Nanotechnologies : tout ça pour des chaussettes qui ne puent pas !

rue89_logo-copie-1.gif    Par Le Yéti | yetiblog.org | 29/03/2010 | 11H46

L’honorable Afsset vient de publier un rapport d’expertise sur les risques éventuels, pour la santé et l’environnement, liés à certains nanomatériaux manufacturés. Parmi les nombreux produits suspectés, les inénarrables et emblématiques chaussettes qui ne voulaient plus puer des pieds.

C’est bien des humains, ça ! Connaissez-vous une espèce animale qui exècre à ce point schizophrénique TOUT ce qui lui sort du corps : sueur, sang, urine, odeurs diverses… ? Et jusqu’au corps lui-même, souilleur d’âmes immortelles.

Au point de s’intoxiquer de désodorisants remplis de saloperies chimiques, de se dissimuler sous des couches de produits maquillants (des « effaceurs de gueule », disent mes filles). Ou de s’inventer des chaussettes inodores !

La quête frénétique de pureté et d’immortalité

Voici nos malheureux humains lancés dans une ruée frénétique (scientifique disent-ils) vers tout ce qui peut mettre à raison cette nature malodorante et poisseuse, si épouvantablement éphémère et imparfaite.

Ainsi de ces fameuses nanotechnologies, produit de notre génie allumée, qui visent ni plus ni moins qu’à faire la nique aux règles naturelles élémentaires. Pire, à se substituer carrément à elles.

Seulement voilà, ces tentatives de domination ne marchent pas à tous les coups. Et même pas souvent, et beaucoup moins longtemps qu’on voudrait l’espérer.

Qu’une vulgaire tempête Xynthia passe par là et notre volatile humain se retrouve cul par dessus tête à se demander ce qui lui arrive. Certains des produits qu’il croyait miracles (l’amiante, par exemple) l’envoient presto six pieds sous terre plutôt qu’au septième ciel.

Or l’expertise de l’Afsset fait ressortir que nos fiers nanoproduits contiendraient des substances dangereuses et hautement toxiques :

  • nanoparticules de dioxyde de titane (ciment autonettoyant et lait solaire)
  • silice alimentaire à l’état nanométrique dans certains aliments
  • nanoparticules d’argent (chaussettes antibactériennes)

Une tentative glauque et dérisoire de transgresser les règles naturelles

Foutus de s’empoisonner pour des bricoles aussi insignifiantes que des pieds qui s’obstinent à vouloir faire sentir leur existence, les pauvres petits !

Oh, rien encore de totalement probant dans ces constats. L’Afsset n’en est encore qu’au stade du principe de précaution, juste des soupçons de plus en plus prégnants. Mais j’entends déjà nos sceptiques patentés hurler à la régression et au complot antiscientifique.

Loin pourtant de moi l’idée de dénoncer la recherche scientifique. Juste de rappeler que celle-ci vaut lorsqu’elle vise à améliorer, à conforter et à sécuriser notre humaine condition.

Mais qu’elle apparaît rapidement plus glauque, dérisoire et un rien péteuse, quand elle se met en tête et en éprouvettes de s’en passer et de la transgresser.

Brisons-là avec cette lamentable histoire de chaussettes insipides. Et rappelons à nos congénères que c’est bien l’odeur humide et forte des corps qui nous enivre quand nous baisons, et que nous croquons sans plus de chichis les doigts de pieds frémissants de nos partenaires.

Source :  http://www.rue89.com/le-yeti-voyageur-a-domicile/2010/03/29/nanotechnologies-tout-ca-pour-des-chaussettes-qui-ne-peut-pas

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail