS des principaux téléphones portables selon le site guerir.fr

Facebooktwitterlinkedinmail

Avis de l’Afsset sur la téléphonie mobile : une onde de choc !

15 octobre 2009par Priartem et Agir pour l’Environnement

Source : http://www.priartem.fr/Avis-de-l-Afsset-sur-la-telephonie.html

Paris, le 15 octobre 2009 : Le nouvel avis de l’Afsset sur la téléphonie mobile rond avec l’unanimité de façade scientifique qui a prévalu jusqu’à présent et invite les pouvoirs publics à agir rapidement notamment en réduisant les expositions aux ondes électromagnétiques. Les associations se félicitent de la rupture induite par ce nouvel avis officiel qui ose reconnaître une incertitude scientifique en matière de téléphonie mobile. De cette incertitude doit déboucher une application pleine et entière du principe de précaution qui passe par une baisse des seuils d’exposition aux ondes électromagnétiques.

Les propositions incluses dans le nouveau rapport de l’Afsset sur la téléphonie mobile constituent, selon les associations, une véritable onde de choc qui va modifier fondamentalement l’appréhension du dossier de la téléphonie mobile en termes de santé publique.

L’Afsset, pour la première fois, considère la téléphonie mobile comme un domaine « incertain ». Elle souligne « qu’il existe des signaux suffisants d’effets biologiques et dès lors qu’une exposition environnementale peut être réduite, cette réduction doit être envisagée, en particulier par la mise en oeuvre des meilleurs technologies disponibles à des coûts économiquement acceptables. »

Pour Agir pour l’Environnement et Priartém, cette proposition de l’Afsset est en droite ligne de ce qu’elles proposaient durant le Grenelle des ondes sans être entendues par les Ministères. Les associations appellent donc la Ministre de la Santé et les députés à la responsabilité et les invitent à agir rapidement notamment en amendant le projet de loi Grenelle2.

Pour les associations, il est désormais impossible que les pouvoirs publics soient aux abonnés absents en matière de réduction des expositions aux radiofréquences.

Les associations Priartém et Agir pour l’Environnement ont été invitées, en tant qu’observateur, à suivre l’intégralité des débats ayant conduit à cet avis clairement en rupture avec les expertises passées.

Janine le Clavez

Stéphen Kerkhove

Facebooktwitterlinkedinmail

Les experts demandent une réduction de l’exposition aux ondes

NOUVELOBS.COM | 15.10.2009 | 18:20

L’Afsset a rendu son rapport d’expertise collective sur les radiofréquences. Elle surprend en recommandant de réduire les expositions du public.

(sipa)

Après deux ans de travail et l’analyse de près de 1000 articles scientifiques et d’une douzaine de rapports internationaux, le groupe d’experts de Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail (Afsset) a rendu ses conclusions et ses recommandations ce jeudi 15 octobre. “Oui, il y a des effets biologiques et épidémiologiques des radiofréquences”, a constaté Martin Guespereau, le directeur général de l’Afsset lors de la présentation à la presse. Ce constat tranche quelque peu par rapport aux positions antérieures.

Plus précisément, sur une centaine d’études montrant des effets biologiques, seules neuf ont été considérées comme pertinentes par les experts. Ces articles pointent par exemple l’expression de protéines de stress, des phénomènes d’apoptose (mort cellulaire) ou des modifications du débit sanguin. En revanche, avec la même méthode d’analyse, 69 articles ne montrant pas d’effets ont été retenus.

“La science ne se fait pas au poids”, a rappelé Martin Guespereau pour expliquer que ces rares effets justifient la position de l’Afsset de recommander la réduction de l’exposition du public, qu’elle soit liée au téléphone portable lui-même ou aux antennes. “C’est novateur ! Si on peut baisser l’exposition, on doit le faire”, a même précisé son directeur.

Cartographier les points noirs électromagnétiques

Concrètement, l’agence plaide pour que soient privilégiés les appareils peu rayonnants (mesuré par le fameux DAS, débit d’absorption spécifique, qui varie du simple au double selon les modèles). Elle demande aussi que soient cartographiés les points noirs électromagnétiques, c’est-à-dire les lieux où l’exposition est très forte. Son directeur a jugé favorablement aussi la proposition des sénateurs d’interdire les portables dans les écoles et collèges.

L’Afsset souhaiterait aussi que les dispositifs vendus comme “anti-ondes” soient évalués. En revanche, comme aucune preuve formelle d’un effet sanitaire des ondes n’a été établie, l’Afsset se refuse à édicter des normes ou des seuils d’exposition. En particulier, le chiffre souvent proposé de 0.6 V/m n’est pas évoqué dans le rapport.

Bien entendu, devant les incertitudes l’agence invite aussi à poursuivre les études scientifiques. Mais elle y met des conditions assez originales également, tenant compte sans doute des critiques antérieures: “collaboration étroite entre physiciens et biologistes”, “financement pérenne par une structure indépendante et transparente”, “suivi des préoccupations des Français”…

Les électro-sensibles

Parmi les autres annonces quelques peu inattendues, l’Afsset demande des efforts particuliers vis à vis des personnes se déclarant électrohypersensibles, bien qu’ «aucune preuve d’une relation de causalité entre l’exposition et l’hypersensibilité n’a pu être apportée». Elle plaide pour une meilleure formation des équipes médicales pour l’accueil de ces personnes, pour le développement d’outils de diagnostic et pour la définition de protocoles d’études rigoureux.

Enfin, l’Afsset a fait montre d’une audace qui l’a surpris elle même: l’ouverture de l’expertise scientifique à la société civile. Pour la première fois, un membre d’une association a pu assister aux différents travaux (mais n’a pas pris part aux discussions). “C’était une première !”, a souligné Martin Guespereau, satisfait de l’innovation. Dans la même veine, deux des treize experts étaient issus des sciences humaines. L’Afsset entend poursuivre cette initiative: “la controverse actuelle (…) nécessite que soient menées de plus amples réflexions sur l’ouverture de l’expertises scientifique à la société ainsi que sur les procédures permettant d’organiser un débat public sur les enjeux scientifiques et techniques”. Si cette idée était suivie d’effet, ce serait une petite révolution dans le monde de l’expertise.

David Larousserie
Sciences-et-Avenir.com

15/10/09

 

Facebooktwitterlinkedinmail

A Villeneuve-de-la-Raho, des antennes-relais accusées de propager des "troubles en pagaille"


LE MONDE | 15.10.09 | 16h28  •  Mis à jour le 15.10.09 | 16h28

Au 6 de la rue Faratjal, Gilbert Camps souffre d’insomnies et de fatigue chronique. Sa voisine du 4 a eu un cancer, tandis que son mari se dit “fatigué comme s’il avait 90 ans”, lui qui n’en a pas soixante. Point commun : leurs maisons se situent à quelques mètres du château d’eau. Planté en plein cœur de Villeneuve-de-la-Raho (Pyrénées-Orientales), un village de près de 4 000 habitants proche de Perpignan, ce château d’eau est hérissé d’antennes-relais de téléphonie mobile.

Vingt-cinq antennes – quatorze, selon l’Agence nationale des fréquences – devenues la bête noire des habitants, qui leur attribuent une augmentation de leurs problèmes de santé. Yasmine Gatonas, une infirmière libérale qui sillonne le village depuis des années, constate “des accidents vasculaires cérébraux (AVC) en pagaille, des troubles du comportement, des céphalées, de la tension qu’on ne peut plus réguler”.

Un des quatre médecins du village, dont le cabinet est situé à proximité du château d’eau et dont la clientèle est constituée de ces mêmes riverains, confirme “formellement”, lui aussi, “une augmentation des cancers, des leucémies et tout un tas d’autres plaintes”, sans pouvoir assurer qu’elles sont liées à une électro-sensibilité ou à une pathologie des ondes.

Pour tous, la conclusion s’impose : il faut éloigner ces antennes, estime l’association Un mât pour les ondes (Umplo). Un sigle qui n’a rien à voir avec la couleur politique de la députée (UMP) et maire de la commune, Jacqueline Irles, accusée de faire le jeu des trois opérateurs, SFR, Bouygues et Orange, en refusant toute solution d’éloignement des “maudites” antennes.

Du coup, la querelle sanitaire se double d’une querelle de personnes, opposant des administrés dont beaucoup ont “voté pour elle” à une élue qui se demande si “le déplacement (des antennes) n’aggraverait pas le problème”. A quoi s’ajoute le fait que le château est sous concession de la communauté d’agglomération.
Des difficultés qui font de Villeneuve-de-la-Raho un cas d’école du casse-tête des antennes.

“On ira jusqu’au bout”

Pour la présidente de l’association Umplo, Maryse Batlle, l’inquiétude a commencé en 1998, année de l’installation des premières antennes. En 2002, elle est atteinte d’un cancer. Entre-temps, elle s’est “documentée sur les ondes électromagnétiques”. Elle dit prendre conscience que les maladies se multiplient dans le quartier. “Sur un plan, j’ai mis un point jaune pour les cancers, vert pour les Alzheimer et rouge pour les AVC.” Aussi, quand, en 2007, on annonce aux habitants que “la rue va être bouchée pour des travaux afin d’installer de nouvelles antennes”, son sang – et celui des riverains alertés – ne fait qu’un tour.

L’association est créée en avril 2008, une pétition recueille la signature de 750 personnes, la vitrine de la boulangerie se couvre de tracts. Le 15 décembre, les membres d’Umplo s’allongent sur la chaussée pour empêcher le stationnement d’un camion-nacelle. Depuis, les événements s’enchaînent, aggravant l’incompréhension entre la mairie et Umplo. C’est mesures (des émissions) contre mesures, spécialiste contre spécialiste. La solution, un temps envisagée, de placer les antennes sur des terrains communaux est abandonnée.

“On nous prend pour des doux dingues, mais on ira jusqu’à bout”, assure Paulette Palau un des membres actifs de l’association. Radicalisés, les (anciens ?) électeurs UMP s’emploient à construire un réseau pour leur combat. Le Déplacement des antennes-relais dangereuses tente de fédérer des associations au niveau départemental. Le Comité régional ondes santé est en gestation. Un procès aussi, des riverains ayant décidé d’assigner les trois opérateurs en justice.

Brigitte Perucca

Article paru dans l’édition du 16.10.09

Facebooktwitterlinkedinmail

ONDES : Toutes les recommandations de l’Afsset

   NOUVELOBS.COM | 15.10.2009 | 12:00

Voici les principales recommandations sur les ondes électromagnétiques émises par l’Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail (Afsset), publiées jeudi 15 octobre :

TELEPHONES MOBILES :
– “privilégier” les appareils à faible émission (DAS ou débit d’absorption spécifique, qui mesure le niveau de radiofréquences émis par le portable).
– “généraliser la mise à disposition des indicateurs d’exposition maximale pour tous les équipements personnels utilisant la technologie des radiofréquences (téléphones portables, téléphones sans fil, veille-bébé. Développer des “labels intelligibles”).
– “réduire l’exposition des enfants en incitant à un usage modéré du téléphone portable”
– mettre en œuvre des outils simples permettant de réduire les expositions: interrupteurs permettant de désactiver les émetteurs lorsqu’ils ne fonctionnent pas (wi-fi, modem ….), accès filaires multiples sur les modem wifi sans surcoût, recours au kit piéton.

ANTENNES-RELAIS :
– “recourir aux exposimètres portables afin de mieux caractériser les expositions individuelles”.
– “identifier et cartographier les lieux présentant des valeurs sensiblement plus élevées que le niveau ambiant” et “proposer des procédures visant à réduire l’exposition dans ces lieux”.
– “peser avec soin les conséquences, pour la population générale et pour les utilisateurs de téléphone mobile, d’une réduction de la puissance des antennes relais qui pourrait conduire à l’augmentation de l’exposition à la tête aux radiofréquences émises par les téléphones mobiles”.
– “favoriser la concertation et le débat autour des nouvelles implantations ou modifications d’émetteurs radiofréquences (…) en impliquant l’ensemble des acteurs concernés”.
– mutualiser les émetteurs entre opérateurs de téléphonie mobile.

ELECTRO-HYPERSENSIBILITE
(symptômes parfois attribués aux ondes):
– “développer et évaluer un outil de diagnostic clinique”
– “définir des modalités d’une prise en charge globale des sujets hypersensibles”.
– “organiser un suivi des patients”
– “développer des travaux de recherche”.

(Nouvelobs.com avec AFP)

Facebooktwitterlinkedinmail
Fermer le menu