Aussonne (31840) : occupation illégale du domaine public par les opérateurs

L’association agréée Aussonne Environnement communique:

Antennes relais implantées sur le château d’eau

L’objectif de l’association, qui relaie la demande citoyenne, reste le déplacement des antennes-relais hors d’une zone urbanisée. Un emplacement a été proposé Chemin de Las Planos Loungos, une zone éloignée de 500 m de toute habitation pour réduire le niveau d’exposition et sécuriser le site sans effet notable sur la couverture selon le CRIIREM [1] et de plus sans prendre en compte l’ajout récent d’antennes sur un autre site de la commune, Chemin Fourtanier !

Après un long combat mené par l’association Aussonne Environnement, les baux des opérateurs Orange et SFR ont été résiliés depuis le 01/05/2014 pour SFR et depuis le 13/08/2014 pour Orange.  

Depuis, l’occupation illégale du domaine public se prolonge en toute impunité.

Les risques pathologiques et des non conformités perdurent. Les mesures officielles faites en mars 2012 avaient déjà montré de très fortes valeurs d’exposition (3,41 V/m en intérieur  à 120 m de distance) comparées à celles relevées sur d’autres communes proches et au niveau national.

L’expertise du CRIIREM a conclu que :

  1. Les riverains sont exposés à des risques physio-pathologiques sur toutes les mesures effectuées de 120 m à 300 m du château d’eau (un point étant proche de la future école [2] Louise Michel, Chemin de Los Argilos, qui va être opérationnelle en 2016).
  2. Le seuil de compatibilité électromagnétique de 3 V/m est dépassé. La Directive européenne 2004/108/CE [3] et les Normes NF-EN 61000  ne sont pas respectées. Certains appareils (pacemakers, lecteurs de glycémie…) peuvent dysfonctionner.
  3. Des problèmes sécuritaires sont toujours à résoudre. Le périmètre clôturé de sécurité obligatoire sur le site des armoires techniques est absent. La circulaire DGS/ VS4 N° 98-05 du 06/01/1998 relative aux recommandations du Conseil Supérieur d’Hygiène Publique de France vis-à-vis de l’installation d’antennes sur les réservoirs aériens n’est pas respectée.

Devant un tel immobilisme, l’association a été conduite à en référer au Défenseur des Droits qui a saisi Toulouse Métropole en novembre 2015. L’action est en cours.

Aussonne Environnement soucieuse d’un progrès technique raisonné, forte de la pétition, en appelle une nouvelle fois, à la responsabilité de nos représentants. Elle a maintenu le contact avec ces derniers et leur a demandé d’exercer des pressions contraignantes sur les opérateurs.

Aussonne Environnement veut faire cesser les manœuvres dilatoires et faire aboutir les propositions constructives dans l’intérêt général des Aussonnais.

Madame la Sénatrice, rencontrée dernièrement considère que « le dossier n’a que trop duré » et a interpellé dans un premier temps le Président de Toulouse Métropole ainsi que les Directeurs régionaux des opérateurs Orange et SFR.

L’association continue avec détermination ses actions et son travail de fond : information et concertation avec la population et les responsables, participation à diverses actions visant à la prise en compte de la pollution liée à l’exposition aux hyperfréquences. Les intérêts économiques ne doivent plus être les seuls critères pris en compte, en laissant, de plus, un site accidentogène.


[1] Rapport d’expertise du CRIIREM Centre de Recherche et d’Information Indépendantes sur les Rayonnements Electromagnétiques

[2] Dans le cadre de la modification du PLU, extrait de la délibération du conseil municipal 19/12/2013N°105/13 «Mr le Président de Toulouse Métropole et Mme le Maire d’Aussonne sont favorables au déplacement des antennes-relais du site du château d’eau. Des solutions seront mises en œuvre pour répondre à la demande de l’association Aussonne Environnement.».

[3] Décret N° 2006-1278 du 18/10/2006.

 

A lire également: mise à jour du 5 décembre 2016 http://robindestoits-midipy.org/aussonne-31-les-antennes-relais-occupent-toujours-illegalement-le-chateau-deau/

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail