Antennes-relais : Un médecin alerte le gouvernement

Antennes-relais et risque sanitaire : un Nîmois alerte le gouvernement

Le Dr Rémi Targhetta, médecin addictologue au CHU de Nîmes, prédit une “catastrophe” comparable à l’amiante ou au tabac, si la loi n’évolue pas rapidement.

Ces derniers mois, à Nîmes, plusieurs comités de riverains se sont élevés contre l’installation d’antenne-relais de téléphonie mobile à proximité de chez eux. L’un de leurs arguments : le danger des ondes électromagnétiques pour la santé. Question encore controversée aujourd’hui.

BIO EXPRESS : D’abord pneumologue, le Dr Rémi Targhetta est ensuite devenu médecin addictologue et cancérologue au CHU de Nîmes. Expert auprès de la Sécurité sociale sur les effets de l’amiante sur la santé, il s’est également engagé dans la prévention des répercussions du cannabis sur le cerveau.

L’article de Midi Libre est ICI

Facebooktwitterlinkedinmail

Alerte à propos de l’arrivée de la 5G.

Il s’agit dune courte vidéo (7mn) très pédagogique, mettant en évidence les niveaux d’expositions ahurissant de la 5G (60 V/m à moins de 20m de l’émetteur) et l’appel du PDG de Gigahertz Solution, proposant des appareils de mesures et détection d’OEM.
On constatera que la norme d’exposition en Suisse est 10 fois inférieure à celle de la France (respectivement 6 et 61 V/m)
Rappelons que le Conseil de l’Europe, organisme indépendant, préconise 0,6 V/m en tous lieux et descendre à 0,2 V/m à moyen terme.
Les fréquences de la 5 G démarreront vers 5 Ghz pour monter progressivement jusqu’à 30 Gh et plus.
Sans parler de l’abattage des arbres pour laisser passer ces ondes courtes (quelques cms) car les feuilles les bloquent, il s’agit d’une scandaleuse agression sanitaire à l’encontre des populations qui vont y être exposées.     Pour voir la vidéo c’est ici

Facebooktwitterlinkedinmail

Objets connectés, la 5G jouerait-elle dans la propreté ?

Objets connectés, la 5G jouerait-elle dans la propreté ?

Facebooktwitterlinkedinmail

EHS dans Le quotidien du médecin

Électrosensibilité : HAS, ANSES et INSERM se concertent pour comprendre et pour améliorer la prise en charge

L’hypersensibilité aux ondes électromagnétiques est mal définie, difficile à diagnostiquer, et il n’existe pas de protocole de prise en charge dédié. Des manques que les autorités scientifiques et sanitaires semblent vouloir combler en coordonnant leurs efforts. C’est en tout cas ce qui est ressorti de la réunion organisée ce jeudi au sein de l’office parlementaire des choix scientifiques et technologiques (OPECST).               L’article est ICI

Facebooktwitterlinkedinmail

EHS : Hypersensibilité électromagnétique : vers une meilleure prise en charge

SUR LE SITE  Service-Public.fr

Illustration 1 undefinedTéléphones portables, antennes relais et wifi… Depuis le début des années 1980, la littérature scientifique rapporte des cas de personnes se plaignant de troubles divers qu’elles attribuent à une exposition à des champs électromagnétiques. L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) vient d’y consacrer une expertise approfondie.

L’article est ICI

Facebooktwitterlinkedinmail

Communiqué de Robin des Toits à la suite du rapport de l’ANSES

L’Electro Hyper Sensibilité reconnue de fait ; à l’Etat d’agir ! 

Hypersensibilité électromagnétique ou intolérance environnementale idiopathique attribuée aux champs électromagnétiques : Avis de l’ANSES – Rapport d’expertise collective – 26 Mars 2018

L’association nationale Robin des Toits prend acte que ce rapport reconnaît de fait l’existence de l’Electro Hyper Sensibilité (EHS), à la fois par son existence même et par un certain nombre d’éléments de son contenu. Elle note également que l’EHS n’est plus considérée comme un trouble purement psychique, selon une approche psychiatrisante. Il est donc à souhaiter que les recommandations de l’ANSES soient entendues des personnels médicaux et paramédicaux ainsi que des institutions et entreprises pour que cesse une ségrégation de fait et que la réalité de l’EHS soit vraiment  prise en compte à tous les niveaux.

Le communiqué de Robin des Toits

Facebooktwitterlinkedinmail

Ondes : dissipons le brouillard

Le site du journal L'age de faire -   Invisibles, inodores, impalpables, silencieuses… Sans que nous nous en apercevions vraiment, des ondes de plus en plus nombreuses et de plus en plus puissantes nous entourent. Quels effets ont-elles sur la santé ? Aucun, assure le lobby de la téléphonie mobile. Mais qu’en est-il réellement ? L’âge de faire fait la lumière sur le brouillard électromagnétique.

dans le numéro 127 : février 2018

et toujours disponible le hors série

Facebooktwitterlinkedinmail
Fermer le menu