Archive annuelles: 2018

Rassemblement à Castres contre la pose des compteurs électriques Linky

ENEDIS et son sous-traitant L.S. Services sont dans une phase active de « poses forcées » du compteur électrique Linky.

Le Collectif Stop Linky Tarn Sud juge ces pratiques inacceptables : les poses se font souvent en l’absence des résidents sans tenir aucun compte du choix affiché sur leur ancien compteur, elles sont le plus souvent dirigées à l’encontre de personnes âgées, vulnérables, mal informées et peu aptes à se défendre.

Le maire de Castres, M. Pascal Bugis vient de prendre un nouvel arrê municipal dans lequel est réaffirmée la possibilité pour les résidents de la commune de choisir de remplacer ou pas leur ancien compteur électrique.

Les pressions intolérables dEnedis et de son soustraitant doivent cesser !

C’est pourquoi le Collectif Stop Linky Tarn sud appelle à un grand rassemblement citoyen pour rappeler haut et fort que le droit de choisir sur les questions touchant à la vie quotidienne est un droit fondamental dans une société démocratique.

Ce rassemblement est prévu le :

lundi 22 janvier à partir de 12 h devant le Bureau de Poste du Boulevard Dr Aribat.

Une marche sera organisée en direction des bureaux d’Enedis Avenue Charles De Gaulle pour porter les exigences de la population de Castres et plus largement des habitants du Tarn sud.

Collectif Stop Linky Tarn sud

Castres, le 13 janvier 2018

Ajout pour les journalistes : Le Collectif espère que vous relaierez cette information auprès de vos lecteurs, auditeurs et téléspectateurs. Le Collectif invite la presse écrite, parlée et télévisée à rendre compte de cet événement. A cette occasion, le Collectif espère la présence de nombreux journalistes : il restera à leur disposition pour de plus amples informations mais aussi pour répondre à leurs questions.

Les informations sur la manifestation a diffuser

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Compteurs eau et gaz, Wize, le standard IoT qui transperce les murs et sous-sols

Wize, le standard IoT qui transperce les murs et sous-solsGRDF, Suez et Sagemcom ont fondé l’Alliance Wize pour créer un écosystème autour de leur technologie de communication, utilisée pour leurs compteurs.

GRDF a installé 150 000 compteurs de gaz intelligents Gazpar dans l’Hexagone et compte dépasser la barre des 400 000 d’ici la fin de l’année. Le groupe accélérera ensuite pour atteindre les 11 millions en 2023.

Les trois alliés ont choisi Wize pour des raisons bien précises : “le modèle du compteur communicant n’est rentable chez Suez que si les capteurs ont une durée de vie supérieure à 15 ans, sans qu’il y ait besoin de la visite d’un technicien pour changer les piles”, explique Pierre Andrade, DGA de Suez Eau France et secrétaire de l’association. Les appareils connectés à Wize résistent justement 20 ans, selon l’alliance, soit 5 à 10 ans de plus que les équipements de Sigfox et autres LoRa.

L’article dans le journal du net

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Aussonne : SFR dépose les antennes après 3 ans 8 mois et 11 jours d’occupation illégale

CHATEAU D’EAU D’AUSSONNE : ENFIN, DEPOSE DES ANTENNES SFR le 11 janvier 2018
Un communiqué de l’association Aussonne Environnement

Ce n’est qu’après 3 ans 8 mois et 11 jours d’occupation illégale du domaine public que l’opérateur de téléphonie mobile SFR vient de déposer ses antennes relais. Cela fait plus de quatre ans que l’association Aussonne Environnement épaulée par Robin des Toits et le CRIIREM, s’appuyant sur des expertises et sur une pétition de plus de 500 riverains soutenue par la plupart des médecins généralistes exerçant sur la commune, dénonçait les non conformités du site et attendait avec impatience la dépose des antennes et les travaux de sécurisation. Nous rappelons que la motivation première était l’éloignement des antennes relais des habitations, les mesures officielles ayant conduit à une expertise dénonçant des risques physiopathologiques. Des problèmes de compatibilité électromagnétique, le non respect de la directive européenne 2004/108/CE, des Normes NF-EN61000 et de la circulaire DGS /VS4N°98-05 relative aux recommandations du conseil supérieur d’hygiène publique de France ont fourni de solides arguments. L’association Robin des toits Midi Pyrénées a toujours été à nos côtés. Nous tenons à les remercier pour leur soutien indéfectible.

Nous sommes satisfaits de voir ces antennes s’éloigner de l’école LOUISE Michel et des habitations, sur des sites sécurisés, même si les nouveaux sites de remplacement ne correspondent pas à celui proposé dans la pétition. Celui-ci garantissait pourtant une couverture de qualité sur la commune (avis d’expert à l’appui).

Nous attendons maintenant le démantèlement des antennes ORANGE pour laquelle la date limite de dépose des équipements est fixée au 15 janvier 2018 dans le courrier de mise en demeure de Toulouse Métropole. Nous allons encore devoir faire valoir nos droits vu la proximité de l’échéance.

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Encore un compteur Linky qui prend feu

Encore un compteur Linky qui prend feu, cette fois à Noisy-le-Sec
A Noisy-le-Sec, ville de Seine-Saint-Denis de plus de 42000 habitants, une installation Linky est partie en flammes vers 19 heures du soir le jeudi 4 janvier 2018, dans un immeuble HLM (3F) du quartier de la Boissière au 2 allée d’Anjou.
Alertés par une forte odeur de brûlé, les locataires du rez-de-chaussée d’une cage d’escalier de 3 étages ont eu la stupeur de trouver le placard électrique du palier en feu. L’installation du nouveau compteur électrique Linky posé au cours de l’été 2017 n’a pas supporté la nouvel an. En plein hiver, l’immeuble s’est retrouvé privé d’électricité et de chauffage! Heureusement qu’en cette période de vacances scolaires il y a eu cette alerte et l’intervention des pompiers, sans lesquelles un incendie aurait pu se déclarer, dont on imagine les dégâts dans un immeuble sans autres voies d’évacuation et occupé essentiellement par des personnes âgées.
Cet événement est en tout cas à ajouter aux multiples cas de départ d’incendie dus au Linky déjà enregistrés en France. Ici comme ailleurs, après l’intervention des pompiers, Enedis s’est empressée d’en effacer rapidement toutes les traces pour empêcher toute expertise des dégâts. Il faut savoir qu’Enedis n’assure pas les conséquences de la pose des Linky, laissant les usagers se débrouiller seuls avec ses prestataires.
Les locataires du bailleur social 3F s’étaient pourtant opposés à la pose des capteurs Linky dans leurs immeubles, mais rien n’y a fait. Quand on est résident d’un logement social collectif, on n’a en effet guère les moyens d’empêcher cette pose forcée : que les résidents soient présents ou non, et même lorsqu’ils expriment en personne leur refus, les techniciens des sous-traitants mandatés par Enedis font les sourds et, bien que le président d’Enedis ait lui-même assuré que les compteurs Linky ne seraient pas imposés, installent ceux-ci au plus vite pour ne pas perdre les 10 euros qu’ils gagnent par compteur posé.
Aujourd’hui, l’amicale des locataires a décidé de porter plainte et demande à Enedis de s’expliquer sur l’accident. Le bailleur a été informé et s’est manifesté auprès des locataires de l’immeuble. La mairie, en revanche, semble ne pas se sentir concernée par cette affaire. Elle est pourtant propriétaire des compteurs et devrait garantir la sécurité de ses administrés.
Le collectif anti-Linky de Noisy-le-Sec soutiendra les locataires et l’amicale dans leurs démarches. Il juge en effet inadmissible que la volonté des usagers du service public de gestion du réseau électrique soient ainsi ignorés, alors qu’ils contribuent quotidiennement à son financement. Il déplore en outre l’inégalité de traitement entre usagers, ceux dont le compteur est à l’intérieur du logement pouvant se contenter de refuser l’entrée au technicien, ceux dont le compteur est à l’extérieur étant soumis, s’ils osent exprimer un refus, aux menaces et à la contrainte.
Le collectif anti-Linky de Noisy-le-Sec
9 janvier 2018
Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail