Peine durcie à 18 ans pour l’ex-propriétaire d’Eternit Suisse

Peine durcie à 18 ans pour l’ex-propriétaire d’Eternit Suisse

Direct Matin

Créé le  03 juin 2013 à 18:54 | Dernière mise à jour le  03 juin 2013 à 19:08

Peine durcie à 18 ans pour l’ex-propriétaire d’Eternit Suisse

Peine durcie à 18 ans pour l'ex-propriétaire d'Eternit Suisse
Photo
ci-dessus
Un home passe devant des panneaux réclamant “Eternit: Justice” accrochés sur le tribunal de Turin, en décembre 2009

Un entrepreneur suisse a été condamné à 18 ans de prison lundi à Turin pour avoir provoqué la mort de près de 3.000 personnes, ouvriers ou riverains d’usines d’amiante d’Eternit en Italie, dans le plus grand procès au monde et premier au pénal sur la fibre tueuse.

La Cour d’appel de Turin a durci la peine de 16 ans de prison à laquelle Stephan Schmidheiny, ancien propriétaire d’Eternit Suisse et ancien actionnaire important d’Eternit Italie (de 1976 à 1986), avait été condamné en février 2012 en première instance, aux côtés du baron belge Louis de Cartier de Marchienne, ancien actionnaire et administrateur d’Eternit Italie au début des années 70.

M. Schmidheiny a été condamné pour “catastrophe sanitaire et environnementale permanente intentionnelle” et infraction aux règles de la sécurité au travail dans les usines de produits à base d’amiante-ciment (tubes, plaques, etc).

La Cour d’appel a en revanche abandonné les poursuites contre le baron Cartier, décédé le 21 mai à l’âge de 92 ans.

La défense de l’entrepreneur suisse a annoncé immédiatement un pourvoi devant la Cour de Cassation à Rome.

“Je suis indigné. Schmidheiny avait investi énormément dans la sécurité, 75 milliards (de lires, ndlr) à l’époque et n’en avait tiré aucun profit. Qui viendra investir en Italie dans ces conditions”, a réagi avec véhémence l’un de ses avocats, Astolfo Di Amato.

A l’inverse, le procureur Raffaele Guariniello, qui avait requis 20 ans en parlant de “carences structurelles résultant de politiques industrielles décidées au niveau mondial”, a qualifié le verdict d'”hymne à la vie”. “C’est un rêve qui devient réalité”, a-t-il ajouté à propos d’une condamnation qui a couronné cinq ans d’enquête.

Pour lire la suite c’est lCI

Facebooktwitterlinkedinmail