Information

L’iPad blacklisté en Israël

ECRANS   vendredi 16 avril 2010 à 16:28 par Geoffroy Husson

 Résident Israélien, vous avez fait le déplacement jusque Palo Alto ou New York pour être dans les premiers à bénéficier de la nouvelle tablette. Elle n’a pas encore la 3G ? Pas de problème, vous n’utiliserez de toutes manières que le Wifi, pour un usage familial. Donc, votre tablette dans la valise, vous prenez l’avion pour rentrer à Tel Aviv ou Jerusalem. La douane vous contrôle, pas de problème, vous aviez évidemment signalé que vous ne résidiez pas aux Etats-Unis au moment de l’achat de la tablette. Pas de problème de taxe alors. Sauf que …

Sauf que la douane vous confisque tout de même la tablette. C’est une mésaventure qui a dû arriver à plusieurs résidents israéliens qui étaient bien loin d’imaginer un tel impair. D’après l’AFP et l’AP, L’iPad diffuse des ondes 40 fois plus puissantes que celles autorisées par les règles de l’Union Européenne, règles auquel l’Etat Hébreu est soumis. Le problème se pose donc bien sûr pour les citoyens israéliens qui se verront confisquer leur tablette et devraient écoper d’une amende. Les touristes étrangers sont également concernés, même si eux pourront récupérer leur joujou en sortant du pays. Bien que ces règles s’appliquent théoriquement à l’Europe entière, seule Israël va jusqu’à bannir totalement la tablette d’Apple à sa frontière.

Au total, une dizaine d’iPads auraient été saisis mais d’autres ont certainement pu passer le filet douanier. La solution ? Attendre la version européano-compatible, à la fin du mois de mai.

 

Source : http://www.ecrans.fr/l-iPad-blackliste-en-Israel,9685.html

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Toulouse : Poursuivi pour avoir démonté un relais wi-fi

logo20minutes-copie-1.jpg   Créé le 26.03.10 à 03h41, Mis à jour le 26.03.10 à 03h41 

Le wi-fi donne des ondes négatives chez Tisséo. Un élu CGT du comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) est en passe d’être sanctionné pour avoir démonté des antennes wi-fi dans l’entreprise. Une cinquantaine de salariés étaient présents hier matin sur le site de Mesplé, à Basso-Cambo, pour soutenir cet élu convoqué à un entretien préalable de licenciement. « Le principe de précaution sur les effets de ces ondes wi-fi a été voté au CHSCT mais la direction n’a pas voulu entendre nos inquiétudes, explique Franck Pontillon, délégué CGT à Tisséo. Nous refusons la moindre sanction envers notre collègue, qui risque jusqu’au licenciement. »
Les syndicalistes promettent des débrayages ou des blocages de dépôts en cas de sanction lourde. La direction de Tisséo indique de son côté que « le salarié est poursuivi pour vol et dégradation de matériels et qu’une enquête interne est en cours ». La sanction sera communiquée à l’élu CGT concerné, dans un délai d’un mois.

J. R.

Source : http://www.20minutes.fr/article/393688/Toulouse-Poursuivi-pour-avoir-demonte-un-relais-wi-fi.php

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Le Sénat bannit les biberons au bisphénol A

Biberons au Bisphénol A: vote du Sénat

logo_france2.png  Publié le 25/03/2010 | 10:25

Bisphénol A : alerte aux biberons plastiques

Bisphénol A : alerte aux biberons plastiques

Le Sénat a adopté mercredi un texte de loi suspendant la commercialisation des biberons au Bisphénol A

Le texte, proposé par le groupe RDSE à majorité radicaux de gauche, a été adopté à l’unanimité par les sénateurs après amendement.

A l’origine, il proposait l’interdiction de la molécule de Bisphénol A dans tous les plastiques alimentaires. Mais un amendement UMP l’a limité à la seule suspension de commercialisation des biberons au Bisphénol A.

Le mois dernier, l’Afssa (Agence de sécurité sanitaire des aliments) avait reconnu pour la première fois qu’il y avait dans les dernières études des “signaux d’alerte”, tandis que l’agence américaine de sécurité des aliments et des médicaments (FDA) soutenait l’initiative des industriels américains de ne plus utiliser de Bisphénol A dans les récipients contenant des aliments pour bébés.

De nombreuses communes ont déjà suspendu l’utilisation de biberons au bisphénol A dans leurs crèches, notamment à Paris et Besançon.

Cette proposition de loi doit encore être inscrite à l’ordre du jour de l’Assemblée nationale pour pouvoir poursuivre son parcours parlementaire.

Le Bisphénol A est un produit chimique utilisé dans la fabrication d’un plastique dur transparent, le polycarbonate, employé notamment pour la fabrication des biberons ou les bonbonnes d’eau. Il est présent aussi dans les résines époxy qui tapissent l’intérieur des boîtes de conserve et des cannettes.

Les réserves de la ministre
Tout en se déclarant “plutôt favorable” à l’amendement, la ministre de la Santé, Roselyne Bachelot a cependant émis deux réserves, à savoir “un risque réel de contentieux européen” et le fait que l’innocuité des substituts au Bisphénol A n’a pas été suffisamment étudiée.

Lors de la discussion générale avant l’examen des amendements, Mme Bachelot  avait demandé aux sénateurs de “réfléchir à deux fois avant d’interdire” le bisphénol A dans les plastiques alimentaires.

“Aucun pays au monde n’a pris de mesure d’interdiction”, avait-elle lancé. Elle a toutefois indiqué que son ministère étudiait “la possibilité de modifier par voie réglementaire la limite autorisée de migration du bisphénol A dans les aliments, actuellement fixée à 0,6 mg/kg d’aliment”.

“Une avancée” pour le groupe RDSE 
L’auteur de la proposition de loi, le président du groupe RDSE, Yvon Collin, a souligné que “loin d’être rassurantes, les études scientifiques se suivent et  n’en sont que plus alarmantes”. Son groupe, en regrettant que le texte ait été considérablement réduit, a voté l’amendement de la commission des Lois le qualifiant “d’avancée”.

“Nous n’avons pas le temps d’attendre les résultats de quelconques études  supplémentaires, celles-ci sont déjà assez nombreuses pour appliquer le principe  de précaution”, a renchéri Patricia Schillinger (PS).

Source :

______________________________________________________________________

   France Info – 24 mars 2010

ABISPHenol.jpg

Philippe LERIDON – Fotolia.com

A l’unanimité, les sénateurs ont adopté une proposition de loi qui vise à suspendre la commercialisation de ces biberons – déjà interdits dans les crèches de plusieurs villes, dont Paris.

Cancers, diabète, dysfonctionnements thyroïdiens… Le bisphénol A est frappé de tous les maux. A tel point que son interdiction est de plus en plus dans l’air du temps… Ce sont des sénateurs qui se sont emparés du dossier – et qui ont obtenu, partiellement, gain de cause.

Ce soir, le Sénat a voté, à l’unanimité, la suspension de la commercialisation des biberons produits à base de bisphénol A.
La victoire n’est qu’incomplète : à l’origine, la proposition de loi voulait interdire la molécule dans tous les plastiques alimentaires.

Après avoir longtemps tergiversé, l’Afssa, l’Agence de sécurité sanitaire des aliments, avait fini par reconnaître qu’il y avait dans ses études des “signaux d’alerte”.
De son côté, Roselyne Bachelot, la ministre de la Santé, qui s’était déclarée “plutôt favorable” au texte de loi, avait émis deux réserves : un risque de contentieux européen – “aucun pays au monde n’a pris de mesure d’interdiction”, a-t-elle déclaré -, et le manque d’études sur les substituts au bisphénol

L’histoire n’est pas encore terminée, loin de là : la proposition de loi doit maintenant poursuivre sa navette parlementaire, et être inscrite à l’ordre du jour de l’Assemblée nationale.

 

Source : 

http://www.france-info.com/france-politique-2010-03-24-le-senat-bannit-les-biberons-au-bisphenol-a-421843-9-10.html

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Lorsque les médecins s’engagent

PRIARTEM-copie-1.jpg   30 mars 2010par Priartem

La controverse scientifique sur les effets des rayonnements de la téléphonie mobile sur la santé, n’est pas spécifique à la France. Une nouvelle controverse vient de démarrer en Allemagne. Elle oppose, notamment le Docteur Mutter , médecin de l’environnement à Constance après avoir été pendant près de dix ans médecin à la clinique universitaire de Fribourg au Professeur Lerch, Président de la Commission de Protection contre les Rayonnements, commission des rayonnements non-ionisants.

Nous rendons compte aujourd’hui de la première étape de cette nouvelle controverse : la communication du Docteur Mutter, lors de la semaine médicale de Baden Baden, le 31 octobre 2009.

 

Communication du Docteur Mutter, semaine médicale de Baden Baden, 31 octobre 2009

Le sujet central de l’exposé du Dr. med. Joachim Mutter [1]concerne l’effet du rayonnement électromagnétique. Que cela provienne du portable, d’un émetteur de la téléphonie mobile ou d’appareils digitaux destinés à la lecture à distance de la consommation d’eau ou de la consommation de chauffage des ménages : la charge de rayonnements électromagnétiques augmente constamment. Aujourd’hui, la charge moyenne subie dans les villes a pris déjà des proportions inquiétantes de l’avis du Dr. Mutter. En Allemagne, en comparaison avec le niveau international, on applique des valeurs limites du rayonnement électromagnétique anormalement élevées. Déjà des valeurs beaucoup plus basses nous sont nuisibles !

Qu’est-ce qui rayonne ? – Sources du rayonnement

Les sources des rayonnement se multiplient. Les sources du rayonnement électromagnétique de HF proviennent entre autres des :

- appareils de mesure digitaux avec fonction GSM (ceux-ci, qui ont pour objet de transmettre des données de consommation par transmission GSM ; rayonnent 24 h / 24. Il est prévu de l’instaurer pour la consommation électrique et de l’eau).
- stations de base de la téléphonie mobile
- téléphones sans fil, même aussi la plupart des DECT ECO
- box wifi
- émetteurs radio
- émetteurs télé
- émetteurs radar
- téléphones portables

Que provoque le rayonnement électromagnétique ?

Le Dr. Mutter relate l’histoire d’une malade dont l’état de santé s’est constamment aggravé depuis qu’il y a 9 ans un pylône d’antennes-reelais a été installé à 800 m de distance de sa maison. Cela a commencé avec des acouphènes 2 ans après, puis petit à petit d’autres troubles sont apparus : tachycardie, des vibrations dans les bras et dans les jambes, ainsi que des troubles du sommeil. En 2006 on a constaté une baisse du niveau de mélatonine.

• Effets sur la Mélatonine

La mélatonine est une hormone de l’encéphale qui rythme le jour et la nuit. Le niveau moyen de mélatonine dans la population est en baisse depuis des années. La baisse du niveau de la mélatonie correspond à une baisse de la durée du sommeil. La mélatonine influe positivement sur la régénération. Elle protège contre la tension artérielle, contre les attaques d’apoplexie et le cancer. Elle influe sur la régénération du système de glutathion. Le glutathion protège contre l’oxydation et contre les radicaux libres. De plus, le glutathion intervient dans la désintoxication cellulaire et dans la défense immunitaire. Le Dr. Mutter ordonne jusqu’à 300 mg de mélatonine par jour comme médicament.

Informations officielles sur le rayonnement électromagnétique de HF

L’Office Fédéral de Protection contre les rayonnements dit à cet égard : “En respectant les valeurs limites, la population est protégée contre les effets avérés de champs magnétiques de HF”.

Dans la Bundesdrucksache 2003 (genre Journal Officiel-15/1403) de la Commission Formation, Recherche et évaluation des effets des technologies, on peut lire, par contre, à la page 27, au sujet du rayonnement de la téléphonie mobile : “« En étudiant des cohortes humaines on a trouvé 79 % de réactions positives. La plupart des effets concernent le système nerveux ou le cerveau (86 %), suivent des effets en correlation avec le cancer (64 %).” » Ce qui veut dire que sur 79 % personnes testées les effets étaient prouvés. Et à la page 24 : ” Ce qui est particulièrement intéressant à ce sujet c’est une publication concernant les bovins (Löscher/Käs 1998), dans laquelle on a relevé une production laitière nettement réduite, amaigrissement ainsi que des avortements ou des naissances de morts-nés.

Voilà les constats qui nous intéressent particulièrement dans ce contexte :
- L’état de santé des bovins s’est nettement amélioré lorsqu’on les a sortis dans un pâturage situé loin du pylône d’antennes, mais s’est nettement aggravé à nouveau lorsqu’on les a remis à l’ancien emplacement ;
- Les effets sanitaires négatifs ne se sont manifestés qu’après avoir installé sur une tour des antennes de micro-ondes qui servaient auparavant uniquement à la transmission de signaux (analogiques) de télévision et de radio.” ” … La survenue d’effets négatifs chez des animaux est particulièrement intéressante, parce qu’elle montre que les effets sont possiblement réels et pas seulement d’origine psychosomatique. De plus on pourrait conclure à partir de l’électrosensibilité animale fréquemment plus élevée en comparaison avec l’homme, que les problèmes sanitaires constatés après un laps de temps relativement réduit pourrait indiquer qu’une exposition humaine de longue durée pourrait avoir des conséquences semblables.”

Ensuite le Dr. Mutter a cité une communication du Comité Russe de protection contre les rayonnements d’Avril 2008 : “Nous pensons que les risques de la téléphonie mobile ne sont pas beaucoup moindres que le sont les risques provenant de la fumée ou de l’alcool.”

Les enfants utilisant la téléphonie mobile pourront avoir des problèmes sanitaires dans un avenir proche. On pourrait citer :
- Des problèmes de mémoire
- un déficit d’attention (ADS)
- une baisse des capacités d’apprentissage et de réflexion
- une hyperactivité
- des problèmes de sommeil
- une sensibilité au stress
- des risques d’épilepsie
- des tumeurs du cerveau et des nerfs auditifs à partir de l’âge de 25-30 ans
- la maladie d’Alzheimer ou autres démences, dépressions et autres maladies dégénératives dans les âges de 50-60 ans

Beaucoup de ces maladies se manifestent de plus en plus, à une vitesse très inquiétante. . .

L’Agence Européenne de l’Environnement a sonné l’alarme en 2007. Selon elle il y a un lien entre la naissance de tumeurs du cerveau, de démences, ainsi que de troubles de l’audition et l’utilisation de téléphones portables et de téléphones sans fil.

La Chambre Autrichienne des Médecins n’a trouvé aucun motif pour donner le signal de fin d’alerte. Déjà en 2005 elle a signalé que des études ont donné des effets nocifs sur la santé. En font partie :
- les troubles du sommeil et de la concentration chez des riverains à proximité de pylônes d’antennes
- des dégats sur l’ADN et un risque accru de tumeurs.

Où y a-t-il des pylônes d’antennes ?

En Allemagne il y au moins 100 millions de contrats de portables enregistrés et 300.000 pylônes d’antennes-relais. La tolérance de la population par rapport aux antennes-relais décroissant, on cache souvent les antennes-relais de la téléphonie mobile. A ce sujet le Dr. Mutter montra quelques photos fort révélatrices d’antennes déguisées par exemple en cheminées, ou encore cachées dans des arbres. On peut vérifier par la recherche de câbles électriques.

 

 

Les antennes-relais ont une forte consommation en courant électrique. Il leur faut au moins 2 kW pour envoyer un signal de 12 W. L’efficacité est donc très faible. Les antennes-relais de toute l’Allemagne consomment autant de courant électrique que le courant produit par 1 ½ de centrales nucléaires.

 

Répartition du rayonnement à partir des antennes-relais

Les antennes-relais de la téléphonie mobile ne rayonnent pas de manière égale tout autour d’elles. Leur rayonnement se présente sous forme de cônes. Pour une antenne de 3 secteurs, le rayonnement se présente sous forme de 3 cônes tout autour du centre (antenne). Le maximum de rayonnement est atteint à une distance de 100 –200 m de l’antenne. Il existe des cônes principaux et des cônes secondaires. Même dans la maison sur laquelle trône une antenne on peut constater de fortes charges de rayonnements électromagnétiques.

L’émission par cônes du rayonnement électromagnétique pose des problèmes pour la saisie de l’état de santé des riverains par rapport à leur situation envers l’antenne. Parfois il y a des endroits tout près du pylône où la charge électromagnétique est relativement faible. Quelqu’un qui habite à une distance supérieure du pylône au milieu d’un cône, peut, par contre, subir des charges nettement élevées en rayonnements électromagnétiques malgré un éloignement nettement supérieur. Ceci peut produire de fausses impressions lors d’études sur l’état de santé des riverains uniquement en fonction de la distance de leur lieu de résidence par rapport au pylône.

Rayonnements électromagnétiques chez les enfants

Comme la calotte du crâne chez les enfants n’est pas encore consolidée, les enfants sont davantage exposés aux effets des rayonnements électromagnétiques. Les rayonnements et la chaleur entrent sans grande difficulté dans le cerveau. Le rayonnement du portable est particulièrement risqué pour les enfants. Ceci est inquiétant lorsqu’on sait qu’environ 60 % du chiffre d’affaires de la téléphonie mobile se fait grâce aux enfants.

Lignes à haute tension

Un test très impressionnant d’un physicien de Warwick montre à quel point il est possible de faire transiter des énergies relativement élevées par air, par ondes radio et par des rayonnements. Il a planté tout simplement des lampes de néon dans le sol sous une ligne de haute tension, – et les voilà qui s’éclairaient d’elles-mêmes. Dans une étude de l’Université de Berne on a étudié en 2009 le risque de mourir d’Alzheimer en lien avec la proximité du lieu de résidence par rapport à une ligne de haute tension, en Suisse. Des personnes qui vivent depuis 15 ans à une distance de moins de 50 m de lignes de haute tension, ont un risque de 3,33 supérieur de mourir d’Alzheimer par rapport à des personnes vivant à au moins 600 m de distance de lignes de haute tension. C’est aussi valable pour les lignes enterrées ! Dans la terre, les champs électrostatiques sont plus faibles, mais les champs magnétiques sont tout aussi élevés ou supérieurs, puisqu’on habite plus près des câbles.

Valeurs limites du rayonnement électromagnétique

La fixation des valeurs limites du rayonnement électromagnétique datent de 1984. Ensuite, en 1998, l’ICNIRP (International Commission on Non-Ionizing Radiation Protection) les a confirmées. Pour ce faire une poupée en plastique remplie d’un gel-eau a été exposée à un rayonnement électromagnétique de haute fréquence. On a ensuite constaté, si on exposait la poupée à une intensité de 4 W/kg, un échauffement d’1°C au bout de 30 mn. Mais comme les personnes se déplacent et produisent eux-mêmes de la chaleur, qu’il y a aussi des enfants etc…, on a rajouté encore un facteur de sécurité de 10 et de 5. C’est ainsi qu’on arriva à la valeur limite aujourd’hui encore valable de 0,08 W/kg – même pour une exposition de longue durée sur l’homme

C’est-à-dire : Lors de la fixation de la valeur-limite du rayonnement électromagnétique on n’a tenu compte que de l’effet thermique pour une courte durée !

Le Dr. Mutter a choisi ici la comparaison avec le rayonnement radioactif. Le rayonnement radioactif, lui aussi, chauffe et autrefois on y vit la raison essentielle de son effet nocif. On pourrait donc exposer un cadavre à un rayonnement radioactif avec un rayonnement gamma et voir ensuite, combien de temps il faut pour que l’homme chauffe d’ 1°C. Le Dr Mutter posa la question aux auditeurs s’ils trouvaient raisonnable de déterminer à partir d’un tel schéma d’essai une valeur-limite pour le rayonnement radioactif.

Une telle base de test ne peut que saisir les effets thermiques sur une courte durée, mais absolument pas les effets non-thermiques de longue durée. Pour ce qui est du rayonnement radioactif, on a admis entre temps l’existence d’un effet thermique et d’un effet biologique !

En Allemagne nous sommes de ceux qui avons les valeurs limites les plus élevées d’exposition aux rayonnements électromagnétiques : elles sont de 41 V/m pour le 900 MHz, 58 V/m pour le 1800 MHz et 61 V/m pour l’UMTS.

Le Dr. Mutter voit un problème essentiel dans le fait que chaque opérateur de téléphonie mobile installe son propre réseau mobile. Actuellement on installe en Allemagne le 9ème réseau de téléphonie mobile. Il s’agit de répondre aux besoins de transmissions d’organisations et d’autorités diverses, des pompiers, de la police, des services de secours avec le système TETRA (Trans European Trunking Radio Access ). Ces émetteurs vont fonctionner 24 h/24 et consommer la quantité d’énergie que peut fournir toute une centrale nucléaire. Il faut y ajouter que cette technique est déjà considérée comme dépassée. En Suisse il y a déjà le système plus récent de TETRA 2000 qui n’émet que lorsqu’on en a vraiment besoin.

Le Dr. Mutter a cité encore une comparaison des valeurs limites actuellement en cours chez nous avec les valeurs limites d’exposition aux HF de la Protection du Travail comme elles étaient encore valables en RDA à partir de 1988 : Pour les valeurs limites comme celles qui valent chez nous, un ouvrier (p.ex. un technicien) n’avait le droit d’être exposé que 12 minutes pour toute une année. Dans les villes nous avons aujourd’hui une moyenne de charge de rayonnement de 1000 µW/m². Un ouvrier de l’ancienne RDA ne pouvait s’exposer à un tel rayonnement que pendant 8,3 jours maximum.

Quels sont les dommages occasionnés par le rayonnement électromagnétique ?

• Des dommages sur l’ADN

Dans le programme REFLEX on a étudié les dommages causés par le rayonnement électromagnétique à l’ADN. Grâce à un procédé optique spécial (appelé Comet-Assay) on peut montrer que le rayonnement gamma radioactif provoque des ruptures de brins d’ADN. Lorsqu’on expose l’ADN pendant 24 heures aux rayons électromagnétiques avec une intensité située en-dessous des valeurs limites actuellement admises en Allemagne pour le Réseau E, on provoque autant de ruptures de brins d’ADN que lors du rayonnement avec des rayons gamma radioactifs de 0,5 Gray. Le fait que le rayonnement électromagnétique déclenche des ruptures de brins d’ADN est d’une importance capitale lorsqu’on sait que les lésions des gènes jouent un rôle central pour la genèse de cancers.

Lorsqu’on veut comparer les risques entre la téléphonie mobile et le tabac, le Dr. Mutter pense : “”Pour ce qui est des effets cancéreux de la téléphonie mobile , on les constate déjà au bout de 10 ans chez les utilisateurs de portables. ” Celui qui utilise le portable plus de 10 ans, a un risque significativement accru d’être atteint d’une tumeur du cerveau (P.ex. étude INTERPHONE de WHO). “Pour le tabac, vous n’y arrivez presque pas. Pour cela il faudrait procéder à une étude s’étendant quand même sur 30-40 années, pour pouvoir relever des effets significatifs.”

Remarque de la rédaction : Schüz et al. montre un risque accru d’apparition de gliomes pour des personnes ayant utilisé un portable pendant plus de 10 ans. Pour des méningiomes, on n’a pas pu relever cet effet.

• Ouverture de la barrière hémato-céphalique sous l’effet du rayonnement électromagnétique

Lors d’une expérience sur des rats, on a constaté que les produits pharmaceutiques entrent nettement mieux dans le cerveau des rats si on téléphone à côté d’eux avec le portable.

Ainsi donc le rayonnement du portable ouvre le barrière hémato-céphalique tellement importante pour la protection du cerveau. 50 jours après une exposition des rats de seulement 2 heures par jour, on a tué les rats et on a analysé leurs cerveaux. Résultat : dans cet essai, des protéïnes d’albumine sont passées du sang dans le cerveau des rats. On a obtenu l’effet maximum sur la barrière hémato-céphalique des rats lorsqu’on a installé le portable à 1,80 m de distance du rat.

Si de tels résultats sont transférables sur l’homme, la présence passive près de quelqu’un qui téléphone, pourrait ouvrir chez ce voisin proche la barrière hémato-céphalique . Dans ce contexte le Dr. Mutter a signalé que lors de l’Alzheimer des éléments de protéine passent du sang dans le cerveau où ils ne devraient pas aller. Par ailleurs on a constaté lors de ces essais que dans le secteur de l’hippocampe, quelques cellules nerveuses ont été abîmées. Et c’est justement dans le secteur de l’hippocampe que commence la maladie d’Alzheimer. Toutefois, ce n’est que lorsque 80 % des cellules nerveuses sont endommagées que la maladie d’Alzheimer se manifeste aux yeux des proches de celui qui en est atteint et qu’un neurologue peut procéder à un diagnostic clinique d la maladie d’Alzheimer. C’est pourquoi on ne découvre ces effets nocifs que très tardivement. Mais lorsque la réserve est épuisée, la maladie d’Alzheimer progresse à un rythme très rapide.

• L’influence du rayonnement électromagnétique sur le taux de mortalité, la mémoire, les globules blancs etc…

A l’Université de Leuven (Belgique) on a également exposé des rats au rayonnement électromagnétique. Selon les premiers résultats de l’étude, le taux de mortalité des rats a doublé lorsqu’ils étaient exposé aux rayonnements d’un portable pendant 2 heures par jour. Le nombre des globules blancs (leucocytes) s’est accru, le circuit sanguin s’est modifié, la mémoire a baissé et le taux de mortalité a doublé en comparaison avec des animaux non exposés au portable. Les rats ont subi un vieillissement précoce. Ce qui était aussi intéressant c’est que les rats de l’essai sont devenus des toxicomanes du rayonnement du portable. Avant qu’on installe chaque fois, à une heure fixe, les émetteurs de la téléphonie mobile, les rats se disputaient les meilleures places devant l’antenne, comme s’il s’agissait d’une nourriture.

Des assureurs comme l’Allianz ne sont plus disposés, entretemps, de garantir contre les dommages des EMF, donc aussi de ceux induits par les portables.

• Accroissement des maladies depuis que la téléphonie mobile couvre tout le territoire

Dans le Ärzteblatt le Dr. Mutter a relevé quelques données concernant l’inaptitude au travail. Selon ces chiffres l’incapacité au travail pour les maladies psychiques d’adhérents des caisses de sécurité sociale AOK s’est accru entre 1995 et 2008. En 2008 il y eut 80 % de jours de plus d’incapacité de travail pour des maladies psychiques qu’en 1995 !

Lors de son exposé le 3-10-2009 à un congrès à Hambourg, le Prof. Andreas Giese de l’Office Fédéral de l’environnement signala que 30 % des enfants en Allemagne manifestent des troubles psychiques. La consommation de Ritaline se multiplie énormément depuis le milieu des années 1990. Les enfants allemands avalent plus de 2000 kg de Ritaline par an. Dans un même laps de temps le nombre d’enfants a diminué, parce que de plus en plus de personnes souffrent de stérilité, en raison de la mauvaise qualité du sperme , etc…

Ensuite le Dr. Mutter apporta encore des données provenant de la Suisse. Dans ce pays la fréquence des maladies psychiques, des troubles nerveux et des organes sensoriels et les troubles du métabolisme a plutôt diminué entre 1993 et 1997, voire est restée stable. Mais depuis 1997/98 on constate une très nette augmentation de ces mêmes maladies.

A cet égard il faut noter que les téléphones sans fil digitaux ont été introduits en masse depuis 1997/98, en 2000 on a arrêté le réseau C analogique, en 1992 , en parallèle, on a déjà commencé d’instaurer les antennes-relais, avec une augmentation massive en 1997. Ces dates n’indiquent qu’une concomitance, c’est-à-dire l’apparition simultanée de phénomènes, sans qu’on puisse parler de causes et d’effets.

Le Dr. Mutter signale encore :
- Chez les enfants et ados de moins de 20 ans, le taux de tumeurs du cerveau va probablement augmenter avec l’utilisation du portable.
- Une combinaison d’amalgame-mercure avec l’usage de portable augmentera vraisemblablement le risque d’un cancer de la glande salivaire.
- Lorsqu’on porte un portable en veille dans sa poche de pantalon pendant 5 jours pendant 6 heures chaque jour, on a pu établir que la fertilité a été nettement réduite.
- La part des personnes électrosensibles dans la population augmente, selon une analyse du Dr. Oberfeld (gouvernement de Salzbourg). A l’aide de quelques photos le Dr. Mutter a illustré l’effet du rayonnement électromagnétique sur les arbres. C’est là que le Dr. Mutter voit la raison essentielle de la mort des arbres.

Des métaux dans la bouche, tels que des couronnes en or ou des implants en titane peuvent provoquer l’effet d’antennes et renforcer les champs électromagnétiques (Review d’un groupe de travail finlandais de 2006). Lors de l’exposition à des rayonnements électromagnétiques le dégagement de vapeurs de mercure à partir de l’obturation d’une carie dentaire peut être renforcé.

• Autisme : champs électromagnétiques et mercure

Voilà une citation du Dr. George Carlo au sujet de l’autisme (2007) : “L’autisme est un trouble du développement neurologique qui – depuis la fin des années 70 – a augmenté de 60 fois. ” L’accroissement s’est produit surtout les dernières 10 années. Pour une étude, le Dr. Carlo et ses collaborateurs ont emmené des enfants autistes dans une clinique en “zone blanche”. Là il y eut davantage de mercure éliminé dans les urines, ce qui n’a pas pu être obtenu auparavant. Même les symptômes cliniques des enfants autistes se sont améliorés, bien que l’autisme passe pour être inguérissable. Conclusion : Les champs électromagnétiques jouent un grand rôle comme cause de l’autisme et lors d’interventions thérapeutiques.” Les champs magnétiques peuvent amorcer plus tôt la maladie ou peuvent aussi conduire à un ancrage des métaux lourds déposés dans les cellules.

 

Source :  http://www.priartem.fr/Lorsque-les-medecins-s-engagent.html

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Mardi 16 Mars 2010 – FRANCE 5 – 08 heures 54, durée 1h05, émission les Maternelles

Présentateur : Elizabeth Tchoungui
Sommaire : Destiné aussi bien aux parents qu’aux professionnels de l’enfance, ce magazine est constitué de chroniques, dossiers, débats et séries documentaires permettant d’aborder les thèmes riches et variés liés au monde des enfants.
Elizabeth Tchoungui prend les rênes du magazine des relations parents-enfants, et du développement du jeune enfant. L’émission se décline en  six rubriques : ‘ L’actu ‘ ; ‘ La grande discussion ‘, un débat avec deux témoins et deux spécialistes ; ‘ Le bonus des Maternelles ‘,  Elizabeth Tchoungui et Nathalie Le Breton complètent ‘ La grande 
discussion ‘ ; ‘ La chronique du jour ‘ ; ‘ Que font-ils loin de 
nous ? ‘, la série sur la vie des enfants sans leurs parents ; ‘  Questions de parents ‘ : Elizabeth Tchoungui et un spécialiste  répondent aux téléspectateurs.
L’actu.
La grande discussion : wifi, portables, antennes, ces ondes sont-elles dangereuses ?. avec la participation d’André BONNIN, responsable réseau EHS de  l’Association Nationale Robin des Toits

Rappel :

Samedi 20 Mars 2010 – FRANCE 5 – 19 heures

REVU ET CORRIGE
animée par Paul AMAR
avec la participation d’Etienne CENDRIER
et Jean-Marie DANJOU, Délégué Général de l’AFOM

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Les 4 vérités d’un citoyen à son maire.

                                                                    www.next-up.org
URVILLERS, le 20 janvier 2010.
OUTREQUIN Gérard
Lieutenant (der) Honoraire de Gendarmerie
Président des A.C. d’surveilleras
Médaille Militaire
Chevalier de l’Ordre National du Mérite
Croix de Guerre T.O.E.*
Croix du Combattant, TRN …
2 rue du Mont goulot prolongée
02690 URVILLERS Tél. 09 63 xx xx xx
-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-
                                                                                                   Monsieur Luc POTTERIE,
                                                                                                   Maire
                                                                                                   02690 URVILLERS
OBJET : Antennes relais de téléphone mobile

                                               Monsieur le Maire, .

Je désire attirer votre attention sur un dossier relatif à la nécessité d’ application du Principe constitutionnel de précaution rejeté par votre prédécesseur, concernant l’autorisation d’installer des antennes relais sur le château d’ eau communal sis rue du Mont goulot prolongée près des embranchements des rue de Mézières, de belle vue, du Moulin et du Mont goulot.
Un Arrêt de la Cour d’ Appel de Versailles, en date du 4 février 2009 apporte une reconnaissance juridique aux risques que font courir les antennes relais de téléphonie mobile pour la santé humaine, qui peuvent notamment se traduire par des troubles extrêmement graves comme des cancers.
Je ne doute pas que vous devez recevoir de temps à autre des Rapports de mesures parmi lesquelles on trouve à plusieurs reprises le chiffre de 0,00V/m. Ces Rapports sont dénués de toute validité parce que bien souvent entachés de manipulations, le contrôleur se trouvant généralement mandaté par le contrôlé.
J’attire votre attention sur le fait que l’accord d’implantation signé par le Maire engage la responsabilité personnelle du Maire, seul responsable politique communal, sous trois formes :
– Vous, Maire, n’avez en mains aucune garantie écrite d’innocuité sanitaire ;
C’est donc en aveugle que vous mettez en danger la santé de vos concitoyens. .
– Vous, Maire, n’avez aucun engagement écrit des opérateurs de respecter la légalité, c’est-à-dire le seuil maximal légal d’exposition du public, fixé par les textes européens et français à 3 V/m (ndlr : Compatibilité ElectroMagnétique CE, valeur seuil immunité).
Vous prenez ainsi le risque d’être recherché en complicité d’illégalité.
– Vous, Maire, n’avez pas en mains la liste d’exclusion des polices d’assurances Responsabilité Civile des Opérateurs.
Vous, responsable de la gestion communale, n’avez donc aucune précision sur l’étendue de la couverture.
Je vous signale que dans les polices d’assurances courantes obligatoires RC, les risques liés aux champs électromagnétiques font partie des exclusions. (ndlr : Cette exclusion est stipulée noir sur blanc dans le contact de RC de la commune d’Urvilliers, comme dans ceux de toutes les communes de France, exclusion faite des employés communaux et intervenants professionnels, il y a donc illégalité puisque les riverains sont exclus de couverture obligatoire, de plus les communes engagent leurs co-responsabilités).
Tout ceci pour vous inviter à rouvrir le dossier et vous pencher sur le mauvais état sanitaire des habitants des 35 maisons sises dans un rayon d’environ 200 mètres autour du château d’eau.
Depuis l’installation de ces antennes relais, à ma connaissance, je note :
– 3 décès par cancers : 1 rue de Bellevue, 1 rue du Mont Guyot prolongée et 1 rue du Mont Guyot ;
– 5 personnes en traitement par radiothérapie ou chimiothérapie : 1 rue du Moulin, 1 rue de Mézières, 3 rue du Mont Guyot prolongée dont l’auteur de la présente requête et son épouse;
Notons également rue de Bellevue 2 personnes ayant subi un AVC ainsi qu’une 3ème personne ayant
dû subir l’ablation d’un rein dont la cause pourrait être en rapport avec l’émission des ondes électromagnétiques artificielles émises par la technologie de la téléphonie mobile, dixit un Professeur de l’Hôpital de Lille, d’après la personne concernée.
Je ne retiens pas la dépréciation immobilière : 1 pavillon voisin, distant d’une dizaine de mètres du château d’eau, en vente depuis plusieurs années ne trouve pas d’acquéreurs. Ces derniers, lors de la visite des lieux, ne tiennent pas à acheter un logement sous des antennes relais.
Aucun autre quartier de la localité n’est confronté à une densité aussi importante
d’insécurité sanitaire, ce qui prouve que la cause émane bien de cette installation.
Je veux donc faire appel à votre sagesse et à celle de tout le Conseil Municipal pour délibérer favorablement sur le démontage de ces antennes relais avant d’ être obligé de constituer un Comité pour demander en Justice ce démontage et faire valoir nos droits avant de disparaître.
Veuillez agréer, Monsieur le Maire l’expression de mes sentiments distingués.
Gérard OUTREQUIN
Copies pour suivi ou information à :
– Monsieur le Préfet de l’Aisne à LAON ;
– Monsieur le Directeur Départemental des Affaires Sanitaires et Sociales à LAON ;
– Monsieur le Sous-Préfet de l’Arrondissement de SAINT-QUENTIN ;
– Monsieur Pierre ANDRE, Sénateur-Maire à SAINT-QUENTIN ;
– Monsieur Xavier BERTRAND, Député, ex-Ministre de la Santé, à St. QUENTIN ;
– Madame Pascale GRUNY, Députée Européenne, à SAINT-QUENTIN ;
– Monsieur Frédéric MARTIN, Conseiller Général du Canton à MOY- de l’AISNE ;
– Les Familles des personnes concernées ainsi que les habitants des autres habitations incluses dans le périmètre décrit ci-dessus ;
– La Presse locale et régionale

Next-up organisation, références :
Dossier Jugements (ndlr : Jugement Cour Appel de Versailles, instruction en Cassation en cours). – –  – – Dossiers Assurances RC et RC Bailleurs (Collectivités locales, Co-propriétaires, CHU, EN, etc …). – – – – – -Dossier Bailleurs Syndics co-propriétaires “Mode d’emploi non renouvellement de bail” – Dossier – – – –Dévalorisation du patrimoine et Taxes Foncières

Accéder au document en pdf

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

SUR FRANCE 3 le jeudi 11 mars à partir de 22h15 émission "Ce soir ou jamais" avec la participation d’Etienne CENDRIER.

– “CE SOIR OU JAMAIS” émission présentée par Frédéric TADDEI avec la participation en direct d’Etienne CENDRIER Porte-parole national de l’Association Nationale Robin des Toits.

– Le samedi 20 Mars sur  FRANCE 5 à 19 heures voir l’émission “REVU ET CORRIGE”  animée par Paul AMAR avec la participation d’Etienne CENDRIER Porte-parole national de l’Association Nationale Robin des Toits et Jean-Marie DANJOU, Délégué Général de l’AFOM.

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

L’Appel de la Jeunesse en deux mots…

En 2008, suite au décès d’un camarade étudiant d’un cancer, des jeunes décident d’en savoir plus sur cette maladie. Etonnés, ils ont découvert que de nombreuses causes de cancers sont liées aux activités humaines : alimentation industrielle, agriculture intensive, pollutions chimiques dont nos corps sont imprégnés, téléphonie mobile…

Les étudiants ont alors décidé d’agir en lançant un Appel de la Jeunesse pour que :
– cesse l’augmentation du nombre de cancers,
– le lien entre l’environnement et la santé soit mieux considéré
par les décideurs politiques et économiques ainsi que l’ensemble des citoyens.

Les participants de l’Appel s’engagent ainsi à :
– sensibiliser les citoyens et la jeunesse en particulier au lien entre la santé et l’environnement,
– interpeller les décideurs sur l’état de santé des jeunes qui se dégrade d’année en année.

Lire l’appel de la jeunesse

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Fusion des agences de sécurité sanitaire

   Article publié le : 25/02/2010 à 09:00:00
Pour ce qui est des activités, l’Afssa traitait des avis rendus par la direction du végétal et de l’environnement sur les pesticides et délivrait les autorisations de mise sur le marché des médicaments vétérinaires ; quant à l’Afsset, elle gérait les dosiers relatifs aux radiofréquences, les téléphones portables et les antennes relais, mais aussi des produits issus de nanotechnologies.

La question qui se pose actuellement aux acteurs concernés concerne la qualité et l’indépendance de l’expertise en matière de sécurité sanitaire en France, vont-elles être renforcées ou affaiblies par la fusion de deux agences en charge de ce domaine ?

Dès le 19 novembre dernier, les principales organisations syndicales et trois associations qui défendent respectivement les victimes de l’amiante, les accidentés de la vie et l’environnement, représentés au conseil d’administratif de l’Afsset, ont formulé des réserves dans une lettre ouverte adressée au Premier ministre.

Les craintes exprimées dans cette lettre et dans d’autres missives similaires se réfèrent « aux principes qui constituent le socle et la raison d’être des agences de sécurité sanitaire, l’indépendance vis-à-vis des producteurs de risques et des gestionnaires de risques et la séparation entre évaluation des risques et gestion des risques à respecter ».

Par ailleurs, plusieurs parlementaires ont écrit au Premier ministre, François Fillon, pour lui faire part du risque de dilution des avancées de l’Afsset, alors que l’Afssa travaille sur un modèle différent, d’où des risques de conflit d’intérêts, dans une agence qui assurera à la fois des activités d’expertise, d’évaluation et de gestion.

Face à ces critiques, le futur directeur général de l’Anset, qui dirige depuis 2009 l’Afssa, défend « un beau projet pour appréhender globalement la sécurité avec la grande ambition de faire référence du point de vue de la rigueur scientifique » et que « , la nouvelle agence sera en prise avec la société, aussi bien en amont de l’expertise que dans se restitution ».

Pour éviter les conflits, le futur directeur général a annoncé la mise en place d’un comité de déonologies et de prévention des conflits d’intérêt et des audits.

Il aura à rendre compte à un conseil d’administration de 36 membres, dont 8 représenteront les 5 ministères de tutelle et 9 les entreprises.

Chaque administrateur aura une voix, à l’exception des représentants des ministères, qui en disposeront chacun de cinq voix.
Source :  http://www.riskassur-hebdo.com/actu01/actu_auto.php?adr=fu250210

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

6 février : Journée Mondiale sans téléphone mobile


6 février : Journée Mondiale sans téléphone mobile

Phil Marso, écrivain indépendant et instigateur de ce rendez-vous citoyen depuis le 6 février 2001 propose 3 jours de réflexions sur le “Mobilou”, outil technologique qui a changé le comportement humain dans sa manière de communiquer…

En 2003, une association écologiste a tenté de récupérer ce rendez-vous citoyen, preuve de l’intérêt croissant de cette initiative qui pouvait paraître fantaisiste au départ.

En 2004, la France dépasse les 42 millions de possesseurs de téléphones mobiles. Que l’on soit pour ou contre, accro ou allergique, l’intérêt de cette journée est de pouvoir en parler… sans prothèse électronique de préférence !

Depuis 2004, cette journée se déroule sur trois jours., les 6, 7 et 8 février.. certainement pour se donner le temps de décrocher. Nous parlerons donc désormais des Journées Mondiales sans téléphone.

un peu d’histoire

journée sans téléphone cellulaireLe 6 février est la date symbolique de cette journée car c’est la Saint Gaston ! Rappelez-vous ce couplet de Nino Ferrer : “Gaston y’a l’téléfon qui son, Et y’a jamais person qui y répond”.

Cela consiste à ne pas utiliser son téléphone portable le 6 février pour savoir quelle relation on entretient avec son appareil.

Phil Marso avait publié, en octobre 1999, “Tueur de portable sans mobile apparent “, le premier polar sur le GSM. Depuis trois ans, il réclame un véritable débat de réflexion sur cet outil de communication. N’ayant pas encore été assez entendu sur le sujet, il publiera en janvier 2004 un second ouvrage “Mobilou ” (Edition Megacom-ik) présentant une série de sondages humoristiques sur tous les aspects du téléphone portable (comportement, SMS, précaution de santé, antennes-relais, flicage…), prétexte pour lancer le débat durant ces trois jours.

Faites en sorte d’être injoignable… 100 % libre de vos mouvements sans être esclave de votre Mobilou.

crédit photo (téléphone cellulaire) : © Fatman73 – fotolia.com

Visiter le site de  Phil Marso



Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Le principe de précaution, De la responsabilité morale à la responsabilité civile.

Le principe de précaution, aujourd’hui inscrit dans le marbre de notre Constitution, est la traduction juridique de positions philosophiques développées à la fin des années 1970.

           

Les origines philosophiques du principe de précaution. – Les racines du principe de précaution doivent être recherchées dans les réflexions contemporaines sur la responsabilité morale. Parmi celles-ci, l’ouvrage majeur du philosophe allemand  Hans Jonas, « Le principe responsabilité » a apporté une contribution décisive à l’émergence du principe de précaution. La thèse de Jonas est le fruit de la combinaison de l’effacement du soubassement théologique du concept classique de responsabilité morale et du développement de « l’agir technique ». L’immensité de la tâche confiée à l’homme, la responsabilité du sort du monde, s’avère d’autant plus lourde qu’elle s’accompagne d’une amplification des pouvoirs de l’homme sur l’homme et sur la nature. Or, chez Hans Jonas, l’extension illimitée des pouvoirs de l’homme semble impliquer une extension corollaire de la responsabilité de nos actes, faisant basculer la responsabilité d’une perspective rétrospective vers une perspective prospective : l’homme prend des mesures de précaution impliquées par ce que l’auteur dénomme « l’heuristique de la peur », car il doit assumer les conséquences les plus lointaines de ses actes.

 

La traduction juridique du principe de précaution. – Cette dimension nouvelle de la responsabilité morale a séduit une partie de la doctrine souhaitant une traduction juridique, et donc contraignante, de ce concept philosophique. Après tout, il peut être invoqué que le principe de précaution n’est que l’étape ultime du développement d’une responsabilité pour risque, ce dernier devenant, en lui-même, un facteur de responsabilité. Alors que depuis un siècle, au moins, les dommages causés par des activités à risques sont de plus en plus facilement réparés, c’est désormais le risque de dommage qui doit être prévenu et réparé.

            Reste à savoir de quels risques de dommage il doit s’agir. L’on s’accorde pour considérer qu’il s’agit des risques incertains. Ce que la précaution entend gérer est précisément l’inconnu, au contraire de la prévention qui constitue une réponse au risque avéré ou au moins probabilisable.  Ainsi, distinguée de la prévention, dont il ne peut être le fils légitime, « le principe de précaution définit l’attitude que doit observer toute personne qui prend une décision concernant une activité dont on peut raisonnablement supposer qu’elle comporte un danger grave pour la santé ou la sécurité des générations actuelles ou futures, ou pour l’environnement ». Aussi, en réaction, l’on s’est interrogé sur la pertinence d’imposer un tel principe aux personnes privées. Au demeurant, Jonas, qui a formulé la forme la plus rigoureuse du principe de précaution, précisa en 1987 que le Principe responsabilité s’applique, au premier chef, aux élites politiques, scientifiques et économiques.

 

Droit positif. – Pour l’heure, le législateur est demeuré mesuré. Si la précaution est désormais l’affaire des pouvoirs publics, la prévention demeure celle des personnes privées. Encore que la frontière est parfois ténue.

Déjà présent depuis plusieurs années au sein du Code de l’environnement, le principe de précaution a fait une entrée triomphale dans nos corpus législatif en 2005. La charte de l’environnement a, en effet, consacré le principe de précaution en son article 5 en ces termes : « Lorsque la réalisation d’un dommage, bien qu’incertaine en l’état des connaissances scientifiques, pourrait affecter de manière grave et irréversible l’environnement, les autorités publiques veillent, par application du principe de précaution et dans leurs domaines d’attributions, à la mise en œuvre de procédures d’évaluation des risques et à l’adoption de mesures provisoires et proportionnées afin de parer à la réalisation du dommage ». Consacré, le principe de précaution, est par conséquent l’affaire des « puissants » dont il contribuera à l’ « augmentation des soucis ». Il ne s’agit pas ici de contrer le progrès technologique, ce qui serait certainement illusoire, mais de l’encadrer afin qu’« il demeure dans l’aire de la civilisation » en amenant les pouvoirs publics à juguler les risques de dommages par des mesures de précaution, et à réguler les dommages survenus par des mesures réparatrices. Toutefois, il ne peut être nié que les décisions prises par les autorités publiques au titre du principe de précaution conduiront inéluctablement à imposer des obligations aux personnes privées. 

Pour le reste, c’est-à-dire la prévention, la Charte de l’environnement impose directement aux personnes privées un devoir de prudence (art. 3) et une obligation de réparation (art. 4) qui se sont d’ores et déjà traduites sur le plan législatif . Quant à la jurisprudence judiciaire, il est possible de noter, ici et là, des « avancées discrètes du principe de précaution ». Les affaires du Distilbène, l’implantation d’antennes de téléphonie mobile ou la vaccination contre l’hépatite B ont notamment été l’occasion pour certaines juridictions du fond d’entrouvrir la porte à l’application du principe de précaution entre personnes privées. Mais, jusqu’alors la Cour de cassation, dans ces mêmes affaires, a fait preuve de modération en se référant sous couvert des concepts de faute de vigilance, de défaut et de trouble à une application tempérée du principe de précaution compatible avec les fonctions de la responsabilité. 

                                                         Matthieu POUMAREDE

                                                        Professeur agrégé de droit privé

                                                        Université de Toulouse I-Capitole

 

[1] H. Jonas, Le principe responsabilité, Flammarion, coll. Champs, rééd. 1995.

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

« HAARP – Un système d’armement modifiant le climat »

AgoraVox le média citoyen 

Ci-dessous un rapport pour le moins édifiant de la Commission européenne des affaires étrangères, de la sécurité et de la politique de défense (rapport A4-0005/99 en date du 14 janvier 1999) sur les expériences menées par les Etats-Unis via le projet HAARP (High Frequency Active Auroral Research Project).

La mise en lumière de ce document officiel est plus que jamais nécessaire alors que l’on semble si préoccupé de la protection de l’environnement, de la prolifération nucléaire et qu’il y a peu Barack Obama recevait le prix Nobel de la paix.


« HAARP – Un système d’armement modifiant le climat »

Le 5 février 1998, la sous-commission sécurité et désarmement du Parlement a procédé à une audition portant notamment sur HAARP. Des représentants de l’OTAN et des États-Unis avaient été conviés à la réunion. Ils ont toutefois choisi de ne pas venir. La sous-commission a déploré que les États-Unis n’aient envoyé aucun représentant à l’audition et qu’ils n’aient pas saisi l’opportunité de faire des commentaires sur le matériel présenté(24).
 
HAARP est un programme de recherche sur le rayonnement à haute fréquence (High Frequency Active Auroral Research Project). Il est conduit conjointement par l’armée de l’air et la marine des États-Unis et par l’Institut de géophysique de l’université d’Alaska à Fairbanks. Des tentatives analogues ont lieu en Norvège, dans l’Antarctique, mais aussi dans l’ex-Union soviétique(25). HAARP est un projet de recherche utilisant un équipement terrestre, un réseau d’antennes. Chacune est alimentée par son propre émetteur pour réchauffer des parties de l’ionosphère(26) au moyen d’ondes radio puissantes. L’énergie ainsi générée réchauffe certaines parties de l’ionosphère, ce qui crée des trous dans l’ionosphère et des “lentilles” artificielles. HAARP peut avoir de multiples applications. La manipulation des particularités électriques de l’atmosphère permet de contrôler des énergies gigantesques. Utilisée à des fins militaires contre un ennemi, cette technique peut avoir des conséquences terribles. HAARP permet d’envoyer à un endroit déterminé des millions de fois plus d’énergie que tout autre émetteur traditionnel. L’énergie peut aussi être dirigée contre un objectif mobile, notamment contre des missiles ennemis.
 
Le projet améliore la communication avec les sous-marins et permet de manipuler les conditions météorologiques mondiales. Mais l’inverse, perturber les communications, est également possible. En manipulant l’ionosphère, on peut bloquer la communication globale tout en conservant ses propres possibilités de communications. La radiographie de la terre sur une profondeur de plusieurs kilomètres (tomographie terrestre pénétrante) à la fin de découvrir les champs de pétrole et de gaz, mais aussi les équipements militaires sous-terrains, et le radar transhorizon qui identifie des objets à grande distance au-delà de la ligne d’horizon sont d’autres applications du système HAARP.
 
Depuis les années 50, les États-Unis procèdent à des explosions nucléaires dans les ceintures de Van Allen(27) afin d’examiner les effets des impulsions électromagnétiques qu’elles déclenchent sur les communications radio et le fonctionnement des équipements radars. Ces explosions ont généré de nouvelles ceintures de rayonnement magnétique qui ont pratiquement entouré la terre tout entière.
 
Les électrons se déplaçaient le long de lignes de champs magnétiques et créaient une aurore boréale artificielle au-dessus du pôle nord. Ces essais militaires risquent de perturber à long terme les ceintures de Van Allen. Le champ magnétique terrestre pourrait s’étendre sur de vastes zones et empêcher toute communication radio. Certaines scientifiques américains estiment qu’il faudra plusieurs centaines d’années avant que les ceintures de Van Allen retrouvent leur état initial.
 
HAARP peut bouleverser les conditions climatiques. Tout l’écosystème peut être menacé, en particulier dans l’Antarctique où il est fragile. Les trous dans l’ionosphère causés par les ondes radio puissantes qui y sont envoyées constituent un autre effet très grave d’HAARP. L’ionosphère est notre bouclier contre le rayonnement cosmique. L’on espère que ces trous se refermeront, mais l’expérience acquise suite à la modification de la couche d’ozone donne à penser le contraire. Le bouclier de l’ionosphère est fortement percé à plusieurs endroits.
 
En raison de l’ampleur de ces incidences sur l’environnement, HAARP constitue un problème global et il faudrait évaluer si les avantages que procure ce système compensent les risques encourus. Ses incidences écologiques et éthiques doivent être évaluées avant la poursuite des travaux de recherche et la réalisation d’essais. L’opinion publique ignore pratiquement tout du projet HAARP et il est important qu’elle soit mise au courant.
 
HAARP est lié à la recherche spatiale intensive menée depuis 50 ans à des fins clairement militaires, par exemple en tant qu’élément de la “guerre des étoiles” en vue du contrôle de la haute atmosphère et des communications. Ces travaux de recherche doivent être considérés comme extrêmement néfastes pour l’environnement et la vie humaine. Personne ne sait avec certitude ce que peuvent être les effets de HAARP. Il faut lutter contre la politique du secret en matière de recherche militaire. Il faut promouvoir le droit à l’information et au contrôle démocratique des projets de recherche militaire ainsi que le contrôle parlementaire.
 
Une série d’accords internationaux (“la convention sur l’interdiction d’utiliser à des fins militaires ou à d’autres fins hostiles des processus modifiant l’environnement, le traité sur l’Antarctique, l’accord établissant les principes des activités des États en matière de recherche spatiale, en ce compris la lune et d’autres corps spatiaux ainsi que la convention des Nations unies sur le droit maritime) font que HAARP est un projet hautement contestable non seulement sur les plans humain et politique mais aussi du point de vue légal. En vertu du traité sur l’Antarctique, l’Antarctique ne peut être utilisée qu’à des fins pacifiques(28), ce qui signifie que HAARP enfreint le droit international. Tous les effets des nouveaux systèmes d’armement doivent être évalués par des organes internationaux indépendants. Il faut encourager la conclusion d’autres accords internationaux afin de protéger l’environnement contre toute destruction inutile en temps de guerre.
 
(24) Ce paragraphe est basé sur des données émanant de l’audition.
(25) Nick Begich, expert convié à l’audition.
(26) L’ionosphère contient de gigantesques champs magnétiques protecteurs appelés ceintures de van Allen, capturant des particules chargées (protons, électrons et particules alpha).
(27) En 1958, l’US Navy a fait exploser trois bombes contenant du matériel nucléaire fissile à une altitude de 480 km au-dessus de l’Atlantique sud. Le projet dirigé par le département de la défense des États-Unis et la commission de l’énergie atomique et portait le nom de code Project Argus. Source : Dr Rosalie Bertell.
(28) Article 1, traité sur l’Antarctique.

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Le Rajasthan* interdit (ndlr: réglemente) l’installation de nouvelles stations de bases d’antennes relais

THE ECONOMIC TIMES   7 décembre 2009, Rituraj Tiwari et rédaction.

*Ndlr : le Rajasthan est un état de l’Inde ayant pour capitale Jaipur. Sa superficie est de 342 000 Km² pour une population d’environ 68 millions d’habitants. L’assemblée législative du Rajasthan, la Vindhan Sabha, compte 200 membres élus au suffrage universel pour un mandat de 5 ans. Gouvernement de l’État : Le Ministre en chef (Premier Ministre), issu du parti ou de la coalition majoritaire, est nommé par le Gouverneur de l’État. [Rajasthan Wikipedia]

JAIPUR : Revers majeur pour les industriels des télécommunications mobiles, le nouveau Gouvernement du Rajasthan vient d’interdire (ndlr réglemente) toutes nouvelles installations de stations de bases d’antennes relais dans l’État. La création de site d’antennes relais sera désormais régie par une nouvelle politique, qui dépendra du Ministère de l’aménagement urbain et des services du logement (UDH). «Nous avons averti les opérateurs des télécommunications mobiles d’arrêter l’installation d’antennes relais jusqu’à ce que la nouvelle politique soit appliquée. Le projet de la politique proposée est en cours de finalisation et sera opérationnel dans les prochains jours», a expliqué un fonctionnaire de l’UDH. La nouvelle politique vise à la réglementation stricte de la prolifération des antennes relais dans les zones à forte densité de population.

Lire la suite sur le site de NEXT-UP en cliquant ici.

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Toulouse ne fait pas partie des villes retenues par le COMOP pour les expérimentations de réduction des expositions.

Aucun site n’est d’ailleurs retenu en Haute-Garonne.

Ci-joint le communiqué de François Brottes.


27.11.09 – Communiqué de François BROTTES, président du Comité opérationnel d’expérimentations sur les antennes-relais

Mis à jour le 27/11/2009

Expérimentations antennes-relais : le COMOP sélectionne les villes

La table-ronde sur les radiofréquences réunie au printemps 2009 avait proposé de modéliser et d’expérimenter une réduction de l’exposition aux champs électromagnétiques dans le voisinage des antennes-relais, ainsi que de nouvelles modalités de concertation.

Le gouvernement a retenu cette proposition et décidé d’allouer un budget d’un million d’euros à ces expérimentations.
Un comité opérationnel chargé de piloter ces expérimentations et composé de représentants de toutes les parties prenantes a été installé le 7 juillet 2009 par Madame Chantal Jouanno, Secrétaire d’Etat chargée de l’écologie. Il est présidé par M. François Brottes, député de l’Isère.

A l’issue d’un vaste appel à candidatures, auquel 238 communes ou communautés de communes ont répondu, le comité opérationnel a lors de sa réunion du 26/11/2009, retenu les candidatures suivantes :

A. pour l’expérimentation de la réduction des expositions :
-  Pays d’Azay-le-Rideau – Parc naturel régional Loire Anjou Touraine (Maine-et-Loire)
-  Brest Métropole Océane (Finistère)
-  Cannes (Alpes Maritimes)
-  Coufouleux (Tarn)
-  Courbevoie – la Défense (Hauts-de-Seine)
-  Grand-Champ (Morbihan)
-  Grenoble (Isère)
-  Kruth (Haut-Rhin)
-  La Rochelle (Charente-Maritime)
-  Lavelanet (Ariège)
-  Paris 14e arrondissement
-  Paris 15e arrondissement
-  Plaine Commune – Saint Denis (Seine St Denis)
-  St-Denis de la Réunion (la Réunion)
-  Strasbourg (Bas Rhin)
-  Thiers (Puy-de-Dôme)

B. pour l’expérimentation de nouvelles modalités de concertation :
-  Amiens (Somme)
-  Aubière (Puy-de-Dôme)
-  Bayonne (Pyrénées-Atlantiques)
-  Boult (Haute-Saône)
-  Bourges (Cher)
-  Châteaufort en Yvelines (Yvelines)
-  La Bresse (Vosges)
-  Lille Métropole Communauté urbaine (Nord)
-  Orléans (Loiret)
-  Pessac (Gironde)
-  Tours (Indre-et-Loire)

Cette sélection a été effectuée sous réserve d’ultimes validations techniques. Elle devrait être légèrement complétée ultérieurement par quelques communes, pour assurer une représentativité suffisante des expérimentations.

Les travaux de modélisation, préalables aux expérimentations, débuteront dès le mois de janvier 2010. Les premiers résultats sur les expérimentations et la concertation seront disponibles au cours du deuxième trimestre 2010.

Télécharger le commuuniqué de press (format PDF – 9.3 ko)

Contacts presse :
Laëtitia VERDIER 01 40 81 15 96
Aurore GILLMANN 01 40 63 58 48

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

ESPAGNE : 43 cas de cancers parmi les 350 riverains d’une antenne relais de téléphonie mobile

Malagahoy  24 novembre 2009

MALAGA-ESPAGNE: Les 350 habitants de Pérez sur la commune de Velez-Malaga, ont constaté 43 cas de cancers dont 35 ont entraîné la mort de riverains. Ils exigent le retrait des antennes relais, ils sont soutenus par l’UPyD (Ndlr: le Centre – parti d’opposition).

Les riverains du site d’antennes relais de Perez Los Cortijo dépendant de la municipalité de Vélez-Málaga, ont dénoncé aujourd’hui l’existence de 43 cas de cancers parmi les 350 riverains de ce quartier et ils ne supportent plus la présense de cette antenne relais de téléphonie mobile qui leur pourrit la vie depuis quinze ans.
 Antonia Delgado, le porte-parole des riverains, a déclaré aujourd’hui lors d’une conférence de presse que l’antenne relais qui est installée à côté de l’ancienne route N-340, est située à quelques mètres des maisons, donc de la population du centre urbain de Benajarafe.
 Delgado a noté que sur les 43 cas de cancers, 35 ont abouti à la mort des riverains et “cette année il est constaté jusqu’à présent, que huit personnes sont mortes.”
Il a rajouté que sa soeur souffre d’un cancer du sein, son père d’un cancer du larynx et son oncle d’un mélanome.
Les riverains se sont plaints à maintes reprises à la municipalité de Vélez-Málaga afin d’exiger le retrait de l’antenne relais, “nous avons seulement réussi à obtenir que l’on nous dise qu’un jour elle sera supprimée, mais maintenant c’est trop tard parce que les riverains et ma famille sont malades.”
“Je ne sais pas combien de morts a besoin le conseil municipal pour changer d’avis”, a ajouté Delgado, qui rajoute que les riverains sont “déçus” après la dernière réunion qu’ils ont eu avec les élus municipaux, car malgrès leurs rapports ils n’ont pas réussi à les convaincre.
Une autre des personnes touchées, Antonio Marfil, qui a été diagnostiqué d’une tumeur testiculaire en avril dernier, a déclaré que chaque fois qu’il passe sur la route qui donne accès au centre ville, les gens sont à vingt pieds de l’endroit où est située l’antenne relais et ” chaque fois nous ressentons les irradiations”.
 La revendication des riverains est soutenue par l’UPyD de Velez-Malaga, dont les membres ont exigé le retrait du Consistoire de l’antenne relais, tant pour ses effets potentiels sur la santé et parce que, par son emplacement à côté de la tour de guet de Benajarafe, “elle contrevient à plusieurs lois relatives à la protection du patrimoine national.”
Le leader politique de l’opposition municipale UPyD, Javier Sansegundo, a indiqué que si la Ville ne transfère pas cet équipement à l’extérieur du village de Benajarafe, il déposera une plainte concernant la pollution visuelle subie par rapport à la tour de guet.
Il ya deux semaines, le conseiller municipal aux nouvelles technologies, Jésus Aranda (PSOE), avait voulu tranquilliser les riverains en assurant que l’antenne relais atteint des niveaux d’émission conformes à ceux fixés par la loi.
Sur ce site d’antennes relais il existe aussi un contentieux d’urbanisme avec le baîlleur (la municipalité) en effet les riverains ont dénoncé que les antennes relais avaient été installées en infraction, puisque sans licence.
 Le Conseil municipal doit maintenant traiter en sus l’appel de l’opérateur contre les dits documents pour vérifier la légalité de l’équipement par rapport à la licence.

Traduction article next-up.org.  original www.malagahoy.es/article/provincia/571081/culpan/una/antena/telefonia/movil/casos/cancer.html

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Avec Free, la question des antennes ressurgit

   Publié par Challenges le  30.10.2009 | 18:29  

Sans surprise, Free a été le seul candidat à déposer un dossier pour la quatrième licence mobile. L’occasion de faire le point sur cette candidature en matière d’antennes-relais.

Une antenne-relais

Le fournisseur d’accès à internet Free est le seul candidat à avoir déposé un dossier pour devenir le quatrième opérateur mobile français. Il devrait être fixé sur son sort avant Noël. Challenges.fr s’est interrogé sur l’impact de cette candidature en termes d’antennes-relais.

Les procédures d’autorisation. Elles sont gérées par l’ANFR (Agence nationale des fréquences). Tous les émetteurs de plus de 5 watts doivent être autorisés par l’agence pour pouvoir émettre. Les dossiers sont analysés par la Commission consultative des sites et servitudes (COMSIS) qui contribue à l’instruction des accords ou avis que l’Agence doit rendre pour l’implantation (ou la modification) des stations radioélectriques. L’ANFR a délivré 18.329 accords pour des créations ou modifications d’émetteurs en 2008 pour de la téléphonie mobile, et 14.104 entre janvier et octobre 2009 (cf. le site cartoradio.fr de l’ANFR). Un nouvel opérateur pourra s’intégrer sur les sites radioélectriques existants en respectant, d’une part, la réglementation préconisant une mutualisation des sites (code des postes et des communications électroniques) et, d’autre part, en ne perturbant pas le fonctionnement des émetteurs déjà implantés. Les différents opérateurs ont des droits égaux à s’implanter sur un site et la règle du “premier arrivé, premier servi” -issue du règlement des radiocommunications et reprise dans le Tableau national de répartition des bandes de fréquences- ne sert qu’en cas de problèmes insolubles après la mise en station, explique l’ANFR.

Et Free? 12.000 points hauts seraient nécessaires à Free pour couvrir la totalité de la population. Dans tous les cas, il devra répondre d’ici huit ans à une obligation de couverture de 80% de la population, sous peine d’amende. Pour autant, la cherté des antennes (dont le prix unitaire varie de 5.000 à 70.000 euros selon le P-DG de Numericable, Pierre Danon) ne semble pas inquiéter la filiale d’Iliad qui a intégré ce coût dans son business plan -en tenant compte d’une antenne à 60.000 euros l’unité, soit le haut de la fourchette. De plus, Free compte probablement intégrer des micro-antennes à l’intérieur de ses prochaines box, afin d’améliorer la couverture dans les immeubles notamment. Une telle initiative permettrait de régler des problèmes locaux (couverture en intérieur et meilleur débit), mais ne permettrait pas de réduire le nombre d’antennes en extérieur. Quant à l’obligation de couverture d’ici deux ans (25%), elle ne semble pas perturber non plus le fournisseur d’accès à internet. Selon Free, cela nécessitera 2.000 points hauts, ce qui ne serait pas insurmontable à trouver avec les sites dont disposent TDF, EDF (avec eRDF), la SNCF…
Parmi les points qui pourraient gêner Free, on note en revanche l’allongement des autorisations (qui seraient passées de neuf à dix-huit mois), la hausse des loyers…

Pourquoi les autres ont été découragés. Virgin Mobile et Numericable ont renoncé le 22 octobre à être candidats à la quatrième licence de téléphonie mobile, suivant l’exemple des groupes Kertel, Orascom et Bolloré. Virgin Mobile et Numericable, qui ont consacré “plus de cinq mois d’études approfondies” au projet, ont été découragés par le manque de “garanties suffisantes quant aux modalités de déploiement d’un réseau en propre pour le nouvel entrant”. L’installation des antennes et ce qui en découle aurait largement participé à cette décision.

Plus d’antennes pour moins d’exposition. Pour Etienne Cendrier, porte-parole de l’association Robin des Toits, l’arrivée d’un quatrième opérateur n’est pas une bonne nouvelle. “Reste à savoir si le nouvel arrivant aura en tête uniquement le profit ou également la santé des personnes”. Néanmoins, son association ne réclame pas le démantèlement des antennes. Au contraire, pour parvenir à une réduction de l’exposition du public au seuil de 0,6 volt par mètre, elle prône la multiplication des antennes. Une opération qui serait coûteuse, à en croire une étude du cabinet Sia Conseil qui chiffre l’adaptation des antennes-relais pour abaisser les seuils d’exposition aux rayonnements électro-magnétiques entre 3,6 et 7 milliards d’euros.

par Chloé Dussapt, journaliste à Challenges.fr (avec Gaëlle Macke, journaliste à Challenges), le vendredi 30 octobre 2009.

Lire l’article sur le site de Challenges en cliquant ici

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Mesure de champs électromagnétiques : Le projet SAMPER

Ce projet est financé par l’Agence Nationale de la Recherche (appel à projets 2007
« Télécommunications TLCOM »)

Le projet SAMPER vise à démontrer la faisabilité et à mettre au point un système de mesure et de post traitement capable d’estimer les niveaux de champ électromagnétique liés aux systèmes de radio communication à tout moment et en tout point d’une zone géographique prédéfinie.

L’approche choisie pour développer ce système opérationnel s’appuie sur la combinaison de mesures (stations de mesure autonomes réparties sur un nombre restreint de points dans la zone d’étude, complétées par des mesures mobiles ponctuelles si nécessaire), de technique de simulation du milieu de propagation (méthode inverse, algorithmes de type méthodes asymptotiques) et de techniques d’interpolation statistique (méthode de krigeage, analyse statistique de variogramme).

Ce projet doit se concrétiser par la mise en place d’un démonstrateur sur un site pilote dans la Ville de Grenoble.

Les services de télécommunication concernés dans ce projet sont la radiotéléphonie mobile (GSM, UMLTS) et les réseaux hauts débits (Wifi, Wimax) – bande de fréquence 900MHz à 6GHz.

L’objectif est de pouvoir traiter des situations complexes telle qu’un milieu urbain dense, qu’il est impossible de simuler du fait du manque d’information sur les émetteurs présents. Les applications visées concernent conjointement l’aspect surveillance des niveaux de champ électromagnétique à l’échelle d’un quartier, d’une ville ou d’un bâtiment et l’aspect cartographie et quantification de la qualité de service d’un réseau type téléphonie mobile ou haut débit.

Les cinq partenaires associées dans ce projet sont l’entreprise SATIMO (ex Antennessa), France Telecom, l’équipe de géostatistique de l’école de Mines de Paris (Armines – ENSMP), la Ville de Grenoble et le Centre Scientifique et Technique du bâtiment (CSTB).

 Pour en savoir plus, cliquer ici.

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Marquefave et Lacaugne : Grande mobilisation

Une grande réunion d’information aura lieu le 17 Novembre à Marquefave au sujet du projet de la nouvelle antenne SFR.

L’opérateur veut aller très vite…

Les “petits” villages se mobilisent et ne se laisseront pas faire….

1000 tracts distribués, rencontre des élus, banderoles, réunions publiques, presse contactée…

Rien n’est exclus y compris la voie du tribunal…

Annonce de la réunion à Marquefave

Annonce de la réunion à Lacaugne

Emplacement de la Tour dans un futur proche

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Marquefave: mobilisation contre l’antenne SFR

La mobilisation s’amplifie à Marquefave contre l’antenne SFR de 42 mètres de hauteur.

Rappelons les faits:

Un premier projet avait été déposé par SFR sur un lieu très proche de Marquefave.
La zone de rayonnement annoncée par l’opérateur était limitée à un cercle de 2kms et se proposait de combler une soit-disante zone blanche.
L’opposition d’un association locale déterminée et soutenue par la mairie a conduit l’opérateur à revoir son projet.

Le second projet vient d’arriver sous forme d’une déclaration de travaux, comme cela est permis pour la téléphonie alors que pour des particuliers, il faut un permis de construire à partir de 12 mètres.
La zone de rayonnement de 2 Kms n’a plus rien à voir avec la précedente: qu’en est-il de la fameuse zone blanche du départ qui n’est plus couverte? SFR veut nous faire croire qu’une telle installation desservira quelques 50 familles… et les petits lapins!!! Ceci fait craindre aux habitants une augmentation rapide et importante de la puissance de l’emetteur pour rayonner une large zone.
La hauteur de l’edifice sur un point pourtant haut ne démontre t-il pas que d’autres antennes viendront très certainement à terme rejoindre les premières?
Le projet se rapproche cette fois à 400m du village de Lacaugne sur un terrain appartenant toujours à Marquefave
Concrètement, cela signifie que la gêne est essentiellement pour le village de Lacaugne qui vient d’apprendre par le bouche à oreille la nouvelle tour “Eiffel”.
Des banderoles geantes ont fait leur apparition aussi bien à Marquefave qu’à Lacaugne. Des reunions publiques se multiplient dont la prochaine le 17 Novembre à 20h45 à la salle de fêtes de Marquefave. La presse a été largement contactée.
Des tracts sont en cours de distribution massive.
Le député P. Lemasle a été rencontré ainsi que le président de la communauté de communes (Mr Hellé). Ils ont été très sensibles aux arguments des associations.

Tout le monde s’interroge:

Pourquoi une antenne là où tout le monde “capte” déja quel que soit l’opérateur?
Quel nouveau projet à venir se cache derrière cette conquête définitive d’un site? 3G? WIMAX?
Pourquoi priver Lacaugne de la meilleure zone constructible?
Qui viendra s’installer dans un éventuel futur lotissement sous les antennes?
Que vaudra à la revente une maison avec vue sur cette nouvelle tour?
Quel parent ira mettre son enfant dans une école toute proche sans certitude des effets sur la santé de ses enfants?
Croira t-il la réponse officielle sur l’absence actuelle de risques en l’état actuel de nos connaissances?

SFR indique respecter la charte conclue entre les opérateurs de téléphonie et l’association des maires de France, mais en réalité ici, la concertation n’a pas eu lieu, pas d’avantage que l’information des riverains et l’étude d’intégration paysagère a juste oublié le village de LACAUGNE tout proche!.

Tout ceci, c’est sûr: Marquefave et Lacaugne l’ont bien compris et ils ne se laisseront pas faire.

Il sera demandé à SFR de fournir des garanties sur l’innocuité de son installation, sur son engagement à respecter un seuil maximum d’émission de courants électromagnétiques et de nous montrer ses contrats d’assurance prouvant que le risque lié à ces courants est bien pris en charge ce qui ne sembla pas être le cas aujourd’hui.
 
Après Toulouse, Blagnac et St Martin du Touch candidates à l’experimentation à 0.6 V/m,
Après le bras de fer entre les opérateurs, les associations, la mairie pour une charte toulousaine innovante et efficace.

Ne manquez pas de contacter l’association acsne@orange.fr pour vous informer.

Venez les soutenir et les encourager!

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

L’exposition aux rayonnements de radiofréquences à 1800 Mhz induit des dommages oxydatifs à l’ADN mytochondrial dans les neurones en culture primaire – Oct 2009

AUTEURS : Xu S, Zhong M, Zhang L, Zhou Z, Zhang W, Wang Y, Wang X, Li M, Chen Y, Chen C, He M, Zhang G, Yu Z.

Department of occupational health, Third Military Medical University, Chongqing 400038, People’s Republic of China.

RESUME : Des preuves croissantes indiquent que le stress oxydatif peut être impliqué dans les effets néfastes des radiofréquences (RF) sur le cerveau. Car les défauts de l’ADN mitochondrial (ADNmt) sont étroitement associés à différentes maladies du système nerveux et parce que l’ADNmt est très sensible au stress oxydatif, l’objectif de cette étude était de déterminer si le rayonnement de radiofréquences peut causer des dommages oxydatifs à l’ADN mt. Dans cette étude, nous avons exposé les neurones corticaux en culture primaire à des champs électromagnétiques RF pulsés à une fréquence de 1800 MHz modulé par 217 Hz à un taux moyen d’absorption spécifique (DAS) de 2 W / kg. 24h après l’exposition, nous avons constaté que les rayonnements RF induisaient une augmentation significative des niveaux de 8-hydroxyguanine (8-OHdG), un biomarqueur commun des dommages oxydatifs de l’ADN, dans les mitochondries des neurones. En accord avec cette constatation, le nombre de copies d’ADNmt et le niveau des transcriptions d’ARN mitochondrial (mtRNA) ont montré une réduction évidente après exposition aux radiofréquences. Chacune de ces perturbations ADNmt peut être renversée par un prétraitement avec la mélatonine, qui est connue pour être un système efficace pour le cerveau. Ensemble, ces résultats suggèrent que les rayonnements RF 1800 MHz peuvent causer des dommages oxydatifs à l’ADN mitochondrial dans les neurones en culture primaire. Dommages oxydatifs à l’ADN mt qui rendent compte de la neurotoxicité des rayonnements RF dans le cerveau.

NB : 1800Mhz est la fréquence utilisée par certains opérateurs de téléphonie mobile. 217Hz est la fréquence de pulsation des ondes électromagnétiques de la téléphonie mobile. 2W/kg est le DAS (Débit ou Taux d’absorption spécifique) maximal autorisé par les téléphones portables. Il n’est pas rare qu’un téléphone ait un DAS de 0,75 ou 1,5 W/kg.

Lire l’article sur le site de Robin des Toits en cliquant ici

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Radiofréquences: un rapport très attendu sur les risques publié jeudi

ROMANDIE NEWS

PARIS – Un rapport très attendu de l’Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail (Afsset) doit faire le point jeudi sur l’impact des ondes électromagnétiques sur la santé, après des mois de controverses.

Le document de près de 500 pages est une mise à jour de l’état des connaissances sur les radiofréquences –les téléphones portables, les antennes-relais, le wifi et le wimax, et même les radars. Des centaines d’études ont été épluchées par le groupe de travail.

Ce rapport, selon des participants aux réunions du groupe, devrait être “beaucoup plus ouvert” que les précédents rapports sur le même sujet.

Présenté au “comité de suivi” du “Grenelle des Ondes” qui sera installé vendredi au ministère de la Santé, il devrait constituer une base pour ses travaux.

Il s’agit d’essayer de répondre aux inquiétudes grandissantes dans la population sur l’impact des ondes, et aussi d’essayer de réduire la confrontation entre opérateurs de téléphonie mobile et écologistes, qui a donné lieu à plusieurs actions en justice.

La table-ronde “Radiofréquences, santé et environnement” -surnommée Grenelle des Ondes- a réuni du 23 avril au 25 mai dernier, pendant une vingtaine d’heures, des associations, des opérateurs de téléphonie mobile et des élus, qui ont discuté sous l’égide de trois membres du gouvernement : Roselyne Bachelot (Santé), Nathalie Kosciusko-Morizet (Economie numérique) et Chantal Jouanno (Ecologie).

Au terme de ses travaux, le Grenelle des Ondes s’était dit soucieux de limiter l’usage du portable, et même -comme le demandaient depuis longtemps les associations- de l’interdire dans les écoles.

En matière d’antennes-relais, le Grenelle avait accepté, “pour clarifier le débat”, de mener des expérimentations en matière d’exposition aux ondes électromagnétiques. Un comité opérationnel a été chargé de l’organisation de ces expérimentations. L’abaissement de l’exposition aux radiofréquences des antennes-relais sera testé dans 10 à 20 villes pilotes, entre novembre 2009 et avril 2010.

“Rendez-vous manqué”, avait estimé Denis Baupin, adjoint (Verts) à l’environnement à la mairie de Paris, qui participait au Grenelle. Les associations s’étaient dites “déçues”.

Mardi, Stephen Kerckhove d’Agir pour l’environnement espérait que le rapport de l’Afsset enverrait “un message assez fort aux politiques”.

(©AFP / 14 octobre 2009 09h01)

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

La Drôme offre à la France son premier abri anti-ondes

Ils ne supportent plus les ondes générées par la téléphonie et l’internet sans fil mais peuvent désormais se ressourcer dans la Drôme où a été dressé le premier refuge anti-ondes de France.

AFP – le 09 octobre 2009, 21h54

Perché sur une colline, sans habitation ou antennes-relais aux alentours, l’abri est ouvert depuis juillet sur la commune d’Eurre aux victimes de l’électro-hyper sensibilité (EHS), grâce à l’ONG drômoise Next-Up.

Cette dernière dénonce depuis 2005 les dangers de l’électromagnétisme artificiel sur l’homme.

A l’entrée de cette “zone blanche”, “la première connue en France” selon l’organisation, dont la localisation exacte est tenue secrète, les téléphones portables, même éteints, sont proscrits et rangés dans une boîte métallique isolante.

“J’ai enfin trouvé un endroit où je peux survivre”, confie Sybil Gabriel, une enseignante suisse, qui a été “paralysée” temporairement après une conversation “un peu longue” au téléphone portable.

Sélectionnée par Next-Up comme ses compagnons d’infortune, dont des Néerlandais et un Allemand, la sexagénaire se “ressource” pour quelques jours dans un campement de quelques caravanes, dont les fenêtres et les cloisons sont protégées par un épais film d’aluminium visant à freiner les rayonnements.

A côté, une cabine de téléphone filaire tranche avec le cadre bucolique du site et un grand mur de tôle sert d’abri.

“Ici, le rayonnement des télécommunications est compris entre 0,01 et 0,03 volt par mètre (V/m) alors qu’en zone urbaine il est de 1 V/m en moyenne”, observe Serge Sargentini, le porte-parole de Next-Up.

Selon l’organisation, “8% de la population française” serait électro-hyper sensible (EHS).

“J’ai pensé que j’avais la sclérose en plaques. Mes jambes sautaient toutes seules quand je me reposais, j’avais des insomnies et des douleurs thoraciques”, se souvient Claire Andina, une infirmière de 49 ans, quand elle évoque sa première crise d’EHS en 2005.

“C’est comme une sensation de brûlure”, témoigne pour sa part Philippe, 48 ans, pour qui “aller chercher simplement un journal en ville” relève souvent de “l’insupportable”.

“Vous ne voyez plus vos amis, vous ne sortez plus, cela vous désocialise complètement”, ajoute cet ex-enseignant qui trouve refuge “quand il ne se sent pas bien” dans une forêt près de son domicile.

Comme pour certains de ses compagnons, “tout est cablé chez moi”, indique Mickael Heiming, 41 ans, un ex-ingénieur allemand de téléphonie mobile, qui estime “avoir mis du temps à faire un rapprochement entre (s)es maux de tête et (s)on métier”.

“L’EHS est une pathologie reconnue et décrite par l’Organisation mondiale de la santé (OMS)”, affirme sur son site internet l’association environnementale Robin des Toits.

“En Suède il s’agit d’un handicap, en Angleterre d’une maladie. En France, elle est juste ignorée par les pouvoirs publics”, dénonce l’association.

A la suite du Grenelle de l’environnement, l’abaissement de l’exposition aux radiofréquences des antennes-relais sera testé dans plusieurs villes pilotes, entre novembre 2009 et avril 2010.

Une conférence de citoyens a préconisé en juin de réduire les seuils à 0,6 V/m, une mesure jugée “irréaliste” par l’Association française des opérateurs mobiles (Afom).

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Les clés 3G et les smartphones saturent les réseaux téléphoniques

   LEMONDE.FR avec Reuters | 30.09.09 | 10h47  •  Mis à jour le 30.09.09 | 11h38

Dans les zones urbaines, aux heures de pointe, le développement des clés 3G et des smartphones, qui permettent d’accéder à Internet en utilisant le réseau de téléphonie mobile, crée des problèmes de saturation qui pourraient devenir importants.

La généralisation des smartphones et des ordinateurs portables équipés d’une clé 3G constitue une nouvelle manne de revenus pour les opérateurs, mais ces réseaux, d’abord conçus pour transmettre la voix et les SMS, se révèlent peu adaptés et nécessiteront d’importants investissements pour pouvoir faire face à l’afflux de données. “Les opérateurs courent le risque d’avoir des pannes qui pourraient faire la une des journaux”, explique Ahmed Guetari, directeur technique zone Europe de l’équipementier réseaux Juniper Networks.
Pour SFR, par exemple, le trafic de données a été multiplié par dix en 2008, et devrait à nouveau être multiplié par dix d’ici à 2012. L’entreprise affirme avoir déjà largement entrepris la transformation de son réseau pour éviter des tensions. Mais l’investissement dans ces réseaux n’est pas rentable à court terme : la création d’antennes relais supplémentaires, qui permettent de décongestionner le réseau, n’engendre en effet pas directement de revenus supplémentaires. Les opérateurs rechignent donc à investir massivement dans des extensions de leurs capacités. En France en 2008, le montant total des revenus du transport de données était de 3,1 milliards d’euros (+27 %) sur le segment mobile, selon l’Arcep. C’est l’équivalent des seuls investissements de France Télécom.

Pour plusieurs experts, c’est le modèle même des forfaits d’accès au Web qui devrait être repensé. La quasi-totalité des forfaits actuels permet, pour un prix fixe, d’utiliser de grandes quantités de données. En réaction à l’explosion du trafic, plusieurs opérateurs ont choisi de fixer un plafond de téléchargement à leurs clients, au-delà duquel la qualité de service est dégradée. Une autre piste, explorée notamment par SFR en France ou Telstra en Australie, consiste à réorienter le flux de données mobiles vers les réseaux fixes.

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Fibre optique : la France à la traîne

AFP
07/09/2009 | Mise à jour : 18:01
 

La Suède et la Norvège se classent en tête des pays européens en terme de pénétration, dans les foyers, de la fibre optique, une technologie qui permet l’internet à très haut débit, selon une étude de l’Idate publiée aujourd’hui.

En juin, 10,9% des foyers suédois et 10,2% des norvégiens étaient abonnés à la fibre, d’après cette enquête réalisée pour le FTTH Council Europe, une organisation qui promeut le développement de cette technologie. Arrivent ensuite la Slovénie (8,9%), l’Andorre (6,6%), le Danemark (5,7%) et l’Islande (5,6%).

Aucun grand pays européen (France, Allemagne, Royaume-Uni, Espagne ou encore Italie) ne se classe dans le top 10: première de ces pays, l’Italie n’arrive ainsi qu’en 11e position, avec un taux de pénétration de quelque 1,5%. La France, avec 252.900 abonnés, affiche un taux de moins de 1%.

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Mobilisation réussie contre une antenne-relais à Paris XVIII – JT France 2 (13h) – 07/09/2009


source :  FRANCE 2

Dans le XIII ème arrondissement de Paris, ce matin, des riverains ont bloqué physiquement l’arrivé d’une grue, empêchant l’opérateur téléphonique d’accéder au bâtiment.
L’association Robin des Toits demande un abaissement des puissances en deçà du seuil de précaution de 0,6V/m.
Cela est possible et a été mis en place en Toscane, en Italie, à Salzbourg, en Autriche et à Valence, en Espagne.
Aujourd’hui en France, une soixantaine de villes sont prêtes à tester ce seuil de 0,6V/m…

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Antennes relais : "une catastrophe en terme de santé publique"

Source : Le progrés

Sandine Wittmann est chercheur en cancérologie à lyon, au centre Léon-bérard. Pour cette chasselande dont les enfants sont scolarisés à l’école primaire Louis Pradel, l’installation par l’opérateur téléphonique Orange d’une antenne relais serait, selon ses propres termes, <<une véritable catastrophe en terme de santé publique >>.

Lire la suite de l’article sur le site de Next-up.

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail