Agir pour son avenir, une belle étude réalisée par de jeunes étudiantes

Doit-on choisir entre un appel de bonne qualité et une journée sans maux de tête?

Appeler serait impossible sans antennes relais de téléphonie mobile. Aujourd’hui, on en compte plus de 60 000 en France. Les antennes relais sont indispensables à différentes sortes de télécommunications. Peu connues et pourtant bien utiles, elles interviennent dans notre quotidien. En effet, les antennes relais de téléphonie mobile rendent possibles les appels téléphoniques, l’envoi de sms, mais aussi l’utilisation des réseaux 2G, 3G, et 4G. Elles fonctionnent en envoyant ou en recevant des ondes électromagnétiques. Puisque nous les sollicitons constamment, ces antennes sont puissantes et très répandues.

  Visitez ce site fait par des jeunes il est super !

 

 

Facebooktwitterlinkedinmail

Microwave News : plus qu’une coïncidence, les radiations des téléphones cellulaires cancérigènes ?

Est-il temps pour le CIRC de réévaluer les radiofréquences ?

C’est «plus qu’une coïncidence», était une réponse typique des observateurs attentifs des études de toxicologie de téléphone cellulaire qui avaient entendu ou ont été informés des nouveaux résultats. Personne ne voulait parler pour l’attribution jusqu’à ce qu’ils aient eu la chance de lire le nouveau papier Ramazzini. “C’est incroyable étant donné que le schwannome malin du cœur est un cancer super rare”, a déclaré l’un des interviewés.

Le lien sur Microwave News (en anglais)

Une traduction de l’article avec google qui est suffisamment précise pour les non anglophones

L’article traduit

Facebooktwitterlinkedinmail

Ondes : dissipons le brouillard

Le site du journal L'age de faire -   Invisibles, inodores, impalpables, silencieuses… Sans que nous nous en apercevions vraiment, des ondes de plus en plus nombreuses et de plus en plus puissantes nous entourent. Quels effets ont-elles sur la santé ? Aucun, assure le lobby de la téléphonie mobile. Mais qu’en est-il réellement ? L’âge de faire fait la lumière sur le brouillard électromagnétique.

dans le numéro 127 : février 2018

et toujours disponible le hors série

Facebooktwitterlinkedinmail

L’hôpital de Perpignan adopte l’internet sans fil… par la lumière !

S’il est bien un milieu où les ondes radios sont prises en compte et réglementées, c’est le milieu hospitalier. … car ils peuvent être source d’interférences avec les équipements médicaux et sont potentiellement source de maux pour les patients, dont les enfants sensibles aux ondes électromagnétiques.

La suite de l’article sur la Dépêche.fr

Facebooktwitterlinkedinmail

NOEL 2017 – Lettre au Père Noël : non aux tablettes et jouets connectés

En pièce jointe, la lettre au Père Noël : “s’il te plaît, ne m’apporte pas de tablette ou de jouet connecté”

L’association Nationale Robin des Toits a décidé d’adresser une lettre ouverte au Père Noël, en espérant, puisqu’il s’agit de santé publique, qu’il loge encore au Ministère de la santé.
En effet, Noël approche et, avec lui, son lot de publicités à destination des enfants. Or, plus que jamais, cette année, ce sont les jouets connectés qui semblent être commercialement les plus porteurs, à l’exception depuis peu des poupées connectées qui se sont révélées être des espionnes au pied du sapin. (1)
Ceci signifie qu’une fois encore les publicités, contraires aux recommandations de l’agence sanitaire de 2016 (2), contraires aux prises de position déjà anciennes d’un certain nombre de scientifiques officiels (3) et contraires à la loi (4) peuvent se développer sans la moindre intervention de l’Etat et sans le moindre message de mise en garde.

 

La lettre au Père Noël

Facebooktwitterlinkedinmail

Une différence spectaculaire dans l’activité cérébrale avec des cas EHS

Ci-dessous la traduction automatique de Google de l’étude : Pilot Study Shows Dramatic Difference In Brain Activity With EHS (Electrohypersensitive) Cases As Compared To Controls (Non EHS).

Une étude pilote montre une différence spectaculaire dans l’activité cérébrale avec des cas EHS (électro-hypersensibles) comparés aux contrôles (non-EHS).

  Ceci est la première étude publiée connue pour montrer des images de EHS sur une IRMf.


Nouvelles fournies par

La Fondation de l’Initiative des Peuples

5 décembre 2017, 10:37 ET


LOS ANGELES , 5 décembre 2017 / PRNewswire / – La Fondation de l’Initiative des Peuples a annoncé la conclusion d’une étude pilote qu’ils ont organisée, dirigée par le Dr Gunnar Heuser , montrant l’EHS sur une IRMf. Cette étude a été publiée à l’origine par Degruyter en Juillet 2017, mais était absente des images des contrôles. La société a attendu que les images soient placées dans l’étude pour publier ce communiqué de presse, car la différence visuelle entre les cas et les contrôles est assez dramatique.

Voici deux exemples d’images de l’étude. La grande zone blanche sur le côté gauche de l’image de gauche montre une hyperconnectivité dans le cerveau d’un cas (personne EHS). La même petite zone blanche dans l’image à droite montre une activité cérébrale normale chez un témoin (personne non EHS).

EHS ou “électrohypersensibilité” en termes civils, “empoisonnement par micro-ondes” en termes militaires, est une maladie radio-induite dont l’existence même est vivement débattue par le gouvernement les scientifiques et le personnel de l’industrie du sans fil. Cette étude apporte la preuve qu’il existe des anomalies dans le cerveau EHS qui ne sont pas présentes dans le cerveau non EHS et pourrait mettre fin au débat sur l’existence de l’EHS. Il défie également la position largement répandue de l’industrie gouvernementale et sans fil selon laquelle les appareils sans fil et l’infrastructure n’ont aucune conséquence sur la santé humaine et pourraient avoir une incidence sur l’opinion prédominante selon laquelle le rayonnement sans fil est jugé sécuritaire.

L’intégralité de l’article en Anglais

Facebooktwitterlinkedinmail

Linky perturbe votre santé : le témoignage de Joséphine

Linky perturbe la vie des électrosensibles : le témoignage de Joséphine (VIDÉO)

Le déploiement des compteurs électriques Linky se poursuit en France. L’opposition des municipalités et des collectifs est grandissante, comme le nombre des témoignages des électrosensibles. Reporterre a recueilli celui de Joséphine, étudiante en mathématiques.

L’article et la vidéo sur REPORTERRE

Facebooktwitterlinkedinmail