Le documentaire inédit "OGM : vers une alerte mondiale" sera diffusé sur France 5 mardi 16 octobre.

Le nouvel Observateur    Créé le 19-09-2012 à 12h45 – Mis à jour à 13h15

ls doutaient de la fiabilité des études officielles. Leurs conclusions sont sans appel. Le Professeur Gilles-Eric Séralini et son équipe mènent depuis 2009 une étude indépendante sur l’éventuelle toxicité du mais OGM NK603 sur la santé des mammifères.

Publiés ce mercredi 19 septembre, les résultats de ces recherches, alarmants, pourraient bien agiter l’industrie agroalimentaire française. Car les tests sont sans équivoque : les rats ayant consommé des OGM présentent deux à trois fois plus de tumeurs que les rats “non OGM”. 

Chez les femelles, cela se manifeste par des explosions en chaine de tumeurs mammaires qui atteignent parfois jusqu’à 25% de leur poids. Chez les mâles, ce sont les organes dépurateurs, le foie et les reins, qui sont atteints d’anomalies marquées ou sévères. Avec une fréquence deux à cinq fois plus importante que pour les rongeurs nourris au maïs sans OGM.

“A ce niveau, il n’y a même plus besoin de statistiques, en biologie ou en médecine.” affirme le Professeur Séralini.

Pour plus d’informations sur les OGM cliquez ici
Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail