GEOLOCALISATION. Mon téléphone, cet espion

GEOLOCALISATION. Mon téléphone, cet espion

nouvelObs.com, journal d'actualité en temps réel   Publié le 18-10-11 à 17:24    Modifié le 21-10-11 à 09:31     par Boris Manenti

Via les réseaux téléphoniques ou les puces GPS, les mobiles se transforment facilement en véritable mouchard.

Une écoute téléphonique, dans le film "Le 4ème protocoleé de Michael Caine (AFP)

Une écoute téléphonique, dans le film “Le 4ème protocoleé de Michael Caine (AFP)

3G est-il synonyme de KGB ? En avril dernier, deux chercheurs britanniques ont révélé que l’iPhone, téléphone multifonctions d’Apple, enregistre et conserve en mémoire tous les déplacements de son porteur.

Malgré un correctif, l’opinion publique découvre alors que les smartphones tant vantés sont de formidables mouchards de poche. Suivre à la trace les consommateurs, c’est l’obsession des opérateurs de téléphonie et des réseaux sociaux.

Apple vient d’ailleurs de lancer à grand renfort de publicité la page de son application “Localiser mes amis” sur iTunes. Compatible avec l’appareil iOS 5, elle permet d’envoyer une requête à ses proches pour savoir où ils sont. Apple aussi.

L'application "Localiser mes amis" d'Apple (Capture d'écran)

Géolocalisé en permanence

La marque à la pomme n’est évidemment la seule à vous pister. Tous les mobiles dits de nouvelles générations ont une fonction de localisation embarquée. Elle peut rendre bien des services mais transforment de facto ces produits en mouchard.

Un téléphone peut être en permanence géolocalisé via le réseau téléphonique (par rapprochement avec les 35.000 relais de France) ou via les puces GPS. On connaissait la fameuse “fadette” (pour “Facture détaillée”, c’est-à-dire la liste des appels passés et reçus) obtenue par la police sur simple réclamation à l’opérateur, mais le mobile est capable de bien pire. A l’insu de l’utilisateur, il peut enregistrer les conversations, copier les SMS entrants et sortants, voire même écouter en temps réel autour du téléphone et enregistrer la vidéo captée par l’objectif. Surtout, il peut transmettre des données y compris lorsqu’il est éteint.

Des possibilités accessibles aux forces de l’ordre sur commission rogatoire d’un juge ou sur autorisation du Premier ministre, mais aussi aux particuliers qui s’équiperaient de logiciels (illégaux) en vente sur internet. Ils font un carton.

Boris Manenti – Le Nouvel Observateur

Source : http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20111018.OBS2741/geolocalisation-mon-telephone-cet-espion.html

Facebooktwitterlinkedinmail
Fermer le menu