Radiofréquences: un rapport très attendu sur les risques publié jeudi

ROMANDIE NEWS

PARIS – Un rapport très attendu de l’Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail (Afsset) doit faire le point jeudi sur l’impact des ondes électromagnétiques sur la santé, après des mois de controverses.

Le document de près de 500 pages est une mise à jour de l’état des connaissances sur les radiofréquences –les téléphones portables, les antennes-relais, le wifi et le wimax, et même les radars. Des centaines d’études ont été épluchées par le groupe de travail.

Ce rapport, selon des participants aux réunions du groupe, devrait être “beaucoup plus ouvert” que les précédents rapports sur le même sujet.

Présenté au “comité de suivi” du “Grenelle des Ondes” qui sera installé vendredi au ministère de la Santé, il devrait constituer une base pour ses travaux.

Il s’agit d’essayer de répondre aux inquiétudes grandissantes dans la population sur l’impact des ondes, et aussi d’essayer de réduire la confrontation entre opérateurs de téléphonie mobile et écologistes, qui a donné lieu à plusieurs actions en justice.

La table-ronde “Radiofréquences, santé et environnement” -surnommée Grenelle des Ondes- a réuni du 23 avril au 25 mai dernier, pendant une vingtaine d’heures, des associations, des opérateurs de téléphonie mobile et des élus, qui ont discuté sous l’égide de trois membres du gouvernement : Roselyne Bachelot (Santé), Nathalie Kosciusko-Morizet (Economie numérique) et Chantal Jouanno (Ecologie).

Au terme de ses travaux, le Grenelle des Ondes s’était dit soucieux de limiter l’usage du portable, et même -comme le demandaient depuis longtemps les associations- de l’interdire dans les écoles.

En matière d’antennes-relais, le Grenelle avait accepté, “pour clarifier le débat”, de mener des expérimentations en matière d’exposition aux ondes électromagnétiques. Un comité opérationnel a été chargé de l’organisation de ces expérimentations. L’abaissement de l’exposition aux radiofréquences des antennes-relais sera testé dans 10 à 20 villes pilotes, entre novembre 2009 et avril 2010.

“Rendez-vous manqué”, avait estimé Denis Baupin, adjoint (Verts) à l’environnement à la mairie de Paris, qui participait au Grenelle. Les associations s’étaient dites “déçues”.

Mardi, Stephen Kerckhove d’Agir pour l’environnement espérait que le rapport de l’Afsset enverrait “un message assez fort aux politiques”.

(©AFP / 14 octobre 2009 09h01)

Facebooktwitterlinkedinmail

La Drôme offre à la France son premier abri anti-ondes

Ils ne supportent plus les ondes générées par la téléphonie et l’internet sans fil mais peuvent désormais se ressourcer dans la Drôme où a été dressé le premier refuge anti-ondes de France.

AFP – le 09 octobre 2009, 21h54

Perché sur une colline, sans habitation ou antennes-relais aux alentours, l’abri est ouvert depuis juillet sur la commune d’Eurre aux victimes de l’électro-hyper sensibilité (EHS), grâce à l’ONG drômoise Next-Up.

Cette dernière dénonce depuis 2005 les dangers de l’électromagnétisme artificiel sur l’homme.

A l’entrée de cette “zone blanche”, “la première connue en France” selon l’organisation, dont la localisation exacte est tenue secrète, les téléphones portables, même éteints, sont proscrits et rangés dans une boîte métallique isolante.

“J’ai enfin trouvé un endroit où je peux survivre”, confie Sybil Gabriel, une enseignante suisse, qui a été “paralysée” temporairement après une conversation “un peu longue” au téléphone portable.

Sélectionnée par Next-Up comme ses compagnons d’infortune, dont des Néerlandais et un Allemand, la sexagénaire se “ressource” pour quelques jours dans un campement de quelques caravanes, dont les fenêtres et les cloisons sont protégées par un épais film d’aluminium visant à freiner les rayonnements.

A côté, une cabine de téléphone filaire tranche avec le cadre bucolique du site et un grand mur de tôle sert d’abri.

“Ici, le rayonnement des télécommunications est compris entre 0,01 et 0,03 volt par mètre (V/m) alors qu’en zone urbaine il est de 1 V/m en moyenne”, observe Serge Sargentini, le porte-parole de Next-Up.

Selon l’organisation, “8% de la population française” serait électro-hyper sensible (EHS).

“J’ai pensé que j’avais la sclérose en plaques. Mes jambes sautaient toutes seules quand je me reposais, j’avais des insomnies et des douleurs thoraciques”, se souvient Claire Andina, une infirmière de 49 ans, quand elle évoque sa première crise d’EHS en 2005.

“C’est comme une sensation de brûlure”, témoigne pour sa part Philippe, 48 ans, pour qui “aller chercher simplement un journal en ville” relève souvent de “l’insupportable”.

“Vous ne voyez plus vos amis, vous ne sortez plus, cela vous désocialise complètement”, ajoute cet ex-enseignant qui trouve refuge “quand il ne se sent pas bien” dans une forêt près de son domicile.

Comme pour certains de ses compagnons, “tout est cablé chez moi”, indique Mickael Heiming, 41 ans, un ex-ingénieur allemand de téléphonie mobile, qui estime “avoir mis du temps à faire un rapprochement entre (s)es maux de tête et (s)on métier”.

“L’EHS est une pathologie reconnue et décrite par l’Organisation mondiale de la santé (OMS)”, affirme sur son site internet l’association environnementale Robin des Toits.

“En Suède il s’agit d’un handicap, en Angleterre d’une maladie. En France, elle est juste ignorée par les pouvoirs publics”, dénonce l’association.

A la suite du Grenelle de l’environnement, l’abaissement de l’exposition aux radiofréquences des antennes-relais sera testé dans plusieurs villes pilotes, entre novembre 2009 et avril 2010.

Une conférence de citoyens a préconisé en juin de réduire les seuils à 0,6 V/m, une mesure jugée “irréaliste” par l’Association française des opérateurs mobiles (Afom).

Facebooktwitterlinkedinmail

Les clés 3G et les smartphones saturent les réseaux téléphoniques

   LEMONDE.FR avec Reuters | 30.09.09 | 10h47  •  Mis à jour le 30.09.09 | 11h38

Dans les zones urbaines, aux heures de pointe, le développement des clés 3G et des smartphones, qui permettent d’accéder à Internet en utilisant le réseau de téléphonie mobile, crée des problèmes de saturation qui pourraient devenir importants.

La généralisation des smartphones et des ordinateurs portables équipés d’une clé 3G constitue une nouvelle manne de revenus pour les opérateurs, mais ces réseaux, d’abord conçus pour transmettre la voix et les SMS, se révèlent peu adaptés et nécessiteront d’importants investissements pour pouvoir faire face à l’afflux de données. “Les opérateurs courent le risque d’avoir des pannes qui pourraient faire la une des journaux”, explique Ahmed Guetari, directeur technique zone Europe de l’équipementier réseaux Juniper Networks.
Pour SFR, par exemple, le trafic de données a été multiplié par dix en 2008, et devrait à nouveau être multiplié par dix d’ici à 2012. L’entreprise affirme avoir déjà largement entrepris la transformation de son réseau pour éviter des tensions. Mais l’investissement dans ces réseaux n’est pas rentable à court terme : la création d’antennes relais supplémentaires, qui permettent de décongestionner le réseau, n’engendre en effet pas directement de revenus supplémentaires. Les opérateurs rechignent donc à investir massivement dans des extensions de leurs capacités. En France en 2008, le montant total des revenus du transport de données était de 3,1 milliards d’euros (+27 %) sur le segment mobile, selon l’Arcep. C’est l’équivalent des seuls investissements de France Télécom.

Pour plusieurs experts, c’est le modèle même des forfaits d’accès au Web qui devrait être repensé. La quasi-totalité des forfaits actuels permet, pour un prix fixe, d’utiliser de grandes quantités de données. En réaction à l’explosion du trafic, plusieurs opérateurs ont choisi de fixer un plafond de téléchargement à leurs clients, au-delà duquel la qualité de service est dégradée. Une autre piste, explorée notamment par SFR en France ou Telstra en Australie, consiste à réorienter le flux de données mobiles vers les réseaux fixes.

Facebooktwitterlinkedinmail

Fibre optique : la France à la traîne

AFP
07/09/2009 | Mise à jour : 18:01
 

La Suède et la Norvège se classent en tête des pays européens en terme de pénétration, dans les foyers, de la fibre optique, une technologie qui permet l’internet à très haut débit, selon une étude de l’Idate publiée aujourd’hui.

En juin, 10,9% des foyers suédois et 10,2% des norvégiens étaient abonnés à la fibre, d’après cette enquête réalisée pour le FTTH Council Europe, une organisation qui promeut le développement de cette technologie. Arrivent ensuite la Slovénie (8,9%), l’Andorre (6,6%), le Danemark (5,7%) et l’Islande (5,6%).

Aucun grand pays européen (France, Allemagne, Royaume-Uni, Espagne ou encore Italie) ne se classe dans le top 10: première de ces pays, l’Italie n’arrive ainsi qu’en 11e position, avec un taux de pénétration de quelque 1,5%. La France, avec 252.900 abonnés, affiche un taux de moins de 1%.

Facebooktwitterlinkedinmail

Mobilisation réussie contre une antenne-relais à Paris XVIII – JT France 2 (13h) – 07/09/2009


source :  FRANCE 2

Dans le XIII ème arrondissement de Paris, ce matin, des riverains ont bloqué physiquement l’arrivé d’une grue, empêchant l’opérateur téléphonique d’accéder au bâtiment.
L’association Robin des Toits demande un abaissement des puissances en deçà du seuil de précaution de 0,6V/m.
Cela est possible et a été mis en place en Toscane, en Italie, à Salzbourg, en Autriche et à Valence, en Espagne.
Aujourd’hui en France, une soixantaine de villes sont prêtes à tester ce seuil de 0,6V/m…

Facebooktwitterlinkedinmail

Antennes relais : "une catastrophe en terme de santé publique"

Source : Le progrés

Sandine Wittmann est chercheur en cancérologie à lyon, au centre Léon-bérard. Pour cette chasselande dont les enfants sont scolarisés à l’école primaire Louis Pradel, l’installation par l’opérateur téléphonique Orange d’une antenne relais serait, selon ses propres termes, <<une véritable catastrophe en terme de santé publique >>.

Lire la suite de l’article sur le site de Next-up.

Facebooktwitterlinkedinmail
Fermer le menu