Encore un compteur Linky qui prend feu

Encore un compteur Linky qui prend feu, cette fois à Noisy-le-Sec
A Noisy-le-Sec, ville de Seine-Saint-Denis de plus de 42000 habitants, une installation Linky est partie en flammes vers 19 heures du soir le jeudi 4 janvier 2018, dans un immeuble HLM (3F) du quartier de la Boissière au 2 allée d’Anjou.
Alertés par une forte odeur de brûlé, les locataires du rez-de-chaussée d’une cage d’escalier de 3 étages ont eu la stupeur de trouver le placard électrique du palier en feu. L’installation du nouveau compteur électrique Linky posé au cours de l’été 2017 n’a pas supporté la nouvel an. En plein hiver, l’immeuble s’est retrouvé privé d’électricité et de chauffage! Heureusement qu’en cette période de vacances scolaires il y a eu cette alerte et l’intervention des pompiers, sans lesquelles un incendie aurait pu se déclarer, dont on imagine les dégâts dans un immeuble sans autres voies d’évacuation et occupé essentiellement par des personnes âgées.
Cet événement est en tout cas à ajouter aux multiples cas de départ d’incendie dus au Linky déjà enregistrés en France. Ici comme ailleurs, après l’intervention des pompiers, Enedis s’est empressée d’en effacer rapidement toutes les traces pour empêcher toute expertise des dégâts. Il faut savoir qu’Enedis n’assure pas les conséquences de la pose des Linky, laissant les usagers se débrouiller seuls avec ses prestataires.
Les locataires du bailleur social 3F s’étaient pourtant opposés à la pose des capteurs Linky dans leurs immeubles, mais rien n’y a fait. Quand on est résident d’un logement social collectif, on n’a en effet guère les moyens d’empêcher cette pose forcée : que les résidents soient présents ou non, et même lorsqu’ils expriment en personne leur refus, les techniciens des sous-traitants mandatés par Enedis font les sourds et, bien que le président d’Enedis ait lui-même assuré que les compteurs Linky ne seraient pas imposés, installent ceux-ci au plus vite pour ne pas perdre les 10 euros qu’ils gagnent par compteur posé.
Aujourd’hui, l’amicale des locataires a décidé de porter plainte et demande à Enedis de s’expliquer sur l’accident. Le bailleur a été informé et s’est manifesté auprès des locataires de l’immeuble. La mairie, en revanche, semble ne pas se sentir concernée par cette affaire. Elle est pourtant propriétaire des compteurs et devrait garantir la sécurité de ses administrés.
Le collectif anti-Linky de Noisy-le-Sec soutiendra les locataires et l’amicale dans leurs démarches. Il juge en effet inadmissible que la volonté des usagers du service public de gestion du réseau électrique soient ainsi ignorés, alors qu’ils contribuent quotidiennement à son financement. Il déplore en outre l’inégalité de traitement entre usagers, ceux dont le compteur est à l’intérieur du logement pouvant se contenter de refuser l’entrée au technicien, ceux dont le compteur est à l’extérieur étant soumis, s’ils osent exprimer un refus, aux menaces et à la contrainte.
Le collectif anti-Linky de Noisy-le-Sec
9 janvier 2018
Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail