EHS : « La plupart des électrosensibles luttent pour survivre »

Publié par “le Télégramme” Frédéric Ballestracci mène une bataille contre les ondes. Sa femme Marilyne est électrosensible. Le couple est démuni face à des institutions incapables d’apporter des solutions.

Le téléphone fixe sans passer par internet. C’est fini. Au grand dam de Marilyne Ballestracci. Il y a plus de trois ans, cette Rennaise découvre qu’elle est électro-hypersensible. Au point de ne plus supporter son lieu de vie. En cherchant un endroit moins exposé avec son mari, Frédéric, elle a fini par trouver refuge à Plougasnou. Mais la nouvelle maison du couple a nécessité quelques aménagements. « Nous avons déboursé 13 000 € pour refaire l’électricité et blinder les câbles, confie Frédéric. Aujourd’hui, un abonnement téléphone passe forcément par internet. Nous avons mis la box dans le garage, avec des parois blindées ». lire la suite

Facebooktwitterlinkedinmail
Fermer le menu