Conférence Tarascon sur Ariège

LES CHAMPS ELECTROMAGNETIQUES ET LEURS EFFETS SUR LA SANTE

 

Trois personnalités d’exception seront à Tarascon-sur-Ariège le vendredi 10 avril, à la maison des Associations, ancienne école de Sabbart direction du camping de pré Lombard.

Le Professeur BELPOMME, éminent cancérologue à l’hôpital Georges Pompidou à Paris, président de l’ARTAC (association pour la recherche thérapeutique anticancéreuse, pionnière en France pour ses recherches sur les liens entre cancer et environnement, a participé au développement de plusieurs médicaments aujourd’hui utilisés dans les thérapies contre le cancer.

Maitre Richard FORGET, avocat au barreau de Paris, spécialiste des questions de téléphonie mobile, qui a gagné le 12/2/209 le procès en appel contre un opérareur

Etienne CENDRIER, Porte parole national de l’association ROBIN DES TOITS

Les différents aspects de la question : médicaux, juridiques, scientifiques seront abordés.

 

Tarascon-sur-Ariège. Mobilisez-vous contre les antennes – 15/04/2009 – ladepeche.fr

Source : Tarascon-sur-Ariège. Mobilisez-vous contre les antennes – 15/04/2009 – ladepeche.fr

« Mobilisez-vous ! » C’est le mot d’ordre des Robin des toits contre les risques liés à l’exposition des personnes aux champs électromagnétiques à haute fréquence. Vendredi, à Tarascon, l’association a tenu une réunion d’information présidée par trois spécialistes de la question, le professeur Belpomme, président de l’ARTAC ; Me Richard Forget et Etienne Cendrier, porte-parole national des Robin des toits. Le public était venu en nombre de toute l’Ariège, de Toulouse, des Pyrénées-Orientales ou même de La Hague pour écouter la conférence du cancérologue.

« Aujourd’hui, il est clair que les champs électromagnétiques ont des effets sanitaires toxiques. Les mesures ne devraient pas dépasser 0,6 v/m pour ne pas rencontrer de problème pathologique », assure-t-il. Or, à Tarascon (où il n’y a pas d’antenne-relais), la mesure ce même soir était de 3 v/m. Un autre problème vient des ondes émises par les téléphones portables.

Les Robin des toits n’y sont pas farouchement opposés, mais souhaitent que leur utilisation soit limitée : « Une exposition d’une heure par jour pendant dix ans peut générer une tumeur du cerveau, surtout chez les moins de 12 ans. »

L’autre gros problème concerne les élus, puisque c’est un problème de santé publique. « Si l’on continue ces émissions d’ondes toxiques sans restriction, d’ici quelques années 20 à 40 % de la population pourraient être concernés. D’autres pays d’Europe et d’Afrique ont franchi le pas et limité l’usage des portables. La France sera-t-elle toujours la lanterne rouge ? »

Les chiffres font peur, les questions soulevées sont sans fin et multiples, mais des solutions existent. Les Robin des toits poursuivent leur action dans une démarche citoyenne. S’ils ont remporté quelques succès au plan juridique, ils sont bien conscients que la bataille sera rude. Ce qui est sûr, c’est qu’ils ne sont pas prêts à baisser les bras.
La Dépêche du Midi

Facebooktwitterlinkedinmail
Fermer le menu