Les nouveaux maux : les ondes électromagnétiques

Dans le Journal Spécial des Sociétés

Si les pollutions d’origine chimique ou industrielle génèrent des désordres de diverses natures ainsi que des nuisances visuelles, olfactives ou acoustiques,
la « pollution électromagnétique » est certes « invisible » (1), mais elle est réelle.

Nombreuses sont en effet les sources d’exposition aux champs électromagnétiques : les lignes à haute tension, les téléphones portables, les bornes Wi-Fi, les fours à micro-ondes, les télévisions, les radars, les antennes-relais, les compteurs Linky…
L’exposition à ces ondes électromagnétiques suscite d’ailleurs de vives craintes et des interrogations légitimes quant à leurs effets sanitaires et leur dangerosité éventuelle. Lire la suite

Facebooktwitterlinkedinmail

LINKY : Généralités sur les filtres

La pose d’un filtre doit s’envisager dans une situation d’urgence et non préventive.

Il ne s’agit pas d’encourager les gens à s’équiper de filtres avant d’avoir tenté d’éviter l’évitable : la pose d’un compteur linky.

Cette situation d’urgence est par exemple la présence de linky dans le voisinage, alors qu’on l’a soi même refusé, un compteur posé abusivement, des symptômes physiques ressentis. Le texte complet est ICI

 

Facebooktwitterlinkedinmail

Pétition pour sauver les lignes fixes

SIGNEZ LA PÉTITION SUR CYBERACTEURS

Le Réseau Téléphonique Commuté (RTC) est le réseau téléphonique fixe historique . Il constitue un bien national, prêt à être bradé vers les intérêts privés ou abandonné sous prétexte d’archaïsme.

La disparition prochaine des lignes fixes va encore aggraver la situation des EHS et peut à terme poser des problèmes de sécurité car sans électricité il n’y a pas de téléphone derrière les box.
Le lien vers Cyberacteurs

Facebooktwitterlinkedinmail

Antennes-relais : Un médecin alerte le gouvernement

Antennes-relais et risque sanitaire : un Nîmois alerte le gouvernement

Le Dr Rémi Targhetta, médecin addictologue au CHU de Nîmes, prédit une “catastrophe” comparable à l’amiante ou au tabac, si la loi n’évolue pas rapidement.

Ces derniers mois, à Nîmes, plusieurs comités de riverains se sont élevés contre l’installation d’antenne-relais de téléphonie mobile à proximité de chez eux. L’un de leurs arguments : le danger des ondes électromagnétiques pour la santé. Question encore controversée aujourd’hui.

BIO EXPRESS : D’abord pneumologue, le Dr Rémi Targhetta est ensuite devenu médecin addictologue et cancérologue au CHU de Nîmes. Expert auprès de la Sécurité sociale sur les effets de l’amiante sur la santé, il s’est également engagé dans la prévention des répercussions du cannabis sur le cerveau.

L’article de Midi Libre est ICIFacebooktwitterlinkedinmail

Alerte à propos de l’arrivée de la 5G.

Il s’agit dune courte vidéo (7mn) très pédagogique, mettant en évidence les niveaux d’expositions ahurissant de la 5G (60 V/m à moins de 20m de l’émetteur) et l’appel du PDG de Gigahertz Solution, proposant des appareils de mesures et détection d’OEM.
On constatera que la norme d’exposition en Suisse est 10 fois inférieure à celle de la France (respectivement 6 et 61 V/m)
Rappelons que le Conseil de l’Europe, organisme indépendant, préconise 0,6 V/m en tous lieux et descendre à 0,2 V/m à moyen terme.
Les fréquences de la 5 G démarreront vers 5 Ghz pour monter progressivement jusqu’à 30 Gh et plus.
Sans parler de l’abattage des arbres pour laisser passer ces ondes courtes (quelques cms) car les feuilles les bloquent, il s’agit d’une scandaleuse agression sanitaire à l’encontre des populations qui vont y être exposées.     Pour voir la vidéo c’est iciFacebooktwitterlinkedinmail

Objets connectés, la 5G jouerait-elle dans la propreté ?

Objets connectés, la 5G jouerait-elle dans la propreté ?

Facebooktwitterlinkedinmail

EHS dans Le quotidien du médecin

Électrosensibilité : HAS, ANSES et INSERM se concertent pour comprendre et pour améliorer la prise en charge

L’hypersensibilité aux ondes électromagnétiques est mal définie, difficile à diagnostiquer, et il n’existe pas de protocole de prise en charge dédié. Des manques que les autorités scientifiques et sanitaires semblent vouloir combler en coordonnant leurs efforts. C’est en tout cas ce qui est ressorti de la réunion organisée ce jeudi au sein de l’office parlementaire des choix scientifiques et technologiques (OPECST).               L’article est ICIFacebooktwitterlinkedinmail

Fermer le menu