Mesure de champs électromagnétiques : Le projet SAMPER

Ce projet est financé par l’Agence Nationale de la Recherche (appel à projets 2007
« Télécommunications TLCOM »)

Le projet SAMPER vise à démontrer la faisabilité et à mettre au point un système de mesure et de post traitement capable d’estimer les niveaux de champ électromagnétique liés aux systèmes de radio communication à tout moment et en tout point d’une zone géographique prédéfinie.

L’approche choisie pour développer ce système opérationnel s’appuie sur la combinaison de mesures (stations de mesure autonomes réparties sur un nombre restreint de points dans la zone d’étude, complétées par des mesures mobiles ponctuelles si nécessaire), de technique de simulation du milieu de propagation (méthode inverse, algorithmes de type méthodes asymptotiques) et de techniques d’interpolation statistique (méthode de krigeage, analyse statistique de variogramme).

Ce projet doit se concrétiser par la mise en place d’un démonstrateur sur un site pilote dans la Ville de Grenoble.

Les services de télécommunication concernés dans ce projet sont la radiotéléphonie mobile (GSM, UMLTS) et les réseaux hauts débits (Wifi, Wimax) – bande de fréquence 900MHz à 6GHz.

L’objectif est de pouvoir traiter des situations complexes telle qu’un milieu urbain dense, qu’il est impossible de simuler du fait du manque d’information sur les émetteurs présents. Les applications visées concernent conjointement l’aspect surveillance des niveaux de champ électromagnétique à l’échelle d’un quartier, d’une ville ou d’un bâtiment et l’aspect cartographie et quantification de la qualité de service d’un réseau type téléphonie mobile ou haut débit.

Les cinq partenaires associées dans ce projet sont l’entreprise SATIMO (ex Antennessa), France Telecom, l’équipe de géostatistique de l’école de Mines de Paris (Armines – ENSMP), la Ville de Grenoble et le Centre Scientifique et Technique du bâtiment (CSTB).

 Pour en savoir plus, cliquer ici.

Facebooktwitterlinkedinmail

Marquefave: A qui profite le crime?

Chacun pourra se poser la question!

Quelqu’un de bien informé en tous cas et qui n’aime pas la démocratie… et qui aime visiblement les antennes! Pourquoi?

Ce genre de réactions donne en général plus de détermination et de motivation ! Donc, merci à celui-là…

Il pourra le constater à la réunion du 17 Novembre…

Facebooktwitterlinkedinmail

Marquefave et Lacaugne : Grande mobilisation

Une grande réunion d’information aura lieu le 17 Novembre à Marquefave au sujet du projet de la nouvelle antenne SFR.

L’opérateur veut aller très vite…

Les “petits” villages se mobilisent et ne se laisseront pas faire….

1000 tracts distribués, rencontre des élus, banderoles, réunions publiques, presse contactée…

Rien n’est exclus y compris la voie du tribunal…

Annonce de la réunion à Marquefave

Annonce de la réunion à Lacaugne

Emplacement de la Tour dans un futur proche

Facebooktwitterlinkedinmail

Marquefave: mobilisation contre l’antenne SFR

La mobilisation s’amplifie à Marquefave contre l’antenne SFR de 42 mètres de hauteur.

Rappelons les faits:

Un premier projet avait été déposé par SFR sur un lieu très proche de Marquefave.
La zone de rayonnement annoncée par l’opérateur était limitée à un cercle de 2kms et se proposait de combler une soit-disante zone blanche.
L’opposition d’un association locale déterminée et soutenue par la mairie a conduit l’opérateur à revoir son projet.

Le second projet vient d’arriver sous forme d’une déclaration de travaux, comme cela est permis pour la téléphonie alors que pour des particuliers, il faut un permis de construire à partir de 12 mètres.
La zone de rayonnement de 2 Kms n’a plus rien à voir avec la précedente: qu’en est-il de la fameuse zone blanche du départ qui n’est plus couverte? SFR veut nous faire croire qu’une telle installation desservira quelques 50 familles… et les petits lapins!!! Ceci fait craindre aux habitants une augmentation rapide et importante de la puissance de l’emetteur pour rayonner une large zone.
La hauteur de l’edifice sur un point pourtant haut ne démontre t-il pas que d’autres antennes viendront très certainement à terme rejoindre les premières?
Le projet se rapproche cette fois à 400m du village de Lacaugne sur un terrain appartenant toujours à Marquefave
Concrètement, cela signifie que la gêne est essentiellement pour le village de Lacaugne qui vient d’apprendre par le bouche à oreille la nouvelle tour “Eiffel”.
Des banderoles geantes ont fait leur apparition aussi bien à Marquefave qu’à Lacaugne. Des reunions publiques se multiplient dont la prochaine le 17 Novembre à 20h45 à la salle de fêtes de Marquefave. La presse a été largement contactée.
Des tracts sont en cours de distribution massive.
Le député P. Lemasle a été rencontré ainsi que le président de la communauté de communes (Mr Hellé). Ils ont été très sensibles aux arguments des associations.

Tout le monde s’interroge:

Pourquoi une antenne là où tout le monde “capte” déja quel que soit l’opérateur?
Quel nouveau projet à venir se cache derrière cette conquête définitive d’un site? 3G? WIMAX?
Pourquoi priver Lacaugne de la meilleure zone constructible?
Qui viendra s’installer dans un éventuel futur lotissement sous les antennes?
Que vaudra à la revente une maison avec vue sur cette nouvelle tour?
Quel parent ira mettre son enfant dans une école toute proche sans certitude des effets sur la santé de ses enfants?
Croira t-il la réponse officielle sur l’absence actuelle de risques en l’état actuel de nos connaissances?

SFR indique respecter la charte conclue entre les opérateurs de téléphonie et l’association des maires de France, mais en réalité ici, la concertation n’a pas eu lieu, pas d’avantage que l’information des riverains et l’étude d’intégration paysagère a juste oublié le village de LACAUGNE tout proche!.

Tout ceci, c’est sûr: Marquefave et Lacaugne l’ont bien compris et ils ne se laisseront pas faire.

Il sera demandé à SFR de fournir des garanties sur l’innocuité de son installation, sur son engagement à respecter un seuil maximum d’émission de courants électromagnétiques et de nous montrer ses contrats d’assurance prouvant que le risque lié à ces courants est bien pris en charge ce qui ne sembla pas être le cas aujourd’hui.
 
Après Toulouse, Blagnac et St Martin du Touch candidates à l’experimentation à 0.6 V/m,
Après le bras de fer entre les opérateurs, les associations, la mairie pour une charte toulousaine innovante et efficace.

Ne manquez pas de contacter l’association acsne@orange.fr pour vous informer.

Venez les soutenir et les encourager!

Facebooktwitterlinkedinmail

L’exposition aux rayonnements de radiofréquences à 1800 Mhz induit des dommages oxydatifs à l’ADN mytochondrial dans les neurones en culture primaire – Oct 2009

AUTEURS : Xu S, Zhong M, Zhang L, Zhou Z, Zhang W, Wang Y, Wang X, Li M, Chen Y, Chen C, He M, Zhang G, Yu Z.

Department of occupational health, Third Military Medical University, Chongqing 400038, People’s Republic of China.

RESUME : Des preuves croissantes indiquent que le stress oxydatif peut être impliqué dans les effets néfastes des radiofréquences (RF) sur le cerveau. Car les défauts de l’ADN mitochondrial (ADNmt) sont étroitement associés à différentes maladies du système nerveux et parce que l’ADNmt est très sensible au stress oxydatif, l’objectif de cette étude était de déterminer si le rayonnement de radiofréquences peut causer des dommages oxydatifs à l’ADN mt. Dans cette étude, nous avons exposé les neurones corticaux en culture primaire à des champs électromagnétiques RF pulsés à une fréquence de 1800 MHz modulé par 217 Hz à un taux moyen d’absorption spécifique (DAS) de 2 W / kg. 24h après l’exposition, nous avons constaté que les rayonnements RF induisaient une augmentation significative des niveaux de 8-hydroxyguanine (8-OHdG), un biomarqueur commun des dommages oxydatifs de l’ADN, dans les mitochondries des neurones. En accord avec cette constatation, le nombre de copies d’ADNmt et le niveau des transcriptions d’ARN mitochondrial (mtRNA) ont montré une réduction évidente après exposition aux radiofréquences. Chacune de ces perturbations ADNmt peut être renversée par un prétraitement avec la mélatonine, qui est connue pour être un système efficace pour le cerveau. Ensemble, ces résultats suggèrent que les rayonnements RF 1800 MHz peuvent causer des dommages oxydatifs à l’ADN mitochondrial dans les neurones en culture primaire. Dommages oxydatifs à l’ADN mt qui rendent compte de la neurotoxicité des rayonnements RF dans le cerveau.

NB : 1800Mhz est la fréquence utilisée par certains opérateurs de téléphonie mobile. 217Hz est la fréquence de pulsation des ondes électromagnétiques de la téléphonie mobile. 2W/kg est le DAS (Débit ou Taux d’absorption spécifique) maximal autorisé par les téléphones portables. Il n’est pas rare qu’un téléphone ait un DAS de 0,75 ou 1,5 W/kg.

Lire l’article sur le site de Robin des Toits en cliquant ici

Facebooktwitterlinkedinmail

Radiofréquences: un rapport très attendu sur les risques publié jeudi

ROMANDIE NEWS

PARIS – Un rapport très attendu de l’Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail (Afsset) doit faire le point jeudi sur l’impact des ondes électromagnétiques sur la santé, après des mois de controverses.

Le document de près de 500 pages est une mise à jour de l’état des connaissances sur les radiofréquences –les téléphones portables, les antennes-relais, le wifi et le wimax, et même les radars. Des centaines d’études ont été épluchées par le groupe de travail.

Ce rapport, selon des participants aux réunions du groupe, devrait être “beaucoup plus ouvert” que les précédents rapports sur le même sujet.

Présenté au “comité de suivi” du “Grenelle des Ondes” qui sera installé vendredi au ministère de la Santé, il devrait constituer une base pour ses travaux.

Il s’agit d’essayer de répondre aux inquiétudes grandissantes dans la population sur l’impact des ondes, et aussi d’essayer de réduire la confrontation entre opérateurs de téléphonie mobile et écologistes, qui a donné lieu à plusieurs actions en justice.

La table-ronde “Radiofréquences, santé et environnement” -surnommée Grenelle des Ondes- a réuni du 23 avril au 25 mai dernier, pendant une vingtaine d’heures, des associations, des opérateurs de téléphonie mobile et des élus, qui ont discuté sous l’égide de trois membres du gouvernement : Roselyne Bachelot (Santé), Nathalie Kosciusko-Morizet (Economie numérique) et Chantal Jouanno (Ecologie).

Au terme de ses travaux, le Grenelle des Ondes s’était dit soucieux de limiter l’usage du portable, et même -comme le demandaient depuis longtemps les associations- de l’interdire dans les écoles.

En matière d’antennes-relais, le Grenelle avait accepté, “pour clarifier le débat”, de mener des expérimentations en matière d’exposition aux ondes électromagnétiques. Un comité opérationnel a été chargé de l’organisation de ces expérimentations. L’abaissement de l’exposition aux radiofréquences des antennes-relais sera testé dans 10 à 20 villes pilotes, entre novembre 2009 et avril 2010.

“Rendez-vous manqué”, avait estimé Denis Baupin, adjoint (Verts) à l’environnement à la mairie de Paris, qui participait au Grenelle. Les associations s’étaient dites “déçues”.

Mardi, Stephen Kerckhove d’Agir pour l’environnement espérait que le rapport de l’Afsset enverrait “un message assez fort aux politiques”.

(©AFP / 14 octobre 2009 09h01)

Facebooktwitterlinkedinmail

La Drôme offre à la France son premier abri anti-ondes

Ils ne supportent plus les ondes générées par la téléphonie et l’internet sans fil mais peuvent désormais se ressourcer dans la Drôme où a été dressé le premier refuge anti-ondes de France.

AFP – le 09 octobre 2009, 21h54

Perché sur une colline, sans habitation ou antennes-relais aux alentours, l’abri est ouvert depuis juillet sur la commune d’Eurre aux victimes de l’électro-hyper sensibilité (EHS), grâce à l’ONG drômoise Next-Up.

Cette dernière dénonce depuis 2005 les dangers de l’électromagnétisme artificiel sur l’homme.

A l’entrée de cette “zone blanche”, “la première connue en France” selon l’organisation, dont la localisation exacte est tenue secrète, les téléphones portables, même éteints, sont proscrits et rangés dans une boîte métallique isolante.

“J’ai enfin trouvé un endroit où je peux survivre”, confie Sybil Gabriel, une enseignante suisse, qui a été “paralysée” temporairement après une conversation “un peu longue” au téléphone portable.

Sélectionnée par Next-Up comme ses compagnons d’infortune, dont des Néerlandais et un Allemand, la sexagénaire se “ressource” pour quelques jours dans un campement de quelques caravanes, dont les fenêtres et les cloisons sont protégées par un épais film d’aluminium visant à freiner les rayonnements.

A côté, une cabine de téléphone filaire tranche avec le cadre bucolique du site et un grand mur de tôle sert d’abri.

“Ici, le rayonnement des télécommunications est compris entre 0,01 et 0,03 volt par mètre (V/m) alors qu’en zone urbaine il est de 1 V/m en moyenne”, observe Serge Sargentini, le porte-parole de Next-Up.

Selon l’organisation, “8% de la population française” serait électro-hyper sensible (EHS).

“J’ai pensé que j’avais la sclérose en plaques. Mes jambes sautaient toutes seules quand je me reposais, j’avais des insomnies et des douleurs thoraciques”, se souvient Claire Andina, une infirmière de 49 ans, quand elle évoque sa première crise d’EHS en 2005.

“C’est comme une sensation de brûlure”, témoigne pour sa part Philippe, 48 ans, pour qui “aller chercher simplement un journal en ville” relève souvent de “l’insupportable”.

“Vous ne voyez plus vos amis, vous ne sortez plus, cela vous désocialise complètement”, ajoute cet ex-enseignant qui trouve refuge “quand il ne se sent pas bien” dans une forêt près de son domicile.

Comme pour certains de ses compagnons, “tout est cablé chez moi”, indique Mickael Heiming, 41 ans, un ex-ingénieur allemand de téléphonie mobile, qui estime “avoir mis du temps à faire un rapprochement entre (s)es maux de tête et (s)on métier”.

“L’EHS est une pathologie reconnue et décrite par l’Organisation mondiale de la santé (OMS)”, affirme sur son site internet l’association environnementale Robin des Toits.

“En Suède il s’agit d’un handicap, en Angleterre d’une maladie. En France, elle est juste ignorée par les pouvoirs publics”, dénonce l’association.

A la suite du Grenelle de l’environnement, l’abaissement de l’exposition aux radiofréquences des antennes-relais sera testé dans plusieurs villes pilotes, entre novembre 2009 et avril 2010.

Une conférence de citoyens a préconisé en juin de réduire les seuils à 0,6 V/m, une mesure jugée “irréaliste” par l’Association française des opérateurs mobiles (Afom).

Facebooktwitterlinkedinmail
Fermer le menu