La mairie de Pantin pétitionne contre la téléphonie mobile

  

La municipalité propose à ses administrés de signer une pétition pour limiter le seuil d’exposition aux ondes et l’implantation des antennes-relais.

Généralement, une pétition est une initiative de citoyens et d’associations, pas des pouvoirs publics. Pourtant, la mairie de Pantin a bel et bien décidé d’en initier une et d’encourager ses administrés à la signer !

Elle veut ainsi faire pression sur les opérateurs de téléphonie mobile pour qu’ils s’engagent à respecter les termes d’une charte proposée en 2006 par la Ville, mais à laquelle Orange, SFR et Bouygues Telecom n’ont jamais donné suite.

Dans cette charte, la mairie de Pantin demande trois choses. D’abord, que le seuil d’exposition aux ondes émanant des antennes-relais n’excède pas 0,6 volt par mètre, contre les 28 volts par mètre en moyenne fixés comme limite actuelle.

Ensuite, Pantin ne veut plus d’antennes-relais dans un périmètre de 100 mètres autour des « établissements sensibles », dixit la pétition, c’est-à-dire les écoles, les crèches, les maisons de retraite, etc.

Dernière exigence : que soient respectées les dispositions de la loi de décembre 1986 relative au logement locatif, qui demande à ce que les bailleurs avertissent les locataires des investissements et des travaux réalisés dans un immeuble. En l’occurrence, il s’agirait d’informer de l’installation d’une antenne-relais sur le bâtiment.

D’autres villes sont montées au créneau

En attendant que les opérateurs acceptent de signer cette charte en souffrance depuis trois ans, la Ville de Pantin refuse purement et simplement toute nouvelle antenne-relais sur son territoire. Elle a même demandé à son office municipal du logement de ne pas renouveler les baux des antennes quand ils arrivent à terme. C’est ce qui s’appelle mettre la pression.

Pantin n’est pas la seule dans ce cas. Son attitude envers les opérateurs rejoint celles d’autres villes de la région parisienne qui souhaitent suspendre l’implantation de nouvelles antennes et tester le seuil de 0,6 volt par mètres, comme Saint-Denis, Saint-Maur, Montreuil, Saint-Mandé, etc. La ville de Tourcoing les a rejointes mais son initiative s’est heurtée à la justice l’été dernier.

Source : http://www.01net.com/editorial/512214/la-mairie-de-pantin-petitionne-contre-la-telephonie-mobile

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail