Les experts demandent une réduction de l’exposition aux ondes

NOUVELOBS.COM | 15.10.2009 | 18:20

L’Afsset a rendu son rapport d’expertise collective sur les radiofréquences. Elle surprend en recommandant de réduire les expositions du public.

(sipa)

Après deux ans de travail et l’analyse de près de 1000 articles scientifiques et d’une douzaine de rapports internationaux, le groupe d’experts de Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail (Afsset) a rendu ses conclusions et ses recommandations ce jeudi 15 octobre. “Oui, il y a des effets biologiques et épidémiologiques des radiofréquences”, a constaté Martin Guespereau, le directeur général de l’Afsset lors de la présentation à la presse. Ce constat tranche quelque peu par rapport aux positions antérieures.

Plus précisément, sur une centaine d’études montrant des effets biologiques, seules neuf ont été considérées comme pertinentes par les experts. Ces articles pointent par exemple l’expression de protéines de stress, des phénomènes d’apoptose (mort cellulaire) ou des modifications du débit sanguin. En revanche, avec la même méthode d’analyse, 69 articles ne montrant pas d’effets ont été retenus.

“La science ne se fait pas au poids”, a rappelé Martin Guespereau pour expliquer que ces rares effets justifient la position de l’Afsset de recommander la réduction de l’exposition du public, qu’elle soit liée au téléphone portable lui-même ou aux antennes. “C’est novateur ! Si on peut baisser l’exposition, on doit le faire”, a même précisé son directeur.

Cartographier les points noirs électromagnétiques

Concrètement, l’agence plaide pour que soient privilégiés les appareils peu rayonnants (mesuré par le fameux DAS, débit d’absorption spécifique, qui varie du simple au double selon les modèles). Elle demande aussi que soient cartographiés les points noirs électromagnétiques, c’est-à-dire les lieux où l’exposition est très forte. Son directeur a jugé favorablement aussi la proposition des sénateurs d’interdire les portables dans les écoles et collèges.

L’Afsset souhaiterait aussi que les dispositifs vendus comme “anti-ondes” soient évalués. En revanche, comme aucune preuve formelle d’un effet sanitaire des ondes n’a été établie, l’Afsset se refuse à édicter des normes ou des seuils d’exposition. En particulier, le chiffre souvent proposé de 0.6 V/m n’est pas évoqué dans le rapport.

Bien entendu, devant les incertitudes l’agence invite aussi à poursuivre les études scientifiques. Mais elle y met des conditions assez originales également, tenant compte sans doute des critiques antérieures: “collaboration étroite entre physiciens et biologistes”, “financement pérenne par une structure indépendante et transparente”, “suivi des préoccupations des Français”…

Les électro-sensibles

Parmi les autres annonces quelques peu inattendues, l’Afsset demande des efforts particuliers vis à vis des personnes se déclarant électrohypersensibles, bien qu’ «aucune preuve d’une relation de causalité entre l’exposition et l’hypersensibilité n’a pu être apportée». Elle plaide pour une meilleure formation des équipes médicales pour l’accueil de ces personnes, pour le développement d’outils de diagnostic et pour la définition de protocoles d’études rigoureux.

Enfin, l’Afsset a fait montre d’une audace qui l’a surpris elle même: l’ouverture de l’expertise scientifique à la société civile. Pour la première fois, un membre d’une association a pu assister aux différents travaux (mais n’a pas pris part aux discussions). “C’était une première !”, a souligné Martin Guespereau, satisfait de l’innovation. Dans la même veine, deux des treize experts étaient issus des sciences humaines. L’Afsset entend poursuivre cette initiative: “la controverse actuelle (…) nécessite que soient menées de plus amples réflexions sur l’ouverture de l’expertises scientifique à la société ainsi que sur les procédures permettant d’organiser un débat public sur les enjeux scientifiques et techniques”. Si cette idée était suivie d’effet, ce serait une petite révolution dans le monde de l’expertise.

David Larousserie
Sciences-et-Avenir.com

15/10/09

 

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail