Notre équipe prend ses vacances

Après cette année 2017 particulièrement chargée, les bénévoles prennent un temps de ressourcement bien mérité, ce temps sera aussi consacré a rattraper le retard de réponses (peut-être).
Nous serons injoignables du 23 décembre 2016 au 8 janvier 2017, et nous répondrons donc à vos nouveaux messages qu’à partir du 8 janvier.

Pour les compteurs rendez-vous sur la foire aux questions récemment actualisée. ICI

En attendant, nous souhaitons à tous, adhérents et sympathisants, une excellente fin d’année.

Pour finir l’année  :  sur le site de Robin des Toits

Facebooktwitterlinkedinmail

Linky : ATTEINTES AUX LIBERTÉS PUBLIQUES !

À Aurillac, le matin du mercredi 20 décembre, distribution de tracts anti Linky (intitulé : “Linky :
dire non est légal”) à l’entrée du marché
La police municipale intervient et interdit cette distribution en menaçant de nous verbaliser.
Cette interdiction nous est signifiée après consultation de la responsable à laquelle la nature
du tract est expliquée. Motif : nous n’avons pas demandé l’autorisation.
Les militants habitués à la distribution de tracts – même ceux qui le font depuis plusieurs décennies-
n’ont jamais vu ça !

Le texte intégral du communiqué

Installation en force des Linky, exactions sur la population

Attention, de très graves événements ont eu lieu aujourd’hui 22 décembre 2017 à PAU

Nous ne devons pas nous laisser faire ! Diffusez ces infos, interpellez votre député ou que vous soyez en France, il faut que la terreur cela cesse !

Avis à la population :
https://twitter.com/StephaneLHOMME/status/944259634700931072

Interpellation de Nicolas Hulot (Ministre) :
https://twitter.com/StephaneLHOMME/status/944254615754887168

Interpellation de François Bayrou (maire de Pau) :
https://twitter.com/StephaneLHOMME/status/944255503777128448

Interpellation d’Emmanuel Macron (responsable général) :
https://twitter.com/StephaneLHOMME/status/944256228104065024

Interpellation de Philippe Monloubou (ir-responsable total) :
https://twitter.com/StephaneLHOMME/status/944257222573469697 

Outre les liens sur twitter, le témoignage intégral de ce jour est en ligne ici : La personne courageuse qui témoigne est Lucie ABADIA <lucie.abadia@orange.fr>, elle souhaite être contactée par les gens de Pau et alentours qui souhaitent se regrouper pour s’entraider. Merci d’avance !

http://www.stop-linky.fr/stoplinky/index.php/8-blog/114-exaction-d-un-installateur-de-solution-30-a-pau

Facebooktwitterlinkedinmail

Linky : question écrite de M. Hubert Wulfranc Député de Seine-Maritime

Si un grand nombre de Députés s’emparaient comme M. Wulfranc du problème posé par les compteurs Linky, bien des choses pourraient changer.

Nous publierons les réponses a cette question dès que nous en aurons connaissance.

Ci-dessous le texte de la question, que vous pouvez aussi retrouver sur le site de l’Assemblée Nationale.


15ème législature

Question N° 3708

de M. Hubert Wulfranc (Gauche démocrate et républicaine – Seine-Maritime )

Question écrite

Ministère interrogé > Transition écologique et solidaire
Ministère attributaire > Transition écologique et solidaire
Rubrique > énergie et carburants

Titre > Mouvement d’opposition au déploiement des compteurs communicants LINKY

Question publiée au JO le : 12/12/2017 page : 6288

Texte de la question

M. Hubert Wulfranc alerte M. le ministre d’État, ministre de la transition écologique et solidaire, sur le mouvement de contestation grandissant d’opposition au déploiement des compteurs communicants Linky par Enedis gestionnaire du réseau électrique national. Les arguments exposés par les usagers, associations et collectivités locales opposés au déploiement des compteurs sont de plusieurs natures. Ces derniers s’interrogent sur la priorité accordée par les pouvoirs publics au déploiement des compteurs Linky pour un coût évalué entre 5 et 8 milliards d’euros alors que des investissements conséquents sont nécessaires pour assurer la sûreté du parc nucléaire national ou pour lutter contre la précarité énergétique de nombreux foyers. Le remplacement de 35 millions de compteurs fonctionnels à l’heure de la sobriété énergétique fait également débat. Des doutes pèsent également sur la sincérité du chiffrage financier de l’opération, théoriquement neutre, du fait d’une durée de vie des compteurs Linky fixée à 20 ans alors que la technologie employée réduit plus vraisemblablement celle-ci à 15 années. En termes de moyens humains, Enedis entend supprimer 10 000 emplois de releveurs de compteurs lorsque le réseau de relève automatique sera opérationnel. Aussi, les opposants au déploiement du compteur Linky estiment que l’opération sera globalement négative pour l’emploi national une fois l’opération de pose achevée d’autant plus que 3 des 6 fournisseurs de compteurs Linky sont étrangers. Sur le compteur en tant que tel, les opposants font état de craintes liées à la sécurité des installations électriques et des équipements individuels reliés au réseau électrique. Le responsable du déploiement de Linky reconnaissait en janvier 2016 huit déclarations d’incendie suite à la pose du compteur lors de la phase d’expérimentation pour 300 000 compteurs remplacés. En appliquant ce ratio aux 35 millions de compteurs à remplacer les détracteurs de Linky estiment que c’est 933 incendies qui pourraient être causés suite au remplacement des compteurs.

Facebooktwitterlinkedinmail

Information de Next-Up sur les différences de la valeur de la puissance

 Comptage Linky, la question est simple et précise : il s’agit de savoir s’il y a actuellement en France pour les consommateurs au niveau de la facturation deux prix de  l’électricité, un prix normal actuel pour ceux qui possèdent un comptage électromécanique ou électronique avec un disjoncteur traditionnel et un autre prix majoré de façon subtile pour ceux qui possèdent un comptage connecté Linky avec un disjoncteur intégré dans le boitier du Linky

La news de Next-Up

Facebooktwitterlinkedinmail

Compteur Linky : l’association Robin des Toits boycotte l’Assemblée nationale

Les compteurs Linky équipent de plus en plus de foyers en France./ Photo DDM archives

L’association Nationale Robin des Toits a décidé de ne pas répondre à l’audition sur les compteurs électriques Linky, organisée aujourd’hui par l’Assemblée nationale, considérant que les 4 minutes qui lui sont imparties “ne semblent concédées que pour éviter tout questionnement sérieux” sur le sujet.

La suite de l’article de Gilles Soulliés dans la Dépêche.fr

Facebooktwitterlinkedinmail

Linky : Communiqué de Presse de Robin des Toits

Réponse à l’invitation à participer à l’Audition ouverte à la presse sur les
compteurs communicants le 14 décembre 2017 à l’Assemblée nationale

L’association Nationale Robin des Toits a décidé de ne pas répondre à cette invitation.
En effet, les 4 minutes qui lui sont généreusement imparties ne semblent concédées que pour éviter tout questionnement à l’image de ces auditions.
Les décisions sont déjà prises et le rapport de l’OPECST ne servira qu’à toiletter de soi-disant
“démocratie” et d’un petit vernis scientifique (univoque comme toujours avec l’OPECST qui a des antécédents parlant dans le domaine des pollutions électromagnétiques) une technologie dangereuse pour la santé, attentatoire aux libertés publiques, et qui n’a pour but – sous couvert d’écologie, de greenwashing de fait – que de marchandiser ce qui était jusqu’à maintenant un service public.
Robin des Toits ne souhaite pas cautionner une procédure qui va à terme enchérir le prix d’une denrée nécessaire à tous : l’énergie. Ceci dans des conditions anti-démocratiques, anti-écologiques, inégalitaires au plan des fondements de la République et qui porteront atteinte à la santé publique.

En démocratie, le libre choix est incontournable.

Le texte intégral du communiqué

Facebooktwitterlinkedinmail

NOEL 2017 – Lettre au Père Noël : non aux tablettes et jouets connectés

En pièce jointe, la lettre au Père Noël : “s’il te plaît, ne m’apporte pas de tablette ou de jouet connecté”

L’association Nationale Robin des Toits a décidé d’adresser une lettre ouverte au Père Noël, en espérant, puisqu’il s’agit de santé publique, qu’il loge encore au Ministère de la santé.
En effet, Noël approche et, avec lui, son lot de publicités à destination des enfants. Or, plus que jamais, cette année, ce sont les jouets connectés qui semblent être commercialement les plus porteurs, à l’exception depuis peu des poupées connectées qui se sont révélées être des espionnes au pied du sapin. (1)
Ceci signifie qu’une fois encore les publicités, contraires aux recommandations de l’agence sanitaire de 2016 (2), contraires aux prises de position déjà anciennes d’un certain nombre de scientifiques officiels (3) et contraires à la loi (4) peuvent se développer sans la moindre intervention de l’Etat et sans le moindre message de mise en garde.

 

La lettre au Père Noël

Facebooktwitterlinkedinmail

Une différence spectaculaire dans l’activité cérébrale avec des cas EHS

Ci-dessous la traduction automatique de Google de l’étude : Pilot Study Shows Dramatic Difference In Brain Activity With EHS (Electrohypersensitive) Cases As Compared To Controls (Non EHS).

Une étude pilote montre une différence spectaculaire dans l’activité cérébrale avec des cas EHS (électro-hypersensibles) comparés aux contrôles (non-EHS).

  Ceci est la première étude publiée connue pour montrer des images de EHS sur une IRMf.


Nouvelles fournies par

La Fondation de l’Initiative des Peuples

5 décembre 2017, 10:37 ET


LOS ANGELES , 5 décembre 2017 / PRNewswire / – La Fondation de l’Initiative des Peuples a annoncé la conclusion d’une étude pilote qu’ils ont organisée, dirigée par le Dr Gunnar Heuser , montrant l’EHS sur une IRMf. Cette étude a été publiée à l’origine par Degruyter en Juillet 2017, mais était absente des images des contrôles. La société a attendu que les images soient placées dans l’étude pour publier ce communiqué de presse, car la différence visuelle entre les cas et les contrôles est assez dramatique.

Voici deux exemples d’images de l’étude. La grande zone blanche sur le côté gauche de l’image de gauche montre une hyperconnectivité dans le cerveau d’un cas (personne EHS). La même petite zone blanche dans l’image à droite montre une activité cérébrale normale chez un témoin (personne non EHS).

EHS ou “électrohypersensibilité” en termes civils, “empoisonnement par micro-ondes” en termes militaires, est une maladie radio-induite dont l’existence même est vivement débattue par le gouvernement les scientifiques et le personnel de l’industrie du sans fil. Cette étude apporte la preuve qu’il existe des anomalies dans le cerveau EHS qui ne sont pas présentes dans le cerveau non EHS et pourrait mettre fin au débat sur l’existence de l’EHS. Il défie également la position largement répandue de l’industrie gouvernementale et sans fil selon laquelle les appareils sans fil et l’infrastructure n’ont aucune conséquence sur la santé humaine et pourraient avoir une incidence sur l’opinion prédominante selon laquelle le rayonnement sans fil est jugé sécuritaire.

L’intégralité de l’article en Anglais

Facebooktwitterlinkedinmail
Fermer le menu