Objets connectés, la 5G jouerait-elle dans la propreté ?

Objets connectés, la 5G jouerait-elle dans la propreté ?

Facebooktwitterlinkedinmail

Santé : Les antennes relais sont-elles cancérigènes ?

 

Cancérologue au CHU Carémeau de Nîmes, le docteur Targheta dénonce les dangers des radio-fréquences des antennes relais (hypersensibilité électromagnétique, voire cancer).

Il a écrit une lettre ouverte aux ministres de la Santé, de l’Education Nationale et de la Transition énergétique afin de demander un rabaissement des seuils maximaux des taux d’expositions. Aujourd’hui en France, ils sont à 61 volts par mètre et sur le territoire l’ANFR (Agence nationale des radio-fréquences) recense 136.000 antennes.

La vidéo est ICI

Facebooktwitterlinkedinmail

EHS : Hypersensibilité électromagnétique : vers une meilleure prise en charge

SUR LE SITE  Service-Public.fr

Illustration 1 undefinedTéléphones portables, antennes relais et wifi… Depuis le début des années 1980, la littérature scientifique rapporte des cas de personnes se plaignant de troubles divers qu’elles attribuent à une exposition à des champs électromagnétiques. L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) vient d’y consacrer une expertise approfondie.

L’article est ICI

Facebooktwitterlinkedinmail

Orange rappelle un téléphone émettant trop d’ondes

Des dizaines de milliers de consommateurs concernés

Ce sont les contrôles réalisés par l’Agence nationale des fréquences (ANFR) qui ont détecté un dépassement du débit d’absorption spécifique (DAS) autorisé. Le DAS est la mesure utilisée pour quantifier l’énergie des ondes absorbée par l’utilisateur d’un portable. Il est limité à 2 W/kg au niveau de la tête (« DAS tête ») comme au niveau du corps (« DAS tronc »).

Durcissement des normes

Ces normes ont par ailleurs été durcies. Un changement de méthode de mesure, qui s’applique aux smartphones et autres portables mis sur le marché depuis avril 2016, conduit à mesurer les émissions au niveau du tronc à une distance maximale de 0,5 cm du corps.

Auparavant, les fabricants pouvaient effectuer des mesures à 2,5 cm de distance. Ces quelques centimètres changent tout : ils permettaient aux fabricants d’afficher des valeurs bien plus faibles, et donc de respecter plus facilement les normes.

L’article de 60 millions de consommateurs

Facebooktwitterlinkedinmail

Après l’ANSES chez nous, d’autres études chez les Anglo-saxons

28 mars 2018 17h10

Facebooktwitterlinkedinmail

Sensibilité aux ondes électromagnétiques: une “souffrance” qui doit être prise en charge

L'Anses répertorie des dizaines de symptômes que les électrosensibles attribuent à leur exposition aux radiofréquences des téléphones portables, antennes relais et wifi. - RelaxNews - AFP TV

L’ANSES publie son rapport dans la Dépêche du Midi

L’existence même de l’électrohypersensibilité (EHS) fait débat entre une communauté médicale sceptique face à une pathologie qui ne se définit que par l’autodéclaration des personnes qui en souffrent et des patients qui mettent en avant des symptômes handicapants.

Maux de tête, troubles du sommeil, nausées, irritabilité, fourmillements dans les doigts ou encore problèmes cutanés: l’Anses répertorie des dizaines de symptômes, plus ou moins courants, que les électrosensibles attribuent à leur exposition aux radiofréquences des téléphones portables, antennes relais et autre wifi.

“Il n’existe pas de critères de diagnostic de l’EHS validées à ce jour”, note l’Anses dans cet avis publié mardi. Mais “quoi qu’il en soit, les plaintes (douleurs, souffrance) formulées par les personnes se déclarant EHS correspondent à une réalité vécue”.

“C’est une avancée. On ne parle plus d’un effet nocebo exclusif”, a indiqué à l’AFP le président de l’association Robin des Toits, Pierre-Marie Theveniaud, avant d’avoir pris connaissance de l’intégralité du rapport.

A lire dans la Dépêche.fr

Facebooktwitterlinkedinmail

Agir pour son avenir, une belle étude réalisée par de jeunes étudiantes

Doit-on choisir entre un appel de bonne qualité et une journée sans maux de tête?

Appeler serait impossible sans antennes relais de téléphonie mobile. Aujourd’hui, on en compte plus de 60 000 en France. Les antennes relais sont indispensables à différentes sortes de télécommunications. Peu connues et pourtant bien utiles, elles interviennent dans notre quotidien. En effet, les antennes relais de téléphonie mobile rendent possibles les appels téléphoniques, l’envoi de sms, mais aussi l’utilisation des réseaux 2G, 3G, et 4G. Elles fonctionnent en envoyant ou en recevant des ondes électromagnétiques. Puisque nous les sollicitons constamment, ces antennes sont puissantes et très répandues.

  Visitez ce site fait par des jeunes il est super !

 

 

Facebooktwitterlinkedinmail

Microwave News : plus qu’une coïncidence, les radiations des téléphones cellulaires cancérigènes ?

Est-il temps pour le CIRC de réévaluer les radiofréquences ?

C’est «plus qu’une coïncidence», était une réponse typique des observateurs attentifs des études de toxicologie de téléphone cellulaire qui avaient entendu ou ont été informés des nouveaux résultats. Personne ne voulait parler pour l’attribution jusqu’à ce qu’ils aient eu la chance de lire le nouveau papier Ramazzini. “C’est incroyable étant donné que le schwannome malin du cœur est un cancer super rare”, a déclaré l’un des interviewés.

Le lien sur Microwave News (en anglais)

Une traduction de l’article avec google qui est suffisamment précise pour les non anglophones

L’article traduit

Facebooktwitterlinkedinmail
Fermer le menu